Russie - Japon (28 avril 2004)

 

Championnats du monde 2004, premier tour, groupe C.

Depuis quelques années, le must du must à Moscou, c'est... le sushi ! La capitale russe pullule de sushi-bar. Il y en a pour toutes les baguettes, de la chaîne de sushi fast-food ouvert 24 h sur 24 au sushi à domicile en passant par le super-luxe restaurant japonais avec moujik déguisé en samouraï à l'entrée et voitures... allemandes garées devant l'entrée.

Alors, est-ce parce que les Moscovites sont devenus des experts du poisson cru qu'ils pensent pouvoir manger également tout crus ces patineurs du soleil levant, que ce match ne déchaîne pas les passions en Russie ? Cela doit être le cas, puisque la chaîne de télé TV Tsentr, qui a acheté les droits pour ce Mondial, ne daigne même pas diffuser ce match. Nous devons nous contenter d'un résumé des buts. Spassibo bolchoï ! (Merci beaucoup !) Déjà que TV Ts, la chaîne de la mairie de Moscou, enfin du maire de Moscou, Youri Loujkov, ne fait aucun effort sur ce Mondial (très peu de match en direct et de vagues résumés en toute fin de soirée), ce n'est pas encore ce soir que l'on va se régaler...

En plus, l'équipe nationale russe n'est pas dans son assiette en ce début de mondial tchèque. Contre le Danemark, il y a certes eu la victoire au bout (6-2), mais en baillant et par à-coups, comme si les joueurs n'étaient pas vraiment concernés.

De son côté le Japon a perdu 5-1 face à la Suède et de peu (4-3) contre le Danemark. Alors comme les Russes n'aiment pas jouer contre ceux qu'ils considèrent comme plus faibles et indignes de leur majestueux niveau, on craint le pire pour les spectateurs...

Pourtant, les Rouges à l'aigle bicéphale et impérial partent à fond en ce début de match. Trois buts en un peu moins de deux minutes sur trois actions individuelles. Afinoguenov, Morozov et Skopintsev permettent à la Sbornaïa de mener 3-0 à la troisième minute. Deux attaquants de NHL et un défenseur du Dynamo pour une entrée avalée goulûment. La star russe de ce mondial, Ilya Kovalchuk (qui rendrait bien service à l'équipe d'Ukraine, terre de ses ancêtres...) remet le couvert à la dixième minute et l'on se dit que la Russie va nous faire une promenade digestive.

Sauf que le Japonais est tenace. Sur une erreur de la défense russe (qui devait penser à la digestion), Chris Yule part battre de près Egor Podomatsky, le gardien du Lokomotiv Yaroslavl préféré au titulaire Maxime Sokolov pour ce match facile. Un but de l'un des Canado-Japonais de cette équipe. Une "mode" qui date des jeux de Nagano, où pour éviter d'être ridicule face aux "dream teams" composés de joueurs de NHL, on était allé chercher en Amérique du Nord tout hockeyeur ayant un grand-père venu d'Osaka ou de Kyoto. Je me souviens qu'à l'époque, ces naturalisations avaient fait débat dans un pays où l'on naît japonais et où l'on ne le devient pas. Mais pour le hockey...

4-1 à la fin du premier tiers, fermez le ban, fini le spectacle, la Sbornaïa a l'esprit ailleurs... La motivation n'étant pas sa qualité première, la sélection russe fait le minimum durant les deux derniers tiers. Juste deux buts à se mettre sous la dent, dont un évidement de Maxime Sushi...nski le bien nommé ! Le dernier est l'œuvre du défenseur de Yaroslavl, Alexandre Gouskov.

6-2, 6-1, pour l'instant, l'équipe russe tient la route du point de vue score, mais on aimerait plus d'implications et surtout un jeu qui ne soit pas en alternatif, deux minutes d'efforts puis vingt minutes de récupération...

Compte-rendu signé Bruno Cadène

 

Commentaires d'après-match

Viktor Tikhonov (entraîneur de la Russie) : "Dans mon discours d'avant-match, j'ai orienté les joueurs vers un jeu actif, combatif et à haut rythme. Cela a fonctionné au début de match, mais dès que le résultat a été acquis, on a joué tranquillement, individuellement. Nos problèmes sont toujours les mêmes. Comme l'effectif a changé au cours de la préparation du tournoi, l'interaction n'est pas optimale dans les lignes. Et on ne peut pas espérer gagner le championnat sans une bonne défense. Demain, il n'y aura pas d'entraînement sur la glace, mais une excursion en ville d'une heure à une heure et demie pour marcher et parler entre nous. Il faut laisser les joueurs se reposer, il est nécessaire qu'ils se décontractent émotionnellement."

Mark Mahon (entraîneur du Japon) : "Comme je l'ai déjà dit auparavant, nous sommes conscients de notre vrai potentiel. Aujourd'hui, nous voulions jouer correctement, apprendre de cette forte équipe russe, et relever la tête après le match contre le Danemark. Les dix premières minutes ont été difficiles, mes joueurs étaient un peu intimidés par les stars NHL dans le camp adverse. Mais ensuite, nous avons bien joué. Jiro Nihei n'avait pas joué depuis trois semaines et demi, donc il avait besoin de temps pour retrouver son jeu."

 

Russie - Japon 6-1 (4-1, 1-0, 1-0)

Mercredi 28 avril à 16h15 à CEZ Arena d'Ostrava. 4040 spectateurs.

Arbitrage de Danny Kurmann (SUI) assisté de Pawel Meszynski (POL) et Karol Popovic (SUI).

Pénalités : Russie 2' (0', 0', 2'), Japon 6' (2', 2', 2').

Tirs : Russie 33 (15, 10, 8), Japon 22 (10, 8, 4).

Évolution du score :

1-0 à 02'03" : Afinogenov assisté de Butsaïev

2-0 à 02'41" : Morozov assisté de Guskov

3-0 à 03'47" : Skopintsev assisté d'Afinogenov

4-0 à 10'10" : Kovalchuk assisté de Zelepukin et Proshkin

4-1 à 10'49" : Yule

5-1 à 27'52" : Sushinsky assisté de Kovalchuk et Yashin

6-1 à 46'53" : Guskov assisté de Skugarev

 

Russie

Gardien : Egor Podomatski.

Défenseurs : Dmitri Yushkevich - Oleg Tverdovsky ; Vitali Proshkin - Dmitri Bykov ; Dmitri Kalinin - Andreï Skopintsev ; Vassili Turkovski - Aleksandr Guskov.

Attaquants : Aleksandr Ovechkin - Aleksandr Prokopiev - Maksim Sushinsky ; Ilya Kovalchuk - Alekseï Yashin - Valeri Zelepukin ; Vyacheslav Butsaïev - Andreï Bashkirov - Maksim Afinogenov ; Vladimir Antipov - Aleksandr Skugarev - Alekseï Morozov.

Remplaçant : Maksim Sokolov (G).

Japon

Gardien : Jiro Nihei.

Défenseurs : Junichi Takahashi - Joel Oshiro ; Fumitaka Miyaguchi - Kengo Ito ; Nobuhiro Sugawara - Makoto Kawashima ; Takayuki Kobori - Hirohuki Miura.

Attaquants : Chris Bright - Yosuke Kon - Robert Miwa ; Masatushi Ito - Kiyoshi Fujita - Takahito Suzuki ; Chris Yule - Hiroshi Sato - Takeshi Saito ; Kunihiko Sakurai - Yasunori Iwata - Tomohito Kobayashi.

Remplaçant : Junji Ogino (G).

 

Retour aux championnats du monde