Des Dauphins insubmersibles !

 

Article de la Liberté de l'Est (20 novembre 2000).

En dépit de nombreux soucis (blessures et prisons), les Spinaliens ont réalisé une performance de tout premier ordre à Strasbourg. Cette victoire ouvre grand les portes des play-off à l'IC Epinal.

STRASBOURG - Affronter une formation qui joue toute sa saison sur un seul match n'est jamais une chose aisée.

En effet, les Strasbourgeois n'avaient d'autre solution que de venir à bout d'Epinal pour espérer participer à la poule finale. Pourtant, les hommes de Daniel Bourdages auront tout tenté, notamment dans la dernière période durant laquelle ils auront mis une pression incroyable sur la cage d'Yvan Bock. En particulier sous l'impulsion de Jason Groleau très en verve (pas toujours dans le bon sens). En fait, l'Etoile Noire aura payé au prix fort son manque de concentration sur le plan défensif dans le tiers-temps intermédiaire. Malgré tout, l'entraîneur bas-rhinois ne se montrait pas spécialement déçu à l'issue des débats : << Epinal est une équipe solide qui n'a pas de point faible et qui possède une défense très solide. Nous n'avons pas su profiter de nos nombreuses supériorités numériques. Je pense que nous avons aussi manqué de jus en fin de partie. Par ailleurs, nous ne pouvions pas nous imposer en commettant de telles erreurs défensives. >>

Solidité à toute épreuve

A coup sûr, ce derby à Strasbourg restera dans les annales du club de la Cité des Images. Tout d'abord en raison d'une probante victoire qui propulse à 90% l'IC Epinal en poule finale.

En effet, grâce à ce succès, les partenaires de Frédéric Dehaëne relèguent leurs rivaux à 5 longueurs et ce, à 3 journées du terme de la première partie de saison. Par ailleurs, les protégés du président Claude Maurice ont su faire preuve d'une détermination hors norme face à tous les éléments qui se sont abattus sur leur tête. En premier lieu, l'énorme pression qu'a fait régner Strasbourg en début et fin de partie dans la zone défensive spinalienne. Une domination qu'ont parfaitement su contrecarrer Domin et ses camarades, grâce à un engagement physique et une clairvoyance de tous les instants.

Ensuite, Epinal a dû faire face aux pertes, en cours de partie, de Akerlund et Zitouni, ainsi qu'à l'interminable "stage" de Guillemot sur le banc des pénalités. Une cascade de péripéties qui a obligé les hommes de Raphaël Marciano à évoluer à seulement 3 arrières dans les 10 dernières minutes. Enfin, les Spinaliens ont subi les foudres du corps arbitral en collectionnant des punitions pas toujours évidentes.

Cet héroïque succès satisfaisait pleinement Féfé Marciano : << Nous avons fait un super match. Ces 2 points étaient obligatoires pour aller en play-off. Je tiens à féliciter toute l'équipe qui a su faire face pendant tout le match. Au fil des rencontres, je m'aperçois que nous sommes très solides défensivement. S'imposer à l'extérieur de cette façon est aussi le signe d'une certaine maturité. En plus, nous avons produit du jeu et inscrit des buts bien construits. >>

Une force de frappe offensive qui aura suivi l'élan d'un Tomas Mysicka resplendissant et d'un capitaine Frédéric Dehaëne qui a effectué un énorme travail. Maintenant, reste aux Dauphins à concrétiser cette superbe opération. La venue de Cergy samedi prochain à Poissompré devrait leur permettre d'officialiser l'accession en play-off.

Akerlund en observation

L'âpreté de la partie entre Strasbourg et Epinal a laissé des traces dans les rangs spinaliens. En effet, touché en milieu de second tiers sur un shoot anodin d'un défenseur strasbourgeois, le Finlandais, Tommi Akerlund s'est ouvert l'arcade sourcilière. Immédiatement transporté à l'hôpital de Hautepierre pour y recevoir les premiers soins, le défenseur de l'ICE s'est fait poser cinq points de sutures et a subi des examens de contrôle qui n'ont décelé aucune fracture.

Néanmoins, le n4 des Dauphins devra garder la chambre 2 à 3 jours afin de vérifier l'état de son impressionnante blessure. Un incident qui privera Tommi de la prochaine rencontre face à Cergy.

D'autre part, Djamel Zitouni souffre d'un gros hématome sur le coup du pied. Un souci qui ne devrait cependant pas le priver du match de samedi prochain.

 

Retour aux articles de novembre 2000