Lettonie - Suisse (1er mai 2004)

 

Championnats du monde 2004, premier tour, groupe E.

Gros enjeu entre la Lettonie et la Suisse dans la perspective de l'accès aux quarts de finale. La course est en effet très ouverte dans ce groupe derrière le Canada et la Tchéquie : quatre équipes se disputent les deux dernières places qualificatives. Les deux équipes sont toujours sans victoire dans ce tour de qualification. Les Suisses ont désigné leur troisième gardien, Ronnie Rüeger (ce qui confirme comme on s'en doutait que Krüger n'a pas l'intention de réserver de place à Aebischer), et leurs deux jokers, le défenseur Reto Kobach et l'attaquant Marc Reichert.

Les deux équipes adoptent une position très prudente en début de rencontre. La Suisse se trouve rapidement en situation d'infériorité numérique (Bezina) et Grigorijs Pantelejevs fait une entrée de zone fracassante après un grand pont sur un défenseur suisse. Mais le jeu de puissance letton n'est guère incisif et ce sont les Suisses qui se procurent la première occasion réelle dans ce match avec un bon décalage dans le tempo de Rüthemann pour Paterlini, mais Irbe sort le grand jeu face à l'attaquant de Davos. Les occasions de marquer ne sont pas légion dans ce premier tiers et les Suisses ont la chance de pouvoir évoluer pendant quatre minutes en supériorité numérique suite à une crosse haute de Kercs. Seger s'essaie sur un slap de la bleue puis Jeannin a une belle occasion de près mais la muraille Irbe tient bon. Une pénalité de Sejejs met même la Suisse à cinq contre trois pendant une poignée de secondes mais rien n'y fait. Ivo Rüthemann a une occasion en or en se présentant seul face à Irbe, mais le vétéran letton s'impose encore une fois. En fin de tiers, une percée de Martin Plüss n'aboutit pas et les deux équipes rentrent au vestiaire à l'issue d'une période dominée par la Suisse, Irbe maintenant son équipe à flot.

Le jeu s'équilibre en deuxième période. Jenni est pénalisé mais ce sont les hommes de Ralph Krüger qui se procurent une belle occasion en contre par Sandy Jeannin. Irbe répond encore présent. Le power-play letton finit par produire une occasion avec Zoltoks présent au second poteau. Quelques minutes plus tard, on retrouve l'attaquant des Minnesota Wild sur un breakaway alors que les Lettons évoluaient en infériorité numérique. Cette fois c'est Martin Gerber qui se distingue avec un gros arrêt. Une fois les équipes à égalité numérique, Zoltoks lance Tribuncovs en contre. Le défenseur du Salavat Yulaev décoche un tir puissant, le palet touche le bras de Gerber avant de mourir à la base du poteau... et d'être dégagé par un défenseur suisse. La plus belle occasion du match assurément. La fin du tiers est beaucoup plus confuse. Les esprits s'échauffent, les pénalités tombent et les occasions se raréfient. Les Suisses sont peu inspirés en supériorité numérique et buttent sur une défense lettone bien en place. Le match s'enlise et le score est toujours vierge après deux périodes.

Le début de la dernière période ne semble pas changer tellement la donne. Marcel Jenni s'empale sur la cage lettonne et se relève avec difficulté. Le Suisses vendangent leur septième supériorité numérique de la rencontre d'autant que celle-ci est écourtée par une faute de Seger sur Kercs. On commence à se demander si ce match va se terminer par un 0-0, lorsque sur la fin de l'avantage numérique letton, Zoltoks décale Nizivijs devant les buts. Ce dernier bute une première fois sur Gerber avant de récupérer le palet mal contrôlé par le gardien d'Anaheim et de le glisser au fond des filets. Enfin un but ? Eh bien non car M. Poliakov refuse le but de Nizivijs, arguant avoir sifflé alors que le palet semblait être sous la mitaine de Gerber, et envoie même l'infortuné Letton en prison pour un cinglage imaginaire. Drôle de décision qui n'ajoute pas de clarté dans un match de plus en plus brouillon.

Mais ce n'est que partie remise pour la Lettonie. Une fois l'infériorité numérique tuée, Sorokins adresse une longue passe qui trouve Nizivijs en relais pour Pantelejevs qui part en breakaway et mystifie Gerber d'un tir du revers (1-0, 48'54"). Enfin un but dans cette rencontre ! Les Suisses réagissent aussitôt et se lancent à l'assaut des cages d'Irbe. Plüs reprend une passe en retrait de Streit mais butte sur le portier des Carolina Hurricanes. Quelques instants plus tard, alors qu'une pénalité venait d'être appelée pour une faute de Tambijevs sur Seger, Marc Reichert ne se pose pas de question, pivote et envoie un slap sous la barre qui surprend Irbe (1-1, 51'42"). Joli entrée en matière pour le joueur de Kloten qui disputait là son premier match du tournoi. Après cette égalisation rapide, les Suisses lèvent le pied et ce sont encore Pantelejevs et Vasiljevs qui se créent les meilleures occasions. Le juge de ligne néerlandais Marco Coenen a la lèvre ouverte par une crosse dans un duel le long de la bande, et on laisse jouer les dernières minutes à deux arbitres plutôt que d'appeler un remplaçant.

On semble se diriger vers ce match nul lorsque que Nizivijs se fait sanctionner à 75 secondes de la fin du match. Une aubaine pour les Suisses d'autant plus qu'Irbe loupe son dégagement sur l'action suivante et se voit pénalisé à son tour pour retard de jeu. La fin de match devient intéressante avec une double supériorité numérique d'une minute pour les Suisses. Mais les Lettons vont la jouer roublarde en faisant mesurer la crosse de Rüthemann qui s'avère illégale. Les dernières secondes sont donc moins stressantes pour les hommes de Curt Lindström même si Irbe doit se montrer encore présent à la sirène finale sur un tir de Jenni.

Match nul logique entre les deux équipes. Irbe a sauvé son équipe mais les Suisses ne se sont pas montrés suffisamment inspirés pour prétendre à la victoire. Les Lettons ont été plus tranchants en attaque et peuvent continuer à croire en leurs chances de qualification en quart de finale de même que leurs adversaires du jour. La lutte promet d'être chaude jusqu'au bout.

Meilleurs joueurs du match : Arturs Irbe pour la Lettonie et Thomas Ziegler pour la Suisse.

Compte-rendu signé Christophe Laparra

 

Commentaires d'après-match :

Curt Lindström (entraîneur de la Lettonie) : "J'avais demandé aux joueurs de jeter un il sur les crosses suisses au cas où. Je m'excuse d'avoir utilisé cette stratégie, mais j'ai choisi de demander cette vérification compte tenu de la situation difficile dans laquelle nous étions, car nous ne pouvions pas nous permettre de perdre."

Ralph Krueger (entraîneur de la Suisse) : "La crosse de Rüthemann est telle que le fabricant nous l'a fournie."

Mark Streit (défenseur de la Suisse) : "Nous avons eu beaucoup de chances de marquer en supériorité et nous n'avons pas réussi. Ça a été la clé de ce match pour nous. On réfléchissait trop ! Il fallait qu'on tire et qu'on mette du monde devant les buts."

 

Lettonie - Suisse 1-1 (0-0, 0-0, 1-1)

Samedi 1er mai à 16h15 à la Sazka Arena de Prague. 11870 spectateurs.

Arbitrage d'Aleksandr Poliakov (RUS) assisté de Pavel Makarov (RUS) et Marco Coenen (HOL).

Pénalités : Lettonie 26' (8', 10', 8'), Suisse 14' (4', 6', 4').

Tirs : Lettonie 23 (6, 10, 7), Suisse 25 (7, 10, 8).

Évolution du score :

1-0 à 48'54" : Pantelejevs assisté de Nizivijs et Sorokins

1-1 à 51'42" : Reichert assisté de Jenni

 

Lettonie

Gardien : Arturs Irbe.

Défenseurs : Arvids Rekis - Viktors Ignatjevs ; Krisjanis Redlihs - Atvars Tribuncovs ; Olegs Sorokins - Normunds Sejejs ; Agris Saviels.

Attaquants : Aleksandrs Kercs - Sergejs Zoltoks - Juris Ozols ; Grigorijs Pantelejevs - Herbert Vasiljevs - Aleksandrs Nizivijs ; Aleksejs Sirokovs - Vjaceslavs Fanduls - Vadims Romanovskis ; Aleksandrs Semjonovs - Aigars Cipruss - Leonids Tambijevs ; Aleksandrs Macijevskis.

Remplaçant : Sergejs Naumovs (G).

Suisse

Gardien : Martin Gerber.

Défenseurs : Beat Forster - Mathias Seger ; Goran Bezina - Martin Steinegger ; Olivier Keller - Mark Streit ; Reto Kobach.

Attaquants : Ivo Rüthemann - Thomas Ziegler - Thierry Paterlini ; Adrian Wichser - Martin Plüss - Patric Della Rossa ; Marcel Jenni - Anders Ambühl - Marc Reichert ; Sandy Jeannin - Luca Cereda - Patrick Fischer ; Valentin Wirz.

Remplaçant : Marco Bührer (G).

 

Retour aux championnats du monde