La belle affaire

 

Article de L'Est Républicain (19 novembre 2000).

Au terme d'une rencontre haute en intensité, l'Etoile Noire s'est inclinée face à des Spinaliens qui assurent quasiment leur place en play-off.

STRASBOURG - Pourtant, l'entame est strasbourgeoise. Groleau et Aström mettent rapidement Bock en état d'alerte. Et après un but refusé à Strasbourg pour cause de stationnement illicite dans la zone du gardien, Groleau ouvre le score d'un tir puissant, à l'issue d'une supériorité bien menée. Ce but libère l'Etoile Noire qui passe la vitesse supérieure. Epinal souffre mais résiste tout en plaçant quelques banderilles. Mais dans leurs cages, Bock et Aikää bloquent le score à 1-0 à la fin du premier tiers. Strasbourg tient le bon bout.

Akerlund blessé

Mais un tiers plus tard, Strasbourg est mené 2-4. La faute à des erreurs à ne pas commettre face à un attaquant de la classe de Mysicka, qui marque et fait marquer deux fois. Prenant par la même à défaut une défense strasbourgeoise en veilleuse pendant cinq minutes. Cinq minutes fatales. Car le but de Schuchewytsch, opportuniste et lucide, n'a pas suffit à remettre les hommes de Bourdages dans le sens de la marche. De son côté, Epinal a eu le mérite d'exploiter impitoyablement les absences des locaux. Dans l'affaire, les Vosgiens ont quand même perdu Akerlund qui s'est cogné à un palet (arcade éclatée)

Groleau redonne l'espoir

Dans le dernier tiers, Strasbourg n'a de toute façon pas le choix. Il faut attaquer et marquer. Et le plus vite possible. Mais Epinal, bien mené par un Mysicka des grands soirs, gère remarquablement son affaire.

Mais alors que l'espoir semble s'être doucement envolé des curs strasbourgeois, Groleau, rageusement, ramène les siens à une longueur cinq minutes avant la fin. Cinq minutes qui ne permettront pas à l'Etoile Noire d'égaliser malgré le tout pour le tout tenté par Bourdages. Strasbourg s'incline et voit ses chances de play-off s'éloigner. Epinal, de son côté, peut commencer à préparer la seconde phase en poule d'accession.

 

Retour aux articles de novembre 2000