Krylia Sovietov Moscou - Lada Togliatti (27 janvier 2007)

 

Match comptant pour la quarante-septième journée de Superliga russe.

Les ours du zoo de Moscou ont enfin commencé à hiberner. Quel est le rapport ? Évident pourtant ! Cela signifie que l'hiver russe est enfin arrivé, qu'il fait moins 10, qu'il neige, et rien que l'idée d'aller déneiger la voiture, de se lancer dans les embouteillages perpétuels de l'avenue Koutouzov (la vainqueur de Napoléon en 1812), de se rendre tout là-bas dans l'ouest de Moscou pour voir la Xe défaite des Krylia Sovietov... pfff... il faut être motivé ! Surtout qu'en ce moment, cela ne marche vraiment pas fort (bon d'accord, cela fait des mois que cela ne marche pas...) avec deux cartons 1-7 à la maison contre le Dynamo et 0-6 au Poutineland Gazprom de Saint-Pétersbourg !

Et qu'en plus, en face, c'est le "superbe" Lada Togliatti, poussif douzième au classement ! La Lada qui n'a plus rien d'une belle berline depuis que l'entreprise qui gère l'usine automobile a mis un frein financier aux ambitions du club. Comme quoi, les Moscovites ont un exemple devant les yeux, avec un club sans le sou qui a dû repartir avec des jeunes.

Franchement, il n'y aurait pas mon fils, qui me tanne pour aller voir les Moscovites ailés, je serais bien resté sur mon canapé... Bon, ben, puisqu'il faut y aller... En plus cela fera toujours 200 roubles de plus dans les caisses du club. Oh, ça va, je sais bien que ce sont des millions de roubles qui manquent !

Remarquez, je ne suis pas le seul à m'être laissé convaincre, car comme d'habitude, il y a foule dans cette vielle patoche. Encore 2500 spectateurs, qui ont dû penser la même chose que moi et qui sont finalement venus...

Avec quand même du changement dans les rangs des KS. Le nouvel entraîneur en chef, Viatcheslav Anissine, a décidé de jeter dans le grand bain quelques gamins de plus. Des juniors qui ont une chance unique de s'acclimater au haut niveau. De toute manière, comme la saison est fichue, autant aguerrir les gosses. On voit ainsi apparaître dans les cages Alexeï Jigarev, pas encore 19 ans, titulaire cet après-midi, à ma connaissance pour la première fois, afin de reposer Dimitri Iatchanov, qui doit en avoir par-dessus la tête d'être constamment exposé, deux fois par semaine, à une pluie de tirs et de buts. Arrivée également du défenseur Konstantin Anouriev, 19 ans depuis une semaine et qui supplée Adroug Djougelia suspendu après son expulsion contre le Dynamo. Quant à l'attaquant Egor Jarkov, il fête aujourd'hui ses 20 ans !

Le Lada a également choisi de laisser son gardien titulaire au repos : le Canadien Mike Fountain est sur le banc et Vassili Kochetchkine sur la glace. Une équipe du Lada où l'on retrouve un ancien du championnat de France, le défenseur bélarussien, ancien des Albatros de Brest, Viktor Kastiouchonak.

Tiens, les KS ont ressortis les pom-pom girls sur le podium... C'est la preuve que l'argent coule à flot de nouveau ! Remarquez, le canard orange n'est toujours pas revenu... La crise dure donc toujours !

Le début de rencontre est assez calme. Les deux équipes s'observent et il faut attendre la quatrième minute pour que cela bouge, avec une prison infligée au défenseur moscovite Alexeï Komarov. C'est l'occasion de découvrir cet Alexeï Jigarev, et en bien ! Deux arrêts iatchanoviens permettent aux Ailes Soviétiques d'éviter le crash d'entrée de jeu.

Mais les jeunes moscovites vont faire encore mieux ! La prison terminée, Mikhaïl Anissine, l'attaquant de poche, file tout seul comme un grand dans la zone défensive du Lada. Il se présente face à Vassili Kochetchkine et sans trembler, le petit poucet (1m68) loge la rondelle le long du poteau droit du géant (1m99) gardien de Togliatti, qui n'a pas eu le temps de faire grand-chose (1-0, 05'48"). Et Anissine qui met l'ambiance et se précipitant vers la tribune du kop moscovite, la main collée à l'oreille pour demander au public de faire du bruit. Les supporters, ravis, lui répondent par de vibrant " Micha (le diminutif de Mikhaïl) Anissine !". Finalement, elle débute plutôt bien, cet après-midi loin du canapé. Bon, d'accord, contre le Dynamo, c'était la même chose, ouverture du score d'Anissine, puis plouf, on coule...

D'ailleurs, on croit bien que la tuile tombe de nouveau sur la (pauvre) tête des Moscovites, deux minutes plus tard. Alexeï Jigarev bloque une rondelle avec sa botte ou son corps, le long de son poteau. L'arbitre siffle, le gardien moscovite se décolle de son poteau et le palet retombe derrière la ligne de but. On va donc tranquillement faire un engagement. Mais non, Monsieur Bédarev se dirige vers le juge en charge d'allumer la petite lampe s'il y a but. L'arbitre voudrait savoir si, par hasard, le palet n'aurait pas été bloqué par Jigarev à l'intérieur de son but. Quelle idée saugrenue franchement ! Comme le préposé aux lumières ne peut éclairer la lanterne de l'arbitre, ce dernier se rend alors vers l'écran de contrôle vidéo. Le problème est qu'il va y rester une éternité. Les minutes passent, et toujours rien ! Au bout d'un moment, les deux entraîneurs en sont réduits à demander à leurs joueurs d'aller faire du patinage artistique pour ne pas prendre froid. C'est dire ! Et ça traîne, et ça traîne... Devant l'accumulation de pépins sur les KS depuis le début de la saison, toute la patinoire en est persuadée, Monsieur Bédarev va désigner le point d'engagement et Moscou va ainsi encaisser le but le plus improbable de la saison... Et bien non, ce monde n'est pas si cruel et l'arbitre estime qu'il n'y a pas but. À mon avis, il n'a rien vu et dans le doute... Un doute qui nous a fait perdre de très longues minutes et a peut-être cassé le rythme des KS.

Pas celui d'Anissine en tout cas, Micha s'échappe de nouveau vers la cage adverse, quelques secondes après le retour au jeu. Une pénalité d'Alexandre Kojevnikov permet à la Lada de repasser la marche avant. Le tir du Moscovite (Dynamo) exilé à Togliatti (le pauvre...) Denis Kartsev passe juste à côté et sur les tentatives suivantes, Jigarev veille. Un Jigarev parfait cet après-midi, sous les yeux de maître Iatcha...

Comme cela tient derrière, on se dit que pourquoi pas... Et c'est ce que ce dit également le trio Koulik-Gorochanski-Anissine. Déjà à l'origine du premier but, le premier bloc remet ça. Mais le tir d'Anissine fait bing ! Caramba, les ailes de la chance ne sont pas avec les ailes moscovites. Cela serait pourtant bien, un p'tit deuxième avant la pause. Les membres du trio infernal ne se découragent pas et poursuivent leur action. Neuf secondes plus tard, les trois larrons se retrouvent à trois contre un. Un jeu de passes à la soviétique plus tard, et Alexandre Gorochanski est à la conclusion (2-0, 17'23"). Eh bé, on a bien fait de venir !

Et ce n'est pas fini. Le Lada a bien du souci, multiplie les fautes, les KS se retrouvent à quatre contre trois et cela tire dans tous les coins. Anissine, intenable aujourd'hui, puis Koulik et enfin Dorofiev et cela fait but ! 3-0, incroyable, toute la patinoire danse de joie... sauf M. Bédarev qui reste impassible. Eh, mon gars, réveille-toi ! C'est l'heure ! Faut siffler ! Y'a but, là ! Ben non, en plus, il ne va pas voir la vidéo, alors que tout à l'heure... Le premier tiers, à cent pour cent en faveur des locaux, se termine donc à 2-0 et non à 3-0, c'est déjà inespéré, sauf qu'il ne faudra pas le regretter en fin de match, ce 3-0 pas accordé...

Visiblement Anatoli Emeline, le jeune coach du Lada, a dû menacer ses ouailles d'heures supplémentaires à la chaîne de production, car au retour sur la glace, les joueurs au maillot ressemblant à celui des Français Volants sont beaucoup plus présents. Ils sont aidés par une faute au bout de vingt-sept secondes sifflée sur Denis Koulik. Le Lada s'installe dans la zone, mais la défense moscovite et surtout l'excellent Alexeï Jigarev ne sont pas pris en défaut. Enfin presque, puisque sur le dernier tir de cette supériorité numérique, Denis Kartsev trouve la faille, à trois secondes de la libération de notre camarade emprisonné (2-1, 22'26"). Grr ! Togliatti n'aura pas attendu longtemps pour revenir à 2-1...

Et cela continue une minute plus tard. Egor Jarkov fête ses vingt ans en prison et Denis Kartsev remet ça. Il se retrouve face-à-face avec Alexeï Jigarev, mais le gardien moscovite remporte le duel. Mikhaïl Anissine trouve le temps de placer une banderille, mais bientôt, les Krylia sont à nouveau un de moins dans l'avion. C'est Alexeï Eremine qui a sauté en vol, et franchement, le plus honnêtement du monde, cette faute n'était vraiment évidente que pour Monsieur Bédarev. Et comme en pareil cas, le battement d'aile d'un papillon débouche sur une catastrophe, avec l'égalisation du Lada moins de vingt secondes plus tard. C'est l'ancienne (?) petite merveille du hockey russe Igor Grigorenko qui marque sur la première action de cette supériorité numérique (2-2, 29'18"). Tout est à refaire et l'on repense déjà au but refusé...

Pourtant, les Moscovites ailés vont trouver les forces de re-décoller. Une pénalité infligée au jeune attaquant de 19 ans (eh oui, au Lada aussi) Evgueni Bodrov, et moins d'une minute après, les Krylia Sovietov de Moscou reprennent la tête au tableau d'affichage par Dimitri Korotkov de près. L'attaquant moscovite a pris son temps, a levé la tête, n'a pas paniqué et à envoyé un missile dans l'axe que Vassili Kochetchkine n'a pu bloquer (3-2, 34'38"). Le souci pour les Moscovites, c'est qu'ils prennent beaucoup trop de pénalités. La fougue de la jeunesse, et aussi l'expérience des autres équipes qui vont chercher les fautes. Quoi qu'il en soit, le défenseur Stepan Mokhov est sanctionné, et une fois de plus cela ne traîne pas. Quinze secondes plus tard, cela fait trois partout. Un tir lointain du défenseur international Alexandre Gouskov trompe Alexeï Jigarev (3-3, 37'31"). Sauf que ce but déclenche la colère du public et des joueurs moscovites. Les KS estiment qu'il y a beaucoup trop de monde dans la zone du gardien pour que ce but soit totalement honnête. L'arbitre, lui, décide qu'il y a bien but et ne va toujours pas vérifier à la vidéo... L'avance moscovite a fondu. Et pourtant, il fait bien froid...

Visiblement pas totalement satisfait des buts encaissés par son gardien, en particulier le troisième, l'entraîneur de Togliatti fait entrer l'ex-international junior canadien Mike Fountain pour l'ultime tiers-temps. Pour Moscou, pas de raisons de retirer sa confiance à Alexeï Jigarev des plus "viva" aujourd'hui.

Cette dernière période débute d'une manière équilibrée. Une belle occasion pour les locaux à la 44e par Denis Koulik et une réplique visiteuse, deux minutes plus tard en supériorité numérique, par le défenseur Maxime Kondratiev. Le problème arrive pour les Moscovites à la 48e avec un "deux plus dix" infligé au défenseur Gueorgui Popov. Il conteste sa prison et prend une méconduite par un M. Bédarev qui décidément se fait beaucoup d'amis cet après-midi à Moscou ! Voilà donc les Moscovites réduits à trois lignes défensives pour toute la fin de la partie.

Cela n'empêche pas Alexandre Gorochanski de partir en contre en infériorité. Mais Mike Fountain rappelle qu'il a sa place depuis six ans dans le championnat russe. Les KS résistent donc durant cette infériorité... sauf qu'ils prennent encore une prison à la 52e par Evgueni Pasternatski. Comment passer sa vie à un joueur de moins et envisager la victoire ? Avec courage et ténacité tiens ! Et un peu de chance avec ce tir "ladaien" qui termine sa course contre le poteau de Jigaiev (52e). Cela pourrait même sourire, lorsque sortant de prison, Pasternatski récupère la rondelle et se présente seul face à Fountain. Mais ce dernier est impeccable...

La pression des visiteurs est cependant de plus en plus forte. Tour à tour, Igor Grigorenko (55e) puis Iakov Ratchinski (56e) font passer des sueurs froides dans le dos de la défense moscovite. Sauf que l'occase de tuer le match, la grande chance pour les Moscovites arrive à 57'12". Anton Kryssanov, attaquant de 20 ans du Lada de son état, est envoyé en prison. Allez les gars de l'aviation, c'est le moment ou jamais ! Ce sera jamais. Un palet du Lada est renvoyé au loin. Sergueï Bernatski rate sa relance et fait un dégagement interdit. Engagement dans la zone défensive moscovite. Togliatti gagne l'engagement, Iakov Ratchinski envoie sur la cage, le palet rebondit devant Jigaiev, saute par-dessus la crosse du gardien moscovite et va mourir derrière la ligne (3-4, 59'04") Comment vous appelez ça, vous ? Histoire de bien enfoncer le clou, les KS trouvent le moyen de finir le match en infériorité, suite à une ultime pénalité de Dimitri Korotkine.

C'était sans doute le week-end ou les équipes en rouge et bleu perdaient à la maison sur ce score avec un but oublié par l'arbitre alors que toute la patinoire avait vu le palet entrer dans la cage !

Finalement, cette rencontre valait bien la peine de se lever de son canapé, même si la conclusion donne envie d'y retourner. En attendant, c'est l'opération déneigement qui réclame un retour pressant...

Le Lada reste donc positionné bien au chaud en douzième place, à égalité avec le Neftekhimik de Nijnekamsk et à portée de fusil du 10e (cinq points), le MVD de la Région de Moscou.

Quant aux Ailes Soviétiques, la dernière place leur étant réservée depuis fort longtemps, cela ne change rien, sauf qu'une victoire cet après-midi, outre qu'elle aurait été méritée, aurait mis un peu de baume au cur... Surtout que le prochain match des KSM a de quoi réjouir : un déplacement au Lokomotiv de Iaroslav qui vient d'aller gagner à Magnitogorsk et sur la glace du leader, Kazan ! Hmm, ça sent bon !

Étoiles du match Sport Express : *** Mikhaïl Anissine (KSM), ** Alexeï Jigarev (KSM), * Igor Grigorenko (Lada).

Étoiles du match Sovietski Sport : *** Iakov Ratchinski (Lada), ** Denis Koulik (KSM), * Igor Grigorenko (Lada).

Compte-rendu signé Bruno Cadène

 

Commentaires d'après-match

Vyacheslav Anisin (entraîneur des Krylia Sovietov) : "Je sais que le Lada est une équipe très bien préparée physiquement. Nous manquons d'effectif. La moitié des joueurs se sont épuisés en infériorité numérique, alors que l'autre moitié restait presque tout le match sur le banc. En plus, l'absence de condition physique nous fait commettre des erreurs que nous avons payées dans la seconde moitié du match. Aleksandr Kozhevnikov est coupable sur le dernier but, il n'a pas empêché le lancer, il n'a pas pris le palet sur lui."

 

Krylia Sovietov Moscou - Lada Togliatti 3-4 (2-0, 1-3, 0-1)

Samedi 27 janvier 2007 à 17h00 au palais des sports des Krylia Sovietov. 2500 spectateurs.

Arbitrage de Dmitri Bedarev (Prokopievsk) assisté d'Aleksandr Soïn et Andreï Rogachev (tous deux de Moscou).

Pénalités : Krylia Sovietov 22'+10', Lada 18'.

Tirs : Krylia Sovietov 27 (10, 7, 10), Lada 33 (7, 15, 11).

Évolution du score :

1-0 à 05'48" : Anisin assisté de Kulik

2-0 à 17'23" : Gorochanski assisté d'Anisin et Kulik

2-1 à 22'26" : Kartsev assisté de Belkin (sup. num.)

2-2 à 29'18" : Grigorenko assisté de Guskov et Panin (sup. num.)

3-2 à 34'38" : Korotkov assisté de Deiev (sup. num.)

3-3 à 37'31" : Guskov assisté de Krysanov et Grigorenko (sup. num.)

3-4 à 59'04" : Rachinski assisté de Denisov (inf. num.)

 

Krylia Sovietov Moscou

Gardien : Aleksei Zhigarev.

Défenseurs : Aleksei Komarov - Stepan Mokhov ; Sergei Dorofeev - Rafael Batyrshin ; Sergei Bernatski - Denis Osipov ; Georgi Popov - Konstantin Anuriev.

Attaquants : Denis Kulik - Aleksandr Goroshanski - Mikhaïl Anisin ; Renat Khaïretdinov - Ilya Dokshin - Aleksandr Kozhevnikov ; Mikhaïl Deiev - Dmitri Korotkov - Aleksei Eremin ; Kirill Osipenko - Evgeni Pasternatski (C) - Egor Zharkov.

Remplaçant : Dmitri Yachanov (G).

Lada Togliatti

Gardiens : Vasili Koshechkin puis Mike Fountain à 40'00".

Défenseurs : Grigori Panin - Aleksandr Guskov ; Denis Bodrov - Vladimir Denisov ; Dmitri Vorobiev - Maksim Kondratiev ; Vyacheslav Seluyanov - Viktor Kastyuchonak.

Attaquants : Igor Grigorenko - Anton Krysanov - Aleksandr Buturlin (C) ; Oleg Belkin - Denis Kartsev - Evgeni Ketov ; Vadim Golubtsov - Sergei Kukushkin - Aleksandr Bumagin ; Sergei Luchnikin - Yakov Rachinski - Evgeni Bodrov.

 

Retour au championnat de Russie