Dijon balaye Gap

 

Article du Dauphiné Libéré (12 novembre 2001).

Face à des Dijonnais solides, les Rapaces de Gap se sont laisser submerger, malgré une bonne entame de partie.

Pour la seconde fois de la saison, Gap s'incline dans sa patinoire. Mais la défaite contre Dijon, samedi soir, est restée en travers de la gorge. "On a été très mauvais et absents dans tous les compartiments du jeu", déclarait Billy Combe visiblement déçu et mécontent d'avoir vu ses hommes passer à côté de la rencontre.

Pourtant les deux formations ont fait jeu égal dès l'entame du match, imposant deux systèmes de défense. Si quelques occasions dijonnaises se créent, notamment le slap non cadré de Pazak devant des cages partiellement dégagées de Lukes, elles sont cependant dépourvues d'effet, les locaux verrouillant bien leur zone.

Pressing dijonnais

Dans l'autre camp, c'est le même schéma. Gap saisit la moindre opportunité pour s'infiltrer dans la défense dijonnaise et la persévérance finit par payer. Vidal, bien servi Stéphane et Nicolas Ravoire trompe Nekar et ouvre le score (1-0 à la 7ème). Piqué au vif, Dijon ne se fait pas prier pour réagir mais joue cependant de malchance. Pazak puis Pilleron pilonnent le portier Gapençais qui, à court de parades, cède sous un tir isolé de Patrick Groleau (1-1 à la 13ème).

"On a bien joué jusqu'au premier but que nous marquons, après...", déplore l'entraîneur haut-alpin. Avec tout leur cur, les Gapençais ont eu beau enchaîner les actions isolées, rien n'y a fait et les Rapaces ont lentement amorcé leur descente aux enfers.

Dijon accentuait son pressing et alignait les buts. Tout d'abord, suite à un méli-mélo devant le portier alpin, Petterson donne l'avantage à Dijon (1-2), puis Mennessier fait le break une seconde avant la sirène de fin de période (1-3). Coup dur pour Gap, juste avant le retour aux vestiaires...

A leur retour, les Rapaces ne seront plus à la fête, se laissant régulièrement déborder et laissant le champ libre à Groleau pour sa deuxième réalisation (1-4 à la 23ème). Cela vaudra au gardien Lukes de retrouver le banc, remplacé au pied levé par Martin Brière qui se voit investi de la lourde tâche de résister aux attaques incessantes dijonnaises à l'approche des dernières minutes du 2ème tiers. Gap semble alors vouloir remonter la pente, dans une partie qui tourne un peu au vinaigre. Mais la réussite ne lui sourit décidément pas.

Bataille physique

Le troisième tiers verra s'engager une bataille physique entre les deux équipes. Les mauvais gestes se multiplient, les pénalités pleuvent et les minutes s'égrènent sans que les Rapaces ne trouvent la solution. C'est le Dijonnais Jérôme Mô qui glisse le palet dans l'en-but gapençais après avoir effacé Brière (1-5 à la 48ème).

Après que l'addition devient lourde côté gapençais, les Rapaces tentent le tout pour le tout. Suite à plusieurs échecs (poteaux, renvoi du gardien...), Libermann marque enfin et péniblement (2-5 à la 49ème). Un but immédiatement contrebalancé par le Dijonnais Chesterikov (2-6), imité deux minutes plus tard par le capitaine gapençais Moussier, alors même que la défense locale était mise à mal (3-6). C'est enfin Pazak qui aura le dernier mot en inscrivant le 7ème (3-7 à la 52ème) but dijonnais et clôturant ainsi une démonstration "pas si impressionnante que cela", notait Billy Combe à l'issue de la partie. "C'est dommage de tomber aussi bas par rapport aux résultats que nous avons enregistrés jusque là, alors qu'on est capable de bien faire. Mais, quand on bien défensivement, on n'arrive pas à enchaîner l'attaque, et c'est valable dans l'autre sens. Je ne pense pas que ce soit un problème de jeu, mais plutôt un problème mental, et tout ce qui touche à la dynamique du groupe. J'aurais quand même un mot à dire sur Brière qui est rentré à un moment difficile et qui s'en est bien tiré."

 

 

Retour aux articles de novembre 2001

Retour à la liste des articles