Krylia Sovietov Penza - Dizel Penza (5 novembre 2007)

 

Match comptant pour la vingt-quatrième journée de Vyschaïa Liga russe, poule occidentale.

Et c'est le grand retour rue Tolboukhina (d'ailleurs c'est qui ce Tolboukhine, allez vous me demander ? Et bien, Fiodor Tolboukhine était un militaire soviétique, engagé volontaire dans l'Armée du Tsar durant la première guerre mondiale, puis "transfuge" dans l'Armée Rouge durant la guerre civile et qui a fait carrière dans l'Armée soviétique, jusqu'à devenir l'un des principaux généraux durant la seconde guerre mondiale) pour un match des Moscovites ailés.

Un retour "ému", car je n'avais point posé mon séant sur l'un des sièges multicolore de ce bon vieux palais des sports depuis la saison dernière en Superliga... et le calvaire des KSM dans l'élite russe.

Le retour en Vyschaïa Liga semble au moins avoir eu le mérite de stabiliser le club et de le relancer, avec évidemment comme but la remontée en élite, mais pas à n'importe quel prix.

Première constatation, il y a toujours autant de monde, le public n'a pas déserté. Toujours autant de jeunes et même un nouveau groupe de supporters en face de "l'ancien" groupe.

Des tribunes bien remplies donc, avec même des jeunes de la marine russe venus soutenir les KS ! Que font des cadets de la marine (avec des drapeaux blanc à la croix de Saint-André bleue, symbole de leur corps) dans l'antre de l'ancien club de... l'aviation civile soviétique ?!? Le tout à des centaines de kilomètres de la mer Baltique ? Quoi qu'il en soit, ils donnent de la voix et c'est l'essentiel.

L'autre impression, c'est que désormais, les KS sont un vrai club et pas un navire laissé à l'abandon sans capitaine. Le "tralala" de la Superliga a été maintenu : pom-pom girls se trémoussant sur une estrade, entrée des joueurs sous les spot-lights, speaker en maillot du club, orgue, jeunes du club entrant sur la glace avec un immense drapeau rond rappelant que les KS célèbrent en 2007 leurs soixante ans (avec une déclinaison "marketing" et "merchandising" sur cet anniversaire dans toute la patinoire). Ensuite, il y a de la publicité sur les rambardes et une tribune officielle enfin garnie de dirigeants du club. Les dernières années, personne ne savait où était le président Safine. Cela semble bien terminé, et même si la tribune officielle ressemble un peu à celle qui dominait le Mausolée Lénine, le jour de défilé, cela rassure de voir une rangée de costumes-cravates, cela prouve que le club a survécu.

Idem sur le banc des joueurs, désormais il y a, comme dans tout club pro russe, trois entraîneurs en costume du club plus l'entraîneur des minimes qui vient donner un coup de main.

Et pour mon retour, l'affiche propose un match au sommet de la poule occidentale de la Vyschaïa Liga entre le deuxième, Penza et le troisième, Moscou. La vieille, lors de la première rencontre, les visiteurs se sont imposés 5-3. Ils menaient 5-0 avant que, dans les dernières minutes, un sursaut d'orgueil ne permette aux Krylia Sovietov d'inscrire trois buts en six minutes avec un doublé de Mikhaïl Anissine, dont un premier but en infériorité numérique. Un "Micha" (diminutif de Mikhaïl) pourtant absent ce soir. Le meilleur marqueur, buteur et passeur de la Vyschaïa Liga (poule occidentale) a été sanctionné pour des propos jugés blessants pour les dirigeants et l'encadrement du club. Le nouvel entraîneur, le légendaire défenseur Ilia Biakine (Spartak, CSKA, LNH etc) ne semble pas badiner avec la discipline. Sauf que l'on ne connaît pas la nature des paroles incriminées...

Une dernière précision, c'est Iouri Klioutchnikov qui garde les cages moscovites ce soir. On peut espérer qu'elles seront bien gardées, car la racine de son nom de famille signifie : la clé ! Klioutchnikov est un des nombreux anciens du club qui étaient parti chercher un avenir meilleur ailleurs et qui sont revenus à l'intersaison, maintenant que la situation "krylienne" semble s'être stabilisée. À signaler que Klioutchnikov jouait auparavant à... Penza !

Le début du match est équilibré. Personne ne semble vouloir prendre des risques. Les minutes de folie de la veille ont semblé calmer tout le monde, avec ce départ en trombe des visiteurs et la réponse éclair des locaux en fin de match. Alors, on s'observe. Il faut attendre la troisième minute pour une première tentative un rien appuyée. Ce hors d'œuvre est un dessert. Bon, allez, je décrypte. Iouri Dessert (je vous jure que c'est son nom !) place un tri du revers bien renvoyé par un autre Iouri, Klioutchnikov. Je vous rassure, si Dessert joue au centre, ses ailiers ne s'appellent pas Poire et Fromage...

Bon, faut bien se distraire, car ce début de match n'est pas folichon. Cela s'anime vers la sixième minute lorsque les joueurs de Penza prennent leur deuxième pénalité alors qu'ils étaient déjà un de moins. Une double supériorité numérique pendant 25 secondes... qui ne donne rien !

La période d'observation se poursuit. Un ronronnement à peine perturbé par un bel arrêt de la mitaine de Iouri Klioutchnikov à la 13e puis, une minute plus tard (en infériorité) un autre arrêt important couché pour bloquer une tentative d'Andreï Popov.

Une domination légère de Penza s'installe cependant et fini par être concluante à une minute (et une seconde) de la sirène. Un superbe tir balayé du défenseur Denis Beltski, qui va se loger à ras la glace le long du poteau droit de Iouri Klioutchnikov (0-1).

Une avance d'un but finalement mérité, sauf que sur l'engagement, le capitaine des KSM, Alexandre Savtchenkov file dans la zone adverse et décale parfaitement un autre glorieux ancien revenu au club à l'intersaison, Dimitri Gogoliev qui trompe Evgueni Konobri (formé à Magnitogorsk), le portier du Dizel pour l'égalisation, 23 secondes après l'ouverture du score. Les joueurs d'expérience (34 et 35 ans) ont remis les Ailes moscovites dans le sens de la piste d'envol. 1-1 à la fin du premier tiers.

La période suivante repart sur le même faux rythme qu'avant les deux buts. Cela patine certes, mais sans grand danger pour les deux gardiens. Konobri en particulier passe quand même une soirée très tranquille pour un gardien évoluant à l'extérieur. Il faut attendre la onzième minute (et une pénalité infligée au défenseur Vadim Navrotski) pour voir les locaux en action avec un tir de Dimitri Gogolev qui passe juste à côté de la cage adverse.

Et c'est à peu près tout ! Les visiteurs s'activent également sur une supériorité (Chalnov sanctionné à la 36e) et touchent le poteau sur la fin de la prison (38e) Et comme les Moscovites trouvent le moyen de se faire sanctionner pratiquement au moment où Chalnov sort de prison (Béliakov 38e), le Dizel réchauffe la fin du tiers. Il faut même une superbe mitaine de Klioutchnikov (39e) pour que le score en reste là à la pause.

Dès les premières secondes de l'ultime période, c'est Andreï Popov qui place la première banderille. Symbole d'un troisième tiers dominé largement par Penza, Moscou semblant estimer qu'un point pris à une équipe mieux classée étant une bonne opération...

Ceci dit, les KS ne peuvent peut-être simplement pas faire mieux ce soir. Il faut même un arrêt déterminant de Klioutchnikov devant Alexeï Potemine parti tout seul (46e), un dégagement sur sa ligne du défenseur Sergueï Dorofeïev (48e), une mitaine de rêve et un renvoi du bouclier puis de la botte de Klioutchnikov aux 54e, 57e et 58e pour éviter le pire.

Certains supporters ont beau crier "Anissine" pour qu'il revienne, cela ne sert à rien. Premièrement, il n'est pas équipé, et deuxièmement, les locaux sont repliés en défense.

Deux dernières tentatives de Dessert et Popov dans l'ultime minute ne changent rien, on en reste à 1-1 et l'on joue cinq minutes de mort subite. Une prolongation paradoxalement dominée par Moscou. Est-ce la certitude d'avoir au moins grappillé un point ? Quoi qu'il en soit, Béliakov et Sémenov par exemple mettent en danger Konobri... histoire de le chauffer pour les tirs au but, car le score est toujours de un partout après les cinq minutes de rab.

C'est Dimitri Gogolev qui débute cette série de trois pénalties. Le buteur du premier tiers-temps confirme en trompant Konobri. La réponse d'Alexeï Jagline est imparable : un partout.

Cela se complique pour les Moscovites avec l'échec de l'ancien international kazakhstanais Andreï Ptcheliakov (vu aux J.O. de Turin), surtout que Vladimir Ivantsov lui ne tremble pas : 1-2.

C'est un autre natif du Kazakhstan (mais ancien international russe lui), Andreï Potaïtchouk, qui détient le sort du match. S'il le rate, la victoire revient à Penza... et il échoue sur un Konobri parfait.

Le Dizel Penza fait donc la belle opération au classement en gagnant ses deux matches à Moscou, le premier dans le temps réglementaire, le second aux tirs au but. Les bleu et jaune peuvent donc saluer leurs dix supporters venus de Penza en ce week-end prolongé, car férié.

Quant aux Krylia, ils font la mauvaise opération. Penza s'échappe, tout comme le leader Dimitrov, et derrière cela revient fort avec les deux Neftyanik du Tatarstan, Leninogorsk et Almetievsk, qui ont fait carton plein ce week-end. Vous ajoutez le Khimik Voskresensk toujours en embuscade et vous avez six équipes pour le haut de tableau de cette poule occidentale de Vyschaïa Liga.

Compte-rendu signé Bruno Cadene

 

Krylia Sovietov Moscou - Dizel Penza 1-1 (1-1, 0-0, 0-0, 0-0)

Lundi 5 novembre 2007 à 17h00 au palais des sports des Krylia Sovietov. 2500 spectateurs.

Arbitrage d'Aleksandr Sergeiev (Zhukovsky) assisté de Sergei Belaiev et Dmitri Petukhov (Voskresensk)

Pénalités : KSM 6', Dizel 6'.

Évolution du score :

0-1 à 18'58" : Belski assisté de Zhaglin

1-1 à 19'21" : Gogolev assisté de Savchenkov

Tirs au but :

Krylia Sovietov : Gogolev (réussi), Pcheliakov (manqué), Potaïchuk (manqué).

Dizel : Zhaglin (réussi), Ivantsov (réussi).

 

Krylia Sovietov Moscou

Gardien : Yuri Klyuchnikov.

Défenseurs : Sergei Dorofeïev - Dmitri Erofeïev ; Konstantin Anuriev - Kirill Stepanov ; Stanislav Shalnov - Stepan Mokhov.

Attaquants : Dmitri Gogolev - Aleksandr Savchenkov (c) - Andreï Potaïchuk ; Sergei Belyakov - Aleksandre Chibaev - Andreï Grankin ; Alekseï Efimov - Evgeni Korotkov - Dmitri Semenov ; Vladimir Zavarzin - Andreï Pcheliakov (KAZ) - Andreï Kondrashov.

Remplaçant : Alekseï Zhigarev (G). Absent : Mikhaïl Anissine (suspendu par son club pour raisons disciplinaires)

Dizel Penza

Gardien : Evgueni Konobri.

Défenseurs : Vladimir Selikhov - Eduard Shaïkhelislamov ; Sergei Goryachev - Vadim Navrotski ; Andreï Kuznetsov - Denis Beltski ; Denis Tyulyapkin - Stanislav Romanov.

Attaquants : Vladimir Ivantsov - Andreï Popov - Valeri Kukushkin ; Dmitri Shandurov (c) - Alekseï Zhaglin - Roman Lyuduchin ; Alekseï Potemin - Yuri Desert - Igor Safonov ; Dmitri Sarazov - Denis Zabolonkov - Alekseï Vaulin.

Remplaçant : Mikhaïl Shukaïev.

 

Retour au championnat de Russie