Russie - Canada (1er septembre 2007)

 

Quatrième match de la "super série" anniversaire, pour les moins de 20 ans.

C'est le dernier match sur le sol russe pour les deux équipes juniors. Le Canada reste sur trois succès de plus en plus nets et cherchera à enfoncer un peu plus le clou. Côté russe, l'orgueil devra compenser les absences pour éviter une débâcle. Steve Mason, vainqueur du premier match, revient dans les cages et sera opposé à Bobrovsky, le troisième gardien russe.

Compte tenu des blessures, trois joueurs resteront la Russie lorsque la série partira au Canada pour le cinquième match. En effet, Aleksei Cherepanov, Egor Averin et le défenseur Valeri Zhokov sont forfaits. Ils seront remplacés par Viktor Tikhonov, fils du célèbre entraîneur, et deux joueurs qui évoluaient l'an passé au Québec, Ruslan Bashkirov, l'un des deux jumeaux, et le grand défenseur Kirill Tulupov.

Le Marchand de sable va passer...

D'entrée le gardien des London Knights est assiégé par la ligne Anisimov devant un public survolté. Malheureusement l'indiscipline casse l'élan. Le benjamin russe Vyacheslav Voinov est sanctionné et les blancs déroulent. David Perron, toujours aussi technique, se heurte au gardien et John Tavares ne peut se saisir du rebond. La pression provoque une nouvelle punition de Yuri Alexandrov. Les rouges sont déjà à la limite de la rupture sur un tir de Tavares et une partie de billard dans l'enclave. À 5 contre 3, Brent Sutter aligne quatre attaquants mais la défense s'en sort. Le public se fait entendre pour porter son équipe pendant une pénalité canadienne, inquiet toutefois des contre-attaques. Mason pour sa part reste vigilant sur l'unique tir de la supériorité. Clairement fébriles, les rouges concèdent des occasions, à l'image d'un Bodrov déséquilibré tout seul et qui laisse Tyrell tenter sa chance du revers. Il y a malgré tout de bonnes occasions, notamment d'Aleksandr Vasyunov, l'espoir des New Jersey Devils qui évolue sous l'il de son potentiel futur entraîneur, le coach canadien Brent Sutter.

Les Russes mettent enfin beaucoup d'énergie en attaque, mais une nouvelle pénalité casse leur élan. L'occasion pour Turris de trouver Bobrovsky, le gardien s'imposant de justesse sur le rebond face à Tavares. C'est la seule occasion canadienne avant le retour de Maïorov. Les hommes de Nemchinov repartent donc à l'assaut, avec un contournement de cage de Ryabev puis un tir lointain. La récompense survient sous la forme d'une pénalité canadienne... sans conséquence, le palet circulant sans pouvoir se placer en position dangereuse.

Finalement le Canada ouvre le score en fin de période. Godfrey à la bleue s'avance, il passe du revers et Brad Marchand récupère le palet au second poteau pour tromper le gardien (0-1). Une ultime pénalité blanche redonne l'espoir au public mais les équipes spéciales canadiennes sont excellentes dans cette série. Les joueurs rentrent au vestiaire sur ce court avantage nord-américain, contre le cours du jeu.

Toujours les mêmes qui vont Gagner

Les rouges démarrent en avantage numérique, manquant de se faire surprendre d'entrée par Claude Giroux qui menace le gardien de près. Au retour du puni, Brad Marchand slalome dans le cercle gauche, trouve Bobrovsky du revers à bout portant et Sam Gagner finit le travail (0-2). Un but rapide qui assomme encore un peu plus d'autant que Zubov est sanctionné pour un contact spectaculaire sur Legein. En avantage numérique, les Blancs sont sur leur point fort et Gagner se montre dangereux en repiquant devant le but depuis la ligne de fond. Sur la mise au jeu qui suit, Tavares sort avec le palet et est accroché devant le but par Chudinov. Le 5 contre 3 multiplie les occasions. Tavares, Sutter, Turris, Perron, Hickey se heurtent au gardien. Les pénalités sont tuées... et Voinov renverse Gagner sur un contact qui fait se lever le public. Le Canada insiste, Hamill servant Gagner pour un tir en angle fermé. Bobrovsky s'en sort ensuite de peu face à Tyrell puis Perron. L'attaquant québécois sélectionné par Saint-Louis quitte ensuite brièvement ses partenaires, touché au visage sur une lourde charge de Voinov, sanctionné de cinq minutes de pénalité car le palet était loin de l'action.

C'est une énorme opportunité pour le jeu de puissance canadien, très efficace lors des trois premiers matches, cependant le capitaine Milan Lucic en gaspille deux minutes par une pénalité. L'attaquant des Giants de Vancouver, meilleur joueur de la Memorial Cup (finale des championnats juniors) assiste alors du banc à un 4 contre 4 rythmé, durant lequel Maïorov slalome pour lancer sur Mason. Le gardien sort ensuite un bon tir dévié de Anisimov côté droit et un de Solodukhin côté gauche après le retour de Lucic, pendant que Perron se fait justice sur Grishin. De retour en supériorité, les blancs font parler la poudre de manière incroyable. Une passe de Hickey vers Giroux, au cercle gauche, déséquilibre le Québécois. Le public se moque mais, au sol, il parvient à donner le palet dans son dos vers la ligne de fond pour Gagner, qui sert devant le but John Tavares : 0-3 ! Le buteur d'Oshawa (qui aura 17 ans le 20 septembre) inscrit là son premier but du tournoi.

Les affaires de n'arrangent pas avec une pénalité contre Zubov, qui a accroché Perron après avoir été mis en échec, peu après le retour de Voinov. Gagner et Tavares font parler la technique et Godfrey allume mine sur mine à la bleue. Les Rouges restent quand même peu menacés et cherchent la contre-attaque en infériorité, par Solodukhin ou Kublikov. La seule réelle occasion sauvée par Bobrovsky est l'uvre de Brandon Sutter avant le retour à 5 contre 5. Les hommes de Nemchinov peinent à attaquer en groupe et à franchir le rideau, autorisant les Canadiens à gérer le match à leur rythme. La période s'achève sur une pénalité de Giroux, sans réussite côté russe. Les blancs ont dominé la période, vingt minutes très animées, principalement grâce à leur jeu de puissance.

Le (long) feu russe

La Russie entame en avantage numérique mais concède d'entrée une occasion à Stefan Legein après un palet bêtement perdu ligne bleue. Sur l'action les esprits s'échauffent et deux joueurs, un de chaque camp, sont punis ; 4 contre 3 à venir, puis 4 contre 4, séquences dominées par les Russes qui sont finalement enfin récompensés de leurs efforts. Le jeu sur la gauche se termine par un tir de Zubov, sorti par Mason à l'opposée où Grishin, tout seul, vient l'ajuster (1-3).

Devant un public en feu, Vishnevsky met Perron au sol et lance une contre-attaque piquante. Les Rouges surprennent à nouveau la défense, très statique. Le travail derrière le but de Dadonov libère Chudinov lancé dans l'axe pour la réduction du score (2-3). En trois minutes, les locaux ont renversé le cours du match... malheureusement pour eux le Canada dispose de ressources et d'un sang froid étonnant. Après un temps mort de Brent Sutter, Marchand est ainsi tout seul à coté du but sur un long tir d'Ellerby venu de la bleue, côté gauche, et ajuste un gardien aux abonnés absents (2-4). Le but de l'espoir côté russe aura fait long feu...

La partie devient alors de plus en plus physique et les joueurs se rendent coup pour coup. Mason sort ainsi de la botte un tir venu de la gauche, puis Bobrovsky doit s'imposer face à Giroux plein axe, avant un 2 contre 1 lancé par Sutter et Legein. Puis c'est le tour de Tavares de rôder auprès du but. Les Russes jouent avec cur, profitant d'une nouvelle pénalité pour s'installer en attaque, autant que possible, et maintiennent la pression sur Mason par l'intermédiaire de Ryabev ou Glovatsky sur un nouvel avantage numérique. Mais le travail canadien est énorme en conservation de palet, qu'il s'agisse d'Hamill, Sutter ou Giroux. Le Canada joue la montre avec efficacité, devant un public peu à peu éteint. La sortie du gardien offre une dernière occasion de Dadonov seul devant Mason, qui s'impose encore une fois.

En dépit du meilleur match de la Russie depuis le début de la série, les Canadiens réussissent donc le 4 sur 4 et visent toujours la fiche parfaite en rentrant au pays. Avec leur incroyable intelligence tactique et leur maturité, ils feraient pâlir d'envie de nombreux seniors. Quel sérieux chez les hommes de Sutter, où chacun joue son rôle à la perfection ! Prochain match mardi à Winnipeg.

Désigné joueur du match : Sam Gagner (Canada).

Compte-rendu signé Nicolas Leborgne

 

Commentaires d'après-match

Brent Sutter (entraîneur du Canada) : "La raison pour laquelle ils ont marqué deux buts, c'est qu'on a commencé à tourner dans notre zone et à perdre la couverture. On a regagné notre sang-froid et à marquer ce but rapide, ce qui était énorme et nous a permis de nous relancer. On a discuté hier au sujet de leur effectif, pour autoriser des compléments du moment que c'étaient de très bons joueurs, afin d'avoir une très bonne équipe russe pour la tournée. Si quelque chose nous arrivait, on aurait aussi le droit de le faire."

Sergei Nemchinov (entraîneur de la Russie) : "Je pense que c'est une bonne leçon pour notre équipe. On a joué en équipe aujourd'hui mais ça peut être vite très difficile de mieux jouer une équipe aussi disciplinée que celle du Canada. On doit faire moins d'erreurs et alors on aura sans doute plus de chances."

 

Russie - Canada 2-4 (0-1, 0-2, 2-1)

Samedi 1er septembre 2007 à 18h00 à l'Arena-Avangard d'Omsk. 10048 spectateurs.

Arbitrage de Sean Reid et Marc Muylaert (CAN).

Pénalités : Canada 16' (6', 4', 6'), Russie 19' (6', 11', 2').

Tirs : Canada 31 (9, 17, 5), Russie 47 (18, 12, 17).

Évolution du score :

0-1 à 18'16" : Marchand assisté de Gagner et Godfrey

0-2 à 21'43" : Gagner assisté de Marchand et Hamill

0-3 à 32'19" : Tavares assisté de Gagner et Giroux (sup. num.)

1-3 à 42'29" : Grishin assisté de Zubov et Mayorov

2-3 à 42'56" : Chudinov assisté de Dadonov

2-4 à 43'45' : Marchand assisté d'Ellerby

 

Russie

Gardien : Sergei Bobrovsky.

Défenseurs : Pavel Doronin - Aleksei Grishin ; Igor Zubov - Evgeni Kurbatov ; Yuri Aleksandrov (C) - Maksim Chudinov ; Ivan Vishnevsky - Vyacheslav Voinov.

Attaquants : Aleksandr Ryabev - Artem Anisimov - Evgeni Dadonov ; Evgeny Bodrov - Ilya Kablukov - Mikhaïl Glukhov ; Konstantin Kulikov - Vyacheslav Solodukhin - Maksim Mayorov ; Anton Glovatsky - Maksim Mamin - Aleksandr Vasyunov.

Remplaçant : Semen Varlamov. Absents : Egor Averin (commotion cérébrale), Aleksandr Cherepanov (commotion cérébrale), Vadim Zhelobnyuk (G).

Canada

Gardien : Steve Mason.

Défenseurs : Keaton Ellerby - Thomas Hickey ; Karl Alzner - Drew Doughty ; Luke Schenn - Josh Godfrey.

Attaquants : David Perron - Kyle Turris - John Tavares ; Cory Emmerton - Colton Gillies - Dana Tyrell ; Stefan Legein - Brandon Sutter - Milan Lucic ; Brad Marchand - Sam Gagner - Claude Giroux ; Zach Hamill.

Remplaçant : Jonathan Bernier (G). En réserve : Leland Irving (G), Zach Boychuk, Ty Wishart, Logan Pyett.

 

Retour aux matches internationaux des moins de 20 ans