Dynamo Moscou - Ak Bars Kazan (8 octobre 2006)

 

Match comptant pour la quatorzième journée de Superliga russe.

Je ne sais pas vous, mais moi, je ne raterai pour rien au monde un Dynamo - Ak Bars. Comment ça, encore faut-il habiter à proximité ? Dites, si vous commencez à tout compliquer, on ne va pas s'en sortir ! Et la licence poétique alors ?

Bref, au fil des années, ce match est devenu un classique. Au début, parce que les deux équipes jouaient pour le titre, ensuite parce que un nombre important de joueurs (et l'entraîneur Zinetoula Bilialetdinov) du Dynamo sont partis à Kazan... et désormais, euh, ben, pour voir l'attaque canon des panthères des neiges emmenée par son krylien capitaine, Alexeï Morozov, qui plane en tête du classement des buteurs. Car du côté du Dynamo, il ne faut pas s'attendre à des miracles cette saison. Le véritable miracle a été de retrouver le club sur la glace en septembre, et pas au cimetière des éléphants comme le Spartak, suite à un trou financier digne de la sécu. Le Dynamo se traîne en milieu de tableau et aura bien du mal à s'en sortir. Mais bon, il y a cependant plus de quatre mille personnes dans Loujniki, ce qui fait encore du Dynamo l'équipe qui attire le plus de monde sur Moscou.

Une équipe qui met la pression d'entrée de jeu sur les envahisseurs tatars. Ces derniers sous la pression commettent une faute sanctionnée alors que la première minute n'est pas encore terminée. C'est le défenseur Andreï Pervychine (un ancien du Spartak) qui est sanctionné par l'arbitre suisse appelé pour ce match choc. Mais malgré toute la bonne volonté des bleu et blanc, Mika Noronen, le Finlandais gardien du temple tatar, reste inflexible. Y compris sur la deuxième pénalité, qui sanctionne l'ancien de la maison dynamiste Ilia Nikouline. En fin de supériorité, Moscou a deux belles occasions, mais Evgueni Fedorov tire à côté et Iakov Rylov voit son tir de loin arrêté par Noronen. Lorsque Alexeï Terechtchenko (encore un ancien du Dynamo...) est à son tour pris par la patrouille suisse (12e), on se dit que cette troisième tentative sera la bonne. Le capitaine ukrainien du Dynamo, Vadim Chakhraïtchouk, prend les choses en main, mais cela ne passe pas et au contraire, Kharitonov est à son tour pénalisé dans la minute qui suit. Le gardien local Sergueï Zviaguine en sort une "chaude" à quatre contre quatre, avant qu'un autre tatar n'aille rejoindre ses amies panthères en prison (Vladimir Vorobiev, oui, oui, vous savez, encore un ancien transfuge du Dynamo...). À quatre contre trois, Dimitri Chitikov, international junior, en provenance du CSKA voisin et rival, a une belle occasion, seul devant Mika Noronen, mais le Finlandais a le dernier mot. À la 17e, Ak bars est encore en infériorité (Alexeï Badioukov, eh oui, encore un ancien... c'est lassant, hein, la litanie des Dynamistes qui aiment les pétro-roubles ?). Mais devinez quoi ? Et bien, le Dynamo ne marque toujours pas... Allez tous en chur : "Où es-tu Ovetchkine ? Disparu Afinoguenov ! Et Rosa ! Ex-fan des 2000's où sont tes années folles, que sont devenus toutes tes idoles ?!".

Ak Bars n'a pas le temps de philosophie sur la grandeur, la décadence, la troisième Rome et tout ça. Le leader a un match à gagner. Alors lorsque l'arbitre lui procure sa première supériorité du match, vous ne croyez pas qu'il va laisser filer l'occase ? Igor Kniazev (un Spartakiste qui a joué à Kazan !) fait une faute princière (juste histoire de dire une bêtise, parce que Kniaz signifie prince...), et le Tsar Alexeï punit l'insolent. Alexeï Morozov, le capitaine ailé de Kazan, inscrit ainsi son quatorzième but en quatorze matches de Superliga cette saison (0-1, 19'24"). Eh bé ! Le Dynamo a tiré sur la cage adverse, la panthère blanche a tiré les marrons du feu.

Pas de changements en début de période suivante. Le Dynamo file vers l'avant. Sergueï Vychedkevitch, puis Iakov Rylov tentent leur chance de loin. La chance les fuit... et il faut sur le contre un Sergueï Zviaguine bien inspiré (24e) pour écarter la malchance... Surtout que David Ling est sanctionné juste après. Le buteur canadien du Dynamo, voulant se reprendre, récupère le palet en sortant de prison et file au but, en combinant bien avec Alexandre Skougarev. Mais un défenseur pousse fort à propos Skougarev, qui ne peut récupérer cette passe d'un petit millimètre de micron (bon, d'accord, un peu plus...).

Un bel arrêt de Zviaguine voit la mi-match arriver et le Dynamo court toujours après le score. Mais il n'est pas aisé de courir après une panthère. Pour la deuxième fois, du match, Kazan se retrouve en supériorité numérique (Kharitonov en prison), et pour la deuxième fois, Kazan frappe par sa terrifiante première ligne. Avec un brin de réussite en plus, la chance du champion. Un tir de Sergueï Zinoviev totalement en angle, depuis la ligne du gardien, qui rebondit je ne sais où, qui est dévié par je ne sais quoi, et cela fait 0-2 et la confirmation du déviationnisme de Zinoviev (plongez-vous dans vos manuels d'histoire soviétique pour comprendre...). Il semble que cela soit le dos de Zviaguine qui soit à l'origine de ce but casquette. Sauf si Zinoviev a visé, et là, il est encore plus fort que l'on pense !

Le début du troisième tiers est assez équilibré, mais le Dynamo ne renonce pas. Et il trouve enfin la faille après une action chaude devant la cage de Noronen. C'est Igor Mirnov qui conclut d'un tir entre les jambes du gardien finlandais (1-2, 47'09"). Enfin le Dynamo revient au score ! La fête sera de courte durée... Moins de deux minutes plus tard, la panthère blanche a encore donné un coup de griffe. Et c'est encore Alexeï Morozov qui met le feu à Moscou. Le capitaine tatar part en dribble dans la zone, passe en retrait à Danis Zaripov qui prend son temps, lève la tête et loge la rondelle de près sous la barre de Zviaguine (1-3, 49'04").

Après un tir de Sergueï Sopine bien bloqué par Mika Noronen, l'attaquant du Dynamo, Sergueï Krivokrassov, et le défenseur d'Ak bars, Andreï Pervychine s'expliquent d'un peu trop près et prennent conjointement 2'+10' à la 56e. Autant dire que le temps passe et pas spécialement à l'avantage du Dynamo, qui de toute façon ne semble plus y croire. À raison, parce que le calvaire n'est pas fini. Une ultime prison d'Albert Vichniakov et un dernier but pour la route... Un tir dévié devant la cage par Dimitri Kazionov sur des assistances d'Alexeï Badioukov et Vitali Prochkine, soit trois anciens du Dynamo (1-4, 59'17"). Les bleu et blanc ont bu le calice jusqu'à la lie...

Quant au champion en titre, il ne se pose pas de questions existentielles, il se balade dans ce championnat de Superliga. Mais attention, l'an passé, Magnitogorsk avait survolé la saison régulière avant de se faire coincer en play-offs, par Kazan !

Étoiles du match Sport Express : *** Alexeï Morozov (Kazan), ** Sergueï Zinoviev (Kazan), * Mika Noronen (Kazan).

Étoiles du match Soviet Sport : *** Alexeï Morozov (Kazan), ** Sergueï Zinoviev (Kazan), * Vitali Proshkin (Kazan).

Compte-rendu signé Bruno Cadène

 

Commentaires d'après-match (dans Sport Express)

Vladimir Krikunov (entraîneur du Dynamo) : "Zvyagin, même blessé, a bien joué. Il a rempli sa tâche, je n'en dirais pas autant de nos défenseurs et de nos attaquants. En marquant un seul but, il est irréaliste d'espérer battre une équipe comme Ak Bars. Comment arrêter leur première ligne ? Je ne sais pas... Demandez aux entraîneurs du Sibir. [...] J'ai séparé Vyshedkevich et Kulyash parce que leur paire défensive avait encaissé la moitié de nos buts."

Aleksei Morozov (attaquant de Kazan) : "Nous occupons une confortable première place, nous pratiquons un beau hockey. Tout cela ne peut que nous remplir d'émotions positives. J'ai pris le chemin de la réussite au printemps, et je cherche à ne plus m'en écarter. Mes statistiques me plaisent bien. Elles sont le mérite de mes partenaires du premier cinq : Giroux, Proshkin, Zaripov et Zinoviev. D'ailleurs ils marquent aussi. L'important est d'avoir pu garder la même ligne pendant une seconde saison consécutive, ce qui assure une exceptionnelle entente mutuelle. Chacun sait parfaitement quand et où faire la passe. C'est vrai que, plus un attaquant joue souvent en supériorité numérique, plus il a de chances de marquer, mais nous mettions déjà régulièrement des buts avec les anciennes règles... Je ne regrette pas une seule minute d'avoir signé un nouveau contrat avec Ak Bars cet été."

 

Dynamo Moscou - Ak Bars Kazan 1-4 (0-1, 0-1, 1-2)

Dimanche 8 octobre 2006 à 19h00 à la Malaïa Arena Loujniki. 4200 spectateurs.

Arbitrage de Brent Reiber (SUI/CAN) assisté de MM. Olenkin et Belov.

Pénalités : Dynamo 12'+10'+10', Kazan 20'+10'.

Tirs : Dynamo 21 (8, 8, 5), Kazan 31 (6, 12, 13).

Évolution du score :

0-1 à 19'24" : Morozov assisté de Zinoviev et Proshkin (sup. num.)

0-2 à 32'52" : Zinoviev assisté de Morozov (sup. num.)

1-2 à 47'09" : Mirnov assisté de Ling et Vyshedkevich

1-3 à 49'04" : Zaripov assisté de Zinoviev et Morozov

1-4 à 59'17" : Kazionov assisté de Badyukov et Proshkin (sup. num)

 

Dynamo Moscou

Gardien : Sergei Zvyagin.

Défenseurs : Sergei Vyshedkevich - Yakov Rylov ; Aleksandr Budkin - Sergei Gimaev ; Georgi Misharin - Denis Kulyash ; Rinat Mamashev - Igor Knyazev.

Attaquants : David Ling - Evgeni Fedorov - Igor Mirnov ; Aleksandr Kharitonov - Vadim Shakhraichuk (C) - Egor Mikhaïlov ; Albert Vishniakov - Aleksandr Skugarev - Dmitri Shitikov ; Sergei Krivokrasov - Mikhail Saveliev - Aleksei Sopin.

Remplaçant : Vadim Zhelobnyuk (G). Absents : Vitali Eremeïev (genou), Oleg Orekhosky (doigt cassé), Maksim Batkov (opération maxillo-faciale), Baron Becker (vient d'arriver à l'essai).

Ak Bars Kazan

Gardien : Mika Noronen.

Défenseurs : Vitali Proshkin - Raymond Giroux ; Andreï Pervyshin - Ilya Nikulin ; Igor Shchadilov - Jan Novak ; Vyacheslav Buravchikov - Mikhaïl Tyulapkin.

Attaquants : Danis Zaripov - Sergei Zinoviev - Aleksei Morozov (C) ; Vladimir Vorobiev - Aleksei Tereshchenko - Aleksandr Stepanov ; Aleksandr Golovin - Aleksei Badyukov - Dmitri Kazionov ; Igor Musatov - Mikhaïl Yunkov - Andrei Mikhnov.

Remplaçant : Aleksandr Eremenko (G).

 

Retour au championnat de Russie