Viry-Châtillon - Limoges (27 janvier 2007)

 

Match comptant pour la quatrième journée de la poule de maintien de division 1.

Battu deux fois en déplacement par Viry la saison dernière, Limoges connaît un début de match idéal : après une première pénalité de Peduzzi, un tir à ras glace de Sébastien Aris ouvre le score (0-1, 03'31"). Il se trouve que les Jets marquent aussi sur la première pénalité adverse : un tir excentré de Julien Boulet rebondit par-dessus Tom Charton et vient mourir derrière la ligne, de façon visible pour les gradins mais pas pour l'arbitre placé du côté du tireur. Il laisse donc le jeu se dérouler alors que les Virois étaient déjà à la fête. Ce but non comptabilisé peut changer beaucoup de choses, surtout que Limoges fructifie également sa deuxième supériorité. Jiri Jelen met le feu dans la défense, mais Karimbocus, presque débordé, rattrape le palet in extremis. Il ne parvient cependant pas à le dégager, Tomas Valko ferme la zone et donne un caviar au second poteau à Jelen qui n'a plus qu'à dévier proprement le palet en cage vide (0-2, 10'49"). Les Jets ne font que chauffer la mitaine de Charton et même deux pénalités conjointes de Pastore et Molmy ne les aident pas vraiment. Ils peinent à écarter le jeu au passage de la bleue et s'enferment. Quand une passe en retrait de Marouillat pour Kerneis crée le décalage, celui-ci subit un croche-pattes de Père. Cela devrait prolonger l'avantage numérique, mais il est un peu dilapidé par une obstruction sifflée ensuite contre Marouillat. Et, plus étrange, le fait que la prison limougeaude soit vide alors qu'il reste du temps à la troisième pénalité entretient la confusion...

Viry domine la deuxième période alors que Limoges enchaîne les pénalités. Juste avant de passer derrière la cage, Kevin Ledoux laisse intelligemment le palet en retrait au premier poteau pour Mehdi Belhassen, qui ne peut pas contrôler sur son revers alors que le gardien s'était déporté et lui laissait l'ouverture. En infériorité numérique, c'est encore Ledoux qui réalise un festival technique en zone offensive puis qui, après s'être replié, intercepte le palet dans la neutre et lance Mickaël Marouillat en break, mais celui-ci échoue sur Charton. Il lève quand même le bras au cas où, mais le but n'existe cette fois que dans l'esprit des spectateurs, que cette action a réveillés pour des "Viry, Viry" que l'on n'avait plus entendu depuis longtemps. Cela provoque quand même une pénalité vite taxée de compensation, et un bon palet rabattu devant la cage par Kerneis. Mais ce n'est qu'une occasion manquée de plus pour le jeu de puissance essonnien...

Mais tout vient à point à qui sait attendre. Alors que Carmona a été sanctionné, Kevin Ledoux passe de derrière la cage à Mehdi Belhassen qui reprend au-dessus de la jambière de Charton (1-2, 32'11"). Et pendant la prison suivante de Loureiro, une percée en puissance de Buigues provoque une pénalité différée. Le palet ressort pour Bertrand Danton qui place un tir en feuille morte dans le haut du filet. Ses coéquipiers viennent le congratuler pour ce premier but de la saison à un moment si important (2-2, 34'27"). Dix-sept secondes plus tard, une passe en cloche envoie Valko au coude à coude avec Kerneis, et le gardien Larivée emporte tout sur son passage dans sa sortie. L'arbitre siffle deux minutes de pénalité, là où certains auraient attendu un penalty, et cela laisse les deux équipes à quatre contre quatre. Après un tir excentré de Marouillat, le palet est récupéré par Yvan Kerneis qui fait le tour de la cage avant que Charton ne se soit relevé (3-2, 35'09"). Le cinglage de Valko après ce but prouve que les Limogeauds est en train de creuser sa tombe tout seul avec des pénalités stupides. Ils n'ont plus tenté le moindre tir cadré depuis une dizaine de minutes. Une pénalité viroise providentielle les met cependant à quatre contre trois. Jelen s'approche donc de la cage et son tir transperce Kerneis et Larivée (3-3, 36'09"). Les Jets perdent à leur tour leur discipline : Costes se fait emporter par son élan au forechecking, et Astic fait faute après avoir rendu le palet en zone défensive sur une mauvaise relance dans l'axe. Limoges doit donc finir le tiers à cinq contre trois... mais Kolbaba prend une pénalité stupide pour crosse haute qui lui vaut carrément de se faire engueuler par son staff depuis les tribunes.

Le ton est sans doute également monté dans les vestiaires car Limoges retrouve sa discipline au troisième tiers-temps. Par contre, Buigues se laisse aller à une charge contre la bande sur Combe, mais après un bon travail général de Viry en infériorité, Kévin Ledoux élimine John-Henry Père en un contre un et bat Charton (4-3, 44'08"). Attention néanmoins car la pénalité n'est pas terminée : le palet doit être contré par Guillaume Jeannette alors que Molmy avait visé la cage ouverte du revers sur un rebond. À moins de dix minutes de la fin, Kerneis est sanctionné pour obstruction, et Larivée vit les moments les plus chauds devant sa cage depuis le premier tiers.

Jérémy Buigues réalise une percée offensive et contourne lui aussi la quille Père, mais son tir part dans les nuages. C'est le début de six dernières minutes un peu folles. Tout commence avec un accrocher sifflé contre Ledoux. Les vieux briscards de la défense viroise signent alors leur retour : Jeannette écarte encore un rebond dangereux et Astic se couche ensuite face au lancer. C'est finalement une charge incorrecte de Molmy sur Larivée qui annule la supériorité. À quatre contre quatre, Romain Costes part en contre et effectue un 360° pour leurrer le défenseur, mais il en a lui-même le tournis et son tir n'est pas cadré. Le jeu repart de l'autre côté et un tir anodin de Jonathan Pastore glisse au ras du poteau de Larivée masqué (4-4, 56'42"). Coup au moral pour Viry, qui réagit pourtant en s'installant en zone offensive pour reprendre aussitôt l'avantage par Ledoux (5-4, 57'13"). Délire chez les blancs et dans les gradins. Mais neuf secondes plus tard, une pénalité contestée contre le gardien essonnien remet tout en cause. Danny Malone prend son temps mort. A-t-il fait remarquer à ses joueurs que Francis Larivée adopte un style de plus en plus agressif en s'avançant sur les lancers à mesure que la fin de match approche, ce qui lui donne l'avantage sur le tireur mais découvre ses arrières ? En tout cas ils en profitent. Un lancer de la bleue de Kolbaba donne un rebond pour le revers de Wilfrid Molmy, et cette fois les défenseurs ne peuvent plus contrer le palet (5-5, 57'28"). Limoges concède encore deux pénalités dans la dernière minute, la première de Père qui permet à Roujon de demander à son tour son temps mort, et la seconde de Kolbaba, une obstruction "utile" qui avorte la dernière action.

Limoges semblait présenter initialement une équipe physiquement solide, à l'instar de David Hennebert en défense et de Jiri Jelen en attaque, mais elle s'est révélée friable sur le plan de la discipline. Elle a cependant su marquer au bon moment et concrétiser ses supériorités numériques pour sauver un point de ce match qui prenait mauvaise tournure pour elle.

On a longtemps cru que les Jets regretteraient leur éternelle inefficacité, mais ils ont fini par trouver de la réussite en attaque. Le problème, c'est que leurs adversaires aussi. Le nul est à peu près logique après les péripéties de ce match, même s'il laisse des regrets. Ce premier point peut être une étape dans la mesure où le calendrier a plus ou moins classé les adversaires de Viry par ordre de difficulté décroissant. Alors que l'absence de Romain Danton est évidemment préjudiciable, on aura noté le but de son frère, mais aussi le match étincelant de son "jumeau" Kévin Ledoux, comme s'il se sentait obligé de jouer pour deux.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Viry-Châtillon - Limoges 5-5 (0-2, 3-1, 2-2)

Samedi 27 janvier 2007 à 20h30 à Colombes. 80 spectateurs.

Arbitrage de M. Calamoneri assistée de MM. Douchy et Magnier.

Pénalités : Viry 34' (8', 8'+10', 8'), Limoges 32' (12', 14', 6').

Tirs : Viry 27 (9, 11, 7), Limoges 26 (7, 4, 15).

Évolution du score :

0-1 à 03'31" : Aris assisté de Pastore et Père (sup. num.)

0-2 à 10'49" : Jelen assisté de Valko et Loureiro (sup. num.)

1-2 à 32'11" : Belhassen assisté de Ledoux et M. Marouillat (sup. num.)

2-2 à 34'27" : B. Danton assisté de Ledoux et Boulet (sup. num.)

3-2 à 35'09" : Kerneis assisté de M. Marouillat et Ledoux

3-3 à 36'09" : Jelen assisté de Loureiro (sup. num.)

4-3 à 44'08" : Ledoux assisté de M. Marouillat (inf. num.)

4-4 à 56'42" : Pastore

5-4 à 57'13" : Ledoux assisté de Belhassen et M. Marouillat

5-5 à 57'28" : Molmy assisté de Kolbaba et Valko (sup. num.)

 

Viry-Châtillon

Gardien : Francis Larivée.

Défenseurs : Pierre-Jean Karimbocus (A) - Yvan Kerneis ; Jérémy Buigues - Guillaume Jeannette ; Hugo Astic.

Attaquants : Mehdi Belhassen - Mickaël Marouillat (C) - Kevin Ledoux ; Bertrand Danton - Julien Boulet - Victor Peduzzi (A) ; Romain Costes - Sylvain Boulot - Maxime Dorion ; Yohann Marouillat - Alexis Gautron - Mohamed Benyahia.

Remplaçant : Geoffroy Marcon (G). Absents : Harond Litim (opéré des ligaments croisés et du ménisque, saison terminée), Romain Danton (entorse du genou, six semaines de repos), Guillaume Duboc (épaule).

Limoges

Gardien : Tom Charton.

Défenseurs : Wilfried Molmy - Vladimir Kolbaba ; David Hennebert - John-Henry Pere ; Alexis Mery.

Attaquants : Frédéric Loureiro da Fonseca - Jirí Jelen - Tomas Valko ; Sébastien Aris - Yannick Maillot (C) - Jonathan Pastore ; Aurélien Carmona - Matthieu Combe - Benjamin Rochette.

Remplaçant : Ludovic Veron (G).

 

Retour au Championnat de France de division 1