Une bonne chose de faite

 

Article de L'Est Républicain (20 novembre 2000).

En s'imposant en Alsace, les Dauphins ont fait un pas énorme vers les play-offs. De quoi travailler sereinement en vue de cette seconde phase.

EPINAL - En l'emportant à Strasbourg (4-3), les Spinaliens ont assuré, sauf cataclysme, leur place en play-offs. Ils ont démontré un beau réalisme.

Car la domination a surtout été strasbourgeoise.

La défense des Dauphins dans les moments chauds a pu compter sur un Domin d'une sérénité olympienne et sur un Bock inspiré, auteur de parades décisives. Ainsi les locaux ne se sont pas montrés assez percutants à l'avant.

Ils doivent surtout leurs échecs répétés à une défense spinalienne haut de gamme. Mais ce qui restera de cette rencontre est certainement la manière dont les attaquants de Marciano ont exploité les erreurs défensives adverses.

Et là, Mysicka a été grand.

Quinze points de suture

Puissant, rapide, facile parfois, l'attaquant tchèque a été le bourreau des Strasbourgeois. Et quand Haapasaari se trouve à son soutien, les deux lascars peuvent faire très mal à une défense.

Résultat de dix minutes de folie : quatre buts à la suite qui placèrent Epinal hors d'atteinte de Strasbourg au fond du trou. Une équipe de Strasbourg qui ne possède plus qu'une infime chance d'accéder en play-off, son destin se trouvant davantage dans les crosses dijonnaises que dans les siennes.

A Epinal, pas de soucis, exceptée la blessure d'Ackerlund (15 points de suture à l'arcade sourcilière), les Dauphins sont donc en play-off. Pas tout à fait mathématiquement, mais totalement si l'on s'en tient à la logique de cette poule B. Car dès samedi contre Cergy, l'officieux devrait se muer en officiel. C'était le vu de Raphaël Marciano avant ce précieux succès : en finir au plus vite. C'est fait et bien fait. Le coach spinalien va pouvoir préparer la suite, à savoir une deuxième phase où les Alpes défieront les Vosges. Vivement les play-offs... 

 

Retour aux articles de novembre 2000