Slovaquie - Russie (5 septembre 2004)

 

Match comptant pour la coupe du monde 2004, groupe Amérique.

Dernière rencontre du groupe Amérique avant les quarts de finale et un enjeu finalement assez limité puisque les Russes avaient abandonné leur prétention de première place suite à leur défaite 1-3 face au Canada la veille. Il leur restait à confirmer leur deuxième place au classement afin de défier les Américains sur leur glace pour une revanche. Du côté slovaque, les deux premières rencontres ont été assez décevantes et c'est avec l'intention de décrocher leur première victoire dans le tournoi que les Slovaques débutaient la rencontre. À noter côté russe les débuts d'Aleksandr Ovechkin, très attendu par le public nord-américain.

Les Russes prenaient d'entrée le jeu à leur compte et mettaient la pression sur les cages slovaques. Ilya Kovalchuk se mettait en évidence dès les premières minutes mais échouait sur Ján Lašák. Les efforts russes finissaient par être récompensés par une pénalité de Radivojevic. Après plusieurs essais en jeu de puissance, la Russie finissait par trouver l'ouverture sur une longue transversale d'Andrei Markov que reprenait en one-timer Pavel Datsyuk pour ouvrir le score à la seconde même où Radivojevic revenait sur la glace (0-1, 08'10"). Cueillie à froid, la Slovaquie réagissait rapidement. Josef Stümpel manquait une occasion en or, seul face à Ilya Bryzgalov. Mais à quatre contre quatre, les Slovaques se montraient les plus dangereux et Demitra profitait d'un mauvais replacement de la défense russe pour centrer au cordeau vers Marian Hossa idéalement placé au deuxième poteau. L'attaquant des Ottawa Senators ne manquait pas l'occasion d'égaliser (1-1, 10'27"). Décomplexés, les coéquipiers de Miroslav Šatan dominent le reste de la première période face à des Russes un tantinet amorphes, se ressentant peut-être de leur match de la veille face au Canada. Il s'en fallait donc de peu pour que Martin Cibak envoie les siens au vestiaire avec un but d'avance, mais l'attaquant du Tampa Bay Lightning ratait son contrôle et le score restait de parité à la pause.

La Russie semblait repartie sur de meilleures bases au début de la deuxième période, mais une pénalité de Gonchar la freinait dans leur élan. Le jeu de puissance slovaque s'avérait inefficace mais les hommes de Ján Filc continuaient à gêner les Russes en coupant régulièrement leurs passes. Pavlikovský était même tout près d'inscrire le deuxième but slovaque. Les esprits s'échauffaient quelque peu entre Kasparaitis et Orszagh, signe de l'énervement des Russes à ne pas trouver de solution dans la défense slovaque. Comme souvent dans ces cas-là, les coéquipiers d'Alekseï Yashin s'en remettent à un exploit individuel pour débloquer la situation. Et c'est Alekseï Kovalev qui endossait le rôle du sauveur en récupérant le palet à la ligne bleue slovaque, slalomant au milieu des défenseurs adverses pour finalement glisser le palet ras de glace au fond des filets de Lašák (1-2, 32'01"). Un petit chef d'śuvre de maniement de la crosse qui n'est pas sans rappeler le but du même Kovalev face aux Américains. Comme après l'ouverture du score, les Slovaques essayaient de recoller immédiatement. Marián Gáborík, tout en vitesse, se frayait un chemin vers la cage russe mais butait finalement sur Bryzgalov. Les Russes se montraient pour leur part beaucoup plus en réussite lorsque Sergueï Samsonov reprenait victorieusement une remise en retrait derrière les buts de Dainius Zubrus suite à un excellent travail préparatoire du Lituanien (1-3, 35'47"). Le break fait, les Russes se contentaient de gérer la fin du tiers mais Zubrus concédait une pénalité dans les dernières secondes.

En débutant la dernière période en avantage numérique, les Slovaques avaient une belle occasion de recoller immédiatement au score. Mais au lieu de cela, ils laissaient s'échapper Frolov et Yashin en deux contre un, le capitaine russe se chargeant de conclure l'action (1-4, 40'59"). Dès lors, le sort du match était scellé. Les Slovaques allaient bien essayer de sauver les apparences en dominant l'ensemble de la troisième période mais le mal était fait. Gáborík réduisait ainsi le score en récupérant le palet sur une mauvaise relance russe, se retrouvant à la récupération de son propre rebond qu'il plaçait sous la transversale de Bryzgalov (2-4, 45'47"). Mais les Slovaques avaient à peine le temps de croire à nouveau en leurs chances que le petit prodige russe Aleksandr Ovechkin signait une entrée fracassante dans le tournoi en marquant du revers sur une passe abandon d'Afanasenkov (2-5, 47'10"). Un but plein de maîtrise qui ne faisait que donner un petit aperçu de l'immense talent du premier choix de la draft NHL 2004. Grâce à ce but, Ovechkin se voyait récompensé par un temps de glace plus important, l'occasion d'apprécier sa maîtrise de palet. Malgré deux bonnes occasions de Šatan et Yashin en fin de rencontre et une dernière supériorité numérique russe, le score n'évoluait pas et les Russes remportaient une victoire plus difficile que le score ne pouvait l'indiquer.

La Russie a connu une réussite exceptionnelle devant la cage lors de ce match en inscrivant quatre buts sur seulement huit tirs au cours des quarante dernière minutes. Pas mérité pour les Slovaques dont l'effort a certes été plus soutenu que lors des précédentes rencontres mais dont les relâchements défensifs ont coûté très cher. La Russie termine donc deuxième du groupe nord-américain et se prépare à affronter les États-Unis à St. Paul. Quant à la Slovaquie, elle aura le redoutable privilège d'affronter les favoris de la compétition, le Canada.

Élus meilleurs joueurs du match : Marian Hossa pour la Slovaquie et Pavel Datsyuk pour la Russie.

Compte-rendu signé Christophe Laparra

 

Commentaires d'après-match :

Sergueï Samsonov (attaquant de la Russie) : "Tous les tirs ont été la conclusion logique des occasions que nous nous sommes créées. Leur concrétisation a été au plus haut. Sur mon but, je n'ai qu'à placer ma crosse, Dainius Zubrus fait tout le travail. Mais les Slovaques, dans leur tentative de changer le cours du match et de reprendre l'initiative, ont fréquemment lancé en passant la ligne bleue. C'est ce qui explique leur prépondérance aux tirs. Croire que cette efficacité durera serait naïf. Il faudra tirer plus souvent, surtout face aux Américains qui pressent constamment. Je ne pense pas qu'ils changeront leur style en quart de finale, mais ils rêvent de revanche et joueront mieux qu'au premier match. Le premier but sera capital."

Alekseï Kovalev (attaquant de la Russie) : "En interceptant le palet à la bleue, j'ai vu un arrière tomber, et tout ce qu'il me restait à faire était de passer le second. J'ai contrôlé le palet en prenant suffisamment de vitesse pour pouvoir tirer après avoir contourné le défenseur. Nous avons battu les États-Unis sur la quantité de nos tirs, et la Slovaquie sur leur qualité. Pour résoudre nos problèmes en jeu de puissance, il faut rentrer dans la zone plus simplement et ne pas surexposer le palet. Il faut plus utiliser les bandes. Il doit obligatoirement avoir un voire deux joueurs dans l'enclave. Les Américains défendent très agressivement en infériorité numérique, et il faudra donc envoyer le palet près du but dès que l'occasion se présente."

Peter Štastný (directeur général de l'équipe slovaque) : "Je reconnais que c'est une surprise déplaisante. Il n'y a pas un seul match dans ce tournoi où nous ayons ne serait-ce qu'approché le potentiel dont nous disposons et le jeu que tout le monde attend de nous. Il est difficile de trouver une justification. Il reste un petit moment de vérité, le quart de finale. Je crois notre équipe capable de jouer 30 à 40 % mieux que ça. Et à ce niveau de compétition, 1 à 2 % font la différence entre la victoire et la défaite. Les Canadiens ont un jeu irréprochable. Ils sont les favoris indiscutables du tournoi avec quatre lignes homogènes difficilement hiérarchisables et sont capables d'imprimer un rythme élevé pendant soixante minutes. Pourtant, je pense qu'il est possible de les battre. Nous avons mené 2-0 contre eux en match de préparation."

Marián Gáborík (attaquant de la Slovaquie) : "Durant la première période, on était discipliné avec des présences relativement courtes, et puis on a progressivement lâché prise. On ne peut pas laisser des joueurs comme les Russes se procurer autant de 2 contre 1 ou de 3 contre 2. En quart de finale, la pression sera sur le Canada. Ils ont la meilleure équipe du tournoi et on ne devra pas jouer comme cela. Nous devrons essayer d'utiliser notre vitesse et faire circuler rapidement le palet."

 

Slovaquie - Russie 2-5 (1-1, 0-2, 1-2)

Dimanche 5 septembre 2004 à 19h00 au Air Canada Centre de Toronto. 18115 spectateurs.

Arbitrage de Don Vanmassenhoven et Stephen Walkom assistés de Jean Morin et Pierre Racicot.

Pénalités : Slovaquie 14' (6', 4', 4'), Russie 12' (2', 8', 2').

Tirs : Slovaquie 27 (6, 9, 12), Russie 15 (7, 4, 4).

Évolution du score :

0-1 à 08'10" : Datsyuk assisté de Markov et Frolov

1-1 à 10'27" : Hossa assisté de Demitra et Chara

1-2 à 32'01" : Kovalev

1-3 à 35'47" : Samsonov assisté de Zubrus et Gonchar

1-4 à 40'59" : Yashin assisté de Frolov (inf. num.)

2-4 à 45'47" : Gaborik

2-5 à 47'10" : Ovechkin assisté de Afanasenkov

 

Slovaquie

Gardien : Ján Lašák.

Défenseurs : Lubomír Visnovský - Branislav Mezei ; Zdeno Chára - Richard Lintner (2') ; Ladislav Cierny - Martin Štrbák.

Attaquants : Miroslav Šatan (C, 2') - Jozef Stümpel (2') - Richard Zedník ; Ladislav Nagy - Pavol Demitra (2') - Marián Hossa (2') ; Marián Gáborík - Lubomir Bartecko - Martin Cibák ; Branko Radivojevic (2') - Rastislav Pavlikovský - Vladimír Országh (2').

Remplaçant : Rastislav Stana (G). Réservistes : Peter Budaj (G), Radovan Somík, Ronald Petrovický, Jaroslav Obsut, Radoslav Suchý, Miroslav Hlinka.

Russie

Gardien : Ilya Bryzgalov.

Défenseurs : Darius Kasparaitis (2') - Sergueï Gonchar (4') ; Aleksandr Khavanov - Andrei Markov (2') ; Vitaly Vishnevski - Dmitri Kalinin.

Attaquants : Sergueï Samsonov - Viktor Kozlov - Aleksei Kovalev ; Aleksandr Frolov - Aleksei Yashin (C) - Dainius Zubrus (2') ; Ilya Kolvachuk - Pavel Datsyuk - Maksim Afinogenov ; Dmitri Afanasenkov - Artem Chubarov - Aleksandr Ovechkin (2').

Remplaçant : Maksim Sokolov (G). Réservistes : Oleg Kvasha, Andrei Kovalenko, Oleg Petrov, Oleg Tverdovsky, Anton Volchenkov et Aleksandr Fomichev (G).

 

Retour à la coupe du monde