Asnières - Viry-Chatillon (27 avril 2005)

 

Barrage division 1 / division 2, match retour.

Au match aller, Viry a dominé cinquante-sept minutes durant, mais trois minutes ont suffi à Asnières pour marquer deux buts et repartir le cœur confiant pour le retour (4-2). Les Castors sont néanmoins encore moins nombreux qu'à l'aller, avec Karim Chaiblaine en moins. Les Jets se sont déplacés avec un effectif complet de vingt-deux joueurs, plus des blessés et réservistes dans les gradins. Viry mène aussi en nombre dans les tribunes avec deux grosses caisses à une. Il y a quelques minutes de queue à l'entrée, même après le coup d'envoi, et des représentants de la plupart des clubs franciliens de D1 ont fait le déplacement pour savoir qui sera leur adversaire l'an prochain. L'évènement le vaut puisque c'est le dernier match de championnat de France de la saison en catégorie senior.

La partie débute par un round d'observation où les deux équipes paraissent gênées sur une grande glace malgré des intentions offensives. Asnières s'accroche et son entraîneur-joueur Peter Zambori ouvre le score après cinq minutes de jeu (1-0 à 05'00"). Viry domine tout de même légèrement et Mickaël Marouillat nettoie la lucarne à mi-distance (1-1 à 09'22"). Le score reste équilibré mais les Castors prennent un très gros coup au moral juste avant le retour aux vestiaires. Jérémy Buigues s'avance dans le haut de l'enclave et prend un lancer, le rebond est alors envoyé en lucarne par Clément Masson (1-2 à 19'52"). Pluie de confettis de fortune dans le camp des supporters castelvirois. On notera que les deux buts de Viry ont été inscrits par deux des joueurs qui mettent le plus d'engagement et d'abnégation dans leur jeu. Ils l'ont bien mérité.

Les Jets sont d'entrée en supériorité à la reprise (faire trébucher de Machon), mais Zdenek Sikl est lancé en break et a une seconde occasion dans la foulée sur un mauvais dégagement. Quelques minutes plus tard, Viry se retrouve carrément à cinq contre trois après une crosse haute de ce même David Machon sur Romain Danton sous les yeux de l'arbitre, mais son jeu de puissance est désastreux et n'arrive même pas à prendre de tirs. Les Asniérois pourraient donc se dire qu'ils ont passé le plus dur, mais au retour à égalité numérique, ils ne parviennent pas à se créer la moindre occasion et sont dominés. Après le deuxième tiers-temps, même certains membres du club d'Asnières en tribunes n'y croient plus.

Ceux qui sont sur la glace gardent espoir, en revanche, et ils ont raison. L'indiscipline castelviroise coûte très cher. Arnaud et Buigues se retrouvent en prison, et deux bonnes combinaisons d'Asnières relancent complètement le match. À cinq contre trois, une passe de la bleue de Sikl est relayée par Pohanka qui centre instantanément devant la cage pour Peter Zambori (2-2 à 46'02"). Puis à cinq contre quatre, Machon de la bleue trouve directement Zambori sans intermédiaire. Le Tchèque, encore une fois seul dans le slot, feinte Larivée et ramène Asnières à un but de retard sur l'ensemble des deux rencontres (3-2 à 47'18"). On sent alors une véritable torpeur chez des Jets cloués au sol, sans réaction. Pendant quelques minutes, ils ne réussissent plus un seul tir cadré et affligent leurs fidèles.

Tout le monde regarde Peter Zambori, capable à lui seul de sauver l'AHC de la relégation. Mais le Tchèque commet un cinglage sur Olivier Roujon, et hurle alors sa colère parce qu'une faute viroise préalable n'avait pas été sifflée. Quand il ressort de prison, il ne fait pas cinq mètres qu'il accroche Kévin Ledoux en train de déborder sur l'aile droite. Il retourne donc dans la geôle, où il aura passé quatre des six dernières minutes cruciales de cette rencontre ! L'absence de leur lumière Zambori a certainement handicapé Asnières dans ces moments fatidiques. Pour ce qui est de l'équité de l'arbitre (dont doutait le Tchèque), même s'il ne voit pas tout, il faut reconnaître qu'il assume ses responsabilités. À quatorze secondes d'intervalle, deux visiteurs sont Jets sont envoyés en prison, Julien Pasquereau (quatre des cinq dernières minutes sur le banc de la prison, même dans ces instants graves il ne sait toujours pas se retenir...) pour coup de poing et Guillaume Jeannette pour obstruction. Il reste une minute et vingt-et-une secondes dans ce match, et les Asniérois sont à cinq contre trois pour inscrire ce but synonyme de prolongation. Dans le courage de la prise de responsabilité, les zèbres ont une longueur d'avance ce soir sur les attaquants des Castors. Pendant trente secondes, ceux-ci font circuler le palet sans qu'aucun n'ose lancer. Résultat, ils se font sortir de la zone offensive par l'arbitre parce qu'un joueur s'est installé dans le cercle du gardien. Bis repetita quelques instants plus tard car un Asniérois a pris le palet dans son gant dans une lutte acharnée sur une mise au jeu revenue en zone d'attaque. Cette seconde sortie de zone est définitive, et Viry conserve sa maigre avance au bout de la peur.

L'explosion est à la hauteur de la tension accumulée. Les casques et les gants volent, et les Castelvirois en liesse se regroupent pour la photo-souvenir en délaissant quelque peu les Asniérois prostrés de l'autre côté de la glace. Les hommes de Peter Zambori se seront accrochés jusqu'au bout et ont bien failli compromettre la promotion de Viry, logique aboutissement d'une saison des Jets que les hauts et les bas de ce match résument tout à fait.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Asnières - Viry-Chatillon 3-2 (1-2, 0-0, 2-0)

Mercredi 27 avril 2005 à 20h45 à la patinoire des Courtilles. 430 spectateurs.

Arbitrage de Marcin Leszko assisté de Mathieu Coquet et Éric Bouguin.

Pénalités : Asnières 16' (0', 10', 6'), Viry-Châtillon 16' (2', 4', 10').

Tirs : Asnières 24 (8, 5, 11), Viry-Châtillon 37 (12, 11, 14).

Évolution du score :

1-0 à 05'00" : Zambori assisté de Sikl

1-1 à 09'22" : Marouillat assisté de Gassiot

1-2 à 19'52" : Masson assisté de Buigues

2-2 à 46'02" : Zambori assisté de Pohanka et Sikl (double sup. num.)

3-2 à 47'18" : Zambori assisté de Machon (sup. num.)

 

Asnières

Gardien : Pierre Lasserenne.

Défenseurs : Vincent Moreau - Antti Kaartinen ; Alexandre Pierre - David Machon ; Grégory Boissière.

Attaquants : Zdenek Sikl - Robert Pohanka - Peter Zambori ; Mourad Chaiblaine - Marc Dussaucy (C) - Bruno Rivero ou Benoît Quatreuil.

Remplaçant : Guillaume Dalsasso (G).

Viry-Chatillon

Gardien : Francis Larivée.

Défenseurs : Julien Pasquereau - Yvan Kerneis ; Jérémy Buigues - Hugo Astic (A) ; Guillaume Jeannette (C) - Ronan William.

Attaquants : Romain Danton - Clément Masson - Kévin Ledoux ; Mathias Arnaud - Kévin Dugas - Chris Desuert ; Olivier Roujon (A) - Mickaël Marouillat - Victor Peduzzi ; Cédric Gassiot.

Remplaçants : Thierry Lallemand (G), Mohamed Benyahia, Romain Costes, Bertrand Danton. Absents : Arnaud François (ligament interne du genou), Ludovic Germack (luxation de la clavicule), Benjamin Aubry.

 

Retour au championnat de France de division 1