Lokomotiv Yaroslavl - Spartak Moscou (8 octobre 2004)

 

Match comptant pour la quinzième journée de la Superliga russe 2004/05.

Une nouvelle fois l'Arena 2000 est pleine. Le public de Iaroslavl est véritablement l'un des plus fidèles de Russie. Pourtant, l'affiche proposée n'est pas forcément la plus alléchante possible. Le Loko est un peu poussif en ce début de saison, pointant en huitième position, la fameuse place tant recherchée, synonyme de qualification pour les playoffs dans très longtemps au printemps, quand la neige aura fondu. Et comme cette neige n'est pas encore tombée... Une équipe du Loko qui joue toujours sans Andreï Kovalenko que l'entraîneur finlandais de Iaroslavl, Kari Heikkilä, n'a aligné que trois fois depuis le début de la saison.

Chez les visiteurs, c'est une modeste quatorzième place sur seize qui conclut ce premier mois de compétition. Pas forcément une mauvaise performance pour un promu. Souvenez-vous l'an passé, les deux promus avaient longtemps été scotchés aux deux dernières places : le Torpedo Nijni-Novgorod pour y rester toute l'année et le Khimik Voskresensk pour s'en sortir au dernier moment au prix (élevé) de nombreux transferts en cours de saison dont le retour de deux des stars formés au club, German Titov et surtout l'emblématique Valeri Kamenski.

D'ailleurs, cette saison, l'autre promu avec le Spartak, le Molot-Prikamié Perm, est désespérément dernier. Donc le début de saison du prestigieux Spartak est plus qu'honorable avec de bons résultats comme une victoire chez le champion Omsk, un succès à domicile face à Kazan ou un match nul contre le voisin du Dynamo.

C'est toujours au son du sifflet d'une antique locomotive que les locaux font leur entrée dans cette magnifique enceinte. Et d'entrée, les Rouges et Blancs (ah, ah ! Lesquels ?) du coin ("Euh ? Iaroslavl", fait le lecteur attentif ! "Bravo !" répond l'auteur taquin) mettent de la vapeur dans la machine. Devant son nombreux public, Iaroslavl joue dans son style traditionnel, c'est-à-dire offensif. Un style qu'il semble parfois oublier à l'extérieur, à en juger par le béton armé tristounet imposé au public du CSKA récemment.

Le jeu des "cheminots" est bien léché, très constructif et agréable à l'il. Et cela fonctionne en ce vendredi après-midi. La preuve à la mi-tiers avec un palet qui vole de crosse en crosse à travers la patinoire. Une entrée en zone parfaite tout en passe pour arriver dans la palette de Denis Chvidkïi. L'ancien attaquant des Florida Panthers est à la conclusion d'une superbe action pour l'ouverture du score. Pas le temps de souffler que le jeune (et talentueux) gardien du Spartak, Andreï Medvedev, voit encore un palet au fond de sa cage. C'est Piotr Stchastlivyï qui lui a fait tous ses malheurs. Pourtant, les spartakistes en question ne se laissent pas faire, comme depuis le début de la saison. D'abord, ils ont un maillot prestigieux sur le dos, ensuite, leur entraîneur Sergueï Chepelev le répète sur tous les tons : "pas question de se laisser entraîner vers les dernières places et de vivre une saison galère". Sauf qu'Evgueni Tsybouk fait une boulette en fin de tiers (19'38"). Le défenseur moscovite met sa crosse dans la tête d'un attaquant de Iaroslavl. Bien que ce geste soit totalement involontaire, il écope de deux plus dix minutes. Le train sifflant toujours trois fois, le Lokomotiv en profite en début de deuxième tiers par Ivan Nepraïev pour le but du 3-0.

Mais, on vous le répète (ça rentre ?), le Spartak n'est pas du genre à renoncer. Petit à petit, les visiteurs se reprennent. Andreï Medvedev est parfait dans sa cage, au prix même parfois de miracles. Et les Moscovites s'enhardissent même en attaque. En tout cas, ils sont présents sur tous les palets et le jeu s'équilibre. Ils parviennent même à revenir dans le coup par un beau but, bien construit en passes (à la russe quoi...) avec à la conclusion le défenseur Vladimir Korsounov.

Il reste un tiers à disputer et les Spartakistes sont donc toujours dans le coup. Surtout que cette ultime période est beaucoup plus équilibrée. Le jeu va d'une cage à l'autre, même si le Québécois Marc Lamothe et le Moscovite Andreï Medvedev font parfaitement leur boulot dans leurs cages respectives. Les joueurs de Moscou ont cependant, dans un match sans pratiquement de prisons, par trois fois l'occasion de recoller au score sur trois supériorités, Dimitri Krassotkine, le capitaine défenseur (44eme), Denis Chvidkïi, le buteur (47eme), puis le défenseur Alexandre Riazantsev (52eme), partant se reposer sur le banc des pénalités. Malgré un bon pressing, la défense du Loko reste intraitable. Et c'est au contraire Iaroslavl qui clôt le score à trente secondes de la fin, une fois encore par Ivan Nepraïev, l'enfant du pays, formé au club.

4-1, Iaroslavl se maintient dans la course aux huit premières places, cette barrière psychologique si importante dans la Superliga, même début octobre. Le Spartak lui a fait un bon match, il s'est bien battu et a juste été défait par plus fort que lui.

Étoiles du match : *** Vladimir Antipov (Lokomotiv), ** Ivan Nepraïev (Lokomotiv), * Artiom Krioukov (Lokomotiv).

Compte-rendu signé Bruno Cadène

  

Lokomotiv Yaroslavl - Spartak Moscou 4-1 (2-0, 1-1, 1-0)

Vendredi 8 octobre 2004 à l'Arena-2000 Lokomotiv. 8500 spectateurs.

Arbitrage de M. Bedarev (Prokopievsk) assisté de MM. Aleshin et Elistratov.

Pénalités : Yaroslavl 8', Spartak 16'.

Tirs : Yaroslavl 29 (11, 10, 8), Spartak 14 (5, 5, 4).

Évolution du score :

1-0 à 10'15" : Shvidky assisté de Shafigullin et Vlasenkov

2-0 à 10'50" : Schastlivy assisté de Korolev et Antipov

3-0 à 21'11" : Nepraïev assisté de Kryukov et Ryazantsev (sup. num.)

3-1 à 35'41" : Korsunov assisté d'Obukhov et Semin

4-1 à 59'29" : Nepraïev assisté de Tkachenko et Kryukov

 

Lokomotiv Yaroslavl

Gardien : Marc Lamothe (CAN).

Défenseurs : Sergueï Zhukov - Curtis Murphy (CAN) ; Dmitri Krassotkin (c) - Alekseï Vassiliev ; - Kirill Safronov ; Aleksandr Ryazantsev - Martin Stepanek (TCH) ; Ilya Gorokhov.

Attaquants : Vladimir Antipov - Igor Korolev - Piotr Schastlivy ; Konstantin Rudenko - Vladimir Samylin - Anton But ; Ivan Tkachenko - Artiom Kryukov - Ivan Nepraïev ; Dmitri Vlasenkov - Grigori Shafigullin - Denis Shvidky.

Remplaçant : Evgueni Lobanov (G).

Spartak Moscou

Gardien : Andreï Medvedev.

Défenseurs : Evgueni Shaldybine - Sergueï Reshchetnikov (c) ; Evgueni Tsybuk - Tomas Zizka (TCH) ; Andreï Lopatin - Mikhaïl Donika ; Vladimir Korsunov - Alekseï Komarov.

Attaquants : Martin Strba (TCH) - Igor Shevtsov - Dmitri Leonov ; Ruslan Zaïnullin - Dmitri Semin - Dmitri Obukhov ; Mikhaïl Ivanov - Aigars Cipruss (LET) - Dmitri Shandurov ; Vladimir Mochalov - Andreï Shurupov - Anton Nosov.

Remplaçant : Alekseï Volkov (G).

 

Retour au championnat de Russie