République Tchèque - Autriche (30 avril 2004)

 

Championnats du monde 2004, deuxième phase, groupe E.

L'Autriche a bien commencé le tournoi, en écrasant la France, en dominant le Canada avant de concéder le nul, puis en passant près de piéger les Suisses avant de se faire remonter par la Suisse. Mais ses deux fins de match ratées ont été inquiétantes, et ce soir, on passe au calibre au-dessus. On le voit très vite avec Jaromír Jágr qui fait ce qu'il veut avec son premier palet, et trois bons tirs tchèques dès la première minute de jeu. En plus, les Autrichiens jouent sans leur habituel capitaine Dieter Kalt blessé, lui qui vient de se faire sa pub dans un quotidien russe en accordant une interview pour dire son envie de jouer en Superliga, alors qu'il n'a "que" des propositions suisses pour l'instant.

On assiste donc à un récital tchèque - digne d'un nouvel opéra ? - avec à la baguette Petr Prucha qui réalise des prouesses techniques à chaque présence et distille de belles passes. Mais l'efficacité fait pour l'instant défaut, à l'image de Roman Hamrlík qui ne contrôle pas le palet seul face à la cage, après que Jágr a pris un tir pour lui donner ce rebond en or. La défense autrichienne est de mieux en mieux dans le match, et Martin Straka n'arrive à passer en un contre un ni André Lakos ni Unterluggauer. Surtout, il se voit dénier un but tout fait sur une passe de derrière le but de Jágr, à cause d'une parade exceptionnelle du gardien Reinhard Divis. Don't blink ! Dans les dernières secondes de la première période, les Autrichiens ont même une belle occasion en zone tchèque, mais ils font malheureusement la passe de trop et le tir n'intervient qu'après la sirène.

Après un premier tiers-temps très discipliné (si l'on ferme les yeux comme l'arbitre américain sur les rudesses parfois douteuses des Lakos), il est dommage que les Autrichiens encaissent leur première pénalité du match pour... surnombre. Reinhard Divis fait alors de nouveaux miracles, mais Thomas Pöck va lui aussi en prison dans la foulée pour obstruction. Cette fois, les deux meilleurs joueurs sur la glace font la différence. Un tir de Jágr est dévié par un défenseur autrichien et le palet atterrit dans la palette de Petr Prucha. L'attaquant de Pardubice, ajouté à la première ligne comme quatrième attaquant en jeu de puissance, ne manque pas cette opportunité et fusille Divis entre les jambières (1-0 à 24'21"). C'est le premier but encaissé en désavantage numérique pour les Autrichiens dans cette compétition, à leur quatorzième infériorité.

Néanmoins, avec tout le talent en leur possession, les Tchèques manquent un peu de cohésion collective. Il faut dire qu'ils ont dans leurs rangs une diva, Jaromír Jágr, qui, comme dans ses équipes successives en NHL, sort quand il veut de la glace et désorganise les blocs. En plus, il se met à trop en faire en tentant un grand pont sur un défenseur autrichien à trois mètres du but, alors qu'il n'y a pas manifestement pas la place pour un geste aussi présomptueux.

Koch ayant pris une pénalité pour retenir en fin de deuxième période, l'Autriche commence la suivante en infériorité numérique, et le "capitaine remplaçant" Martin Ulrich est alors pénalisé pour retard de jeu après avoir posé la main sur le palet. À trois contre cinq, c'est soit Jágr soit un défenseur autrichien contre son camp qui dévie une passe devant la cage de Petr Prucha (2-0 à 40'36"). Reinhard Divis continue ensuite son festival, alors qu'on se rappelle que ses collègues Prohaska et Suttnig - aujourd'hui hors de la sélection - avaient complètement coulé l'an passé contre ces mêmes Tchèques. Le gardien autrichien réalise un fantastique arrêt face à Prospal sur une bonne passe au second poteau de Jágr. Et il a également de la réussite sur un tir à bout portant de Jágr après un débordement sur la droite et une excellente passe en retrait de Straka. Le palet se glisse entre ses jambières mais poursuit sa trajectoire à l'extérieur du poteau.

À une minute de la fin, alors qu'il reste huit secondes à une pénalité tchèque et qu'ils bénéficient d'un engagement en zone offensive, les Autrichiens demandent un temps mort et Prucha et Výborný contrôlent mal le palet et n'arrivent pas à marquer dans la cage vide, signe qu'il manquait quelque chose à ce succès tchèque.

Où sont les vainqueurs ce soir ? L'Autriche a réalisé un match énorme d'engagement physique, et pas seulement de la part des frères Lakos avec leur style "en finesse" issu de l'école canadienne. Elle a bataillé sur tous les palets, et le fait qu'elle ait dominé les Tchèques dans les mises au jeu est révélateur. Chaque joueur a travaillé fort, et c'est le collectif qui a primé. Les joueurs de l'ombre de niveau supposé moyen, comme Koch ou Kaspitz, ont réalisé une excellente prestation. Ce match fera peut-être taire les commentaires de certains supporters autrichiens qui ne jurent que par Thomas Vanek comme s'il était l'alpha et l'oméga de leur équipe. C'est bien sûr un espoir très prometteur, mais aujourd'hui, privé de son pourvoyeur de palets Dieter Kalt, il a été transparent, du moins pendant les deux premiers tiers-temps. La prestation globale des Autrichiens mérite par contre un grand coup de chapeau. Ils n'ont rien encaissé face aux Tchèques à cinq contre cinq, même s'ils ont perdu leur invincibilité en infériorité numérique en même temps qu'ils concédaient leur première défaite du tournoi.

Quant aux Tchèques, ils comptent quatre victoires en autant de sorties et sont la seule équipe à avoir réalisé un carton plein jusqu'ici. Mais y a-t-il vraiment de quoi pavoiser ? On verra face au Canada, le premier gros bras sur leur route.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaire d'après-match

Slavomir Lener (entraîneur de la République Tchèque) : "Nous avons fait un bon match, mais il faut féliciter l'Autriche. Ils ont fait de gros progrès. Ils patinent bien, ils jouent physique, et ils sont aussi capables de marquer. Ils méritent leur place parmi les meilleurs dans ce championnat."

 

République Tchèque - Autriche 2-0 (0-0, 1-0, 1-0)

Vendredi 30 avril 2004 à 20h15 à la Sazka Arena de Prague. 16505 spectateurs.

Arbitrage de Rick Looker (USA) assisté d'Ales Lesnjak (SLO) et Milan Masik (SVK).

Pénalités : République Tchèque 8' (0', 2', 6'), Autriche 14' (0', 8', 6').

Tirs : République Tchèque 28 (13, 8, 7), Autriche 14 (6, 4, 4).

Évolution du score :

1-0 à 24'21" : Prucha assisté de Jágr et Výborný (sup. num.)

2-0 à 40'36" : Jágr assisté de Prucha et Novák (double sup. num.)

 

République Tchèque

Gardien : TomᚠVokoun.

Défenseurs : Jaroslav Špacek - Jan Novák ; Roman Hamrlík - Jirí Slegr ; František Kaberle - Jan Hejda ; Martin Škoula.

Attaquants : David Výborný - Martin Straka - Jaromír Jágr ; Radek Dvorák - Vaclav Prospal - Martin Rucinský ; Milan Kraft - Jirí Dopita - Petr Prucha ; Michal Sup - Josef Beránek - Jan Hlavác.

Remplaçant : Roman Cechmánek (G).

Autriche

Gardien : Reinhard Divis.

Défenseurs : André Lakos - Martin Ulrich ; Robert Lukas - Thomas Pöck ; Philippe Lakos - Gerhard Unterluggauer ; Sven Klimbacher - Johannes Reichel.

Attaquants : Matthias Trattnig - Raimund Divis - Thomas Vanek ; Markus Peintner - Mark Szücs - Philipp Lukas ; Oliver Setzinger - Thomas Koch - Daniel Welser ; Philippe-Michael Horsky - Roland Kaspitz - Christoph Harand.

Remplaçant : Claus Dalpiaz (G).

 

Retour aux championnats du monde