Amiens - Rouen (8 septembre 2007)

 

Match comptant pour le tournoi d'Amiens.

Pour cette dernière grande répétition avant le début du championnat, le Coliseum n'est pas si mal rempli si l'on veut bien tenir compte de la concurrence du sulfureux Italie-France de football. Un Amiens-Rouen est toujours attendu. Celui-ci a de spécial que les Gothiques sont privés de leurs deux attaquants étrangers, et les Dragons de quatre titulaires en défense.

Quoi de mieux qu'un but d'entrée pour allécher les spectateurs amiénois ? Ramon Sopko leur fait ce petit cadeau, quand un tir en angle fermé de Lionel Wiotte troue sa mitaine le long de sa hanche (1-0, 02'12"). Malheureusement pour les amateurs de hockey picards, la suite du tiers-temps de leur équipe sera beaucoup moins enthousiasmante. Carl Mallette fait déjà la pluie et le beau temps sur la glace, et si son premier contre solitaire n'est pas couronné de succès, il lance son compatriote Olivier Bouchard pour l'égalisation (1-1, 07'29"). La troisième ligne rouennaise attaque la cage dès l'action suivante, et c'est Tristan Lemoine qui met le rebond (1-2, 07'59").

Deux pénalités successives des jeunes internationaux Quessandier et Roussel donnent l'occasion de comparer les jeux de puissance. Aucune surprise, la comparaison est toujours la même entre Dragons et Gothiques. Ces derniers n'arrivent à placer personne en position de lancer, alors que les premiers n'ont besoin que de sept secondes pour mitrailler Landry Macrez d'une succession de rebonds. Au quatrième tir, Doucet n'a qu'à glisser le palet au ras du poteau (1-3, 11'20"). Même quand Lemoine prend 2'+10' pour avoir chargé Bardet dans le dos, Laurent Gras rate le palet au moment de tirer seul face au but.

Il faudra qu'Amiens joue à cinq contre trois pour faire la différence. C'est d'abord Houde qui se mêle d'une friction Doucet/Dieude-Fauvel le long de la bande et prend deux minutes supplémentaires. Puis, après une charge avec la crosse du jeune Lucas Bini (solide dans les coins), Rouen se retrouve en double infériorité. Un lancer de la bleue de Vincent Bachet passe au-dessus de la jambière droite de Sopko (2-3, 24'34"). La table de marque laisse alors sortir Éric Doucet, qui lève les yeux au tableau et s'inquiète de voir encore deux pénalités rouennaises affichées. Trop tard, on réengage... Ce n'est pas "Doudou" qui aurait dû sortir - car sa pénalité était simultanée à celle de son Dieude-Fauvel - mais Houde. L'imbroglio continue puisque la table de marque annonce la "fin de la première pénalité rouennaise" (qui aurait dû être annulée par le but) et fait sortir de prison un Houde hésitant, qui en trébuche d'ailleurs en milieu de glace alors qu'une partie du public hurle au surnombre. Car les Rouennais, eux, avaient repris le jeu normalement à quatre et se retrouvaient indûment à cinq. M. Hauchart va voir la feuille et remet les choses au clair.

Les Rouennais n'en ont pas fini avec les pénalités stupides. Jérémie Romand se prend une belle boîte de Dieude-Fauvel et se venge en... allant accrocher un autre Amiénois (27'32"). Ramon Sopko sauve son camp en infériorité sur une reprise à bout portant de Laurent Gras. Ensuite, c'est Carl Mallette qui s'énerve, sans doute à partir d'une action où Élie Marcos, de façon un peu mesquine, a éloigné la crosse du Rouennais qui s'apprêtait à la ramasser. Le n19 est encore en prison que deux Dragons (Quessandier et Custosse) sont pénalisés sur la même action (32'38"). Le Coliseum s'enflamme... Toute l'impuissance du powerplay amiénois est symbolisée par une glissade en entrée de zone de Loïc Sadoun. Il y a bien un tir d'Élie Marcos qui s'échappe de la mitaine de Sopko, mais pas au point de rentrer. Ce pourrait même être la bérézina quand Cédric Custosse reçoit le palet à sa sortie de prison. Heureusement pour les Gothiques, le jeune défenseur rouennais n'est pas encore un as de la crosse.

En début de troisième période, c'est à cinq contre cinq qu'Amiens s'installe. Brian Henderson, en deux temps, trouve la faille (3-3, 43'02"). Dans la foulée, Élie Marcos prend 2'+2' pour deux fautes successives. Les Gothiques défendent bien en infériorité et y redécouvrent leurs vertus guerrières. On voit ensuite Julian Marcos et surtout Fabien Leroy percer la défense tout en puissance. Lorsque les Amiénois reviennent en supériorité, ils patientent d'abord que Mallette ait fait le tour de la patinoire avec le palet, façon comme une autre de gagner du temps, puis se désolent qu'Élie Marcos, se présentant seul devant Sopko, n'ait pu l'inquiéter. Au retour au complet, Mathieu Jestin place cependant un tir du haut du cercle dans les filets rouennais (4-3, 51'46").

"Défense" : le brûlant mot d'ordre est indiqué sur les écrans du Coliseum, sous fond de flammes. Avec Wiotte en prison, il faut que chacun jette toutes ses forces pour garder le fort, mais ces efforts sont rendus vains par un tir dévié de Julien Desrosiers (4-4, 53'43"). Un Desrosiers qui a moins de réussite sur un break une minute plus tard. La défense rouennaise, limitée en nombre, va-t-elle caler ? Les deux juniors Custosse et Lanuzel sont en prison et Amiens joue à 4 contre 3. Une phase de jeu cruciale qui n'aboutit qu'à un tir terriblement mollasson de Laurent Gras seul face au but. Pire, au moment où l'on revient à égalité numérique, Vincent Bachet se fait contrer à la bleue par Daniel Carlsson qui va marquer un but assassin (4-5, 57'27").

Amiens est en train de craquer. Desrosiers part à son tour en contre et se fait accrocher par Jestin : les Gothiques finiront le match à quatre. Et pourtant... Comme pour prendre une douce revanche sur toutes les occasions qu'il a manquées, Laurent Gras s'échappe des griffes de Bouchard et va inscrire une égalisation inespérée (5-5, 59'16").

Ce pourrait être la conclusion d'un spectacle à rebondissements, mais il n'est pas encore achevé. Une prolongation est prévue, et comme la pénalité de Jestin court encore pour 41 secondes, Rouen la commence à quatre contre trois. Alain Vogin aligne un quatuor aux accents aussi offensifs que québécois : Mallette, Doucet, Thinel et Desrosiers. La sauce ne semble pas prendre, puisque Carl Mallette est contré par Anthony Mortas qui préfère envoyer au fond et changer de ligne. Les Dragons n'en ont pas l'intention et, avec les mêmes, repartent de plus belle à l'assaut. Un assaut qui sera bref, et conclu au rebond par Mallette (5-6, 60'46").

C'est un match très sympathique, sûrement plus agréable qu'un 0-0 des pelouses, qu'ont livré les deux équipes ce soir. Un match animé où il se sera passé beaucoup de choses. Dès l'entame, la ligne Marcos-Marcos-Henderson a gaiement forechecké les défenseurs juniors adverses. Pour que ce trio plus volontaire que technique devienne une ligne d'échec redoutée, il faudra démontrer cet impact face à des adversaires un peu plus solides. Non que les Dragonneaux ne soient que de la chair à canon : Cédric Custosse ne s'est pas laissé démonter par ce traitement de faveur initial, et il a directement répliqué en deuxième période, pendant une infériorité, par une superbe mise en échec à la bleue sur Julian Marcos. Il a sans doute gagné sa place de titulaire pour le grand choc contre Grenoble en ouverture du championnat. La saison est lancée de la meilleure des manières.

Et puisque chaque Amiens-Rouen écrit une page d'histoire, on retiendra qu'en ce 8 septembre 2007, les Dragons sont venus gagner au Coliseum avec quatre défenseurs dont deux débutants, et dont zéro en prolongation.

Désignés meilleurs joueurs du match : Brian Henderson pour Amiens et Ramon Sopko (?!) pour Rouen.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match

Alain Vogin (entraîneur de Rouen) : "Il n'y a avait aucun risque à prendre dans ce tournoi. L'objectif est d'être fin prêts physiquement pour mardi. J'ai laissé au repos quelques joueurs qui auraient joué si c'était un match de championnat. Avec Benysek qui devrait avoir sa licence, je devrais avoir cinq défenseurs sur les six. Seul Glad sera absent. Cédric Custosse est capable d'être le sixième. Quand il est revenu de l'équipe de France juniors, peut-être parce qu'il y a pris des responsabilités, il cherchait à prendre trop le palet. Mais je l'ai recadré : hier et aujourd'hui, il a retrouvé son jeu défensif classique et a été efficace. Je partirai certainement avec les lignes offensives de ce soir. J'avais essayé de mettre Romand avec Malette et Thinel au début de la préparation, mais il s'était peut-être mis un peu trop de pression. L'an dernier, il jouait en junior avec Dufournet et Lemoine, et ils vont bien ensemble. [...] J'ai lu à quelques endroits que Grenoble était favori du championnat. On verra... On va essayer de les battre. J'aurais préféré les affronter plus tard. Nous comme Grenoble, nous serons meilleurs dans un mois. Mais ce sera une belle affiche. Angers a une belle équipe, Briançon est fort, Tours va jouer le haut du tableau... La lutte pour les quatre premières places sera chaude."

 

Amiens - Rouen 5-6 après prolongation (1-3, 1-0, 3-2, 0-1)

Samedi 8 septembre 2007 à 20h00 au Coliséum. 1800 spectateurs.

Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté de Damien Bliek et Jérémy Rauline.

Pénalités : Amiens 18' (2', 6', 10', 0'), Rouen 38' (6'+10', 16', 6', 0').

Tirs : Amiens 30 (10, 9, 11, 0), Rouen 32 (12, 5, 13, 2).

Évolution du score :

1-0 à 02'12" : Wiotte assisté de Bardet

1-1 à 07'29" : Bouchard assisté de Mallette et Custosse

1-2 à 07'59" : Lemoine assisté de Romand

1-3 à 11'20" : Doucet assisté de Bouchard et Mallette (sup. num.)

2-3 à 24'34" : Bachet assisté de Gras et Mortas (sup. num.)

3-3 à 43'02" : Henderson assisté de E. Marcos

4-3 à 51'46" : Jestin

4-4 à 53'43" : Desrosiers assisté de Doucet et Bouchard (sup. num.)

4-5 à 57'27" : Carlsson

5-5 à 59'16" : Gras (inf. num.)

5-6 à 60'46" : Mallette assisté de Doucet et Thinel

 

Amiens

Gardien : Landry Macrez.

Défenseurs : Vincent Bachet - Benjamin Dieude-Fauvel ; Mathieu Jestin - Pavel Kowalczyk ; Thomas Roussel - Fabien Leroy ; .

Attaquants : Laurent Gras - Anthony Mortas - Loïc Sadoun ; Julian Marcos - Elie Marcos - Brian Henderson ; Mickaël Bardet - Pierre-Charles Hordelalay - Lionel Wiotte ; Simon Petit, Grégory Beron.

Remplaçants : Henri-Corentin Buysse (G), Rod Stevens (côtes), Mans Papaux, Alexis Birolini. Absent : Thomas-Jason Guidarelli (blessé).

Rouen

Gardien : Ramon Sopko.

Défenseurs : Cédric Custosse - Benoît Quessandier ; Romain Lanuzel - Daniel Carlsson (A).

Attaquants : Olivier Bouchard - Carl Mallette (A) - Marc-André Thinel ; Éric Doucet (C) - Éric Houde - Julien Desrosiers ; Jérémie Romand - Édouard Dufournet - Tristan Lemoine ; [Bouchard ou Dufournet] - Loïc Lampérier - Lucas Bini.

Remplaçants : Ronan Quemener (G), Aurélien Greverend. Absents : Jarkko Glad (épaule), Jonas Liwing, Petri Virolainen, Lionel Tarantino (légèrement blessés), Thomas Baubriau (béquille), Ladislav Benýsek (en attente de licence).

 

Retour aux matches amicaux