Russie - Suède (3 janvier 2007)

 

Demi-finale des championnats du monde des moins de 20 ans 2007.

C'est devant un public surchauffé que la Suède part en quête de sa première médaille en moins de 20 ans depuis une décennie. Jhonas Enroth est confirmé après avoir brillé en quarts contre les Tchèques. La Russie, favorite après un premier tour spectaculaire, n'a pris que deux buts dans ce tournoi grâce notamment à son gardien Semion Varlamov.

La première action est au crédit de la Suède grâce à un bon travail de Patrik Zackrisson le long des bandes. Elle aboutit à un tir de la bleue qui rase le but. Les jaunes prennent le jeu à leur compte et gardent la maîtrise du palet. Ils obtiennent logiquement le premier jeu de puissance et s'installent sans être dangereux. Un tir lointain d'Ähnelov cadré suit une tentative de contre russe bien défendue par Nevalainen, mais les Russes restent bloqués dans leur camp. L'une de leurs rares sorties aboutit à une sévère mise en échec de Hellström sur Vasyunov derrière le but d'Enroth. Ce sont bien les locaux qui insistent, et une bonne présence de Nicklas Bäckström envoie le palet devant le but. Kiryukhin fait tomber son adversaire qui cherchait à reprendre le palet : pénalité. Immédiatement c'est Andreas Turesson qui trouve le poteau. Le danger se rapproche... et le public exulte ! Sur la montée suivante, Linus Omark remet en retrait pour Jonas Junland qui envoie un missile ras glace depuis le cercle (0-1, 9'00"). La Russie est en grosse difficulté et Valentenko sort pour crosse haute. Et une minute plus tard c'est encore le poteau pour la Suède sur un tir ras glace de Hjalmarsson ! La pénalité est tuée dans la douleur... Le public est surchauffé !

La Russie sort péniblement de sa boîte et Alexander Sundström, un peu en retard défensivement, prend la première pénalité suédoise. Mais ce sont les jaunes qui sont dangereux, Bäckström s'échappe sous les cris du public, tente le revers... poteau ! Le rebond est pris et Varlamov sauve... C'est le troisième tir sur la barre ! Sur la mise au jeu en zone offensive, Zubov trouve Enroth pour un bel arrêt, puis c'est Anisimov avec un tir en pivot. Le score est toujours de 0-1 au retour du puni. La Suède repart à l'attaque mais la Russie égalise en contre : un palet récupéré dans la neutre, une passe très longue d'Anikeyenko depuis son camp vers Makarov qui se présente seul face au gardien, contrôle son palet et glisse le palet entre la jambière et le poteau (1-1, 16"49"). Un but contre le cours du jeu... mais qui permet de changer la physionomie du match. Zubov trouve ainsi la mitaine du gardien. Pire, l'ex-treizième attaquant Andreas Molinder, aligné avec l'absence de Petterson, prend deux minutes en zone offensive... Suffisant pour un deuxième but russe ! Le palet tourne autour du but, il y a quatre Suédois pour un Russe devant la cage, mais c'est Alexandr Bumagin qui reprend la passe de Buravchikov. Gêné et contenu, il voit la rondelle glisser légèrement, Bäckström est en retard et Alexei Cherepanov au contact parvient à envoyer le palet au fond des filets (2-1, 18'18"). Les Russes virent en tête au bénéfice de deux avantages numériques, après avoir été copieusement dominés !

La deuxième période commence par une pénalité contre Gennady Churilov. L'occasion de revenir vite dans la partie pour les hommes de Bendelin. Varlamov est attentif sur les tirs lointains et le danger n'est pas très présent. Les Russes, par Zubov, partent même en contre pour un gros tir sorti par Enroth. Et peu après, une perte de palet suédoise leur permet d'enfoncer le clou. Anisimov sort vainqueur d'une mésentente entre deux défenseurs, s'avance à travers le cercle, fixe le gardien au poteau et glisse le palet au deuxième poteau (3-1, 24'16"). Joel Gistedt, la révélation de la saison de Frölunda, remplace alors le titulaire-surprise Jhonas Enroth, avec un premier arrêt d'entrée. Omark tente de réagir en servant Isksson de derrière le but mais Varlamov arrête le palet. La Suède n'en demeure pas moins sonnée et Junland prend deux minutes sur une bonne action russe. Le jeu de puissance s'installe, Ryasensky et Cherepanov combinent pour un bon tir. La pénalité ne donne rien. Omark tente de relancer son équipe avec une accélération sur la droite. En dépit des efforts du public, le rythme est clairement retombé et le jeu s'équilibre. Les occasions sont moins nettes. La Russie a quand même un peu plus le contrôle du palet et Gistedt sort deux bons arrêts à cinq minutes de la fin, dont un sur un slalom de Zubov. Finalement, Ryasensky prend deux minutes et la Suède pousse. Bergfors manque de peu la réduction du score près du poteau. Mais la période s'achève sur ce score de 3-1, logique au deuxième tiers avec dix tirs à deux en faveur des Russes.

Les Suédois entament donc avec l'énergie de Linus Omark cette dernière période. Malheureusement, l'engagement est maladroit : Zackrisson prend une pénalité pour crosse haute, blessant Cherepanov à l'il. Le jeune attaquant de l'Avangard Omsk doit sortir quelques instants. Cela casse un peu l'élan des jaunes, qui se lancent en mode défensif et mangent le temps le long des balustrades. Un peu trop au goût de l'arbitre, qui sanctionne Hjalmarsson pour retard de jeu ! Une pénalité bien sévère... C'est un bref cinq contre trois, avec deux Russes devant l'enclave. Cherepanov se pose en meneur de jeu derrière le but et centre fort devant Gistedt, sans trouver preneur. Puis, c'est un tir de loin de Buravchikov avec essai de déviation, bien arrêté. La Russie reste en zone offensive et Alexandr Vasyunov sort du coin avec le palet, s'avance au cercle et ajuste la lucarne opposée d'un tir du poignet lumineux (4-1, 43'56"). Un but qui calme sérieusement le public, un peu stupéfait du déroulement du match après la première période énorme de son équipe... Les encouragements reprennent timidement, en même temps que les attaques suédoises.

La Russie contrôle parfaitement la partie, se jette au contre sur les tirs adverses, bref maîtrise son sujet avec aisance. Bendelin tente de changer ses lignes en alignant Nicklas Bäckström et Nicklas Bergfors ensemble, ce qui a le mérite de créer un peu de danger et de possession de palet en zone offensive. Conséquence : deux minutes pour Ryasensky. Après un long moment pour s'installer, une mise au jeu gagnée et Hjalmarsson profite d'un écran pour ajuster la lucarne (4-2, 50'54"). Rien n'est perdu et le public repart de plus belle... Les Suédois reprennent le palet et s'installent, Johansson manque de peu l'occasion sur Varlamov et dans la foulée est accroché par Vasyunov : nouvelle pénalité. Mais les Russes sont agressifs sur le porteur de palet et attentifs pour les dégagements. Bäckström et Lindqvist se créent quand même de bonnes occasions, mais la défense reste vigilante. Rapides et techniques, les Russes se dégagent dès que possible sans prendre aucun risque. Seul Vasyunov se risque au contre et inquiète Gistedt d'un tir de près. Le temps défile, il ne reste que quelques instants et Bendelin commande un temps mort avant de sortir son gardien. Patrik Hörnqvist met le feu dans la défense d'un tir lointain sur lequel Varlamov perd son bâton avant de chercher le rebond partout. Puis Zackrisson manque une cage quasi ouverte sur un rebond de Hörnqvist... C'est la fin !

La Russie est donc en finale, encore une fois. Une victoire qui a basculé en fin de première période avec deux buts, alors que la Suède trouvait le poteau à trois reprises. Une fois en tête, les Russes ont su maîtriser le jeu avec vitesse, technique et beaucoup de sérieux. Finalement leur succès est logique.

Désignés joueurs du match : Artem Anisimov (Russie) et Niklas Hjalmarsson (Suède).

Compte-rendu signé Nicolas Leborgne

 

Commentaires d'après-match

Evgeny Popikhin (entraîneur de la Russie) : "Nous savions que les Suédois seraient actifs au début. Ils ont dépensé des forces hier dans leur quart de finale contre les Tchèques, donc il était dans leur intérêt de tuer le match aussi vite que possible. Nous n'avons pas tout de suite pris le rythme de jeu. La pause de deux jours a peut-être joué. En plus, à cause de la demi-finale serrée entre les Américains et les Canadiens, les joueurs sont restés assis totalement équipés pendant 20 minutes. Varlamov a été notre sauveur dans les moments difficiles. Mais il fallait voir l'atmosphère positive sur notre banc, même quand nous étions menés ! Il n'y avait pas le moindre signe de panique. [...] Hier, Anikeyenko ne s'est pas entraîné, il était au lit avec une angine. Mais il est venu me voir aujourd'hui pour dire qu'il était prêt à jouer. J'ai pris la décision de l'aligner juste avant le match. Il n'a pas déçu : il a fait une passe remarquable pour Makarov et il s'est constamment sacrifié en défense en se jetant devant le palet."

Torgny Bendelin (entraîneur de la Suède) : "Nous avons donné des buts faciles. On aurait pu mener 2-0, au lieu de cela on s'est retrouvé en retard d'un. C'est quand même un rêve que de vivre une ambiance pareille, je n'ai jamais vécu ça au niveau junior."

Jonas Junland (défenseur de la Suède) : "Nous avons eu beaucoup d'occasions en première période. Nous avons tapé le poteau trois fois... Si nous avions mené 2-0 c'était un match complètement différent. C'est la pire défaite de ma vie."

 

Russie - Suède 4-2 (2-1, 1-0, 1-1)

Mercredi 3 janvier 2007 à 19h30 à la Leksand Ejendals Arena. 5354 spectateurs.

Arbitrage de Danny Kurmann (SUI) assisté de Mikko Kekalainen (FIN) et Milan Novak (SVK).

Pénalités : Russie 24' (16', 4', 4'), Suède 10' (4', 2', 4').

Tirs : Russie 25 (8, 10, 7), Suède 15 (7, 2, 6).

Évolution du score :

0-1 à 09'00" : Junland assisté de Bäckström (sup. num.)

1-1 à 16'49" : Makarov assisté de Anikeyenko et Zubarev

2-1 à 18'18" : Cherepanov assisté de Bumagin et Buravchikov (sup. num.)

3-1 à 24'16" : Anisimov assisté de Makarov

4-1 à 43'56" : Vasyunov assisté de Makarov

4-2 à 50'54" : Hjalmarsson assisté de Bäckström (sup. num.)

 

Russie

Gardien : Semen Varlamov.

Défenseurs : Evgeni Ryasensky - Vyacheslav Buravchikov ; Pavel Valetenko - Aleksandr Loginov ; Andrei Zubarev - Vitali Anikenyenko ; Vyacheslav Voinov - Yuri Aleksandrov.

Attaquants : Aleksandr Bumagin - Anton Krysanov - Aleksei Cherepanov ; Andrei Kiryukhin - Gennadi Churlov - Ilya Zubov ; Aleksandr Vasyunov - Artem Anisimov - Igor Makarov ; Igor Musatov - Aleksandr Kucheryavenko - Anton Glovatsky.

Remplaçant : Nikita Bespalov (G).

Suède

Gardiens : Jhonas Enroth puis Joel Gistedt à 24'16".

Défenseurs : Jonas Junland - Jonas Ahnelöv ; Daniel Rahimi - Niklas Hjalmarsson ; Patrik Nevalainen - Alexander Hellstrom ; Alexander Ribbenstrand.

Attaquants : Patrik Zackrisson - Nicklas Bäckström - Robin Lindqvist ; Andreas Turesson - Patrik Berglund - Martin Johansson ; Andreas Molinder - Alexander Sundström - Nicklas Bergfors ; Linus Omark - Magnus Isaksson - Patrik Hörnqvist.

Remplaçant : Fredrik Pettersson.

 

Retour aux championnats du monde des moins de 20 ans