Dynamo Moscou - Salavat Yulaev Ufa (11 septembre 2004)

 

Match comptant pour la cinquième journée de la Superliga russe 2004/05.

Et un premier arrivage, un ! Le championnat russe cette saison risque d'être profondément perturbé par les allers et retours entre l'Amérique du nord et l'Europe. À peine la coupe du monde terminée pour la Russie et la menace de lock-out bien réelle, que les premiers charters de joueurs de la LNH arrivent à l'aéroport de Moscou-Cheremetievo. Quoi que j'imagine mal les milliardaires du hockey en charter...

Le Dynamo voit donc arriver deux nouveaux joueurs. L'enfant du pays, la star montante du hockey mondial, Alexandre Ovetchkine, de retour de la sélection russe, et puis un attaquant tchèque, Pavel Rosa, qui faisait la navette entre les Los Angeles Kings et leur équipe-ferme des Manchester Monarchs. Pour l'instant, il ne s'agit pas encore des joueurs sous contrat en LNH, pour lesquels il faudra patienter encore quelque jours que la ligue nord-américaine déclare sa cessation d'activité.

En tout cas, cela ne suffit pas vraiment à motiver les foules, à peine plus de deux mille personnes dans Loujniki qui peut en contenir huit mille, cela sonne creux. Plusieurs explications, le match est télévisé, le CSKA joue également en fin d'après midi à Moscou et peut donc attirer quelques indécis (pas les supporters qui n'iront jamais voir l'ennemi...), le mois de septembre où les Moscovites en profitent pour aller encore un peu à la datcha avant l'hiver (même s'il fait à peine 10 degrés aujourd'hui dans la capitale russe), la longueur interminable du championnat, et peut-être le manque d'envie de se retrouver dans un lieu public en ces périodes troublées.

C'est Alexandre Eremenko qui garde les cages du Dynamo, suivant en cela la politique d'alternance mise en place en ce début de saison par les entraîneurs moscovite. Et ça marche puisque le Dynamo n'a toujours pas encaissé le moindre but depuis le début du championnat, soit quatre matches plus une prolongation. Un phénomène analysé par la presse durant toute la semaine. Le quotidien Sport express prévoit que le Dynamo n'encaissera guère plus de 60 buts dans la saison, soit 64 journées ! Ça promet. C'est peut-être cette spectaculaire perspective qui a refroidi certains candidats spectateurs. En attendant, c'est donc au tour du gardien international kazakhstanais Vitali Eremeïev d'être sur le banc.

Le Salavat Ioulaïev, encouragé par quelques Bachkires de Moscou (drapeau de la république en tête), a en tout cas décidé de ne pas venir en victime expiatoire dans l'antre du deuxième du championnat, derrière le revenant (le vice-champion 2003 ayant été calamiteux en 2004), le Severstal de Cherepovets.

Comprenant qu'il ne s'agissait pas de se lamenter pendant des mois devant le béton armé du Dynamo, les verts et bleus partent à l'assaut. Pour son retour (même s'il n'est pas encore parti chez les Washington Capitals à cause de la menace de lock-out...), Alexandre Ovetchkine part deux minutes en prison, mais malgré de belles tentatives des visiteurs, "Sacha" (le diminutif d'Alexandre) Eremenko tient le bon bout.

En revanche, le Dynamo va montrer à ses hôtes ce que c'est que l'efficacité. Huitième minute, un joueur de chaque côté sur le banc des pénalités (Skopintsev pour le Dynamo et Khlystov pour Oufa) et la machine dynamiste se met en marche avec l'ouverture du score par Iouri Babenko, un joueur formé aux Krylia Sovietov de Moscou, puis parti en Amérique du Nord, surtout en LAH et un peu en LNH aux Avalanches du Colorado. Le Dynamo remet le couvert peu après en supériorité numérique. Un beau travail derrière la cage d'Alexandre Ovetchkine et un tir lointain qui fait mouche d'Ilia Nikouline, le jeune défenseur du Dynamo, pour le 2-0.

Cela ne décourage pas le Salavat Ioulaïev qui continue à mettre la pression sur la défense moscovite, mais malgré des tirs incessants, la cage de Eremenko reste toujours inviolée pour le treizième tiers-temps consécutif...

La deuxième période démarre à peine que le Dynamo mène déjà 3-0. Un superbe rush en drible du tchèque Pavel Rosa se termine dans la cage de l'un des gardiens de l'équipe nationale de Lettonie, Sergejs Naumovs. Le jeu part sur les mêmes bases, le Salavat Ioulaïev domine et le Dynamo marque ! Profitant, une seconde fois, d'un jeu à quatre contre quatre, le même Iouri Babenko inscrit le but du 4-0 à la vingt-sixième minute. Comme Sergejs Naumovs s'est un peu troué sur ce dernier but en laissant entrer le palet dans sa cage après l'avoir pourtant détourné, l'entraîneur d'Ouga Rafaïl Ichmatov change son gardien et fait entrer Sergueï Nikolaïev. Ce dernier fait d'excellents débuts et remet son équipe en selle. Oufa repart donc à l'attaque.

À 4-0, le Dynamo ne sent pas le danger. Il se concentre moins et joue un peu les mains sur le guidon. Une première alerte ne donne rien, sur un breakaway, l'attaquant bachkir rate totalement la cible. Comme la cage dynamiste reste inviolée et que sur cette action, Alexandre Eremenko avait de toutes manières bien anticipée, le Dynamo se voit peut-être un peu trop beau. Oufa va en profiter.

Le défenseur moscovite Igor Shchadilov part en prison (32'22) et "l'incroyable", "l'inconcevable" se passe. Bref, le Dynamo prend un but ! Oh, pas un beau but, juste un but de raccroc, un but de rage devant la cage. Après deux tirs renvoyés par Eremenko, le capitaine du Salavat, le défenseur Nikolaï Tsoulyguine, pousse rageusement le palet dans la cage moscovite. Tsoulyguine, ce héros ! Cet homme qui a enfin transpercé la défense du Dynamo ! Ce Bachkire (il vient d'Oufa) au regard noir qui... Bon, cela faisait 261 minutes que le Dynamo n'avait pas encaissé de but, il fallait bien que cela arrive un jour. Et d'ailleurs, son petit frère arrive bientôt...

Alexandre Ovetchkine part à son tour en prison, ce dont profite l'international bélarussien Dimitri Pankov (en provenance à l'intersaison de Novokouznetsk) pour marquer le but du 2-4. Oh, le Dynamo est un peu vexé... Il tente de protester, en évoquant une crosse haute. L'arbitre fait son travail et part contrôler la vidéo. Mais comme le but est parfaitement valable...

Bref, cela a dû chauffer au repos dans les vestiaires des locaux, car le dernier tiers sera parfait de la part de Dynamistes vexés de s'être laissés (un peu) remonter.

À la première occasion, c'est-à-dire un nouveau quatre contre quatre que les locaux semblent particulièrement apprécier, c'est l'excellent Alexandre Kharitonov qui loge le palet sous la barre de Nikolaïev, qui encaisse ainsi son premier but de l'après-midi. On joue seulement depuis quatre minutes dans l'ultime période et la machine du Dynamo est relancée.

Un peu plus d'une minute plus tard, Pavel Rosa démontre tout son talent et marque après un dribble magnifique le sixième but de son équipe. Cette fois-ci, Oufa est vaincu et, c'est l'international ukrainien Vadim Chakhraïtchouk qui cloue le cercueil (encore en supériorité numérique) à cinq minutes de la fin.

Finalement, alors que l'on s'attendait à un Dynamo béton, c'est le Dynamo offensif qui a triomphé à Loujniki. Cette équipe parait irrésistible. Quand ce n'est pas sa défense qui est de fer, c'est son attaque qui est de feu. Et ce n'est pas fini, la ligne nord-américaine n'est pas encore arrivée...

Ceci dit, méfiance, le championnat est très long et l'an passé, le Dynamo avait été en tête tout l'hiver pour s'effondrer au printemps et même se faire éliminer dès les quarts de finale...

Reste que le public de Loujniki a été comblé avec neuf buts. De quoi oublier que deux d'entre eux prouvent que ses favoris peuvent également en encaisser...

Meilleurs joueurs du match selon Sport-Express : Babenko (Dynamo), Rosa (Dynamo), Chakhraïtchouk (Dynamo).

Compte-rendu signé Bruno Cadène

 

Commentaire d'après-match (dans Sport-Express)

Aleksandr Ovechkin (attaquant du Dynamo) : "C'est avec une grande joie que je suis revenu en Russie. On m'avait prévenu que le troisième jour était le plus difficile à cause du contrecoup du décalage horaire, mais je ne voulais pas que ça m'empêche de jouer ce match. La coupe du monde est encore trop récente pour que j'ai pu changer mes habitudes. Outre-Atlantique, le jeu dur est considéré comme usuel et moins sanctionné. Ceci dit, je pense que ma première pénalité aurait été sifflée là-bas aussi. Ce qui m'a surpris en Amérique du nord, c'est que des joueurs âgés comme Tkachuk, Modano, Chelios et Leetch passent presque la moitié du match sur la glace et tiennent le rythme. Le début de saison du Dynamo m'a même fait peur. On ne change pas une équipe qui gagne, mais avec l'arrivée de joueurs de NHL, il y aura une folle compétition en attaque, ce qui est très intéressant."

 

Dynamo Moscou - Salavat Yulaev Ufa 7-2 (2-0, 2-2, 3-0)

Samedi 11 septembre 2004 à 13h00 à la Malaïa Sportivnaïa Arena Loujniki. 2200 spectateurs.

Arbitrage de M. Poliakov (Moscou).

Pénalités : Dynamo 16', Salavat Yulaev 16'.

Tirs : Dynamo 27 (9, 7, 11), Salavat Yulaev 35 (12, 16, 7).

Évolution du score :

1-0 à 08'55" : Babenko assisté de Kartsev et Vyshedkevich

2-0 à 12'48" : Nikulin assisté d'Ovechkin (sup. num.)

3-0 à 21'27" : Rosa assisté de Kudashov

4-0 à 26'17" : Babenko assisté de Kartsev et Vyshedkevich

4-1 à 33'40" : Tsulygin assisté de Sidiakin (sup. num.)

4-2 à 36'33" : Pankov assisté d'Ozoline (sup. num.)

5-2 à 44'53" : Kharitonov assisté de Shakhraïchuk

6-2 à 48'23" : Rosa assisté de Kudashov et Vorobiev (sup. num.)

7-2 à 55'19" : Shakhraïchuk

 

Dynamo

Gardien : Aleksandr Eremenko.

Défenseurs : Ilya Nikulin - Aleksandr Zhdan ; Igor Shchadilov - Vladislav Bulin ; Andreï Skopintsev - Alekseï Troshchinski (KAZ) (c) ; Iakov Rylov - Sergueï Vyshedkevich.

Attaquants : Alekseï Kudashov - Aleksandr Ovechkin - Pavel Rosa (TCH) ; Aleksandr Savchenkov - Alekseï Chupin - Albert Vishniakov ; Yuri Babenko - Igor Mirnov - Vladimir Vorobiev ; Denis Kartsev - Vadim Shakhraïchuk (UKR) - Aleksandr Kharitonov.

Remplaçant : Vitali Eremeïev (G).

Salavat Yulaev Ufa

Gardiens : Sergejs Naumovs (LET) puis à 26'17" Sergueï Nikolaïev.

Défenseurs : Andreï Iakhanov - Atvars Tribuncovs (LET) ; Vladislav Ozolin - Nikolaï Tsulygin (c) ; Leonid Kanareïkin - Vladimir Loginov ; Aleksandr Grishin - Vassili Syssa.

Attaquants : Andreï Sidiakin - Nikolaï Zavarukhin - Igor Volkov ; Dmitri Pankov (BLR) - Denis Khlystov - Ruslan Nurtdinov ; Sergueï Salnikov - Rinat Khassanov - Alik Gareïev ; Azat Sharipov - Andreï Taratukin - Sergueï Akimov.

 

Retour au championnat de Russie