Droit au but - Brighton (12 décembre 1931)

 

Match international féminin.

Le jour du match...

Qui gagnera ce premier grand match féminin du Palais des Sports, qui passionne aujourd'hui toutes les sportives de Paris ? Il semble sur les bases de l'année dernière que "Droit-au-But" ait une première chance. Personne, en effet, n'a oublié le merveilleux palmarès de 1931, année où l'équipe championne de France gagna tous ses matches (10), accomplissant une carrière probablement unique dans les annales du hockey sur glace féminin.

Cependant aujourd'hui, Droit-au-But se verra privée des services de Claudie de la Faye, sa grande animatrice de l'année dernière (aujourd’hui Mme Baumgartner) [NB : elle sera finalement présente], et de quelques autres brillantes exécutantes comme C. et K. Bellocq, les sœurs Marindaz, etc... Mais "Droit-au-But" a des ressources... en masse : contre 30 à 40 joueuses dont elle disposait l'an dernier, elle compte un effectif actuel de près de 200 hockeyeuses, et si mon petit doigt ne m'a pas menti, parmi ces championnes en herbe il en est qui promettent sérieusement.

Cependant, je pense que l'équipe de Brighton ne se laissera pas aisément dévorer. Les joueuses anglaises, arrivées hier à Paris, paraissent bien décidées à venger l'humiliante marque subie l'an dernier par leur équipe nationale. Je pronostiquerai par conséquent une difficile victoire française.

Le lendemain du match...

Il y eut naturellement, comme toujours, des gens malins pour décréter, à la sortie de la réunion du Palais des Sports, que « les femmes ne patinaient pas aussi, bien que les hommes » (sic) ; que « ça allait moins vite » (re-sic), et autres vérités de M. de la Palisse, dont ceux qui les ouïrent se seraient volontiers passés.

Mais tous les vrais sportifs, ceux qui savent apprécier dans sa juste proportion l'effort sincère et loyal, applaudirent sans réserve à la très honorable démonstration de notre équipe féminine de Droit-au-But qui surclassa dans tous les départements du jeu les "Sussex Ladies" de Brighton et qui donna une belle leçon de ténacité, de compréhension du jeu (toutes proportions naturellement gardées) et de volonté de vaincre à nos internationaux masculins de tous les autres sports athlétiques où nous sommes accoutumés de ramasser des "vestes" de premier ordre.

La satisfaction des populaires fut à ce sujet éloquente. Le match masculin Étudiants Canadiens contre "Espoirs Français" (2-0, buts de Groleau et Vanasse) avait d'ailleurs attisé déjà les passions de la foule. Les courses magnifiques du jeune Gaëtan de Rosnay, révélation de la soirée, et qui s'affirma comme un futur coureur de classe, ainsi que Despax qui remonta "à l'arraché", un à un, tous ses adversaires coalisés contre lui dans les virages terminèrent de chauffer à blanc les esprits exaltés des spectateurs.

Aussi la rencontre féminine de hockey bénéficia-t-elle de cette préparation... Et les exploits de Jacqueline Mautin achevèrent de déchaîner l'enthousiasme de dix mille personnes. La capitaine de "Droit-au-But", effectivement, se surpassa, marquant cinq des six buts (à zéro) totalisés par son équip !

Ramsay ! Ramsay !...

Tandis qu'on attend impatiemment les équipes de Droit-au-But et de Brighton, le public, que l'orchestre n'arrive pas à satisfaire, trouve un dérivatif : un "titi", ayant repéré Ramsay près de l'entrée de la piste, hurle son nom. Aussitôt, le Palais entier réclame notre fameux joueur sur l'air des lampions, et cela, durant cinq bonnes minutes ! Bon gré, mal gré, Ramsay doit s'exécuter...

Droit-au-But bat Brighton

Et voici le grand match féminin, si curieusement attendu. Les Anglaises sont en bleu-noir, ceintures et écussons oranges, avec chemisettes blanches à la mode du hockey sur herbe. Les Françaises, tout en bleu-roi, avec de grosses initiales D.A.B. brodées en orange et rouge. Alfred de Rauch tient le sifflet.

La première période est à l'entier avantage des Françaises, qui dominent presque continuellement. Le jeu est cependant plutôt lent, mais dans l'équipe de Droit-au-But, Jacqueline Mautin, baptisée d'office "Mamz'elle Ramsay", soulève l'enthousiasme général par ses brillantes échappées. Bientôt, sur un effort personnel, elle marque un but pour la France, puis un second, et des ovations sans fin s'ensuivent. Cette soirée est celle de la consécration de Jacqueline Mautin.

En deuxième période, les Anglaises sont plus athlétiques, mais les Françaises, plus fines, sont plus vites et dribblent mieux. Jacqueline Mautin continue à dominer les deux équipes d'une classe (sinon de deux). Pourtant, ce n'est pas elle mais Simone Foy qui rentre le troisième but du D.A.B. Les Françaises mènent par 3 à 0.

La débâcle des Anglaises s'accentue en troisième période où Jacqueline Mautin positivement électrisée par les frénétiques applaudissements des populaires, marque coup sur coup trois nouveaux buts. Finalement, Droit-au-But bat Brighton par la confortable marge de six points à zéro.

Il y eut bien une ombre au tableau : en seconde période une charmante joueuse de Brighton — la plus jolie de l'équipe — fit une chute si malencontreuse contré les balustrades qu'elle mit une bonne minute à retrouver ses esprits. Et dans l'ultime reprise "Baby" France Boutelleau connut la même malchance... Heureusement, toutes deux patinaient à ravir au coup de sifflet final et dribblaient comme des petits anges... Bravo, Droit-au-But, et surtout, bravo Jacqueline Mautin, Mamz'elle Ramsay !

Le plus amateur (Échos et Potins)

C'est un beau record... d'amateurisme que vient d'établir, ô paradoxe, Jeff Dickson, en personne. Parti à Londres en avion, vendredi matin, pour régler des derniers détails d'organisation du match de boxe Locatelli-Baudry, qui se disputera, lundi à l'Albert Hall, il était de retour dès 18 heures à Paris. Jeff, en effet, adore le hockey sur glace et ne voudrait pour rien au monde manquer un match intéressant. Il fallait le voir, dans sa loge, gesticulant, tempétant et applaudissant tantôt les Canadiens, tantôt les "girls" de Brighton, ou encore nos charmantes joueuses de "Droit au But" avec les "Jeunes de France"... Jeff est un fanatique et s'il est organisateur professionnel il est également le plus "amateur" des spectateurs. Car demain il reprend par la voie des airs la route de Londres, ce qui lui vaudra un total de quatre traversées aériennes de la Manche de vendredi à mardi. Heureusement, il accepte cette vie frénétique avec le sourire : « Je suis très content, nous disait-il au Palais des Sports, car je adore le hockey sur glace plus que le boxe ! Mais je souis furious à cause du temps de chienne (sic) qu'il faisait sur le Manche !... »

Il paraît, en effet, que le voyage de retour de Jeff, en avion, fut des plus mouvementé...

Articles de Maxime Lanet - et dessin de Marcel Vertès - parus dans L’Auto

De gauche à droite, Nicole André, Jacqueline Pouquet, Pati Guérard, Christiane Daumont, France Boutelleau, Simone Foy, Claudine de la Faye, Jacqueline Mautin

 

Droit au But - Brighton Sussex Ladies 6-0 (2-0, 1-0, 3-0)
Samedi 12 décembre 1931 à 21h45 au Palais des Sports de Grenelle, Paris.
Arbitrage d'Alfred de Rauch.

Évolution du score :
1-0 : Mautin
2-0 : Mautin
3-0 : Foy
4-0 : Mautin
5-0 : Mautin
6-0 : Mautin

Droit au But

Attaquantes :
Jacqueline Mautin (cap.) - Nicole André - Simone Foy
Pati Guérard, Chantal Guérard, Claudine de la Faye Baumgartner

Arrières :
Jacqueline Pouquet - Francette Boutelleau

Gardien :
Christiane Daumont

Brighton Sussex Ladies

Attaquants :
Miss P. Marriott - Miss M. Marriott - Miss Hoare
Miss Ramsven, Miss Horley

Défenseurs :
Miss Culverhouse - Miss Kelly

Gardien :
Miss Ford (cap.)

 

Retour aux matches amicaux internationaux féminins