Slovaquie - Canada (12 novembre 2004)

 

Match comptant pour la Deutschland Cup 2004.

Le jeu est très haché d'entrée par de nombreuses pénalités de part et d'autre, et il est vite évident que ce match se jouera sur la capacité des deux équipes en jeu de puissance. Avec un arbitrage tatillon à l'extrême, chacun a amplement sa chance de s'essayer à cet exercice. Les Canadiens passent une minute vingt à cinq contre trois, sans succès, et peu après Tapper (retenir la crosse) et Heins (cross-check) sont envoyés en prison. C'est donc maintenant la Slovaquie qui se retrouve en double supériorité pour quarante-sept secondes, et elle n'en a besoin que de vingt-six pour ouvrir le score par Martin Bartek. Bien sûr, il est toujours possible dans ces circonstances de rattraper son indiscipline. Pascal Trépanier et Steve Kelly, respectivement en prison pendant le deuxième et le troisième but de Bartek, se vengent ainsi en marquant eux aussi en supériorité numérique.

Mais ce soir, Corey Hirsch vient de trouver un nouveau personnage pour peupler ses cauchemars : le buteur slovaque Martin Bartek. Connu pour la grande précision de son tir, il a illustré sa réputation en trouvant quatre fois en six lancers le trou entre les jambières du gardien canadien. De quoi donner des regrets aux supporters du Lukko Rauma, son club finlandais qu'il a rarement gratifié de performances aussi pleines ? Pas forcément, car ils se disent plutôt contents de cet étonnant quadruplé, qui pourra faire en sorte qu'il trouve plus facilement preneur. Bartek n'a pas laissé que des bons souvenirs en deux mois de SM-liiga, où il a vite eu la réputation d'un joueur capricieux qui renâcle trop au travail défensif, même s'il n'a pas été pris à défaut dans ce domaine aujourd'hui. Il s'est surtout aliéné les supporters par ses déclarations méprisantes envers la ville qui l'accueillait, expliquant qu'il n'avait rien à faire et qu'il s'ennuyait chez lui avec internet pour seule compagnie. L'argument des journées finlandaises trop courtes et trop sombres laissait également à désirer. Après tout, il savait tout cela en signant : la latitude de la Finlande n'est un secret pour personne, et il avait déclaré en arrivant qu'il était content d'arriver dans une petite ville comparable à Zvolen, son ancienne équipe.

En fait, le problème est que Martin Bartek joue les divas sans être suffisamment indispensable pour qu'on lui pardonne ses manières. Et pourtant, il est très talentueux, il l'a encore prouvé ce soir en sabordant le Canada. Et il n'aura pas à chercher bien loin son nouveau club. Maros Krajci, membre de la délégation nationale slovaque, est aussi le manager du Slovan Bratislava, et il est donc le mieux placé pendant ce tournoi pour recruter Bartek. Bien sûr, celui-ci avait déclaré lors des derniers play-offs, à l'issue des sérieux incidents entre son club et celui de la capitale, que jamais il ne jouerait pour le Slovan. Mais bon, le redoutable buteur n'est plus à une contradiction près.

 

Commentaire d'après-match

Roman Kukumberg (attaquant de la Slovaquie) : "Les Canadiens sont bien connus pour leur style de jeu actif aux quatre coins de la patinoire. Nous nous étions dit que nous ne pouvions pas nous permettre de refaire les erreurs que nous avions commises au premier match. Je pense que nous avons mérité de gagner. Je ne vais m'étendre sur l'arbitre mais à mon avis il n'a pas le sens du hockey. Je lui conseille d'arrêter l'arbitrage. Nous sommes également contents de notre jeu de puissance. Nous commençons lentement à nous adapter les uns aux autres et je pense que nous pouvons encore faire mieux."

 

Slovaquie - Canada 5-3 (1-0, 1-0, 3-3)

Vendredi 12 novembre 2004 à 15h45 à la TUI-Arena de Hanovre. 1651 spectateurs.

Arbitrage de Martin Reichert (ALL) assisté de Florian Zehetleitner et Christian Hock (ALL).

Pénalités : Slovaquie 28' (8', 8', 12'), Canada 28' (8', 12', 8').

Tirs : Slovaquie 22 (5, 7, 10), Canada 26 (7, 6, 13).

Évolution du score :

1-0 à 14'14" : Bartek assisté de Strbak (double sup. num.)

2-0 à 22'11" : Bartek assisté de Kukumberg (sup. num.)

3-0 à 40'37" : Bartek assisté de Strbak et Harant (sup. num.)

3-1 à 43'03" : Trépanier assisté de Walser et King (double sup. num.)

3-2 à 45'22" : Kelly assisté de Delmore et Robitaille (sup. num.)

4-2 à 53'53" : Bartek

4-3 à 56'04" : Corbet assisté de Delmore et King (inf. num.)

5-3 à 59'29" : Kukumberg assisté de Bartecko et Bartek (cage vide)

 

Slovaquie

Gardien : Karol Krizan (2').

Défenseurs : Martin Štrbák (4') - Tomáš Harant ; Dominik Granak - Jaroslav Obšut (4') ; Branislav Mezei - Peter Smrek (2') ; Tomáš Starosta (2') - Richard Stehlík.

Attaquants : Luboš Bartecko - Roman Kukumberg (2') - Martin Bartek ; Marcel Hossa (2') - Martin Cibák - Michal Hudec (2') ; Ivan Ciernik (4') - Martin Hujsa (2') - Martin Kulha (2') ; Peter Fabuš - Juraj Faith - Juraj Štefanka.

Remplaçant : Rastislav Stana (G).

Canada

Gardien : Corey Hirsch.

Défenseurs : Shawn Heins (2') - Micki Dupont ; Shane Peacock - François Bouchard ; Andy Delmore - Pascal Trépanier (4') ; Derrick Walser (2').

Attaquants : François Méthot - Matt Davidson (2') - Yves Sarault (2') ; René Corbet (4') - Brad Tapper (2') - Steve Kelly (4') ; Jason Podollan (2') - Domenic Pittis - Randy Robitaille (4') ; Chris Herperger - Scott King - François Fortier.

Remplaçants : Jimmy Waite (G), Jeremy Adduono.

 

Retour aux matches internationaux