Le S.O.S. des sports de glace

 

Article de Ouest France (6 septembre 2002).

La patinoire de Saint-Nazaire n'existe plus, celle de Rezé devrait connaître le même sort, dans les prochains jours. Il ne reste plus que celle du Petit-Port à Nantes. Une situation difficile à vivre dénoncée, hier, par les instances dirigeantes des sports de glace qui réclament "un plan Marshall" vu l'urgence.

Les patinoires coûtent cher, ce n'est pas la municipalité de Saint-Nazaire qui dira le contraire. On le comprendrait mal, puisqu'elle vient de fermer, en catimini, sa salle pour ce motif. Pour ne rien arranger la patinoire (privée) de Rezé devrait connaître le même sort. Avec, en prime, une partie de bras de fer engagée avec la Communauté Urbaine de Nantes, éventuelle candidate à la reprise.

Cette situation inquiète, et on le comprend, les instances dirigeantes de la ligue Bretagne - Pays de la Loire et du comité départemental que préside Jean-Pierre Dionnet. Alors, ils tirent la sonnette d'alarme, mobilisent les forces vives, pour continuer d'exister. Normal, mais c'est peut-être un peu tard ?

Surtout que les clubs de Loire-Atlantique ne savent pas à quel saint se vouer. La seule chose dont ils sont sûrs, c'est que la situation est grave, voire désespérée. Mais, à l'image de Jean-Pierre Dionnet, les dirigeants des clubs se veulent quand même optimistes. Ce qui n'empêche pas le même Jean-Pierre Dionnet de souligner. "Les sports de glace sont déterminés et ils entendent obtenir des garanties pour demain. Il faut trouver des solutions et de plus rapidement."

Plus facile à dire qu'à faire. Yves Ardil, le vice-président de la ligue en convient, sans doute parce qu'il a une amorce de solution. "Mettre rapidement en place une patinoire mobile, voire deux." Une solution provisoire qui ne manque pas d'attraits, même si elle a un coût : 132 000 . A la condition de trouver un site d'accueil, et c'est là que le bât blesse. Surtout que ces patinoires mesurent 56 x 26 m.

Hormis cette solution, le reste n'est que supputations, dépend du bon vouloir des propriétaires de la patinoire de Rezé et non plus des élus. Pour ce qui concerne l'avenir, la meilleure solution c'est encore de consulter une voyante et sa boule cristal !

 

Les clubs de Loire-Atlantique étaient représentés à cette réunion par : Geneviève Charriau (présidente CPGLA de Rezé), Jean-Pierre Maleriat (président Saint-Nazaire sports de glace), Maryvonne del Torchio (présidente de Nantes sports de glace), Bernard Jouniaux (trésorier du Nantes AHG), Yves Lainé (Léo-Lagrange patinage artistique danse sur glace).

Les dirigeants du Nantes AHG reçus aujourd'hui par le président fédéral. Didier Gailhaguet, le président de la fédération des sports de glace recevra, aujourd'hui au siège de la Fédération, une délégation du Nantes AHG pour essayer de trouver une solution satisfaisante tant pour le club nantais que pour la commission nationale de hockey.

Sarah Abitbol et Stéphane Bernadis bientôt à Nantes ?. Le comité départemental des sports de glace souhaite organiser, fin octobre, un gala à la patinoire du Petit-Port, dont la tête d'affiche serait le couple nantais Sarah Abitbol - Stéphane Bernadis.

 

Retour aux articles de septembre 2002