Amiens - Rouen (7 avril 2006)

 

Finale de Ligue Magnus, match n3.

La Ligue Magnus pourrait bien connaître son épilogue dès ce soir, dès la troisième manche de la finale. Rouen arrive en effet au Coliséum avec un moral de gagneur et de champion. Et avec le gain des deux premières rencontres. La confiance normande est au beau fixe et rien ne semble pouvoir empêcher les Dragons de rentrer passer le week-end sur les bords de Seine avec une huitième Coupe Magnus.

Face à eux, les Gothiques n'ont plus rien à perdre. Amiens rêve de prolonger encore un peu cette saison. La tâche est ardue puisque le voisin de Haute-Normandie reste invaincu. Mais invaincu ne veut pas dire imbattable. Pour ce faire, Denis Perez récupère deux attaquants avec Jonathan Zwikel et Julian Marcos. Le coach picard intègre aussi Mathieu Jestin dans ses lignes arrières, en lieu et place de Sébastien Dermigny, touché au genou.

Quand les Gothiques pénètrent sur le glaçon, tous ont une petite tape pour Antoine Mindjimba. Ce match est peut-être bien le dernier du mythique cerbère amiénois sur sa glace. Arrêtera ou n'arrêtera pas ? Le mystère reste entier. Comme tous les ans...

Les Rouennais enclenchent en premier. Après une bonne cinquantaine de secondes, Kimmo Salminen reprend le palet tout à droite de la glace. Il fixe Antoine Mindjimba et lance, mais le portier picard bloque la rondelle. Juste derrière, François Rozenthal ouvre le compteur des pénalités. L'ailier amiénois écope de deux minutes pour un faire trébucher (1'10"). Le jeu de puissance de Rouen s'installe et le puck circule dans la zone offensive. Sami-Ville Salomaa et Julien Desrosiers tentent leurs chances. En vain. Amiens a aussi l'occasion de jouer en supériorité numérique quand Pierre-Édouard Bellemare part deux minutes en prison (retenir la crosse, 3'03"). Les Gothiques portent le palet vers l'avant, mais mis à part deux tirs de Rozenthal et Mortas, Ramon Sopko n'est pas inquiété. Brice Chauvel quitte lui aussi les siens après une charge incorrecte (4'11"). Rouen ne profite pas de l'occasion et ne réussit même pas à s'installer dans la zone adverse. Quelques secondes après le retour à cinq contre cinq, Éric Fortier récupère la crosse de Peter Janik en plein visage. Le défenseur slovaque prend donc une 2'+2' pour cette crosse haute (6'28"). Sami-Ville Salomaa met rapidement Mindjimba à contribution sur un bon slap. La gardien picard relâche vite le palet et Laurent Gras joue de sa vitesse de patinage pour partir en contre. Il se présente face à Ramon Sopko mais son lancer est trop haut (6'45"). Le powerplay normand revient et Mindjimba doit stopper deux tirs de Jan Mikel (7'14"). Progressivement, les Amiénois réussissent finalement à repousser le danger. Le palet revient traîner devant la cage de Mindjimba. Dans la confusion, Salminen reprend et shoote mais le gardien amiénois s'impose (8'25").

Rouen retrouve une double supériorité numérique avec une nouvelle pénalité amiénoise sifflée contre Brice Chauvel pour un cinglage (8'42"). Avec le reste de la punition de Peter Janik, les Dragons disposent de 1'46" à cinq contre trois. Pas pour très longtemps en fait. Éric Fortier part lui aussi en prison après une obstruction parfaitement inutile (8'51"). Et Rouen n'a plus qu'une simple supériorité à sa disposition. Carl Mallette l'utilise pour faire parler la poudre. Son tir balayé est bloqué par Antoine Mindjimba (9'32"). Les secondes défilent et le jeu revient à cinq contre cinq. Amiens essaye désormais de lancer quelques contres. Un choix stratégique relativement peu payant puisque seul Miroslav Pazak s'ouvre le chemin du but de Ramon Sopko. Le duel entre les deux Slovaques tourne finalement à l'avantage du gardien rouennais. Les Normands répondent par une occasion d'Alexandre Lefebvre. Le jeune attaquant récupère un palet dans une crosse adverse et part en break. Mindjimba a encore le dernier mot (12'18"). Peu à peu, Amiens refait ainsi surface et commence même à dominer. Les Gothiques pressent de plus en plus autour de la cage adverse. Loïc Sadoun tente sa chance. Sopko laisse un rebond que personne ne reprend (13'40"). Sur l'action qui suit, Anthony Mortas gagne l'engagement et transmet le palet à Brice Chauvel. Le lancer de l'ailier picard manque de justesse de tromper Sopko (13'52"). Plus tard, le même Chauvel envoie Pazak dans un nouveau break. Le Slovaque lance mais Sopko s'interpose tout en laissant un rebond. Chauvel arrive et reprend, avant que l'ancien gardien de Tours ne gèle pour de bon la rondelle (14'18"). Ce n'est que partie remise pour Amiens. Rouen perd le palet en zone offensive. Les Gothiques repartent à l'attaque. Simon Petit sert Loïc Sadoun qui contourne la cage de Sopko et ouvre finalement la marque (1-0 à 14'50").

Amiens ne relâche pas pour autant son forcing. Les Gothiques sont maintenant installés dans le camp rouennais et Julian Marcos y va lui aussi de son shoot. Surpris, Ramon Sopko détourne le palet comme il peut (16'00"). Juste derrière, Carl Mallette est puni pour une charge incorrecte (16'02"). Amiens tente de profiter de cet avantage numérique mais manque de se faire piéger. Olivier Coqueux et Alexandre Lefebvre partent en deux contre un. Coqueux choisit de jouer seul mais bute sur Mindjimba (16'18"). Une grosse minute plus tard, le portier picard doit encore sauver son équipe. Élie Marcos perd le palet et Julien Desrosiers s'échappe. Il passe la rondelle à Marc-André Thinel. Le Canadien réussit à lancer mais il est arrêté irrégulièrement par un défenseur picard. Le trio arbitral donne donc un tir de pénalité à l'attaquant des Dragons. Thinel s'élance mais tarde trop et rate son dribble face à Antoine Mindjimba qui, du coup, bloque le palet (17'23"). Le jeu reprend mais les esprits commencent à s'échauffer. Quelques mauvais coups partent et Marc-André Thinel prend une 2'+2' pour un accrocher et une charge incorrecte (17'39"). Mais jouer en infériorité numérique ne semble pas vraiment inquiéter les Normands. Amiens ne se pose pas en zone offensive et Rouen se dégage sans gros problème. Les Gothiques se créent quand même une bonne action dans les dernières secondes de cette première période. Élie Marcos ressort le palet de la bande et le donne dans l'enclave à François Rozenthal. Le slap de l'international est bloqué et le tiers se termine. Pendant ces vingt premières minutes, Rouen a perdu Pierre-Édouard Bellemare, victime d'une fracture au pouce. Il est remplacé par Édouard Dufournet.

Tout semble aller pour le mieux coté amiénois. Les Gothiques mènent 1-0 et débutent la période avec 1'40" à jouer en supériorité numérique. Penser cela, c'est oublier cette sorte de syndrome du deuxième tiers qui sévit souvent au Coliséum, surtout quand l'adversaire vient de Haute-Normandie. Rouen le sait bien. Et le prouve. Miroslav Pazak perd bêtement le palet en zone offensive. Julien Desrosiers se jette dessus et part en break. Il trompe Antoine Mindjimba et ramène son équipe à égalité (1-1 à 20'28"). Amiens n'est pas encore complètement sonné et tente de repartir vers l'avant. Laurent Gras manque même de redonner l'avantage aux siens en reprenant un rebond laissé par Ramon Sopko. Mais son tir bute sur le poteau (21'00"). Si Amiens réussit ensuite à tuer une infériorité numérique consécutive à une pénalité sifflée contre Jonathan Zwikel (accrocher, 21'24"), on sent pourtant que depuis l'égalisation rouennaise, les Gothiques sont pris à la gorge. Il faut encore un impressionnant Mindjimba pour repousser les assauts normands. Ainsi, le portier picard s'impose face à Thinel, pourtant complètement oublié par la défense picarde (24'22"). Peter Janik laisse à son tour ses coéquipiers jouer à quatre contre cinq après un accrocher (25'03") et Antoine Mindjimba tient toujours en détournant de la jambière un tir de Carl Mallette (25'55"). Finalement, les Dragons réussissent à profiter de leur jeu de puissance. Après un bon travail dans son coin gauche, Éric Fortier ressort la rondelle de la bande et centre puissamment. Marc-André Thinel arrive à la droite du but d'Antoine Mindjimba. Sa reprise ne laisse aucune chance au dernier rempart des Gothiques qui ne peut que freiner le palet (1-2 à 26'00").

De nouveau, les esprits s'échauffent un peu et Nicolas Besch et François Rozenthal prennent deux minutes chacun pour dureté (26'51"). Il faut attendre pour voir les Gothiques ressortir la tête hors de l'eau et pointer de nouveau leurs crosses en attaque. Laurent Gras lance même mais sans grand résultat (27'55"). Le festival des pénalités continue aussi. À peine revenu sur la glace, Rozenthal retourne en prison pour avoir fait trébucher... Besch (28'58"). Le jeu de puissance rouennais s'installe mais les Dragons butent toujours sur Antoine Mindjimba. Un arrêt du casque (29'51"), un palet gelé sur un tir balayé de Thinel (30'13")... Le portier picard répond présent. Les deux équipes se retrouvent privées de deux joueurs majeurs pour deux minutes. Laurent Gras est puni pour une obstruction et le trio arbitral n'apprécie pas la réaction d'Olivier Coqueux (dureté, 31'28"). Malgré tout, Rouen poursuit son forcing. Jan Mikel décoche un shoot intéressant et cette fois-ci, Mindjimba semble battu. C'est sans compter sur le retour in extremis de Vincent Bachet qui repousse le palet (32'00"). Amiens continue d'envoyer ses hommes en prison pour un surnombre (32'23"). Rouen s'installe. Fortier et Sedlak lancent dans la mitaine dz Mindjimba (33'00" puis 33'23"). Et les Dragons se mettent eux aussi à garnir le banc des pénalités.

Une prison de Julien Desrosiers (accrocher, 34'01") succède à une pénalité de banc pour retard de jeu (33'23"). Les Gothiques ne profitent pas bien longtemps de cet avantage. Sur un engagement en zone offensive, Denis Perez fait monter Brice Chauvel alors que les Picards sont déjà en nombre suffisant. Quelques secondes d'hésitation et les arbitres sifflent un nouveau retard de jeu contre Amiens (34'07"). Bref, les deux équipes se retrouvent à égalité sur la glace. Édouard Dufournet reprend un palet dans une palette amiénoise et part défier Mindjimba. Son tir rebondit sur la jambière du gardien des Gothiques. Mais, face à l'attentisme des défenseurs picards qui regardent l'action au lieu d'aider leur portier à se dégager, Dufournet a tout le temps de reprendre le palet et de l'envoyer cette fois-ci au fond des filets adverses (1-3 à 35'49").

En cette fin de deuxième tiers, les Gothiques sont dépassés et semblent physiquement sur les rotules. Élie Marcos part d'ailleurs récupérer deux minutes après un accrocher (36'29"). Rouen revient attaquer et Mindjimba sort encore le grand jeu face à Kimmo Salminen (37'20"). La période se clôt sur une ultime action, amiénoise pour une fois. Miroslav Pazak tente un coup et s'échappe sur le coté droit. Ramon Sopko répond présent et anéantit les espoirs de l'ailier slovaque.

Il reste vingt minutes à jouer et les Dragons sont plus proches que jamais d'une 8e Coupe Magnus. Surtout que les Gothiques n'ont pas montré grand-chose pendant les vingt minutes précédentes. Si Rouen poursuit sa domination et son contrôle du palet, la première occasion est pourtant bien picarde. Laurent Gras rentre en zone offensive et shoote (42'07"). Mis à part ce sursaut, Amiens a bien du mal à être dangereux. On sent que Rouen maîtrise son sujet et déroule sans trop se découvrir. L'action se passe d'ailleurs principalement en zone neutre. Les Gothiques retrouvent un peu d'espoir avec une pénalité sifflée contre Nicolas Besch (accrocher, 45'11"). Loïc Sadoun est le premier à chatouiller Sopko. Puis Simon Petit passe le rideau défensif seino-marin et donne le palet au dernier moment à Miroslav Pazak. L'ailier slovaque, placé à la droite de Sopko, s'avance trop et manque sa reprise (46'43"). Bref, Rouen continue d'attendre. Et comme les Gothiques se heurtent systématiquement à la ligne bleue, ils restent sereins. Et quand les Picards parviennent enfin à transpercer le mur défensif adverse, ils tombent à chaque fois sur un gardien en grande forme. Ainsi, Ramon Sopko, déséquilibré puis assis sur la glace, arrête un lancer de Loïc Sadoun (50'36"). Amiens doit se résoudre à attendre les fautes adverses pour essayer de remonter. Kimmo Salminen (cinglage, 51'34") et Olivier Coqueux (cinglage, 52'17") suivent la rencontre depuis la prison et les Gothiques évoluent en double supériorité numérique. Le palet tourne entre Loïc Sadoun, Anthony Mortas et Frantisek Pulscak. Finalement, le capitaine amiénois se décide à shooter. Son slap trompe Ramon Sopko et les Gothiques se relancent (2-3 à 52'36"). Et comme il reste 1'42" à cinq contre quatre pour Amiens, on peut s'attendre à une fin de match palpitante et indécise. Une finale, quoi. Seulement, Amiens perd de précieuses secondes en tardant à installer son jeu de puissance. Les Gothiques poussent et, du coup, s'exposent en défense. Marc-André Thinel en profite et s'échappe avec le palet. Il bute sur Mindjimba (57'20"). Une grappe de secondes plus tard, Denis Perez sort son gardien et ajoute un attaquant sur la glace. Julian Marcos et Anthony Mortas multiplient les tirs. Loïc Sadoun tente un revers mais se heurte à la botte de Ramon Sopko (58'54"). Puis François Rozenthal lance et Brice Chauvel surgit pour prendre le rebond. C'est manqué (59'50"). Au passage, les arbitres distribuent les dernières pénalités de la soirée à Marc-André Thinel (charge dans le dos) et à Olivier Coqueux (méconduite). La sirène finale délivre les Dragons qui remportent un huitième titre sur la glace voisine du Coliséum picard. Une nouvelle Coupe Magnus qui couronne un parcours incroyable et une équipe définitivement invaincue.

Joueurs du match : Antoine Mindjimba (Amiens) et Ramon Sopko (Rouen).

Compte-rendu signé Josselin Giret

 

Commentaires d'après-match

Julien Desrosiers (attaquant de Rouen) : "Ce que l'on a vécu ce soir, c'est indescriptible. On est juste content. On a fait une super saison. On a bien mérité ce qui nous arrive ce soir. C'est aussi un soulagement. On était attendu, on était favori. Et on a prouvé que l'on est une grande équipe. Rouen n'a pas croulé sous la pression et a répondu présent à Amiens. Peut-être que dans quelques années, on parlera de Rouen 2006 invaincu. Mais nous, ce qui nous importait, c'était juste de gagner la Coupe. Pour l'instant, je ne pense pas que les gens réalisent pas ce qui s'est passé durant le championnat. Peut-être que dans quelques années nous appartiendrons à la légende du hockey rouennais. Pour certains d'entre nous, il faut vite tourner la page pour répondre présent aux championnats du monde. Gagner ici avec l'équipe de France compèterait bien ma saison..."

Denis Perez (entraîneur d'Amiens) : "Chapeau Rouen ! Ils ont gagné de belle manière. Il faut reconnaître les qualités de cette équipe sur la saison et sur les playoffs. Mais je suis très déçu. Il nous manque un petit truc. Et ce soir, nous les remettons nous-mêmes dans le match. Si nous avions mieux gérer le début du deuxième tiers, le score serait peut-être différent. Je suis frustré et déçu. Il y avait peut être la place de faire quelque chose. On aurait pu accrocher au moins un match. On a fait douter Rouen sur des tiers-temps mais pas sur un match. C'est ça que je regrette. À chaque fois, on leur a donné l'opportunité de revenir et c'est frustrant. Ce soir, on a eu quelques absences, on a fait des cadeaux à Rouen et eux savent marquer et mettre au fond ces chances. Nous, on a justement du mal à concrétiser. On se tue au boulot pour revenir et marquer. Et la réalité est là. Rouen nous a sorti en trois matchs. Je félicite aussi mes joueurs. Il y a longtemps que des mecs ne sont pas sortis aussi extenués. Ils sont lessivés et sont allés au bout d'eux-mêmes."

 

Amiens - Rouen 2-3 (1-0, 0-3, 1-0)

Vendredi 7 avril 2006 à 20h00 au Coliséum d'Amiens. 3800 spectateurs.

Arbitrage de Gilles Durand assisté de Damien Bliek et d'Éric Bouguin.

Pénalités : Amiens 26' (10', 16', 0'), Rouen 36' (10', 8', 8'+10').

Tirs cadrés : Amiens 31 (12, 8, 11), Rouen 32 (14, 14, 4).

Évolution du score :

1-0 à 14'50" : Sadoun assisté de Petit

1-1 à 20'28" : Desrosiers (inf. num.)

1-2 à 26'00" : Thinel assisté de Fortier (sup. num.)

1-3 à 35'49" : Dufournet

2-3 à 52'36" : Mortas assisté de Pulscak et de Sadoun (double sup. num.)

 

Amiens

Gardien : Antoine Mindjimba (sorti à 57'36").

Défenseurs : Vincent Bachet (A) - Mathieu Jestin ; Nicolas Pousset - Peter Janik ; Thomas Roussel - Frantisek Pulscak.

Attaquants : Julian Marcos - Elie Marcos - François Rozenthal ; Loïc Sadoun - Laurent Gras (A) - Simon Petit ; Brice Chauvel - Anthony Mortas (C) - Miroslav Pazak ; Jonathan Zwikel ; Julien Lefranc.

Remplaçants : Jérôme Plumejeau (G), Christopher Teixera-Leite, Lionel Wiotte. Absent : Sébastien Dermigny (entorse du genou).

Rouen

Gardien : Ramon Sopko.

Défenseurs : Vesa Ponto - Sami-Ville Salomaa ; Jan Mikel - Daniel Sedlak ; Nicolas Besch - Daniel Carlsson (C).

Attaquants : Éric Fortier - Carl Mallette (A) - Marc-André Thinel ; Tristan Lemoine - Olivier Coqueux (A) - Alexandre Lefebvre ; Kimmo Salminen - Pierre-Édouard Bellemare (puis Édouard Dufournet) - Julien Desrosiers.

Remplaçants : Guillaume Richard (G), Simon Doreille, Yvan Fontana. Absent : Pierre Pochon (blessé).

 

Retour à la Ligue Magnus