France - Espagne (14 mars 1985)

 

Match comptant pour la première journée des Championnats du monde du groupe C 1985.

Une promenade presque... de santé

Le premier obstacle des Français, il faut bien le dire, ne fut pas de taille. Les Espagnols firent à peine illusion lors du premier tiers-temps. Ensuite, pour le gardien Leclerq, ce fut un véritable déluge. Face à un adversaire peu coriace techniquement et compensant cette lacune par le contact physique, les tricolores allaient commettre de nombreuses erreurs.

Si le score, flatteur il est vrai, avait de quoi satisfaire les Français, il n'en fut rien lorsqu'il fallut faire l'inventaire de l'infirmerie. Le capitaine André Peloffy, Jean-Christophe Lerondeau, et enfin, pour ne rien gâcher, Christophe Ville, quittaient la glace sur blessure avant la fin de la rencontre. Si pour ces deux derniers, il y a eu plus de peur que de mal, André Peloffy, qui avait marqué sur ses deux premières présences sur une mêlée devant la cage et sur une combinaison avec Dupuis, ne devait plus escompter rechausser les patins : en heurtant le montant des buts espagnols, il était victime d'une entorse du genou ; un coup fatal pour les tricolores. Une promenade qui fut presque... de santé.

Article paru dans le magazine "Slap" n6 (avril 1985)

 

Commentaire d'après-match (dans L'Équipe)

André Péloffy (capitaine de la France) : "C'est la première fois de ma vie que l'on me plâtre. C'est terrible. Surtout que c'est stupide ! Le moment précédent l'accident j'étais fatigué, mais j'ai hésité à me faire remplacer sur la glace. Leblanc m'a passé le palet et je suis parti comme un fou, c'est mon habitude. J'ai voulu alors déborder un Espagnol par l'aile droite. J'ai compris ce qu'il voulait faire car il s'est penché, mais au lieu de tourner à gauche j'ai foncé sur lui. C'est alors que mon genou l'a heurté violemment. Dès que je me suis retrouvé par terre dans les cages, j'ai senti une douleur et j'ai compris que c'était grave. Ce qui est terrible c'est que cela faisait quatre ans que je me préparais pour ce Mondial 1985. Il m'est déjà arrivé d'avoir des déceptions dans ma carrière, mais je pense que cette fois c'est la plus grande."

 

France - Espagne 12-1 (3-1, 4-0, 5-0)

Jeudi 14 mars 1985 à 20h30 au Palais des Sports de Megève. 4500 spectateurs.

Arbitrage de M. Weistra (PB) assisté de MM. Madrala (POL) et Schneiter (SUI).

Pénalités : France 24'+10', Espagne 10'.

Évolution du score :

1-0 à 00'31" : Peloffy

2-0 à 08'18" : Peloffy assisté de Dupuis

2-1 à 15'51" : De Saz

3-1 à 16'29" : Farcy assisté de Richer

4-1 à 25'07" : Ville assisté de Lemoine

5-1 à 26'33" : Lemoine assisté de Richer

6-1 à 35'43" : Botteri assisté de Lemoine

7-1 à 35'57" : Pajonkowski

8-1 à 44'50" : Dupuis assisté de Favre et Jolly-Pottuz

9-1 à 49'52" : Bozon

10-1 à 51'02" : Lecomte

11-1 à 54'04" : Lussier assisté de Botteri

12-1 à 54'55" : Pajonkowski assisté de Lemoine

 

France

Gardien : Daniel Maric puis Laurent Dentz à 54'55".

Défenseurs : Michel Leblanc - Gilles Chevallier ; Stéphane Botteri - Jean-Philippe Lemoine ; Michel Lussier.

Attaquants : André Péloffy [puis Alotto] - Laurent Lecomte - Guy Dupuis (C) ; Christophe Ville - Christian Bozon - Patrick Alotto ; Antoine Richer - Jean-Paul Farcy - Bernard Leblond ; Dominique Jolly-Pottuz - Franck Pajonkowski - Frédéric Favre.

 

Retour aux Championnats du monde