Dunkerque - Neuilly-sur-Marne (9 septembre 2006)

 

Match comptant pour la première journée de division 1, poule nord.

Une semaine après s'être étalonnés devant Courbevoie, les Dunkerquois reçoivent un autre prétendant sérieux à la première place de la poule nord. Les Bisons de Neuilly entament leur saison avec leurs recrues, parmi lesquelles un certain Tomas Mysicka et les Nord-Américains Saint-Pierre, Gagnon et Ouellet.

Les débats ne sont pas encore engagés que les Corsaires déplorent la perte de leur capitaine Grégory Dubois, pourtant présent pour serrer la main de son homologue Jérome Véret mais contraint de regagner le vestiaire prématurément pour un souci de licence.

Pire, l'adaptation aux nouvelles règles semble rapidement devenir un obstacle plus sérieux pour eux, qui concèdent six pénalités mineures durant les dix premières minutes. Mais Dunkerque laisse passer l'orage sans trop de peine. Avec un avantage de deux hommes, Benjamin Galmiche temporise sur la gauche en attendant que Jérôme Véret se démarque afin de défier Julien Peyre, mais ce dernier repousse. Quant à Christian Gagnon, il semble trouver ses marques rapidement et, si Vastusko ne peut convertir son offrande, il fait apprécier la puissance de son slap au gardien, qui s'emploie encore au-devant du pressant Galmiche. Toujours à la manúuvre, Gagnon déjoue une bonne partie de ses opposants sur la gauche et sert un caviar à Mike Ouellet, mais le portier local sauve in extremis en déséquilibre. Peut-être remis en scelle par le début de match impeccable de leur dernier rempart, les Corsaires connaissent une deuxième partie de tiers moins difficile, et, au cours de leur dernière situation en infériorité, Benjamin N'Guyen n'est pas loin de trouver la faille en contre, son lancer puissant n'étant que détourné du gant par Roman Svaty au-dessus de la cage. Et au complet les bleus font plus que jeu égal, preuve en est la difficulté rencontrée par la défense nocéenne face au lancer de la gauche de Loïc Destoop, qui contraint Gaël Guilhem à la faute (12'46). Karl Dewolf maîtrisant de la ligne bleue toute éventuelle sortie des Bisons, les Corsaires se montrent dangereux mais N'Guyen lance trop à droite, avant que Svaty ne capte du gant la nouvelle tentative de Destoop. Même si Neuilly se montre plus entreprenant en fin de tiers, se procurant la dernière offensive par Galmiche, les visiteurs paraissent en difficulté dans les phases déterminantes à l'approche du but, en rodage devant une équipe qui joue crânement sa chance mais laisse beaucoup de forces en infériorité.

C'est pourtant bien l'indiscipline de leurs adversaires qui va permettre aux Corsaires d'ouvrir le score. Depuis le coin droit, Camille Argiolas transmet la rondelle à Loïc Destoop, qui n'a pas de peine à déjouer Svaty de près (1-0, 22'52). Ce dernier doit dans la foulée s'employer de la crosse sur un lancer frappé de Dewolf. Peyre n'est pas en reste et stoppe la tentative à bout portant de Guillaume Ribourg, mis sur orbite par Franck Legou. Cette action chaude marque le réveil des Bisons, dont le jeu de puissance est mieux huilé. Saint-Pierre s'illustre par deux fois, avant que Galmiche n'initie un jeu à trois avec Mike Ouellet, permettant à Milan Vastusko d'effacer le gardien nordiste et d'égaliser (1-1, 29'33). Les débats se rééquilibrent, et si Destoop passe tout près du doublé sur un rebond consécutif au débordement sur la droite de Argiolas, Galmiche demeure un danger permanent et n'est pas loin de profiter d'un cafouillage à l'issue duquel Benjamin Louf est sanctionné pour retard de jeu pour avoir sauvé la cage vide de façon illicite (32'01). Si les situations chaudes se multiplient, aucune tentative franche n'est pour autant à relever. Cependant, après l'accélération de Dewolf qui efface Svaty et passe tout près du but, Neuilly termine encore une fois plus fort, et Mysicka sur la gauche n'est pas loin de trouver la faille en lançant entre les jambes d'un de ses anciens coéquipiers mais Peyre veille, comme sur le feu d'artifice canadien qui s'en suit, allumé par Saint-Pierre, Ouellet et surtout Gagnon, dont la tentative de loin n'est que ralentie du gant par le gardien, qui a le réflexe de se retourner à temps pour reprendre la rondelle.

Malgré une situation avantageuse pour les Corsaires suite à une lourde charge de Ouellet sur le remuant N'Guyen, Roman Svaty demeure attentif derrière une défense qui ne laisse que peu de chances et attend tranquillement de jouer au complet pour faire la différence. À droite, Clément Rey transmet le disque du revers à l'inévitable Benjamin Galmiche, qui reprend de volée depuis l'enclave, à mi-hauteur (1-2, 44'42). Dunkerque est alors KO, mais Neuilly se montre incapable d'en profiter, Véret ne pouvant profiter d'une cage ouverte suite au débordement de Gagnon, imité sur une situation semblable par Vastusko. Les visiteurs ne sont toujours pas à l'abri, et Dewolf l'a bien compris quand il chipe la rondelle à Benjamin Galmiche, venu le défier en un contre un, avant d'alerter Loic Destoop sur la droite, mais le lancer du jeune ailier est repoussé. Folcke et N'Guyen font aussi parler la poudre, mais quand ce n'est pas le gant de leur portier qui les sauve, les Nocéens se jettent sur la trajectoire des assauts nordistes. Les Franciliens se donnent de l'air quand leur capitaine Véret provoque la faute de Guillemot (55'49), avant de rater le coche de quelques malheureux centimètres. Le temps presse pour Dunkerque, mais Roman Svaty s'emploie parfaitement avec l'aide de sa crosse, dont il se sert pour écarter la missive de Péan, voire pour relancer les siens. La sortie de Peyre sera sans effet pour les Corsaires, et si Dewolf demeure entreprenant des deux côtés de la glace, son énième retour ne peut empêcher le couperet du but en cage vide de tomber (1-3, 59'30).

Cette fin est assez difficile à encaisser pour les Corsaires, qui ne s'attendaient peut-être pas à une partie si équilibrée face à un ténor du championnat, patient après quelques réglages et toujours létal, notamment par l'entremise d'un Benjamin Galmiche incontournable.

Compte-rendu signé Mathieu Hernaz

 

Commentaires d'après-match

Jérôme Pourtanel (entraîneur de Neuilly-sur-Marne) : "Le fait de jouer dans cette patinoire rend le match compliqué, et ce quels que soient les joueurs alignés en face. Nous ne sommes pas encore à maturité dans notre préparation, nous n'avons pas trouvé toutes nos lignes. Il reste du travail à faire avant d'être bons. Ce soir la volonté dans le troisième tiers et la maturité de l'équipe ont fait la différence. Le jeu de puissance a été travaillé pendant quinze jours avec trois lignes, et deux depuis une semaine, de ce fait on n'est pas encore bien installés. On ne travaille pas encore tous dans le bon sens car certains joueurs ont plus d'affinités entre eux, mais vu la volonté, il y a de quoi être satisfait. Je ne suis pas persuadé que toutes les équipes viendront chercher deux points ici. Venir jouer à Dunkerque n'est pas facile à manúuvrer, étant donnée la qualité, malheureusement, de la patinoire. Les objectifs du club et du Président sont clairement d'essayer de monter en élite. Sportivement on a les qualités pour faire un résultat mais cela ne va pas se jouer à grand-chose contre les grosses écuries, qui ne sont pas dans la poule nord à part Courbevoie. Cela sera très serré, comme l'an dernier."

 

Dunkerque - Neuilly-sur-Marne 1-3 (0-0, 1-1, 0-2)

Samedi 9 septembre 2006 à 18h45 à la patinoire Michel-Raffoux. 350 spectateurs.

Arbitrage de Philippe Forget assisté de Sueva Torribio et Yann Vandaele.

Pénalités : Dunkerque 34' (12'+10', 6', 6'), Neuilly-sur-Marne 28' (4', 6', 8'+10').

Évolution du score :

1-0 à 22'52" : Destoop assisté de Argiolas et Péan (sup. num.)

1-1 à 29'33" : Vastusko assisté de Ouellet et Galmiche (sup. num.)

1-2 à 44'42" : Galmiche assisté de Rey

1-3 à 59'30" : Mysicka (cage vide)

 

Dunkerque

Gardien : Julien Peyre (sorti à 58'24").

Défenseurs : Benoît Guillemot - Karl Dewolf ; Benjamin Louf - Clément Derepper ; Sébastien Maison.

Attaquants : Clément Thomas - Ghislain Folcke - Benjamin N'Guyen ; Loïc Destoop - Camille Argiolas - Arnaud Péan ; Simon Descheyer - Daniel Delbarre - Maxime Allisse ; Pierre Deruddre.

Remplaçants : Bram Debacker (G), Alexandre Delmotte. Absent : Grégory Dubois (problème de licence).

Neuilly-sur-Marne

Gardien : Roman Svaty.

Défenseurs : William Place - Karl Saint Pierre ; Christian Gagnon - Jérôme Wagner (A) ; Mickaël Goujot - Yann Morette.

Attaquants : Tomas Mysicka - Milan Vastusko - Gaël Guilhem ; Benjamin Galmiche - Jérôme Véret (C) - Mike Ouellet ; Guillaume Ribourg - Franck Legou (A) - Grégory Tarlé ; Clément Rey.

Remplaçant : Eddy Persico (G). Absents : Pavol Svitana (hernie discale), Laurent Véret (épaule), Romain Lefèvre (bassin).

 

Retour au Championnat de France de division 1