Suède - URSS (5 septembre 1976)

 

Match comptant pour la deuxième journée de la Coupe Canada 1976.

Après avoir déjà concédé une première défaite, l'URSS ne commence pas mieux son deuxième match. Elle a beaucoup de peine à trouver des espaces dans le bloc défensif très serré des Suédois, qui asphyxient leurs adversaires pour prendre le contrôle total de la partie. Dès la huitième minute, le duo des Winnipeg Jets, Anders Hedberg - Ulf Nilsson, qui forme avec Bobby Hull la ligne-vedette de la WHA, est à la parade. Hedberg effectue une passe transversale pour Nilsson qui feinte Tretiak pour ouvrir le score.

Les Suédois avaient auparavant laissé passer une première opportunité à cinq contre trois, mais Balderis et Babinov se retrouvent une nouvelle fois en prison. Börje Salming ne manque pas l'occasion de marquer en double supériorité par un slap de la bleue, comme il l'avait fait au premier match. Mais la similitude s'arrête là : même si les Suédois dominent une nouvelle fois la première période de la tête et des épaules, ils ne parviennent pas à creuser un écart suffisant, contrairement à ce qui s'était passé contre les Américains.

Dans la mesure où un autre but de Börje Salming est refusé pour une obstruction d'Ulf Nilsson sur Vladislav Tretiak, la Suède n'a que deux buts d'avance. Pas suffisant si l'URSS retrouve son hockey. Et comme elle peut difficilement jouer plus mal, son réveil au deuxième tiers semble inévitable. C'est ce qui se produit, et le jeune Aleksei Kapustin concrétise cette résurrection en réduisant la marque au rebond d'un tir de Maltsev.

La tactique des Suédois est assez malvenue. Ce qui avait pu fonctionner face aux États-Unis, jouer vingt minutes puis contrôler le match sans effort excessif avec une stratégie ultra-défensive, ne suffit pas face à une équipe aussi offensive que l'URSS. Celle-ci a dû changer ses lignes à cause de la blessure de Shalimov, mais Maltsev et Balderis se sont vite adaptés à leurs nouveaux trios. Le Letton reçoit ainsi une bonne passe de Viktor Zhlutkov pour égaliser en contre-attaque. Les Suédois, qui avaient eu des occasions, sont pris à leur propre piège.

Il ne faut que deux minutes aux Soviétiques pour enfoncer encore le clou et prendre l'avantage par Sergueï Kapustin, après un nouveau numéro d'Aleksandr Maltsev sur la droite. Qui peut sauver la Suède, sinon Börje Salming ? Hans "Virus" Lindberg accorde à son défenseur un total conséquent de trente-six minutes de jeu lors de cette rencontre, et dans ces dernières minutes, il ne quitte presque plus la glace. C'est évidemment lui qui envoie Hedberg en breakaway pour le but égalisateur. Après cette performance impressionnante, la presse scandinave ne tarira pas d'éloges sur Börje Salming, et le couronnera meilleur joueur suédois de tous les temps.

Quant aux Soviétiques, ils pourraient se dire que ce match nul est un moindre mal, mais les pénalités du début de match leur restent en travers de la gorge, ainsi que celle contre Vassiliev qui les a obligés à terminer à quatre. Ils menacent même de quitter le tournoi si l'arbitrage ne s'améliore pas. Ils n'ont pourtant à s'en prendre qu'à leurs mauvaises habitudes. Quand ils ne peuvent pas dérouler le jeu comme ils l'entendent comme ils s'y sont accoutumés, ils s'énervent, commettent des fautes et laissent traîner des crosses en l'air. Encore un symptôme de ce manque de discipline qui est un phénomène nouveau dans la formation soviétique.

Élus meilleurs joueurs du match : Börje Salming pour la Suède et Vladislav Tretiak pour l'URSS.

Commentaire d'après-match

Anders Hedberg (auteur du but égalisateur de la Suède) : "J'étais certain que j'allais marquer. Je me souviens m'être focalisé sur Tretiak et avoir tiré aussi fort que j'ai pu, au-dessus de son bouclier, plutôt que d'essayer de le feinter. Après tout, il faudrait nous satisfaire de ce point, mais je suis quand même un peu déçu. Nous aurions dû gagner ce match."

 

Suède - URSS 5-3 (2-0, 1-1, 2-2)
Dimanche 5 septembre 1976 au Forum de Montréal (CAN). 14215 spectateurs.
Arbitrage d'André Lagasse (CAN).
Pénalités : Suède 12' (4', 4', 4'), URSS 12' (8', 0', 4').
Tirs cadrés : Suède 33 (15, 4, 14), URSS 20 (3, 8, 9).

Évolution du score :
1-0 à 07'48" : U. Nilsson assisté de Hedberg et Bergman
2-0 à 13'12" : B. Salming assisté de Sjöberg et U. Nilsson (double sup. num.)
2-1 à 29'42" : Kapustin assisté de Maltsev et Vassiliev
2-2 à 49'46" : Balderis assisté de Zhlutkov et Babinov
2-3 à 51'24" : Kapustin assisté de Maltsev et Repnev
3-3 à 57'28" : Hedberg assisté de B. Salming

 

Suède

Attaquants :
Tord Lundström (2') - Juha Widing - Inge Hammarström
Roland Eriksson - Ulf Nilsson (2') - Anders Hedberg (2')
Lars-Goran Nilsson - Mats Åhlberg - Dan Labraaten
Kjell-Arne Vikström - Per-Olov Brasar (2')

Défenseurs : Björn Johansson - Börje Salming
Mats Waltin - Thommie Bergman (4')
Lars-Erik Sjöberg - Stig Salming

Gardien :
Hardy Åström

URSS

Attaquants :
Valeri Belousov (2') - Vladimir Kovin - Aleksandr Skvortsov
Sergueï Kapustin - Vladimir Repnev - Aleksandr Maltsev
Boris Aleksandrov - Viktor Zhlutkov - Helmut Balderis (4')

Défenseurs :
Vladimir Krikunov - Sergueï Babinov (2')
Zinetula Bilyaletdinov - Valeri Vassiliev (2')
Aleksandr Kulikov (2') - Vladimir Lutchenko
Aleksandr Gusev

Gardien :
Vladislav Tretiak

 

Retour à la Coupe Canada