L'envol des Albatros

 

Article de l'Est Républicain (20 septembre 2002).

Président depuis 1992, Briec Bounoure est l'âme de Brest champion de France en 1996 et 1997. Le retour des Albatros en élite après cinq ans d'absence ne passe pas inaperçu.

BESANÇON. Tout est parti d'un coup de cur ! Trois ans de pratique seulement ont scellé une véritable passion entre Briec Bounoure et le hockey-sur-glace. Classique jusque là, à la différence près que Briec Bounoure n'est pas Monsieur tout le monde. Directeur général du groupe Doux (dont Père Dodu, qu'il préside, est une filiale), ce spécialiste des poulets n'est pas sans faire songer au célèbre auxerrois Gérard Bourgoin.

Si le groupe Doux sponsorise Nantes en 1989, le virage se produit en 1992. La présence dans l'équipe de ses fils aidant, Briec Bounoure s'investit dans le club brestois rebaptisé les Albatros. A cette période, c'est assez simple, les 2/3 des joueurs sont de salariés du groupe Doux, premier producteur et exportateur européen de volailles. Précisons qu'il ne s'agit pas de tâches fictives mais d'emplois divers, de comptable à contrôleur des ventes en passant par commercial ou contremaître. Une philosophie à laquelle demeure attaché le président breton.

Il serait injuste de passer sous silence le rôle crucial tenu par Annick Bounoure. Celle qui appelle les joueurs "mes garçons" va devenir la cheville ouvrière du club et plus encore. Du lavage des maillots aux bulletins de salaires en passant par les rendez-vous chez le médecin ou l'organisation des déplacements à l'extérieur, l'épouse du président ne compte ni ses heures, ni sa peine. Le total dévouement de la famille Bounoure force le respect des joueurs et cimente incontestablement l'ensemble.

Une patinoire flambant neuve

Si l'on ajoute l'opiniâtre bretonne, la fierté portée au club et à la ville, le cocktail devient vite détonnant. Dans la patinoire de Bellevue, sorte de hangar non conforme aux règlements, issue d'un autre âge, les Albatros vont tout simplement passer de la troisième division en 1992 à la première division en 1994-1995. Cette saison là, ils échouent en finale des play-off (à la mort subite) contre les Dragons de Rouen, qui écrasent le hockey français depuis des années.

L'heure de la revanche sonnera rapidement. Un an plus tard pour exact. Trois matches de play-off pour autant de victoires face à Rouen suffisent aux Brestois pour devenir champions de France (1996). Le 30 mars 1997, soit le lendemain du second titre national consécutif, Briec Bounoure se retire purement et simplement, expliquant que les promesses fédérales, notamment en matière de retombées de droits TV n'ont pas été honorées.

Il y a quelques semaines, c'est la liquidation des Flammes Bleues de Reims, le champion 2002 (sic), qui va précipiter le retour de Brest en Elite, cinq saisons après avoir quitté le haut niveau. L'ouverture d'une nouvelle patinoire de 1100 places assises, possédant une piste de 60 mètres sur 30 après quatorze mois de travaux, a joué un rôle non négligeable dans cette ascension peu ordinaire.

Passer directement de la nationale 2 au Super 16 sort du cadre traditionnel...

 

Retour aux articles de septembre 2002