Grenoble - Tilburg (17 novembre 2007)

 

Coupe Continentale, troisième tour.

La victoire d'Ust-Kamenogorsk plus tôt dans la journée a clarifié les choses : la deuxième place devrait se jouer demain entre Grenoble et Aalborg. Mais pour mettre toutes les chances de leur côté, les champions de France, revenus en blanc, doivent d'abord surmonter l'obstacle "orange", comprenez "néerlandais". Tilburg, vieil adversaire jamais battu des années 70, fait moins peur aujourd'hui, mais on se méfie surtout de l'inefficacité grenobloise après le match d'hier.

Le gardien qu'il ne faudra surtout pas faire briller s'appelle aujourd'hui Paulo Colaiacovo. Cet ancien meilleur gardien de la ligue junior majeur de l'Ontario a quitté la Central Hockey League pour l'Europe après avoir connu quelques soucis (blessure la saison dernière, décès de son grand-père pendant la préparation de celle-ci). Tilburg l'a recruté il y a trois semaines, peu après sa qualification en Coupe Continentale, et surtout après un match à Heerenveen où l'ex-n1 Martin Trommelen a coincé un arbitre contre la bande et a porté deux coups. Après avoir appris sa suspension pour cinq matches le lendemain de l'arrivée de son remplaçant canadien, Trommelen a décidé de raccrocher ses patins à 38 ans.

Ce soir, cependant, les Grenoblois se débloquent très vite offensivement, dès la première pénalité contre Van Biezen en fait. Au lieu d'envoyer un des lourds slaps qu'on lui connaît, Jimmy Lindström sert intelligemment Fleury pour une déviation devant la cage (1-0). L'autre unité de jeu de puissance, à dominante tchèque, ne veut pas être en reste pendant une prison de Ten Bokkel et déploie une belle circulation de palet pendant deux minutes, cherchant Mikael Pettersson en bas ou en haut de l'enclave, sans conclure. Dès le retour à cinq contre cinq, Johan Forsander sert Christophe Tartari au second poteau (2-0). La rotation à trois centres et quatre paires d'ailiers est ainsi rapidement justifiée.

Les actions grenobloises se succèdent, le match semble même trop déséquilibré pour être intéressant. Erreur... Tilburg refait surface avec un brin de chance, quand un centre manqué de Willemse est dévié du bout de la crosse par Van Biezen (2-1). Grenoble doit se méfier du laisser-aller après avoir marqué deux buts faciles : c'est exactement ce qui est arrivé à Aalborg hier. Heureusement que Ferhi reste serein face à Stienstra servi par Bernakevitch... sur un 3 contre 1 ! Avec une passe de derrière la cage de Broz pour Pettersson puis un bon mouvement de Perez, les Grenoblois reviennent un peu dans le match à la dernière minute. Pas suffisamment sans doute pour échapper à une mise au point de leur entraîneur Mats Lusth dans les vestiaires.

On n'est donc pas trop surpris de voir les Brûleurs de Loups commencer le deuxième tiers à fond : pressing de Fleury sur la défense, centre de Hecquefeuille et reprise de Pettersson dans le slot (3-1). Tout de suite derrière, Tilburg réagit fort, obligeant Ferhi à un réflexe du gant. Tartari charge Stienstra contre la bande, et c'est le premier powerplay du match pour les Néerlandais. Avec trois hors-jeu à la ligne bleue, le moins que l'on puisse dire est qu'il n'est pas convaincant. Pettersson part même en breakaway, mais sa feinte ne trompe pas Colaiacovo qui fait l'arrêt de la jambière. Mais Van Biezen obtient une seconde pénalité contre Woods, mieux exploitée celle-là. Rody Jacobs entre sans marquage dans le slot pour reprendre une passe en retrait de Lalonde (3-2).

Les Grenoblois multiplient les erreurs de communication, entre joueurs qui se percutent ou qui se tournent le dos pendant les passes. Ils finissent par subir le jeu, sur un revers de Bernakovitch. Une mauvaise période qui est paradoxalement conclue... par un but isérois : Hecquefeuille traverse derrière la cage et attend la bonne ligne de passe pour servir Wallin (4-2). Encore une fois, cette avance est mal gérée : pendant une pénalité différée, Ferhi se fait surprendre par un tour de cage de Ten Bokkel (4-3). Déséquilibré par une feinte de Valcak, Van Biezen le fait tomber, plaide avec véhémence la glissade involontaire et prend une méconduite en supplément. Même en supériorité, Grenoble n'est pas à l'abri d'un breakaway de Lalonde, bien récupéré par Hecquefeuille. Le powerplay peut se remettre en place : Fleury met Jacobs dans le vent d'une feinte de lancer et s'avance pour un tir bien repoussé par Colaiacovo. Le gardien canadien est solide pendant ces minutes où les occasions iséroises s'enchaînent de nouveau.

Tant que l'écart n'est pas fait, on n'est cependant pas à l'abri d'une mauvaise surprise. Sur une erreur défensive, Daryl Bat peut prendre deux tirs sur Ferhi. Cette action met en rogne Antonin Manavian qui - en hommage aux Grenoble-Tilburg de l'époque de la Coupe Internationale ? - se bagarre avec son vis-à-vis Mark Donders. Les deux joueurs sont expulsés mais le Français est sanctionné de deux minutes supplémentaires comme instigateur. Grenoble souffre en infériorité face à une équipe de Tilburg qui a pris confiance et qui fait très bien circuler le palet, sans réussite.

Le retour sur la glace de Grenoble pour le troisième tiers est encore difficile, hormis un superbe contre de Sacha Treille. Une obstruction de Valcak sur Nichols en zone offensive provoque une nouvelle infériorité. Comme Tilburg domine maintenant dans les coins, Grenoble n'en mène pas large. C'est alors que Kevin Hecquefeuille déboule et envoie un slap magnifique en pleine lucarne (5-3). Alleluïa ! La fin de match est plus confortable à la faveur de pénalités néerlandaises. Jacobs retient Pettersson, et Colaiacovo est à la parade face à Hecquefeuille qui a percé en entrée de zone ou devant Forsander à bout portant. Puis Teddy Trabichet, qui n'avait pas joué hier, travaille dans le coin en zone offensive et se fait accrocher par Van Biezen. Du revers et en déséquilibre, Forsander prend le rebond d'un tir de Fleury (6-3).

Après une défaite convaincante, les Grenoblois, amateurs de paradoxes, ont donc signé ce soir une victoire décevante, manquant de constance face à Stienstra et les siens qui, eux, ne lâchent rien même s'ils paraissent limités. La satisfaction vient d'un Kevin Hecquefeuille rayonnant qui reçoit pour la seconde journée de suite la récompense du joueur du match. Il illustre une équipe grenobloise où se mêlent habilement les compétences françaises et suédoises. Tiens donc... mais ne manque-t-il pas un ingrédient majeur ? Les partenaires de ligne de Hecquefeuille l'an passé sont curieusement absents de la contribution offensive. Ludek Broz s'implique quand même dans le jeu, mais Martin Masa, peu utilisé au troisième tiers, a été totalement inexistant. Les deux Tchèques attendent-ils le match décisif ?

Désignés joueurs du match : Kevin Hecquefeuille pour Grenoble et Dan Nichols pour Aalborg.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match (devant les caméras de Sport+ et dans le Dauphiné Libéré)

Kevin Hecquefeuille (attaquant de Grenoble) : "Personnellement, je suis content. Je suis content aussi pour cette équipe, on a bien bossé dans le dernier tiers-temps. On n'a pas fait un excellent match, mais on a su faire la différence sur la fin, et c'est ce qu'il fallait. Physiquement, on était un peu moins bien hier, il faudra faire une bonne récupération et bien manger pour avoir de bonnes jambes demain."

Baptiste Amar (capitaine de Grenoble) : "Nous sommes soulagés même si la manière n'était pas extraordinaire. Mais la mission est accomplie. Si nous n'avons pas reproduit le même jeu que face au Torpedo, ce n'est pas en raison de la pression, mais pour faire du beau jeu, il faut deux équipes... Pour avoir déjà affronté les Pays-Bas ou des équipes hollandaises, je sais que si on est à notre niveau, il n'y a pas de match. Mais si on leur laisse l'opportunité d'espérer, ça devient compliqué."

 

Grenoble - Tilburg 6-3 (2-1, 2-2, 2-0)

Samedi 17 novembre 2007 à 20h00 à Pôle sud. 3500 spectateurs.

Arbitrage de Christer Lärking (SUE) et Daniel Konc (SVK).

Pénalités : Grenoble 37' (2', 6'+5'+20', 4'), Tilburg 51' (8', 2'+10'+5'+20', 6').

Tirs : Grenoble 39 (16, 11, 12), Tilburg 31 (7, 12, 12).

Engagements : Grenoble 36 (15, 10, 11), Tilburg 33 (8, 14, 11).

Évolution du score :

1-0 à 01'20" : Fleury assisté d'Amar et Lindström (sup. num.)

2-0 à 05'32" : Tartari assisté de Forsander et Treille

2-1 à 13'14" : Van Biezen assisté de Willemse

3-1 à 21'32" : Pettersson assisté de Hecquefeuille

3-2 à 26'13" : Jacobs assisté de Lalonde (sup. num.)

4-2 à 30'20" : Wallin assisté de Hecquefeuille

4-3 à 30'36" : Ten Bokkel assisté de M. Donders

5-3 à 49'26" : Hecquefeuille

6-3 à 54'12" : Forsander assisté de Fleury (sup. num.)

 

Grenoble

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Viktor Wallin - Teddy Trabichet [puis Tyler Scott] ; Baptiste Amar (C) - Antonin Manavian (2'+5'+20') [puis Trabichet] ; Brad Woods (2') - Jean-François Bonnard.

Attaquants : les ailiers Patrik Valcak (4') - Martin Masa ; Mikael Pettersson - Kévin Hecquefeuille ; Mickaël Perez - Jimmy Lindström ; Sacha Treille - Christophe Tartari (2') permutent avec les centres Ludek Broz (A), Johan Forsander (A, 2') et Damien Fleury.

Remplaçants : Frédéric Dorthe (G), Joan Montesinos.

Tilburg Trappers

Gardien : Paulo Colaiacovo.

Défenseurs : Rody Jacobs (2') - Don Nichols (4') ; Simon De Wit (2') - Bjorn Willemse ; Jeffrey Van Iersel.

Attaquants : Mike Lalonde - Doug Stienstra - Brendan Bernakevitch ; Peter Van Biezen (2') - Bob Teunissen - Daryl Bat ; Mark Donders (5'+20') - Dennis Ten Bokkel (C, 2') - Jeroen Van den Broek (2').

Remplaçants : Ian Meierdres (G), Dennis Unk, Max van Lieshout, Dennis Donders, Onur Mete. Absents : Stanislav Nazarov (épaule), Casey Vanschagen (épaule).

 

Retour à la Coupe Continentale