République Tchèque - France (28 avril 2008)

 

Match international.

Trois-Rivières, ville natale du président de la fédération française Luc Tardif et du président de la fédération internationale René Marcil, est le lieu de villégiature de l'équipe de France avant le championnat du monde.

L'édifice est déjà un choc culturel pour les petits Français. Le Colisée de Trois-Rivières date de 1938, alors que la plus ancienne patinoire encore debout en France est celle de Boulogne-Billancourt (1955), et encore a-t-elle été intégralement rénovée... Les bancs des joueurs, non pas alignés mais opposés l'un à l'autre, semblent hérités d'un autre temps avec leurs portes de saloon.

La surface de la glace est moins dépaysante : c'est une 56x26, comme il en existe bon nombre en France, et non pas une 61x26 (dimensions NHL) comme celles qui seront utilisées aux championnats du monde. L'effet est le même de toute façon pour se familiariser à une glace plus étroite

Les Tchèques disputent aujourd'hui leur unique match de préparation au championnat du monde sur sol canadien. Les meneurs offensifs que sont Patrik Elias et Ales Kotalik sont en réserve ce soir, alors que Martin Erat et Marek Zidlicky ne sont pas encore arrivés. Ceux qui jouent sont déjà bien assez forts pour les Français, déjà battus par l'Italie samedi.

Samedi, le public canadien était fort déçu de ne pas voir Cristobal Huet. Il est là aujourd'hui, mais il est prévu qu'il fasse sa rentrée en douceur en ne jouant que le premier tiers-temps. On attend de lui qu'il limite les dégâts, mais c'est bel et bien la France qui ouvre le score quand un tir d'Olivier Coqueux surprend Milan Hnilicka (0-1). Vincent Bachet vole même le palet au capitaine tchèque Tomas Kaberle et s'échappe en face-à-face avec le gardien, qui remporte le duel.

Une faute de Zwikel sur Cermak permet à Tomas Fleischmann d'égaliser, pour ses grands débuts avec la sélection tchèque. L'ailier des Washington Capitals sort du coin, feinte le défenseur et marque dans la lucarne de son coéquipier de club Huet (1-1). Kuba se fait pénaliser, mais ce sont les Tchèques qui partent à deux contre un en infériorité numérique. La passe levée deJiri Hanzal passe au-dessus d'Amar qui s'est couché, et Radim Vrbata reprend au ras du poteau (2-1). Comme prévu, Huet laisse sa place à Fabrice Lhenry à la pause.

Le gardien d'Esbjerg tient bon sur un tir de Petr Kumstát. La France est toujours dans le coup et Yorick Treille prend un bon tir sur Hnilicka. Mais les Bleus sont pris à revers par un nouveau 2 contre 1, parfaitement négocié par Tomas Rolinek et Filip Kuba (3-1). C'est dans ces moments que Sébastien Bordeleau peut être un leader offensif important. Il récupère le palet au forechecking et tente un tour de cage, bien suivi au rebond par Antoine Lussier (3-2). Bellemare offre même un palet d'égalisation à Hecquefeuille, mais sa reprise est arrêtée par Hnilicka. Malheureusement, Coqueux et Gras sont pénalisés dans la foulée, et le tir de Kuba est dévié par Amar entre les jambières de son gardien à deux petites secondes de la sirène (4-2).

Ce but aurait pu affecter le moral des tricolores, mais ils ne perdent pas espoir en troisième période. Après un travail préparatoire de Meunier contre la bande, Yorick Treille se retrouve en un contre un face à un défenseur, et Hnilicka ne réagit pas sur son lancer en lucarne (4-3). La France n'arrive cependant pas à tirer profit de ses avantages numériques. Milan Hnilicka réussit l'arrêt décisif face à Bordeleau à deux minutes de la fin.

C'est la deuxième fois consécutive que la France est battue par un dernier but en cage vide (5-3 à la toute dernière seconde), mais ce résultat est bien plus satisfaisant que celui contre l'Italie au vu de la valeur de l'adversaire.

Souvenons-nous qu'avant leur dernier Mondial élite, en 2004 à Prague, les Bleus avaient certes battu le Kazakhstan (aucune victoire cette fois contre la Norvège et l'Italie), mais qu'ils avaient également pris un sévère 8-0 contre ces mêmes Tchèques. Cette campagne de préparation n'est donc pas négative et permet d'aborder la compétition avec la conscience des efforts nécessaires pour bien figurer.

Désignés joueurs du match : Filip Kuba pour la République Tchèque et Yorick Treille pour la France.

 

Commentaires d'après-match (dans L'Équipe)

Pierre Pousse (entraîneur-adjoint de la France) : "C'est notre meilleur match de préparation. C'était important de faire ce match-là à ce moment-là. On a vu un vrai bloc équipe et trois tiers pleins. On est contents. Je pense que les Tchèques ont dû se faire souffler dans les bronches parce qu'ils ne s'attendaient pas à ça."

 

République Tchèque - France 5-3 (2-1, 2-1, 1-1)

Lundi 28 avril 2008 à 18h30 au Colisée de Trois-Rivières. 1900 spectateurs.

Arbitrage de M. Fortin assisté de MM. Béchard et Joanisse (CAN).

Pénalités : République Tchèque 10', France 14'.

Évolution du score :

0-1 à 05'36" : Coqueux assisté de Besch

1-1 à 13'37" : Fleischmann assisté de Vrbata et Kaberle (sup. num.)

2-1 à 16'11" : Vrbata assisté de Hanzal et Caslava (inf. num.)

3-1 à 35'39" : Kuba assisté de Rolinek

3-2 à 36'19" : Lussier assisté de Bordeleau

4-2 à 39'58" : Kuba assisté de Vrbata et Kaberle (double sup. num.)

4-3 à 47'34" : Treille assisté de Meunier

5-3 à 59'59" : Novotny (cage vide)

 

République Tchèque

Gardien : Milan Hnilicka.

Défenseurs : Tomas Kaberle - Zbynek Michálek ; Jan Hejda - Filip Kuba ; Petr Caslava - Vladimír Sicák ; Ladislav Smíd.

Attaquants : Jakub Klepis - Jirí Novotný - Leos Cermák ; Tomas Fleischmann - Martin Hanzal - Radim Vrbata ; Tomás Rolinek - David Krejci - Zbynek Irgl ; Ladislav Kohn - Vaclav Skuhravý - Petr Kumstát.

Remplaçant : Marek Pinc (G). Absents : Ales Kotalik, Patrik Elias (en réserve).

France

Gardien : Cristobal Huet puis Fabrice Lhenry à 20'00".

Défenseurs : Baptiste Amar (A) - Vincent Bachet (A) ; Nicolas Besch - Simon Lacroix ; Benoît Quessandier - Jean-François Bonnard.

Attaquants : Sébastien Bordeleau - Laurent Meunier (C) - Yorick Treille ; Antoine Lussier - Laurent Gras - Olivier Coqueux ; Julien Desrosiers - Pierre-Édouard Bellemare - Kévin Hecquefeuille ; Sacha Treille - Jonathan Zwikel - Luc Tardif.

Remplaçants : Teddy Trabichet, Mathieu Mille, François Rozenthal, Damien Raux.

 

Retour aux matches internationaux