États-Unis - Canada (3 janvier 2007)

 

Demi-finale des championnats du monde des moins de 20 ans.

C'est une opposition classique entre les deux frères ennemis pour cette première demi-finale. Les deux formations s'affrontent régulièrement à ce stade de la compétition, puisque les Américains restent sur quatre demi-finales de suite (une seule médaille, l'or en 2004) et le Canada sur sept podiums consécutifs, dont deux titres. Les deux équipes étaient dans le même groupe et en poule les Canadiens se sont imposés 6-3. Carey Price et Jeff Frazee sont alignés dans les buts, ce dernier ayant gagné sa place en fin du tour préliminaire. James Neal est de retour dans l'alignement canadien, ce qui bouscule un peu les lignes utilisées. Au total, dix-huit joueurs s'étaient déjà affrontés l'an passé à ce stade du tournoi : les deux formations ont donc une expérience comparable.

L'an dernier, un incident avait opposé Jack Johnson et Steve Downie : les deux hommes se retrouvent déjà confrontés dès la première mise au jeu. Les premiers instants sont équilibrés, les deux équipes restent bien positionnées et se découvrent peu, se contentant de duels le long des bandes. La première pénalité est signalée contre Justin Abdelkader pour coup de coude, facilement effacée malgré une montée de Kris Russell sur l'aile gauche. Au retour du puni, les États-Unis travaillent sur un palet expédié en transversale vers Okposo, qui remet ligne bleue opposée pour Jack Johnson. Son tir à travers la foule est sorti par Price. Le gardien de Tri-City s'illustre ensuite sur un centre de Peter Mueller de derrière le but vers Stoa, action sur laquelle Letang prend deux minutes pour une charge dans le dos de Gerbe qui cherchait le rebond. Le petit attaquant est lui aussi sanctionné et c'est un quatre contre quatre. Les États-Unis s'installent en dominant aux mises au jeu et lancent deux fois au but, sans grand danger. Puis, Toews sort à son tour lors d'un duel contre Okposo dans la neutre. Une situation favorable pour les Américains dont 9 des 19 buts ont été inscrits en avantage numérique. Price doit alors sortir le bleu de chauffe avec une série d'arrêts sur des lancers de la bleue, signés Erik Johnson ou Peter Mueller, ou sur des tentatives de rebond. Après sept minutes, les États-Unis mènent déjà 10 tirs à 3 ! Gerbe puis Jack Johnson après une mise au jeu sollicitent le gardien à leur tour, mais Price est solide et s'impose. Le jeu s'accélère au retour de Toews, avec un contact spectaculaire derrière le but de Frazee impliquant Jack Johnson et Steve Downie, et Gerbe part en contre-attaque en trouvant à nouveau Price sur sa route. L'excellent échec-avant des Américains leur permet de donner le rythme du match pendant que le favori se repose sur sa défense. Une pression physique qui a ses contraintes : Brian Lee prend ainsi deux minutes pour obstruction ligne bleue offensive. Geoffrion et la défense se jettent pour bloquer les tirs et couper les passes, gagnant rapidement un temps précieux sur cet avantage numérique. Le Canada joue vite pour éliminer ce pressing jusqu'à servir Downie ligne de fond, qui rentre devant le but pour une action dangereuse gelée par Frazee. Le portier s'impose ensuite sur deux tirs de près de Little et Cogliano.

Cette séquence a permis au Canada de reprendre le contrôle du jeu, bien que les deux formations soient parfaitement au point défensivement. Kyle Okposo insiste sur un superbe débordement côté gauche, effaçant Letang pour repiquer vers Price sans parvenir à le surprendre. Bill Sweatt se lance lui aussi dans un slalom audacieux qu'il conclut du revers. Comme d'habitude entre les deux équipes, la partie est extrêmement disputée et le niveau très élevé. Une bonne orientation du jeu de Zimmerman permet ensuite à Gerbe de décaler Mueller sur la gauche, pour un tir dans la mitaine de Price. En face, Cogliano tente de démarrer entre deux défenseurs mais ne passe pas et percute Frazee, sans dommage. Le jeu est de plus en plus physique et disputé sur un rythme très rapide. La percussion américaine envoie quand même Parent en prison pour une charge dans le dos sur un duel dans le coin. Mais c'est Darren Helm qui est le plus dangereux, récupérant un mauvais jeu de Kane pour un départ en duel face à Erik Johnson qu'il passe, avant de se heurter à Frazee, très solide sur le coup. Une action qui casse le rythme adverse et permet de faciliter le retour de Parent. Les dernières secondes sont jouées à toute vitesse, Cogliano d'un côté, Skille de l'autre qui se heurte à Price. Sur le fil, Abdelkader prend deux minutes pour une charge maladroite et dangereuse dans la neutre, totalement inutile à huit secondes de la sirène. La période s'achève donc sur ce score de 0-0 après vingt minutes intenses disputées sur des chapeaux de roues.

Les joueurs à la feuille d'érable entament en supériorité numérique en continuant à se heurter à une défense agressive sur le porteur du palet. Frazee n'est absolument pas inquiété jusqu'au retour d'Abdelkader où les Canadiens mettent la pression avec la ligne menée par Darren Helm. Les duels sont intenses le long des balustrades, chaque palet est furieusement disputé. Les joueurs ne passent pas les défenseurs, qu'il s'agisse du retour de Staal sur Okposo ou d'une défense de Lawson sur Downie. Le rythme canadien est cependant cassé par une pénalité contre Sam Gagner. Suffisant pour l'ouverture du score : Chorney depuis la balustrade envoie la rondelle au deuxième poteau où Nathan Gerbe glisse le palet au fond des filets, sans qu'aucun joueur n'ait coupé la passe (0-1, 25'07"). Le ralenti donne toutefois le but à Taylor Chorney, car c'est Marc Staal qui a dévié le disque du patin devant Gerbe. La pression continue sur un débordement de Geoffrion qui lance Abdelkader, dont la bonne protection de la rondelle lui permet de menacer Price à bout portant. Mais cette pression coûte deux minutes à Peter Mueller, auteur d'une crosse haute derrière le but. Frazee sort alors l'arrêt du match face à Little avec un déplacement ultra rapide sur un tir dévié de Downie, qui avait laissé l'attaquant face à un but ouvert. C'est le seul tir de l'avantage numérique, mais quelle occasion !

Le jeu s'équilibre de plus en plus, avec des duels âpres et des mises en échec à répétition. Chaque phase de jeu est très rapide, le pressing intense et les espaces sont réduits. À la mi-match, Abdelkader prend une nouvelle pénalité pour un cinglage sur Russell dans la neutre, encore une pénalité inutile. La défense se montre très mobile pour contrer les tirs et s'acharner à dégager, le Canada cherche plutôt les tirs lointains de Russell ou Franson. Le travail le long des bandes paie pour les Américains : O'Marra sort pour un accrochage sur Fraser, et c'est un quatre contre quatre puis une minute d'avantage numérique qui n'aboutit qu'à un seul tir. Sur la contre-attaque, Cogliano se crée un 2 contre 1, choisit le tir mais Frazee sauve. Brian Lee sort deux minutes pour la faute dans la neutre qui avait lancé cette action. Letang tente sa chance mais le tir est dévié, revient sur Downie qui tire mais Frazee s'est déplacé assez vite. Les Canadiens essaient de déplacer le palet très vite pour déstabiliser la défense, mais les bleus ne lâchent rien, avant de reprendre le contrôle du palet. Les dernières minutes ne donnent rien, si ce n'est des duels toujours aussi accrochés et un ultime tir de Gerbe sur une mise au jeu de Mueller, le point fort des États-Unis. Les hommes de Ron Rolston virent en tête.

Le Canada remporte l'engagement de la troisième période et porte immédiatement le danger sur Frazee avec une action de Downie sur le côté du but. Les Américains ripostent avec la ligne de Kane et une longue présence offensive, qui force Price à rester vigilant. Mais la physionomie reste identique au début de match : beaucoup de duels et peu d'espaces. Sur une pénalité différée contre Zimmerman sort pour faire trébucher, et le palet file vers la cage canadienne vide... Staal sauve une action où la maladresse a failli coûter cher ! Jeff Frazee doit s'employer pour tenir le score... Pyatt, Toews pilonnent le gardien, Downie également mais ça ne passe pas. Frazee est décidément décisif... Le Canada s'installe en effet dans la zone américaine et presse de plus en plus. Les États-Unis pour leur part cherchent à gagner du temps. Il reste dix minutes et un seul petit but sépare les deux équipes... jusqu'à une pénalité contre Carman sur Downie, la peste canadienne restant sonnée sur l'action. Mais il revient vite et dévie un tir sur le poteau ! Malheureusement pour les Américains, Geoffrion prend deux minutes pour obstruction... Le double avantage ne dure pas très longtemps, suffisant pour une occasion, puis Russell lance de la bleue sur Frazee.

C'est finalement Luc Bourdon qui marque de la bleue pour l'égalisation, en profitant de bons écrans de Gagner notamment (1-1, 52'19"). Frazee s'illustre dès la reprise pour éviter le renversement de situation complet... et la partie revient vite son rythme traditionnel, accroché et rapide. Skille décolle à droite et trouve ainsi la mitaine de Price. Le Canada riposte par Toews, puis c'est Okposo de l'autre côté, et les mises en échec pleuvent, Staal punissant Lewis. Les dernières minutes sont tout aussi disputées, avec des essais de Toews et Cogliano... Le public, majoritairement canadien, est sur des charbons ardents. Après une partie d'un niveau exceptionnellement élevé, il a droit à une prolongation !

On repart donc pour dix minutes maximum, à quatre contre quatre... Price est le premier en action face à Jack Johnson, puis Abdelkader. Il sauve ensuite devant Okposo. C'est alors qu'un tournant survient : sur une montée de Jack Johnson, Kris Letang prend deux minutes pour crosse haute. Johnson est d'ailleurs coupé sur l'action... mais pas de double mineure ! Ron Rolston demande immédiatement un temps mort pour définir la tactique sur ce passage décisif. Kane, Mueller, Okposo et Erik Johnson se positionnent mais ne lancent pas ou voient leurs tirs contrés. Johnson est le plus dangereux et Price sort deux arrêts énormes. Pyatt se jette pour contrer les tirs, mais Erik Johnson continue, sans trouver la faille : la pénalité est tuée, au prix d'un effort énorme de la défense et du gardien ! Le Canada récupère, et sent le besoin de baisser un peu le rythme... Pas longtemps, car Bourdon remonte sur la droite pour une présence en zone offensive. Le jeu est toujours dominé par les États-Unis, Jack Johnson trouvant encore la mitaine de Price sur un bon décalage à droite... Le gardien de Tri-City est énorme dans cette prolongation ! Sur une ultime accélération de Cliché, la sirène retentit : les tirs aux buts couronnent ce match exceptionnel !

En 2000, le Canada avait battu les États-Unis pour le bronze aux tirs aux buts. L'occasion est donnée de venger ou confirmer cela...

Steve Downie est le premier à affronter Jeff Frazee. Il tente de contourner et de marquer du revers mais le gardien sauve de justesse de la crosse, l'attaquant se plaignant d'un jet de bâton. Patrik Kane tente aussi de contourner le gardien mais Price étire la jambière sur son poteau droit. Bryan Little s'avance et marque d'un bon tir du poignet en lucarne gauche. Mueller fixe Price et nettoie aussi la lucarne gauche ! Jonathan Toews... lucarne droite ! La pression est sur Jack Johnson... il s'avance... il marque, à droite du gardien !

Après une série de trois tirs de chaque côté, les joueurs peuvent s'essayer à nouveau. Frazee parvient à devancer Little de la crosse et offre à Kane une chance de gagner le match, mais Price sauve entre ses jambes... Toews à son tour, et il marque en lucarne gauche pour la deuxième fois ! Mueller vient pour sauver son équipe... et glisse le palet entre les jambes, après une petite feinte ! Cogliano fixe ensuite Frazee et marque à gauche, côté mitaine ! Jack Johnson sauve encore son camp, marquant à droite de Price ! Toews s'avance et marque son troisième essai, feintant Frazee pour glisser le palet côté opposé ! Mueller à son tour cherche entre les jambières... Price sauve !

Le Canada explose, c'est une nouvelle finale au bout du suspense !

Désignés joueurs du match : Carey Price (Canada) et Jeff Frazee (États-Unis).

Compte-rendu signé Nicolas Leborgne

 

Commentaires d'après-match

Kris Letang (capitaine du Canada) : "[À propos de sa pénalité en prolongation] C'étaient les deux minutes les plus longues de ma vie..."

Craig Hartsburg (entraîneur du Canada) : "Je n'ai jamais vécu quelque chose comme ça..."

Jonathan Toews (attaquant du Canada) : "Je ne suis pas un grand tireur de penaltys. Nous nous y entraînons chaque semaine avec l'équipe de l'Université du Dakota du nord, et je les réussis rarement."

 

États-Unis - Canada 1-1 (0-0, 1-0, 0-1, 0-0) / 4-5 aux tirs au but

Mercredi 3 janvier 2007 à 16h00 à la Leksand Ejendals Arena. 2376 spectateurs.

Arbitrage d'Ulf Rönnmark (SUE) assisté de Petr Blumel (TCH) et Fredrik Ulriksson (SUE).

Pénalités : États-Unis 20' (8', 6', 6', 0'), Canada 12' (6', 4', 0', 2').

Tirs : États-Unis 35 (11, 7, 5, 12), Canada 28 (9, 6, 10, 2, 1).

Évolution du score :

1-0 à 25'04" : Chorney assisté de E. Johnson (sup. num.)

1-1 à 52'19" : Bourdon assisté de Russell et Toews (sup. num.)

Tirs aux buts :

Canada : Downie (arrêt), Little (but), Toews (but), Little (arrêt), Toews (but), Cogliano (but), Toews (but).

États-Unis : Kane (arrêt), Mueller (but), J. Johnson (but), Kane (arrêt), Mueller (but), J. Johnson (but), Mueller (arrêt).

 

Canada

Gardien : Carey Price.

Défenseurs : Ryan Parent - Marc Staal ; Kristopher Letang - Luc Bourdon ; Kris Russell - Cody Franson ; Karl Alzner.

Attaquants : Brad Marchand - Andrew Cogliano - Steve Downie ; Tommy Pyatt - Jonathan Toews - Ryan O'Marra ; Darren Helm - Daniel Bertram - Marc-André Cliche ; James Neal - Bryan Little - Sam Gagner ; Kenndal McArdle.

Remplaçant : Leland Irving (G).

États-Unis

Gardien : Jeff Frazee.

Défenseurs : Kyle Lawson - Jack Johnson ; Erik Johnson - Taylor Chorney ; Sean Zimmerman - Brian Lee ; Jamie McBain.

Attaquants : Ryan Stoa - Peter Mueller - Nathan Gerbe ; Kyle Okposo - Trevor Lewis - Patrik Kane ; Justin Abdelkader - Jack Skille - Blake Geoffrion ; Bill Sweatt - Mike Carman - Jim Fraser ; James van Riemsdyk.

Remplaçant : Jeff Zatkoff (G).

 

Retour aux championnats du monde des moins de 20 ans