Italie - Ukraine (5 février 2009)

 

Qualifications olympiques, poule F.

L'Ukraine rassemblée

À la dernière Coupe de Polésie, le sélectionneur ukrainien Oleksandr Seukand morigénait contre les joueurs des clubs russes qui trouvaient toujours une excuse pour ne pas venir et contre la fédération russe qui imposait un calendrier infernal à son club, le Sokil de Kiev. Sur ce dernier point, cela ne s'est pas arrangé. Le Sokil n'a toujours pas le droit à un calendrier aménagé et doit jouer sans ses internationaux, c'est-à-dire sans la moitié de l'équipe, ce qui ne l'a pas empêché de gagner un match à Belgorod 6-3. Mais cette fois, les six joueurs de KHL sont là, même si certains comme Mikhnov et Shakraïchuk sont arrivés directement à Riga sans faire le stage de préparation. L'Ukraine est donc mobilisée pour ces qualifications olympiques qui pourraient lui permettre de sortir de l'oubli.

L'enjeu est le même pour l'Italie, elle aussi descendue dans le groupe B et en difficulté pour rajeunir son effectif. Elle compte toujours sur de nombreux oriundi, y compris avec le retour-surprise de Mario Chitarroni, qui sera le plus vieux joueur de ces tournois de qualification à 42 ans.

Les Italiens n'exploitent pas deux supériorités numériques dans les cinq dernières minutes et Luca Ansoldi manque la première grande occasion. Ils se replient ensuite prudemment mais sont souvent mis en difficulté lorsque la première ligne ukrainienne est sur la glace. Leur jeune gardien Thomas Tragust s'interpose face à plusieurs tentatives de près. La discipline fait cependant la différence. Les défenseurs Trevisani et Strazzabosco se retrouvent en prison, et le palet circule parfaitement à 5 contre 3. Kostantyn Kasianchuk décale Serhyi Varlamov qui tire sous la barre (0-1, 14'38"). La réaction italienne est menée par Roland Ramoser, qui tire de peu à côté, et surtout par Nicola Fontanive dont le breakaway est paré avec la crosse par Karpenko à une minute de la pause.

Le jeu est comme bloqué au deuxième tiers. À la mi-match, l'Ukraine se crée la séquence la plus longue en zone italienne, mais finit par perdre le palet. L'Italie met la pression à son tour, mais les Ukrainiens ne s'embarrassent pas et multiplient les dégagements interdits pour pouvoir changer de ligne. Le jeu revient bientôt en leur faveur. Tragust réussit en particulier un formidable arrêt-réflexe face à Varlamov.

Les contre-attaques ukrainiennes font mal, et l'échappée d'Oleg Timchenko au troisième tiers-temps, sauvée par Tragust, a obligé Scandella à faire faute. La pénalité est facilement tuée, le lancer de Klimentiev arrivant droit sur le gardien. Il reste moins de huit minutes à jouer quand l'Italie s'installe en zone ukrainienne. Le tir de Carter Trevisani n'est cependant pas cadré, et il est récupéré dans la bande par Kasyanchuk, qui envoie immédiatement Timchenko en contre-attaque côté gauche. Trevisani essaie de se coucher devant lui, mais sans boucher l'angle de passe : Timchenko peut donc centrer sans grand problème pour Sergei Varlamov tout seul au second poteau qui reprend à bout portant pour son deuxième but (0-2, 52'52").

Dans un duel dans le coin, le palet ressort vers Pobiedonotsev à la bleue qui lance instantanément à la cage. Le jeune Stefano Marchetti, auteur d'un bon match pour ses débuts à ce niveau, commet sa seule erreur en lâchant le marquage de Materukhin qui enfile le rebond du revers dans un angle très fermé (0-3, 54'28"). Le match paraît joué mais l'Italie fait le siège de la zone offensive et Giulio Scandella reçoit le palet à cinq mètres pour la réduction du score (1-3, 55'11"). Sur l'action suivante, Jonathan Pittis intercepte une contre-attaque ukrainienne en zone neutre et franchit la ligne bleue entre Timchenko et Navarenko, mais ce dernier finit par le mettre en échec dans la bande. Michael Souza a suivi et remet le palet en retrait à Ramoser plus prompt que Klimentiev dans le slot (2-3, 55'37").

Seukand, très fâché, demande son temps mort. Hormis un lancer lointain d'Ansoldi, son équipe ne sera plus inquiétée. L'Ukraine contrôle le palet et termine le match dans le camp italien. Bien organisée, elle a eu la maîtrise de la partie et a su profiter des espaces laissés par la défense italienne malgré ses frayeurs en fin de match.

Désignés joueurs du match : Thomas Tragust pour l'Italie et Serhyi Varlamov pour l'Ukraine.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match

Rick Cornacchia (entraîneur de l'Italie) : "Au premier tiers-temps, mes attaquants avaient peur de se présenter devant le gardien adverse... Nous avons joué très contractés et nous en avons payé les conséquences."

 

Italie - Ukraine 2-3 (0-1, 0-0, 2-2)

Jeudi 5 février 2009 à 15h00 à l'Arena Riga. 1100 spectateurs.

Arbitrage de Vladimir Baluska (SVK) et Milan Minar (TCH) assistés d'Ansis Eglitis (LET) et Antti Orelma (FIN).

Pénalités : Italie 12' (6', 2', 4'), Ukraine 8' (4', 4', 0').

Tirs : Italie 24 (10, 6, 8), Ukraine 36 (12, 11, 13).

Évolution du score :

0-1 à 14'38" : Varlamov assisté de Kasyanchuk et Navarenko (double sup. num.)

0-2 à 52'52" : Varlamov assisté de Timchenko et Kasyanchuk

0-3 à 54'28" : Materukhin assisté de Pobiedonotsev

1-3 à 55'11" : Scandella assisté de Fontanive et Ansoldi

2-3 à 55'37" : Ramoser assisté de Souza et Pittis

 

Italie

Gardien : Thomas Tragust.

Défenseurs : Michele Strazzabosco - Christian Borgatello ; Armin Helfer - Stefano Marchetti ; Carter Trevisani - Steven Gallace ; Trevor Johnson.

Attaquants : Giulio Scandella - Luca Ansoldi - Nicola Fontanive ; Anthony Aquino - Jonathan Pittis - Roland Ramoser (A) ; Pat Iannone - Mario Chitarroni (C) - Giorgio De Bettin (A) ; Thomas Pichler - Manuel De Toni - Luca Felicetti ; Mike Souza.

Remplaçant : Adam Russo (G).

Ukraine

Gardien : Igor Karpenko.

Défenseurs : Dmitri Tolkunov - Oleksandr Pobiedonotsev ; Andrei Sryubko - Vitali Lyutkevich ; Serhyi Klimentiev (A) - Yuri Navarenko ; Yuri Gunko (C) - Oleg Blagoï.

Attaquants : Oleksandr Materukhin - Oleg Shafarenko - Andryi Mikhnov ; Kostiantyn Kasyanchuk - Serhyi Varlamov (A) - Oleg Timchenko ; Dmitro Tsyrul - Artyom Hnidenko - Roman Salnikov ; Oleksandr Matvychuk - Vadim Shakhraïchuk - Vitali Litvinenko.

Remplaçant : Konstantin Simchuk (G).

 

Retour aux qualifications olympiques