Coupe du monde 2016

 

Alors qu'elle se fait tirer l'oreille pour libérer ses joueurs pour les deux prochains Jeux olympiques qui auront lieu en Asie, et qu'elle s'est engagée dans un bras de fer financier avec le CIO, la NHL recrée "sa" Coupe du monde, dont elle rappelle qu'elle lui rapporte - évidemment - plus d'argent qu'un tournoi olympique. Pour que chaque match soit compétitif, et au lieu d'inviter de vraies équipes nationales comme la Slovaquie, l'Allemagne ou la Suisse, elle forme deux équipes de toutes pièces : "l'Europe", composée des joueurs des autres pays, et "l'Amérique du Nord", composée de jeunes joueurs de moins de 23 ans (sur lesquels elle a priorité sur le Canada et les États-Unis). Toutes les rencontres se jouent à Toronto.

Présentation de la Coupe du monde / Matches de préparation

 

Groupe A (17, 19/20 et 21/22 septembre 2016)

Europe - États-Unis 3-0 (1-0,2-0,0-0)
Canada - République Tchèque 6-0 (3-0,2-0,1-0)
République Tchèque - Europe 2-3 a.p. (0-0,1-1,1-1,0-1)
Canada - États-Unis 4-2 (3-1,1-0,0-2)
Canada - Europe 4-1 (2-0,1-1,1-0)
République Tchèque - États-Unis 4-3 (1-1,3-1,0-1)

Classement : 1 Canada 6, 2 Europe 4, 3 République Tchèque 3, 4 États-Unis 0.

La composition des poules avait été effectuée pour que les deux équipes présumées les plus faibles (les Européens et les Tchèques) soient dans la même poule que le Canada et les États-Unis, dont la qualification est indispensable du point de vue de la NHL pour que le tournoi soit une réussite financière et médiatique. Patatras : l'équipe américaine, construite pour bousculer physiquement les Canadiens, termine bonne dernière et est éjectée sans gloire.

 

Groupe B (18, 19/20 et 21/22 septembre 2016)

Russie - Suède 1-2 (0-0,0-2,1-0)
Finlande - Amérique du Nord 1-4 (0-1,0-3,1-0)
Amérique du Nord - Russie 3-4 (1-0,1-4,1-0)
Finlande - Suède 0-2 (0-0,0-1,0-1)
Amérique du Nord - Suède 4-3 a.p. (3-2,0-0,0-1,1-0)
Finlande - Russie 0-3 (0-0,0-2,0-1)

Classement : 1 Suède 5, 2 Russie 4, 3 Amérique du Nord 4, 4 Finlande 0.

Les jeunes Nord-Américains, avec la fougue de leur âge qui leur confère un jeu offensif ébouriffant de vitesse, gagnent les curs, mais ils pâtissent aussi de leurs faiblesses défensives. Ils sont éliminés du fait de leur confrontation particulière perdue contre la Russie.

 

Demi-finales (24 et 25 septembre 2016)

Canada - Russie 5-3 (1-0,1-2,3-1)
Suède - Europe 2-3 a.p. (0-0,1-1,1-1,0-1)

L'équipe d'Europe, la seule qui n'ait pas d'hymne (les Nord-Américains en avaient deux), se qualifie pour la finale malgré son manque de passé commun et déjoue tous les pronostics.

 

Finale (27, 29 septembre et 1er octobre 2016)

Canada - Europe 3-1 (2-0,0-1,1-0)
Europe - Canada 1-2 (1-0,0-0,0-2)

Par un retournement de situation à la toute fin du deuxième match, le Canada remporte la finale prévue au meilleur des trois manches.

 

Meilleur joueur : Sidney Crosby (Canada).

Équipe-type : Carey Price (CAN) ; Erik Karlsson (SUE) - Shayne Gostisbehere (AME) ; Brad Marchand (CAN) - Jonathan Toews (CAN) - Sidney Crosby (CAN).

Meilleurs marqueurs

                            B  A Pts
1 Sidney Crosby       CAN   3  7  10
2 Brad Marchand       CAN   5  3   8
3 Patrice Bergeron    CAN   3  4   7
4 Jonathan Toews      CAN   3  2   5
5 Johnny Gaudreau     AME   2  2   4
  Nicklas Bäckström   SUE   2  2   4
  Matt Duchene        CAN   2  2   4

 

 

La coupe du monde précédente (2004)

 

Retour aux archives