République Tchèque - Suède (16 décembre 2004)

 

Match comptant pour la Coupe Rosno.

Le gouvernement russe ayant interdit à brève échéance la publicité pour l'alcool cet été, la brasserie Baltika ne sponsorise plus la manche russe de l'Euro Hockey Tour, et ce n'est qu'il y a quelques semaines qu'un nouveau sponsor a été trouvé pour le tournoi, la compagnie d'assurances Rosno.

Les supporters suédois se posent beaucoup de questions. Après l'échec en quart de finale de la coupe du monde et le licenciement de Hardy Nilsson, le manager de l'équipe nationale Wallin avait déclaré qu'il voulait rajeunir la sélection et y implanter graduellement un nouveau style de jeu. Ce dernier point paraît difficile du fait de la tournante des entraîneurs instaurée pendant l'Euro Hockey Tour. Le sélectionneur choisi à l'occasion de cette Coupe Rosno, Kent Johansson, avoue lui-même qu'il ne risque pas d'avoir une quelconque influence sur le style futur de la Tre Kronor en quatre séances d'entraînement et trois rencontres. "Kenta" a annoncé la couleur, il s'en remettra aux bonnes vieilles méthodes suédoises, une défense serrée et une attaque en option.

Pour ce qui est du rajeunissement, on ne voit pas très bien où Wallin veut en venir avec sa sélection, qui ne comprend aucun des meilleurs joueurs suédois, pas même les jeunes stars. La Tre Kronor alignera son meilleur effectif aux Sweden Hockey Games, mais l'équipe envoyée à Moscou ne ressemble à rien, selon pas mal d'observateurs. Ce n'est pas une sélection d'avenir, puisqu'il y a des trentenaires comme Thomas Johansson et Jonas Rönnqvist, ce n'est pas non plus l'occasion de lancer de nouveaux joueurs dans le grand bain, puisqu'il n'y aucun débutant. Wallin s'est défendu en expliquant que l'arrivée massive de joueurs NHL en Elitserien pendant le lock-out avait privé de glace les meilleurs jeunes, d'où l'impossibilité de trouver de nouveaux éléments. Et il y a eu des absents excusés comme Henrik Zetterberg, blessé à la main, ou Mattias Weinhandl, le meilleur buteur dans le championnat suédois, qui a un léger étirement au poignet et a cédé sa place à Mikael Samuelsson, l'attaquant qui n'avait pas convaincu en début de saison à Genève-Servette et était rentré au pays. Quatre autres titulaires du tournoi Karjala (Magnus Johansson, Per Hållberg, Mattias Tjärnqvist et Tony Mårtensson) ont aussi déclaré forfaits, d'où l'intégration de joueurs de seconde zone à leur place, les défenseurs Frögren et Lindström, discrets mais sûrs, et les attaquants Ledin et Ölvestad, peu dangereux offensivement.

Du coup, cette sélection de transition ne paraît pas devoir améliorer le bilan très maigre de ses devancières dans le tournoi moscovite, où la Suède n'a pas battu un seul adversaire européen depuis six ans. En plus, les Tchèques ont le soutien des spectateurs russes présents. Il faut dire que quatre d'entre eux évoluent en Superliga, sans compter que leur entraîneur intérimaire Radim Rulik avait été l'adjoint du regretté Ivan Hlinka à l'Avangard Omsk.

Après l'ouverture du score d'Ales Hemsky et la très belle égalisation du défenseur offensif Lars Jonsson, qui dépose la défense sur une action personnelle conclue par un tir du poignet dans le haut du filet, c'est d'ailleurs le meilleur marqueur de la Superliga russe, Pavel Rosa, qui redonne l'avantage aux Tchèques. Ceux-ci semblent se diriger vers la victoire après le but de Josef Vasicek en troisième période, mais trop confiants, ils encaissent deux buts en une minute. Dominée en début de match, la Tre Kronor a joué de mieux en mieux et les joueurs présents ont en fin de compte pratiqué un hockey plutôt bon qui a dissipé les craintes. La performance de Yared Hagos est par exemple notable car il a nettement progressé offensivement, sa technique de plus en plus assurée en faisant désormais un joueur complet et très intéressant.

Quant au vainqueur du match, il s'est désigné aux tirs au but, qui ont eu un déroulement original. Comme ils sont organisés par duels, les coaches peuvent envoyer le même homme plusieurs fois, et c'est exactement ce qu'ils ont fait. Il n'y a eu qu'un seul tireur dans chaque équipe. Après tout, pourquoi en changer tant qu'ils réussissent ? On a eu d'un côté le rappelé de dernière minute Samuelsson, et de l'autre Tomas Vlasak, champion de Russie en avril dernier avec Omsk et passé à Kazan, mais rentré chez lui il y a deux mois quand le nouvel entraîneur (et sélectionneur de la Russie) Zinetula Bilyaletdinov lui a fait comprendre qu'il ne comptait pas trop sur lui. Les deux hommes transforment leurs deux premières tentatives, et dans cet étonnant duel à "hockey-corral", c'est à celui qui craquera le premier. C'est finalement Samuelsson qui échoue devant Jiri Trvaj, gardien décisif pour les Tchèques.

 

Commentaire d'après-match

Radim Rulik (entraîneur de la République Tchèque) : "L'an dernier, j'avais vu Kovalenko transformer trois tirs au but ici même contre le gardien tchèque Salficky, et aujourd'hui je voulais montrer aux spectateurs moscovites que dans notre équipe aussi il y a de bonnes gâchettes."

 

République Tchèque - Suède 4-3 après tirs au but (2-1, 0-0, 1-2, 0-0, 1-0)

Jeudi 16 décembre 2004 à 15h00 au Luzhniki de Moscou. 800 spectateurs.

Arbitrage de Sergueï Karabanov (RUS) assisté de Konstantin Olenin et Sergueï Selyanin (RUS).

Pénalités : République Tchèque 10' (0', 6', 4', 0'), Suède 8' (4', 2', 2', 0').

Tirs : République Tchèque 22 (11, 3, 5, 3), Suède 30 (7, 9, 14, 0).

Évolution du score :

1-0 à 04'30" : Hemský assisté de Vrbata et Hejda

1-1 à 06'53" : Jonsson

2-1 à 09'15" : Rosa assisté de Mikeska

3-1 à 44'00" : Vašícek assisté de Kaberle et Vlasák

3-2 à 46'21" : Lindström assisté de Nordgren

3-3 à 47'15" : Berglund assisté de Franzén et Ölvestad

Tirs au but :

Suède : Samuelsson (réussi), Samuelsson (réussi), Samuelsson (arrêté).

République Tchèque : Vlasák (réussi), Vlasák (réussi), Vlasák (réussi).

 

République Tchèque

Gardien : Jirí Trvaj.

Défenseurs : TomᚠKaberle - Radek Martínek (2') ; Miroslav Blaták - Martin Škoula (2') ; Jan Hejda (4') - Jan Novák ; Vladimír Sicák - Frantísek Ptácek.

Attaquants : TomᚠVlasák - Josef Vašícek (2') - Jaroslav Hlinka ; Ladislav Kohn - Michal Mikeska - Pavel Rosa ; Radim Vrbata - Václav Nedorost - Aleš Hemský ; Miloslav Horava - TomᚠDivíšek - Zbynek Irgl.

Remplaçant : Marek Pinc (G).

Suède

Gardien : Johan Holmqvist.

Défenseurs : Sanny Lindström - Lars Jonsson ; Henrik Tallinder - Johnny Oduya (2') ; Andreas Lilja - Jonas Frögren.

Attaquants : Jonathan Hedström - Yared Hagos (2') - Niklas Nordgren ; Mika Hannula (2') - Johan Davidsson - Mikael Samuelsson ; Per Ledin - Jonas Rönnqvist - Magnus Nilsson (2') ; Christian Berglund - Johan Franzén - Björn Melin (puis Jimmie Ölvestad à 40'00").

Remplaçants : Stefan Liv (G), Thomas Johansson.

 

Retour aux matches internationaux