Canada - Finlande (21 mai 2006)

 

Match pour la troisième place des championnats du monde 2006.

Les Canadiens rentrent bredouilles

La petite finale de ce mondial oppose donc Canadiens, sortis en demi par la Suède, aux Finlandais, dominés par les Tchèques. Entre deux formations qui visaient l'or, la déception est évidemment bien présente. Toutefois, il reste encore un prix à attribuer. Et des médailles à bronze à gagner. Le Canada, vainqueur en match de poule (4-2), bénéficie toutefois d'un petit avantage psychologique...

Habitué à l'or avec les équipes juniors canadiennes, le "Wunderkind" Sidney Crosby est bien décidé à décrocher sa première breloque avec les "grands" et cause la première frayeur de la partie à Fredrik Norrena d'un tir longeant sa ligne de but (01'17"). Fébrile en ce début de match, Norrena manque à nouveau de se faire surprendre en essayant de jouer un palet douteux derrière sa cage et manque de se faire contrer par Jeff Carter (2e). Les Canadiens sont donc les mieux partis dans ce match des déçus mais ceci ne durera guère... Il suffit en effet d'un retenir de Mike Comrie sur Ville Peltonen pour que la machine bleue se mette en route. Le jeu de puissance s'installe rapidement et Esa Pirnes, d'une reprise sèche, fait résonner le montant gauche d'un Alex Auld surpris ensuite par le retour de Tommi Kallio, à l'affût derrière sa cage. Kallio hérite du rebond brûlant, s'arrache et ouvre le score (0-1 à 04'06").

La bonne première période finlandaise est aussitôt récompensée et l'avalanche des pénalités peut donc s'amorcer. L'agitateur Jarkko Ruutu et Trevor Daley s'expliquent derrière la cage d'Auld (05'46") mais ce sont toujours les Finlandais qui monopolisent le puck. Ainsi, Mikko Koivu d'un joli mouvement rotatif (07'31") se charge de mettre un peu d'animation à un match manquant clairement d'intensité. Et pourtant, ce diable de Jarkko Ruutu fait tout pour car l'ailier-fort des Canucks de Vancouver se retrouve quasi-systématiquement impliqué dans tous les échanges virils suivant une occasion franche. Mais dans ce match rugueux, l'aîné des Ruutu n'aura pas le monopole ; son frère Tuomo, Lasse Kukkonen côté finlandais et Mike Comrie côté canadien s'en donnent eux aussi à cur joie ! Dans ce déluge de coups de sifflets (où les précédents nommés trouvent allégrement leur compte), le Canada tente malgré tout de s'approcher de la cage nordique, sans succès car Fredrik Norrena se montre imperméable sur les essais de Jason Williams et Brendan Shanahan (19e). Le tarif est identique pour Stéphane Robidas, Nick Schultz et surtout pour le Bostonien Brad Boyes (19'40"). Sans le savoir, le Canada a vu là ses dernières actions d'éclat du match...

Car hormis ce shoot de Stéphane Robidas dévié très malencontreusement par Petteri Nummelin sur l'angle droit de sa propre cage (21e), l'essentiel de l'action de passera de l'autre côté de la patinoire. L'indiscipline canadienne y est pour beaucoup, il faut bien l'avouer et deux pénalités successives écopées par Sidney Crosby (24'13") et le Berlinois Micki DuPont (25'15") offrent près d'une minute de double supériorité numérique aux hommes d'Erkka Westerlund. Cinquante-huit secondes, c'est beaucoup plus qu'il n'en faut aux Finlandais puisque sitôt l'engagement remporté, le palet ressort derrière vers Mikko Lehtonen qui décale Petteri Nummelin. Le lancer balayé du petit maestro luganais se voit dévié juste ce qu'il faut par Olli Jokinen, bien placé devant Alex Auld (0-2 à 25'20").

Apparaissant sans alternatives, poussifs, les hommes à la feuille d'érable bredouillent leur jeu et commettent des erreurs inhabituelles. Trevor Daley, défenseur habituel des Stars de Dallas, ne bloque pas la sortie de zone et laisse filer une rondelle récupérée par un Brent Seabrook naviguant en couverture. Hélas pour lui, l'espoir défensif de Chicago s'emmêle les crayons devant le forecheck de Riku Hahl et finit par se faire contrer par l'attaquant de Davos qui déjoue Auld de près (0-3 à 36'18"). Faute de concentration fatale puisque la boulette cause un troisième filet pour la Finlande ! La mi-match est à peine passée et la messe semble déjà dite ici à Riga...

L'avantage conséquent dont sont désormais nantis ses coéquipiers n'empêche pas Tuomo Ruutu de poursuivre la "tradition familiale". En effet, les frangins Ruutu, sanguins comme pas deux, ne font pas vraiment dans la dentelle et une charge à la tête du leader offensif des Blackhawks de Chicago le conduit à l'ombre pour quelques temps (2' plus la méconduite de 10'). Une dernière petite présence nord-américaine en zone offensive, occasionnée par le dernier forfait finlandais, ne changera rien à la donne. Le Canada doit à présent remonter trois buts pour espérer encore au bronze.

Trois buts, cela paraît déjà fortement compromis face à une Finlande solide et souveraine, mais quatre, c'est mission impossible ! S'infiltrant en zone d'attaque, Antti Miettinen n'a ainsi aucun mal à confondre Alexander Auld d'un tir à ras de glace entre les bottes (0-4 à 42'55"). Tout semble réuni pour que le Canada, grand battu des compétitions internationales de 2006, boive le calice jusqu'à la lie. Semblant démotivés et désabusés, les Canadiens n'en finissent plus de chauffer les bancs d'infamie et libèrent plus d'espaces qu'il n'en faut à ces vifs Finlandais. Si le deux-contre-un mené conjointement par Jukka Hentunen et Jani Rita se voit contré du patin par Brad Stuart (45e), le une-deux Jarkko Ruutu - Riku Hahl passe de peu à côté. On l'a dit, le Canada est à côté de ses patins et cumule les infractions. Dans ces conditions le tarif est clairement établi, et le jeu de puissance finlandais, bénéficiant d'une double supériorité numérique, fait bien circuler le disque. Se trouvant à la conclusion d'un bon mouvement collectif, Jussi Jokinen, qui ressent toujours les contre-coups d'un coup de bâton mal placé (dans le visage) de Nick Schultz, s'y reprend par deux fois pour mettre le palet dans le coin opposé, hors de porté de l'infortuné Alex Auld (0-5 à 53'56").

La débâcle canadienne est complète avec ce jeu blanc qui se profile pour Fredrik Norrena, vigilant malgré tout sur deux bonnes réactions de Mike Cammalleri (56'22", 58e) et sera effective avec cette défaite sans appel. Décevant, le Canada, dispersé et dépassé, a coulé corps et biens face à une Finlande séduisante et sans pitié. Brillants sur l'ensemble du tournoi, Sidney Crosby et Patrice Bergeron n'ont pas vu le jour cet après-midi...

Si ce match pour le bronze fut haché et largement à l'avantage de la Finlande, les récents vice-champions olympiques turinois ont sauvé leur tournoi de fort belle manière. Le Canada, lui, quitte la Lettonie sur la pointe de patins, la médaille en chocolat autour du cou...

Désignés meilleurs joueurs du match : Olli Jokinen pour la Finlande, Brendan Shanahan pour le Canada.

Compte-rendu signé Jérémie Dubief

 

Commentaires d'après-match

Brendan Shanahan (capitaine du Canada) : "L'important, c'est le désir et le talent dans notre vestiaire. Parfois il faut que votre cur soit brisé avant de devenir un champion. Cette expérience rendra ces jeunes gars plus forts à l'avenir. Je suis honoré d'avoir pu les rencontrer à ce point de ma carrière. J'ai déjà été du côté des vainqueurs et du côté des vaincus. Même quand vous gagnez, vous repensez à un rebond ou à un arrêt que vous avez eus en votre faveur. C'est incroyable, à quoi ça tient, la différence entre la victoire et la défaite. La marge est mince... mais elle est importante. Quand vous parlez aux Finlandais, aux Tchèques, aux Russes ou aux Suédois et que vous leur demandez quelle équipe ils préfèrent battre, ils vous diront probablement tous le Canada. Il y a un facteur de respect là-dedans, et aussi un peu de fanfaronnade vis-à-vis de Hockey Canada. Ce qui rend notre programme si bon, c'est que c'est vraiment l'or ou rien."

Sidney Crosby (attaquant du Canada) : "Nous voulions vraiment faire une bonne prestation. Je pense que l'état d'esprit avant le match était au point. C'est juste que physiquement nous n'avons pas pu suivre. Nous avions tout donné hier soir. Nous avions la bonne énergie, nous avons essayé d'être patients et de continuer, mais il a été de plus en plus dur de maintenir ce niveau d'intensité."

Antti Miettinen (attaquant de la Finlande) : "Un match pour le bronze se joue sur la capacité à se regrouper après la demi-finale. Je pense que nous avons fait du bon travail."

Petteri Nummelin (défenseur de la Finlande) : "Ça ira mieux dans une semaine. Nous avons essayé d'avoir l'or, et nous n'y sommes pas parvenus, donc c'est un peu décevant. Je pense que c'est super pour ceux qui débutaient en équipe nationale [NDLR : Lehtonen, Bergenheim...]. Dans les dix prochaines années, ce seront des gars vraiment durs qui concourront pour toutes les médailles."

 

Canada - Finlande 0-5 (0-1, 0-2, 0-2)

Dimanche 21 mai 2006 à 16h15 à l'Arena Riga. 9365 spectateurs.

Arbitrage de Peter Jonak (SVK) assisté de Roman Pouzar (TCH) et Tobias Wehrli (SUI).

Pénalités : Canada 32' (16', 8', 6'), Finlande 34' (14', 14', 6').

Tirs : Canada 37 (16, 11, 10), Finlande 33 (14, 12, 7).

Évolution du score:

0-1 à 04'06" : Kallio assisté de Pirnes et Miettinen (sup. num.)

0-2 à 25'20" : O. Jokinen assisté de Nummelin et Lehtonen (double sup. num.)

0-3 à 36'18" : Hahl

0-4 à 42'55" : Miettinen assisté de Nummelin

0-5 à 53'56" : J. Jokinen assisté de Nummelin et Peltonen (double sup. num.)

 

Canada

Gardien : Alex Auld.

Défenseurs : Nick Schultz - Stéphane Robidas (A) ; Brad Stuart - Dan Hamhuis ; Trevor Daley - Brent Seabrook ; Micki DuPont.

Attaquants : Kyle Calder - Mike Richards (A) - Jeff Carter ; Bradley Boyes - Sidney Crosby (A) - Patrice Bergeron ; Jason Williams - Mike Cammalleri - Brendan Shanahan (C) ; Matt Pettinger - Mike Comrie - Glen Metropolit ; Scott Hartnell.

Remplaçant : Marc Denis (G).

Finlande

Gardien : Fredrik Norrena.

Défenseurs : Aki-Petteri Berg - Petteri Nummelin (A) ; Mikko Lehtonen - Lasse Kukkonen ; Pekka Saravo - Mikko Luoma.

Attaquants : Ville Peltonen (C) - Olli Jokinen - Jussi Jokinen ; Antti Miettinen - Esa Pirnes - Tomi Kallio ; Jani Rita - Mikko Koivu - Tuomo Ruutu ; Sean Bergenheim - Riku Hahl - Jarkko Ruutu (A) ; Jukka Hentunen.

Remplaçants : Niklas Bäckström (G), Tuukka Mäntylä. Absents : Jari Viuhkola et Tommi Santala (surnuméraires), Antero Niitymäki (blessé à la jambe gauche).

 

Retour aux championnats du monde