Caen - Tours (8 septembre 2007)

 

Match comptant pour le tournoi d'Amiens.

Les Caennais espèrent confirmer leur bonne résistance dans ce tournoi face à un adversaire qu'ils connaissent moins. Ils entrent mieux dans le match, mais sont pris à défaut dans leur repli défensif lors d'un engagement derrière la ligne bleue tourangelle. Les Diables noirs se retrouvent à trois contre un et la passe levée de Jozef Drzik est reprise à bout portant par Andy Corran (0-1, 06'10"). Tours n'est pas serein pour autant, et l'ancien de la maison François Gleize, qui revient en période probatoire dans ce tournoi, est contré sur une difficile réception de relance dans la neutre. Graham Avenel décale alors Jaroslav Prosvic seul face au but. Il dribble Hiadlovsky mais est déporté derrière la ligne et sa remise dans le slot ne trouve personne.

Le salut pour Caen ne viendra ni en avantage numérique, ni à quatre contre quatre. C'est avec deux équipes au complet que Tomas Nemcicky passe de derrière la cage à Thomas Decock. L'ex-Angloy s'essaie une première fois puis a la cage ouverte sur son propre rebond (1-1, 15'59"). Un échange de pénalités ne profite guère aux Normands. Pendant celle de Divisek, la meilleure occasion est un breakaway de Franco Subrani. Par contre, quand Peter Liska est sanctionné pour avoir fait trébucher un adversaire en zone neutre, la sanction est immédiate. La boîte caennaise est serrée dans son enclave, alors Perna décale Jonathan Gauthier dans un angle fermé, qui ne l'empêche pas de transpercer Petr Tucek (1-2, 19'28").

Liska prend encore une pénalité sur la sirène, mais au retour sur la glace, le jeu de puissance tourangeau n'arrive même pas à entrer en zone. Les Caennais se déchaînent en revanche pendant des pénalités de Gauthier et de Sebo : le compteur de tirs affiche un étonnant 9 à 0. Tours se ranime : travail de Quinsac contre la bande, passe de Filip pour Subrani seul devant le gardien. Après une première tentative repoussée, l'Italo-Canadien pivote pour s'ouvrir le but, mais Tucek plonge in extremis pour une parade désespérée. L'ASGT n'est pas encore guérie, la preuve en est cette relance dans l'axe de Jonathan Gauthier directement sur Peter Liska, si surpris du cadeau qu'il ne réussit qu'un tir moyen. À cinq minutes de la fin du tiers, Martin Filip envoie un palet par-dessus la balustrade alors que Pépy et Perna sont déjà dans la geôle. Caen se retrouve à quatre contre trois mais n'arrive pas à conjuguer en même temps vitesse et précision.

Après avoir fait tourner ses lignes, Bob Millette présente ses vrais trios - en l'absence de Noël et Amsellem - dans le troisième tiers-temps : Rozendal-Sebo-Perna, Novosad-Filip-Pazak et Corran-Subrani-Devèze. La bonne phase de Caen, vérifiée à chaque début de période, dure moins longtemps : une méconduite contre Pépy trop bavard, des passes à l'adversaire en zone neutre de Janil et Nemcicky, et la fébrilité gagne. Conséquence logique, une séquence de tirs à ras glace terminée par Zdenek Novosad (1-3, 44'45"). Caen ne relâche pas ses efforts jusqu'à la fin, mais ils restent stériles.

Ce tournoi aura quand même été une bonne répétition pour les Drakkars face à trois "gros" du championnat : trois défaites honorables, par un ou deux buts d'écart. Hormis contre un voisin normand affaibli derrière, Caen a tout de même éprouvé des difficultés à marquer. Malgré un recrutement plus porté sur l'offensive, le HCC n'a toujours pas trouve la clé. Le bilan défensif reste satisfaisant, mais l'effort dans ce domaine devra être soutenu durant toute la saison pour assurer le maintien, pas comme l'an passé où la solidité initiale s'était peu à peu délitée.

Désignés meilleurs joueurs du match : Thomas Decock pour Caen et François Gleize pour Tours.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match de Robert Millette (entraîneur de Tours)

Le tournoi. "L'important, pour nous, c'était le match d'hier contre Amiens [adversaire de la première journée de championnat mardi]. Aujourd'hui, on a fait jouer tout le monde, hormis dans le dernier tiers. On a fini nos réglages sur une 60x30. On a trouvé de bons automatismes, y compris avec mes deux gardiens."

Le duo de gardiens. "Il faut en avoir deux bons pour élever leur niveau, j'ai toujours cru à ça. Il ne faut pas oublier que c'est 75% d'une équipe. C'est important également pour l'entraînement. Quand j'avais constitué le duo Sopko/Hiadlovsky, Vlad avait élevé son niveau. Les deux avaient fait des progrès."

Les objectifs. "Mon but, c'est de préparer tout le monde pour les play-offs, quitte à abandonner une ou deux places en saison régulière. L'objectif, c'est de gagner le championnat, on est là pour ça. Il faut trouver la manière de battre toutes les équipes. La fiche de match, on s'en fiche."

Quatre lignes. "J'ai l'intention de jouer à quatre lignes, c'est clair. Quand on ira dans les Alpes, je déplacerai quatre lignes."

François Gleize. "Ce n'est pas vraiment un essai, je le connais bien, je l'avais fait débuter à l'époque quand il avait 17 ans. Il faut comprendre qu'on n'a pas de juniors, alors c'est un bon réserviste. Il jouera avec la D3, mais si j'ai besoin de lui, je sais qu'il est là."

Slavomir Ilavsky. "Ça m'a fait mal au cur de le couper, j'espère qu'il retrouvera une place car c'est un gars qui a de la classe. J'en ai parlé au président de Courbevoie, il a laissé de bons souvenirs partout où il est passé. Malheureusement, je n'ai pas lui trouver un petit trou pour le placer dans l'équipe."

L'effectif définitif ?. "On n'est jamais totalement satisfait de l'effectif qu'on a. Ce que j'aimerais avoir surtout, c'est un joueur qui peut jouer attaquant ou défenseur. J'avais Olivier Vandecandelaere, mais pour l'instant il est rentré à Caen car il doit aller travailler avec son père qui a besoin de lui."

Bastien Quinsac. "Il était gras, mais il a perdu 5 kg la saison passée et s'est développé musculairement. Il est solide, il a de bonnes mains et peut se développer. Je mets de l'énergie dans les gars de chez nous. Dans trois ans, parmi les cadets actuels, il y en a trois sûrs qui seront dans l'équipe de Magnus. Et qui sait, peut-être qu'un jour il y aura mon fils..."

 

Caen - Tours 1-3 (1-2, 0-0, 0-1)

Dimanche 8 septembre 2007 à 16h00 au Coliséum. 160 spectateurs.

Arbitrage d'Alexandre Bourreau assisté de Nicolas Dessaint et Savice Fabre.

Pénalités : Caen 24' (6', 4', 4'+10'), Tours 26' (6', 8', 2'+10').

Tirs : Caen 38 (10, 16, 12), Tours 29 (9, 11, 9).

Évolution du score :

0-1 à 06'10" : Corran assisté de Drzik

1-1 à 15'59" : Decock assisté de Nemcicky

1-2 à 19'28" : Gauthier assisté de Perna et Pazak (sup. num.)

1-3 à 44'45" : Novosad assisté de Filip et Pazak

 

Caen

Gardien : Petr Tucek puis Arnaud Goëtz à 29'51".

Défenseurs : Frédéric Brodin (A) - Stefan Rusnak ; Michal Cesnek - Jonathan Janil ; Alexis Gomane (A) - Udo Marie.

Attaquants : Brice Chauvel - Tomas Nemcicky - Thomas Decock ; Luc Chauvel (C) - Jaroslav Prosvic - Graham Avenel ; Jozef Liska - Quentin Pépy - Pierre Bennett ; Arnaud Hascoët - Thibaut Geffroy - Jonathan Avenel.

Remplaçant : Hugo Deschamps.

Tours

Gardien : Vladimir Hiadlovsky puis Pierre-Olivier Girouard à 29'51".

Défenseurs : Radek Stepan (A) - Michal Divisek ; Marcel Simak - Jozef Drzik ; Jonathan Gauthier - Vladimir Sabol.

Attaquants : Bastien Quinsac - Jan Sebo - Scott Rozendal ; Andy Corran - Franco Subrani - Claude Devèze (A) ; Zdenek Novosad - Dominic Perna (C) - François Gleize ; Martin Filip - Miroslav Pazak.

Absents : Dominic Noël (épaule), Antoine Amsellem (dos).

 

Retour aux matches amicaux