Eisbären Berlin - Dynamo Moscou (24 janvier 1999)

 

Poule demi-finale de l'EHL 1998/99, troisième match.

Les Eisbären de Berlin et le Dynamo de Moscou sont tous deux qualifiés avant même ce dernier match. Serait-il donc sans enjeu ? Pas tout à fait. La première place du groupe n'est pas seulement honorifique. Elle permet de s'assurer un meilleur tirage lors des demi-finales en rencontrant le deuxième de l'autre groupe. L'autre groupe à Helsinki s'étant terminé plus tôt dans l'après-midi, on sait que le Metallurg Magnitogorsk a fini premier, et Ilves Tampere deuxième. Les dirigeants du Dynamo ne cachent pas qu'ils souhaitent éviter de croiser leurs compatriotes dans une demi-finale fratricide, même si cela leur avait réussi l'an passé contre Yaroslavl.

Même s'ils ont un jour de repos de moins que l'équipe locale, les Russes abordent donc le match sérieusement. Comme hier, ils résistent à une phase de jeu à 3 contre 5 lors de la première période, quand Orekhovsky et Berdichevsky sont ensemble en prison pendant 36 secondes. La pénalité suivante contre l'attaquant finlandais Niklas Hede est en revanche exploitée par le Dynamo, qui ouvre le score sur un lancer de la bleue de son jeune défenseur Andrei Markov. L'international biélorusse Aleksei Kalyuzhny double la mise en début de deuxième période.

Les Eisbären n'abandonnent pas pour autant. Ils jouent le coup jusqu'à la fin, pour la plus grande joie de leur formidable public qui a rempli les gradins à ras bord. Lors du second séjour en prison de l'autre Biélorusse, le défenseur Zhurik, Marc Fortier exploite la supériorité numérique au début du troisième tiers-temps. Le "local" berlinois Sven Felski égalise même à six minutes de la fin sur une phase à 4 contre 4.

Ce n'est pas suffisant. Ce match nul assure au Dynamo de terminer premier, grâce à sa meilleure différence de buts (il a battu Mannheim 6-1, contre "seulement" 5-3 pour les Berlinois). Il remplit donc pleinement son objectif. Il jouera son troisième Final Four en trois éditions, et il est le seul club dans ce cas. En plus, il affrontera l'adversaire espéré en demi-finale, Ilves. Mais ces deux dernières années, c'est une marche plus loin, en finale, qu'il a échoué...

Les Berlinois, eux, sont déjà pleinement satisfaits d'être le premier club à atteindre ce niveau de compétition. Ils célèbrent en particulier Udo Döhler, qui est devenu titulaire par la force des choses (blessure du titulaire Mario Brunetta) et qui a été à la hauteur en étant élu meilleur gardien du tournoi.

 

Eisbären Berlin - Dynamo Moscou 2-2 (0-1, 0-1, 2-0)
Dimanche 24 janvier 1999 au Sportforum de Berlin. 6200 spectateurs.
Pénalités : Eisbären Berlin 18' (6', 6', 6'), Dynamo Moscou 14' (6', 4', 4').

Évolution du score :
0-1 à 13'40" : Markov (sup. num.)
0-2 à 24'37" : Kalyuzhny
1-2 à 44'13" : Fortier assisté de Leask et Cowie (sup. num.)
2-2 à 54'02" : Felski assisté de Durdle
 

Eisbären Berlin

Attaquants :
Mike Bullard (2') - Marc Fortier (2') - Mario Chitarroni (2')
Pelle Svensson (2') - Thomas Steen - Niklas Hede (2')
Chris Govedaris - Andrew McKim - Andreas Brockmann
Yvon Corriveau - Mikael Wahlberg (2') - Sven Felski
Lorenz Funk jr

Défenseurs :
Ron Cowie - Rob Leask (2')
Leif Carlsson - Thomas Rhodin
Chad Biafore (2') - Derek Mayer (2')
Darren Durdle

Gardien :
Udo Döhler

Remplaçant : Sebastian Elwing (G). Absents : Mario Brunetta (G, cheville), Sandy Smith (recruté récemment et non inscrit en EHL).

Dynamo Moscou

Attaquants :
Sergei Petrenko (C) - Aleksandr Prokopiev - Maksim Afinogenov
Valeri Belov (A) - Aleksei Kalyuzhny - Mikhaïl Ivanov
Aleksandr Kharitonov - Denis Kartsev - Aleksandr Kuvaldin (2')
Aleksandr Stepanov (2') - Artyom Chubarov - Lev Berdichevsky (2')

Défenseurs :
Andrei Markov - Aleksandr Khavanov
Aleksei Troshchinsky (A) - Vitali Proshkin
Roman Zolotov - Aleksandr Zhurik (4')
Oleg Orekhovsky (2') - Ruslan Batyrshin (2')

Gardien :
Ildar Mukhometov

Remplaçant : Aleksei Egorov (G). Absents : Valery Chyorny (fracture du bras en championnat à Cherepovets), Nikolai Antropov (équipe nationale du Kazakhstan), Boris Zelenko (revenu récemment d'Amérique et non inscrit en EHL).

 

Retour à l'EHL