Allemagne - Slovaquie (11 novembre 2007)

 

Match pour la troisième place de la Deutschland Cup 2007.

Le papy et les gamins

Les Allemands partent de la même façon que contre le Danemark : à fond, à fond, à fond. Bakos et Hackert mettent tout de suite le feu. Mais la Slovaquie réagit peu à peu, avec un poteau pour Lubos Bartecko et surtout un but de Frantisek Skladany, sur une passe de derrière la cage qui a floué le défenseur Jason Holland et son gardien Youri Ziffzer (0-1). Sven Felski, dans une position difficile, rétablit aussitôt une égalité plus conforme à la réalité du jeu.

Les pénalités pleuvent en deuxième période et les jeux de puissance s'en donnent à cur joie. Sven Felski sur rebond et John Tripp sur déviation donnent l'avantage à l'Allemagne (3-2). Entre-temps, Peter Huzevka a en effet envoyé un slap en lucarne à la faveur d'une double supériorité numérique. Holland et Hackert étaient en prison.

Michael Hackert se rattrape vite de cette mauvaise pénalité. Dès le début du troisième tiers, il fait le tour de la cage slovaque et sert Martin Ancicka qui n'a plus qu'à lever le palet au-dessus de Rastislav Stana couché. Mieux encore, Hackert passe en revue toute la défense slovaque pour battre le gardien slovaque. À cinq minutes de la fin, Michael Bakos se fait expulser pour une dangereuse charge avec le coude sur Huzevka. Le pilier défensif Martin Strbak en profite pour réduire le score final à 5-3. Un détail.

Pour l'Allemagne, les satisfactions sont nombreuses. Le "papy" Sven Felski, presque le seul ancien au milieu des gamins, ne connaît pas la fatigue quand il s'agit d'aller au combat, tout en étant redoutable d'efficacité avec ses deux doublés consécutifs. Après avoir explosé aux derniers Mondiaux, Michael Wolf - parti sur les traces de Didi Hegen avec son ratio de buts actuel en championnat - confirme quant à lui qu'il est un cadre de l'équipe, abattant un gros travail défensif en plus de son rôle de buteur. Et bien sûr, l'intégration des jeunes est de plus en plus convaincante.

Avec une seule victoire, sur le Japon, le bilan de la Slovaquie est beaucoup moins florissant dans ce tournoi. Peter Podhradsky, l'ex-défenseur de Francfort, a même trouvé le moyen de rejoindre les vestiaires avant les autres pour la seconde fois du week-end. Son retour sur le sol allemand aura été catastrophique, puisque son apport offensif - son habituel point fort - a été inexistant. Le joueur actuel de DEL Ivan Ciernik a lui aussi été décevant, même s'il n'a pas eu de réussite avec un poteau aujourd'hui au deuxième tiers.

C'est le duo Marcel Sterbak - René Vydareny qui a été le plus constant dans les lignes arrières slovaques. En attaque, Peter Huzevka, un des rares joueurs restés au pays, a fait bonne figure, de même que deux expatriés en Extraliga tchèque, Michal Hudec et Tibor Melicharek.

Désignés joueurs du match : Sven Felski pour l'Allemagne et Peter Huzevka pour la Slovaquie.

 

Commentaires d'après-match

Uwe Krupp (entraîneur de l'Allemagne) : "Ce match a été une rude bataille. La décision est venue des buts en supériorité et des bons arrêts de Ziffzer dans les moments importants. Nous avons dorénavant assez de talent pour battre des formations plus fortes sur le papier. Nous avons une équipe rapide, avec un très bon patinage qu'il faut utiliser. Au niveau de l'engagement, je ne peux guère attendre mieux. Ce qu'il faudrait, c'est que chaque joueur entre dans la partie avec l'objectif de tirer six ou sept fois au but. Nous marquerons alors trois ou quatre buts à chaque match. Nous devons convaincre les joueurs. [...] Notre powerplay n'est pas compliqué et se repose sur un concept simple. Le fait que notre système soit appliqué dans les équipes nationales juniors aide aussi. L'exemple de Jens Baxmann le montre. On le jette dans le grand bain et il nage sans assistance. Tous les débutants ont été au-dessus de la moyenne. J'ai un bon sentiment quand Schmidt et Holland sont sur la glace, leur duo est solide dans leur zone. Melischko a une grande confiance en lui, il n'est pas fébrile avec le palet et est fort dans les coins. Alexander Weiß a très bien joué. Il est dangereux et créatif offensivement. Patrick Buzas a tenu son rôle, c'est un joueur complet."

 

Allemagne - Slovaquie 5-3 (1-1, 2-1, 2-1)

Dimanche 11 novembre 2007 à 15h30 à la TUI-Arena de Hanovre. 4157 spectateurs.

Arbitrage de Rick Looker (USA) et Nadir Mandioni (SUI) assistés d'Andreas Kowert et Nicolaj Ponomarjow (ALL).

Pénalités : Allemagne 43' (2', 12', 4'+5'+20'), Slovaquie 56' (2', 10'+10'+10', 4'+20').

Tirs : Allemagne 24 (10, 6, 8), Slovaquie 32 (12, 7, 13).

Évolution du score :

0-1 à 11'18" : Skladany assisté de Melicharek

1-1 à 12'10" : Felski assisté d'Ancicka et Klinge

2-1 à 29'56" : Felski assisté de Holland et Busch (sup. num.)

2-2 à 36'37" : Huzevka assisté de Strbak (double sup. num.)

3-2 à 39'15" : Tripp assisté de Bakos et Ullmann (sup. num.)

4-2 à 40'27" : Ancicka assisté de Hackert et Wolf

5-2 à 42'44" : Hackert assisté d'Ancicka et Wolf

5-3 à 59'21" : Strbak assisté de Bartecko

 

Allemagne

Gardien : Youri Ziffzer.

Défenseurs : Jens Baxmann (2') - Michael Bakos (5'+20') ; Chris Schmidt - Jason Holland (2') ; Andreas Renz - Martin Ancicka ; Frank Hördler - Tobias Draxinger.

Attaquants : Felix Schütz - Michael Hackert (6') - Michael Wolf ; Yannic Seidenberg (2') - Christoph Ullmann - John Tripp (2') ; Sven Felski (2') - Florian Busch (2') - Manuel Klinge ; Christoph Melischko - Patrick Buzas - Alexander Weiss.

Remplaçant : Robert Müller (G). En réserve : Dmitrij Kotschnew (G), Sebastian Osterloh, Rainer Köttstorfer, Philip Gogulla, Aleksander Polaczek.

Slovaquie

Gardien : Rastislav Stana.

Défenseurs : Martin Strbák - Tomás Starosta ; Michal Sersen - Peter Podhradský (4'+10'+20') ; René Vydareny (2') - Marcel Sterbák ; Peter Mikus - Jozef Kovacik.

Attaquants : Marek Uram - Lubos Bartecko (2'+10') - Ivan Ciernik ; Juraj Kolník - Peter Huzevka - Peter Fabus (4') ; Tibor Melichárek - Frantísek Skladaný (4') - Michal Hudec ; Marek Hascák - Juraj Mikus - Michel Miklík.

Remplaçant : Miroslav Hála (G).

 

Retour aux matches internationaux