Finlande - Russie (10 novembre 2007)

 

Match comptant pour le tournoi Karjala, première manche de l'Euro Hockey Tour.

Âme russe et efficacité finlandaise

Défaits par la République Tchèque en ouverture du tournoi, les Finlandais se doivent de relever la tête dans leur enceinte de la Hartwall Arena, mieux remplie que jeudi soir. Toutefois l'adversaire du jour se nomme la Russie et revient d'une bonne performance à Jönköping. Le coup d'envoi symbolique est donné par un vétéran finlandais de la deuxième guerre mondiale.

La Russie teste aujourd'hui un "nouveau" gardien, Dmitri Yachanov. L'ancien rempart des Krylia Sovietov, aujourd'hui mieux protégé au SKA Saint-Pétersbourg, fait ses débuts internationaux... à 35 ans ! Mais Bykov indique ne pas connaître l'âge de ses joueurs, qui n'est pas pour lui un critère de sélection.

Pour ses débuts, Yachanov est un peu nerveux, lâchant un rebond devant lui sur son premier tir, bien géré ensuite par sa défense. La Russie est un peu plus offensive que l'équipe locale en début de match. Les pénalités, qui auraient même pu être plus nombreuses tant il y a de fautes, ne permettent pas aux deux équipes de se départager.

Yachanov repousse l'échéance devant Jarkko Immonen, plus rapide que ses défenseurs, puis le rebond devant Toni Koivisto, voyant enfin ses arrières le suppléer alors qu'il est étendu sur la glace à essayer désespérément de dégager une rondelle hors d'atteinte...

Les hommes de Vyacheslav Bykov ont beau lutter pour réparer une faute infligée à Vitaly Atyushov, ils cèdent sur le retour à égalité numérique, Koivisto luttant pour offrir l'occasion à Antti Laaksonen d'ouvrir le score du revers (1-0, 27'54"). Dans cette deuxième période plus disciplinée, les deux pénalités - dont une pour surnombre - infligées à la Finlande ne remettent pas les Russes en selle, car Mozyakin et Zinoviev ne disposent pas de la même marge de manúuvre que face à la Suède. C'est même Ville Leino, infiltré dans a défense, qui trouve la barre du but russe. Yachanov ne doit par contre rien à personne sur un double arrêt devant Immonen et Koivisto, parfaitement démarqués par Antti Laaksonen.

Signe de l'impuissance russe, Sergei Mozyakin, à la recherche d'une solution en zone offensive, perd la rondelle devant Koivisto, qui s'en va battre Yachanov côté bâton (2-0, 41'26"). Quant à Jussi Markkanen, il n'est pas surpris par la déviation de Korneev ou par les lancers à mi-distance de Kulemin et Saprykin. Ce dernier parvient enfin à trouver le chemin du but, en deux temps, sur une rare échappée consécutive à une longue passe de Simakov (2-1, 51'11"). Appliqués à défendre depuis l'entame du dernier acte, au cours duquel ils n'ont lancé qu'à quatre reprises, les joueurs de Doug Shedden se montrent plus inspirés quand Timofei Shishkanov accélère, puisque Saravo et Laamanen reviennent à temps pour gêner l'attaquant du CSKA.

Toujours aussi malheureux, Sergei Mozyakin tente ensuite le crochet de trop sur une passe idéale de Nikulin. Une petite altercation entre Kuteïkin et Pesonen se conclut par une pénalité contre Fedorov, et Bykov, dépité et courroucé, doit quitter le banc prématurément. Zinoviev, seul devant la cage, ne trouve que le montant... La Finlande résiste et gagne, avant de rencontrer son meilleur ennemi en clôture du tournoi.

Compte-rendu signé Mathieu Hernaz

 

Commentaires d'après-match

Vyacheslav Bykov (entraîneur de la Russie) : "Le jeu de notre équipe m'a plu. Il n'y a qu'en deuxième période où nous avons un peu baissé de rythme, et les Finlandais ont immédiatement pris l'initiative. Le problème, c'est notre âme russe : nous gâchons des occasions immanquables. On fait tout ce qu'il faut, sauf finir par un lancer. Nepryaev a contourné tout le monde et le palet s'est échappé de sa palette. Puis Shishkanov a oublié de tirer. [...] J'ai été expulsé du banc parce que j'ai exprimé mon mécontentement envers l'arbitre. On a eu l'impression qu'il nous faisait payer le match précédent. Shishkanov a été retenu par le bras alors qu'il était presque échappé, mais il ne sifflait toujours pas. À ce niveau, l'arbitrage a été une surprise pour moi. Encore un arbitre suédois, comme aux Mondiaux de Moscou lors de la demi-finale contre la Finlande... Nos pénalités étaient compréhensibles, par contre, quand leurs joueurs faisaient faute..."

 

Finlande - Russie 2-1 (0-0, 1-0, 1-1)

Samedi 10 novembre 2007 à 18h15 à la Hartwall Areena de Helsinki. 11702 spectateurs.

Arbitrage d'Ulf Rönnmark (SUE) assisté de Mikko Kekäläinen et Jouni Saukkonen (FIN).

Pénalités : Finlande 14' (6', 4', 4'), Russie 40' (6'+10', 2', 2'+20')

Tirs : Finlande 26 (10, 12, 4), Russie 33 (11, 8, 14).

Évolution du score :

1-0 à 27'54" : Laaksonen assisté de Koivisto

2-0 à 41'26" : Koivisto

2-1 à 51'11" : Saprykin assisté de Simakov

 

Finlande (2' pour surnombre)

Gardien : Jussi Markkanen.

Défenseurs : Pekka Saravo (2') - Jukka-Pekka Laamanen ; Janne Niinimaa (A, 2') - Ossi Väänänen ; Arto Laatikainen - Teemu Aalto ; Antti-Jussi Niemi (A) - Pasi Puistola (2').

Attaquants : Mika Pyörälä - Riku Hahl (C) - Jukka Hentunen ; Janne Pesonen - Tommi Santala - Ville Leino ; Toni Koivisto - Jarkko Immonen - Antti Laaksonen (2') ; Oskar Osala - Esa Pirnes (4') - Jani Rita ; Petri Pakaslahti.

Remplaçant : Antti Niemi (G).

Russie (20' de pénalité de banc)

Gardien : Dmitri Yachanov [sorti à 59'03"].

Défenseurs : Vitaly Proshkin (A) - Ilya Nikulin ; Sergei Peretyagin - Vitaly Atyushov (A, 2') ; Andrei Kuteykin (2') - Anton Belov (2') ; Evgeni Medvedev - Konstantin Korneev.

Attaquants : Sergei Mozyakin (2') - Sergei Zinoviev - Vladimir Antipov (C) ; Timofei Shishkanov - Ivan Nepryaev - Nikolaï Kulemin ; Dmitri Afanasenkov - Aleksei Tereschenko - Fedor Fedorov (2'+10') ; Oleg Saprykin - Anton Kuryanov - Aleksei Simakov.

Remplaçants : Aleksandr Eremenko (G), Maksim Pestushko.

 

Retour aux matches internationaux