États-Unis - Suède (11 mars 1951)

 

Match comptant pour les Championnats du monde 1951.

La Suède démontre sa supériorité technique dès le début du match malgré la combativité des Américains. Elle marque deux buts dans les dix premières minutes grâce au défenseur Rune Johansson et à Lasse Petersson, qui a été placé sur la ligne de Gösta Johansson dans le but - atteint - de lui donner plus de force de percussion physique. Le gardien Hank Brodeur signe plusieurs beaux arrêts, mais quand Poirier prend la première pénalité, Erik Johansson convertit une passe de Gösta. Quelques secondes avant la première pause, Yngve Karlsson signe une superbe action similaire qu'il conclut par le 4-0.

Les États-Unis ont le mérite de ne pas se désunir. Ils ne sont pas vraiment dangereux par manque de précision de les tirs, mais aussi parce qu'ils ne font pas preuve d'un véritable système collectif, ce qui est plus surprenant pour une équipe de club. Pour autant, leur engagement physique (payé par Thériault qui doit quitter la glace pour se faire poser un plâtre sur le nez) permet de sortir les Suédois du fil de leur match. Ils prennent d'ailleurs trois pénalités pendant la deuxième période. Le score reste donc longtemps inchangé, jusqu'à un ce qu'un tir lointain et anodin de Gösta Johansson surprenne un Brodeur inattentif.

Les Américains confirment leurs progrès au moins sur le plan défensif, en ce qu'ils obligent leurs adversaires à ne pas pouvoir jouer sans forcer et sans s'employer au bout de leurs possibilités. Mais en attaque, ils gâchent de belles occasions, surtout au troisième tiers-temps alors que le gardien Svensson semble déjà battu. La Suède creuse donc l'écart, d'abord par le talent de Gösta Johansson, puis par un cadeau, un palet mal dégagé pendant un changement dont profite Yngve Karlsson. La deuxième "prison" américaine est punie comme la première, par un but, sur un lancer lointain de Rune Johansson.

Les Américains ont innové cette année en n'envoyant pas une sélection, mais en envoyant son équipe championne amateur, comme le fait déjà le Canada. L'équipe de la firme textile Bates Company - qui regroupe 7500 travailleurs à Lewiston dans le Maine - est sans aucune contestation possible la meilleure du pays puisqu'elle a remporté quatre fois de suite le championnat américain amateur. Son manager "Larry" Charest a de l'expérience internationale pour avoir participé aux championnats du monde 1938.

Mais les États-Unis n'ont pas un niveau suffisant pour se permettre de remporter une médaille avec une équipe d'un seul club, même champion. Le Canada le pourrait haut la main, et pourtant il ne le fait plus, en renforçant son club champion d'une ligne complète. Les Américains peinent à suivre et ce début de compétition face aux Scandinaves le prouve : deux défaites, 0 but marqué, 11 buts encaissés.

 

États-Unis - Suède 0-8 (0-4, 0-1, 0-3)
Dimanche 11 mars 1951 à 21h45 au Palais des Sports de Grenelle, Paris (FRA). 6000 spectateurs.
Arbitrage de Kurt Hauser (SUI) et Fan Heximer (GBR).
Pénalités : États-Unis 4' (2', 0', 2'), Suède 6' (0', 6', 0').

Évolution du score :
0-1 à 07' : R. Johansson
0-2 à 09' : L. Petersson
0-3 à 15' : E. Johansson assisté de G. Johansson (sup. num.)
0-4 à 19' : Karlsson
0-5 à ??' : G. Johansson
0-5 à 42' : Rygel (sup. num.)
0-7 à 5?' : Karlsson
0-8 à 5?' : R. Johansson (sup. num.)

 

États-Unis

Attaquants :
Albert Moreau - Pete Thériault - Bob Dubois
Larry Berube - George Morin - Chuck Poirier (2')

Défenseurs :
Norm Parent - Jim Fife
Hank Martineau - Raymond Marcotte (C, 2')
Gaston Lauze

Gardien :
Hank Brodeur

En réserve : Léon Lafrance (G), Amédée Beland (A), Laurier Charest (entraîneur-joueur).

Suède

Attaquants :
Erik Johansson - Gösta Johansson - Lasse Pettersson (2')
Yngve Karlsson - Hans Andersson - Stig Andersson

Défenseurs :
Åke Andersson (C) - Rune Johansson (2')
Sven Thunman (2'), Åke Lassas, Börje Lövgren

Gardien :
Lasse Svensson

Remplaçants : Stig Carlsson (A), Bengt Larsson (A). En réserve : Arne Johansson (G), Rolf Ericsson (A).

 

Retour aux Mondiaux 1951