Finlande - République Tchèque (18 décembre 2004)

 

Match comptant pour la Coupe Rosno.

Pour ce deuxième match, les deux entraîneurs ont changé leur gardien et procédé à un autre remplacement. Chez les Tchèques, il s'agit juste de donner sa chance à Vesely, à la place d'Irgl, mais chez les Finlandais, la promotion de Karalahti en première ligne est la conséquence d'une perte importante, puisque Petteri Nummelin s'est blessé contre la Russie et a dû rentrer chez lui.

La Finlande prend vite l'avantage sur une combinaison des homonymes Jokinen, avant que Vasicek n'égalise au moment où le prisonnier Niinimaa s'apprêtait à sauter sur la glace. Marek Pinc, la révélation de Vitkovice, a beaucoup de travail sur des tirs de Salmelainen ou Peltonen, mais ce sont les Tchèques qui prennent l'avantage par Vaclav Nedorost, auteur de son premier but en équipe nationale pour sa huitième sélection.

Les attaques finlandaises de la deuxième période sont mal conclues et vite punies. Une tentative à deux joueurs résulte dans une contre-attaque de Divisek, dont le tir laisse Backström sans réaction. Deux minutes plus tard, la transversale sauve Pinc, et presque sur le contre, Jaroslav Hlinka, dont la ligne a été la plus active, profite d'une erreur défensive finlandaise pour inscrire le quatrième but.

Après des occasion manquées d'Esa Pirnes et d'Olli Jokinen, qui tire au-dessus de la cage à bout portant, en début de troisième période, on se dit que le suspense est clos. Et le fait que la ligne des jeunes joueurs de NHL Vrbata-Nedorost-Hemsky ne transforme pas les occasions qu'elle se crée ne paraît pas dramatique. Pourtant, en huit minutes, tout bascule. Jussi Jokinen, l'attaquant de Kärpät Oulu, montre tout son sens du but en marquant deux fois à soixante-cinq secondes d'intervalle. Et à deux minutes de la fin, Martin Skoula retient Niko Kapanen qui se frayait un chemin dans la zone tchèque. Cette dernière supériorité numérique est exploitée par Olli Jokinen qui égalise... et qui inscrit aussi le but vainqueur en prolongation.

Les Tchèques, qui ont bien joué et qui avaient partie gagnée à dix minutes de la fin, ont tout perdu face à deux Jokinen. De quoi désarmer leur jeune entraîneur intérimaire Radim Rulik, l'homme de Karlovy Vary qui avait dû mettre un terme à sa carrière à vingt ans en raison d'une blessure, qui a retrouvé ses joueurs "KO".

 

Commentaires d'après-match

Jaroslav Hlinka (attaquant de la République Tchèque) : "Nous ne pouvons rien comprendre. Nous avons commis la même erreur, nous avons cessé de jouer après deux périodes. Les Finlandais ont égalisé, et le temps de réaliser ce qui nous arrive, le mal était déjà fait. Pendant cinquante minutes, les Finlandais n'avaient rien pu faire, et nous nous sommes relâchés."

Marek Pinc (gardien de la République Tchèque) : "J'ai commencé à comprendre dès la première minute de la dernière période - ça ne jouait plus comme avant. En hockey il arrive qu'une équipe mène de trois buts et perde. Nous avions de la réussite, et ça ne peut pas toujours durer. Mais au troisième tiers-temps, nous aurions dû être plus soudés. L'adversaire était trois fois meilleur que celui de mon premier match international [quatre jours plus tôt contre le Bélarus avec un blanchissage à la clé]. Néanmoins, je dormirai tranquillement ce soir. C'était un match parmi d'autres."

Erkka Westerlund (entraîneur de la Finlande) : "Nous savions que les Tchèques jouaient bien et c'est pourquoi nous voulions que les attaquants prennent leurs responsabilités défensives. En deuxième période surtout, ils ont fait beaucoup d'erreurs terribles. Au troisième tiers-temps, le jeu des gardiens de but a fait la différence. Et aussi le fait que nous avions deux Jokinen, un pour faire les passes et un pour marquer."

 

Finlande - République Tchèque 5-4 après prolongation (1-2, 0-2, 3-0, 1-0)

Samedi 18 décembre 2004 à 17h00 au Luzhniki de Moscou. 1600 spectateurs.

Arbitrage de Zakharov (RUS) assisté de Belov et Kiseïov (RUS).

Pénalités : Finlande 6' (2', 4', 0', 0'), République Tchèque 10' (2', 4', 4', 0').

Tirs : Finlande 26 (12, 2, 11, 1), République Tchèque 26 (9, 10, 7, 0).

Évolution du score :

1-0 à 02'57" : O. Jokinen assisté de J. Jokinen

1-1 à 09'15" : Vašícek assisté de Vlasák et Martínek (sup. num.)

1-2 à 17'09" : Nedorost assisté de Hejda et Hemský

1-3 à 33'30" : Divíšek assisté de Ptácek

1-4 à 36'53" : Hlinka assisté de Vašícek

2-4 à 52'17" : J. Jokinen assisté de Peltonen et Kapanen

3-4 à 53'22" : J. Jokinen assisté de Kukkonen

4-4 à 58'56" : O. Jokinen assisté de J. Jokinen et Peltonen (sup. num.)

5-4 à 60'51" : O. Jokinen assisté de Niinimaa et J. Jokinen

 

Finlande

Gardien : Niklas Bäckström (sorti de sa cage de 58'53" à 58'56").

Défenseurs : Jere Karalahti - Marko Kiprusoff ; Janne Niinimaa (4') - Lasse Kukkonen ; Tuomas Eskelinen (2') - Pekka Saravo.

Attaquants : Ville Peltonen - Olli Jokinen - Jussi Jokinen ; Esa Pirnes - Niko Kapanen - Tony Salmelainen ; Toni Dahlman - Jarkko Immonen - Jussi Personen ; Riku Hahl - Valtteri Filppula - Jani Rita.

Remplaçants : Fredrik Norrena (G), Teemu Virkkunen.

République Tchèque

Gardien : Marek Pinc.

Défenseurs : TomᚠKaberle - Radek Martínek ; Miroslav Blaták - Martin Škoula (2') ; Jan Hejda - Jan Novák ; Vladimír Sicák (2') - Frantísek Ptácek.

Attaquants : TomᚠVlasák - Josef Vašícek - Jaroslav Hlinka ; Ladislav Kohn - Michal Mikeska (2') - Pavel Rosa ; Radim Vrbata - Václav Nedorost - Aleš Hemský ; Ondrej Veselý (2') - TomᚠDivíšek - Miloslav Horava (2').

Remplaçant : Jirí Trvaj (G).

 

Retour aux matches internationaux