CSKA Moscou - Ak Bars Kazan (11 septembre 2004)

 

Match comptant pour la cinquième journée de la Superliga russe 2004/05.

On change d'équipe moscovite et d'équipe des républiques turco-mongoles entre Volga et Oural. Deux heures après la fin de Dynamo Moscou contre les Bachkirs d'Oufa, c'est CSKA Moscou face aux Tatars d'Ak Bars Kazan. Deux clubs profondément remaniés à l'intersaison.

Avec tout d'abord, ce tremblement de terre au CSKA. Le club de l'armée n'est plus entraîné par Viktor Tikhonov. Le colonel a cédé sa place à l'un de ses anciens élèves, Viatcheslav Bykov, ancienne gloire du club et de l'équipe nationale, longtemps passé par la Suisse (Fribourg) et qui donc parle français... La quarantaine élégante en veston à la mode a donc remplacée les petites laines pour ne pas attraper froid sur le banc du plus prestigieux club moscovite.

Changements au sifflet, changement également chez les exécutants, c'est-à-dire les joueurs. Huit nouveaux joueurs sont sur la glace du CSKA cet après-midi. Tout d'abord, dans les cages un tchèque en remplace un autre. L'idole du CSKA, l'expansif Dusan Salficky est parti au Severstal Cherepovets (qui caracole d'ailleurs en tête du championnat). Pour le remplacer, Jiri Trvaj, l'ancien gardien de Vitkovice, l'an passé au Lada Togliatti. Jiri est moins spectaculaire que Dusan, mais avec lui, le CSKA espère peut-être y arriver à force de Trvaj... Désolé...

Trois nouveaux également dans la défense des rouges et bleus. Tout d'abord, Evgueni Namestnikov qui après des années en LNH était l'an passé à Kazan. Un autre ancien coéquipier des visiteurs du soir est désormais dans la défense militaire, il s'agit de Dimitri Erofeïev. Enfin, dernier venu, Anton Belov, la saison passée en Vyschaïa Liga au Mechel Chelyabinsk.

En attaque, ils sont quatre arrivants. Andreï Nikolichine, en provenance directe de LNH (Colorado et Chicago), mais également deux autres anciens de Kazan, l'international bélarussien Vladimir Tsyplakov et Sergueï Korolev, ainsi qu'un junior qui arrive de Tver, Sergueï Ogorodnikov.

Cédant à la mode chez les clubs en rouge et bleu de "moderniser" les logos, le CSKA présente cette année un nouvel emblème. Il y a toujours (je vous rassure...) l'étoile rouge, mais au cur du logo se trouve désormais une crosse et un palet, qui donnent une impression de mouvement. Comme quoi, on peut conserver l'identité (l'étoile rouge de l'armée du même nom) et donner un coup de jeune à un logo.... Tiens, c'est comme si un club, au hasard dans les Alpes, oubliait de mettre sur son nouveau logo une tête de loup en train de se consumer dans des flammes. Impensable, non ?

Pas mal de nouveaux également chez les Tatars. L'entraîneur tchèque Vladimir Vujtek est toujours là, mais le ménage a été fait. Dans les cages tout d'abord, un évènement, le premier joueur noir de l'histoire du hockey russe. Le Canadien Fred Brathwaite, 32 ans, a un long passé en LNH (Edmonton, Calgary, St. Louis et Columbus). Il arrive en Russie avec une bonne réputation.

Quatre nouveaux défenseurs également à Kazan. L'excellent Alexandre Gousskov (Lokomotiv Iaroslavl), deux anciens joueurs du vice-champion Magnitogorsk, Nikolaï Ignatiov et l'international ukrainien Serhyï Klimentiïv (Sergueï Klimentiev en russe), et l'ex-Spartakiste Andreï Pervychine. En attaque, trois nouveaux, le Tchèque du Sparta, Jaroslav Hlinka, et deux anciens de LNH, Vitali Iatchmenev, venu de Khabarovsk mais passé par Los Angeles et Nashville, et Alexeï Morozov, formé aux Krylia Sovietov de Moscou puis parti à Pittsburgh.

Une affiche qui promet donc entre deux équipes ambitieuses, mais comme au Dynamo plus tôt dans l'après-midi, il n'y a pas grand monde dans les travées. 1500 spectateurs, même en France on fait plus avec moins (sic) de joueurs prestigieux sur la glace. Mais tant pis pour les absents, ils ratent l'entrée en scène de la terreur du CSKA : Nikolaï "bulldog" Pronine. On joue depuis moins de cinq minutes lorsque le capitaine du CSKA guerroie le long de la balustrade contre trois Tatars. Il s'en sort, passe le palet à ses camarades de ligne et part, toujours à toute allure, se replacer devant la cage, récupérer la rondelle et d'un tir rageur tromper Fred Brathwaite. Incroyable Pronine toujours égal à lui-même ! Et le capitaine moscovite de faire son geste habituel en cas de but : prendre une flèche invisible dans son dos et tirer à l'arc virtuel dans les tribunes avec sa crosse. L'archer Pronine au service de la bannière à l'étoile rouge !

Kazan, piqué au vif, tente d'accélérer le jeu, mais le CSKA version Bykov a du répondant. Cela donne une partie très agréable à voir, allant d'une cage à l'autre. Comme quoi, le hockey russe n'est pas condamné aux vorobieveries. Ah oui, au fait, avant que j'oublie. Justement, Piotr Vorobiev, l'entraîneur le plus défensif du monde à l'ouest (mais aussi à l'est, au sud et au nord) de la Volga a pris cinq matches de suspension pour tentative d'assourdissement du corps arbitral ! Il est obligé de suivre les rencontres depuis les tribunes. Du coup, certainement perdus, ou alors libérés de la présence oppressante de leur mentor, les joueurs du Lada deviennent insouciants et encaissent trop de buts. Togliatti n'est que neuvième avec la quatrième meilleure défense de la Superliga.

Revenons à des équipes normales. Le deuxième tiers part encore plus vite que le premier. Trois minutes de jeu et le junior Denis Parchine (mais comment font les Russes pour "pondre" autant de juniors aussi talentueux ?) sème la désolation dans l'arrière-garde tatare. Il ne reste plus à l'expérimenté Bélarussien Vladimir Tsyplakov qu'à marquer dans la cage ouverte pour le 2-0. Et ce n'est pas fini. Une minute trente plus tard, nouveau raid de l'armée rouge. Au départ de l'action, il y a l'irremplaçable Andreï Moziakine (l'hiver dernier, sa blessure grave a correspondu avec la baisse de rythme du CSKA), et à l'arrivée, l'ex-joueur de Kazan Sergueï Korolev inscrit le 3-0 après que Brathwaite a cru bloquer la rondelle.

Bien embêté, Vladimir Vujtek, l'entraîneur tchèque de Kazan, demande un temps mort. Les Tatars ont pourtant un bel effectif, mais l'Ak Bars n'arrive pas à jouer crinière au vent. Ça joue bien chez les Verts et Rouges, mais ça ne décolle pas. Va savoir... Ce tiers est tout aussi agréable à regarder que le premier. Les absents ont eu tort. Surtout que ne voulant pas perdre ses (bonnes) habitudes, le CSKA enfonce le clou, une nouvelle fois dans la première partie du tiers-temps, en l'occurrence le dernier.

Les Moscovites profitent d'une supériorité numérique pour inscrire un quatrième but magnifique. C'est la vedette attendue cette saison au CSKA, Andreï Nikolichine, qui envoie un missile sous la barre de Fred Brathwaite. 4-0 et le CSKA qui s'envole vers la victoire. Décidément, on voit des buts à Moscou cet après-midi. Et comme, il ne serait pas juste que Ak Bars ne soit pas récompensé de ses efforts offensifs, les Tatars trouvent, enfin, le chemin des filets de Jiri Trvaj, à cinq minutes de la fin sur une supériorité numérique. C'est Vadim Epantchintsev qui trouve la faille. Le Moscovite (formé au Spartak) sauve justement l'honneur pour Kazan. Avec cette victoire, le CSKA passe d'un point devant Kazan au classement. Les Moscovites sont huitièmes avec sept points et les Tatars onzièmes avec six points.

Meilleurs joueurs du match selon Sport-Express : Andreï Nikolichine (CSKA), Vladimir Tsyplakov (CSKA), Jiri Trvaj (CSKA).

Compte-rendu signé Bruno Cadène

 

Commentaire d'après-match

Andreï Nikolishin (attaquant du CSKA Moscou) : "Au CSKA, il y a d'autres attaquants chargés de marquer, mon travail, c'est de les alimenter en passes. Nous n'avons qu'un but, la victoire de l'équipe. Mais bien sûr, je suis content d'avoir retrouvé le chemin des filets, et je promets de ne pas m'arrêter là ! Au hockey, tout est possible. Nous n'avions pas le droit d'être déshonorés contre le promu Perm à qui nous avions laissé dicter ses conditions. Nous avons eu une discussion entre hommes, et aujourd'hui, on a vu de quoi le vrai CSKA est capable."

 

CSKA Moscou - Ak Bars Kazan 4-1 (1-0, 2-0, 1-1)

Samedi 11 septembre 2004 à 17h00 au palais des sports de glace du CSKA. 1500 spectateurs.

Arbitrage de M. Gusev (Serov) assisté de MM. Kisselev et Kadyrov (Ufa).

Pénalités : CSKA 12', Kazan 12'.

Tirs : CSKA 22 (9, 10, 3), Kazan 26 (7, 10, 9).

Évolution du score :

1-0 à 04'57" : Pronin assisté de Soïn et Emeleïev

2-0 à 22'59" : Tsyplakov assisté de Nikolishin et Parshin

3-0 à 24'30" : Korolev assisté de Yakutsenia et Mozyakin

4-0 à 46'49" : Nikolishin assisté de Polushin et Hejda

4-1 à 55'37" : Epanchintsev assisté de Morozov et Hlinka

 

CSKA Moscou

Gardien : Jiri Trvaj (TCH).

Défenseurs : Jan Hejda (TCH) - Denis Kuliash ; Vadim Khomitski - Nikolaï Semin ; Pavel Trakhanov - Evgueni Namestnikov ; Dmitri Erofeïev - Anton Belov.

Attaquants : Aleksandr Polkushin - Andreï Nikolishin - Vladimir Tsyplakov (BLR) ; Maksim Yakutsenia - Sergueï Korolev - Sergueï Mozyakin ; Nikolaï Pronin - Sergueï Soïn - Igor Emeleïev ; Denis Parshin - Dmitri Upper (KAZ) - Sergueï Ogordnikov.

Ak Bars Kazan

Gardien : Fred Brathwaite (CAN), sorti de sa cage de 55'26" à 55'37".

Défenseurs : Konstantin Korneïev - Denis Denissov ; Dmitri Balmin - Vitali Proshkin ; Aleksandr Guskov - Serhyï Klimentiïv (UKR) ; Andreï Pervyshin - Nikolaï Ignatov.

Attaquants : Alekseï Morozov - Sergueï Zinoviev - Jaroslav Hlinka (TCH) ; Aleksandr Cherbaïev - Vadim Epanchintsev - Vitali Yachmenev ; Danis Zaripov - Evgueni Fedorov - Denis Platonov ; Aleksandr Drozdetski - Andreï Rybakov - David Nemirovsky (CAN/RUS).

 

Retour au championnat de Russie