NHL 1932/33

 

La NHL a mis en place une nouvelle règle requérant que les capitaines ou leurs assistants soient sur la glace à tout instant. Pour se conformer plus facilement à cette règle, quatre des neuf équipes choisissent un gardien comme capitaine : Montréal (George Hainsworth, en photo), Ottawa (Alex Connell), Chicago ("Chuck" Gardiner) et les New York Americans (Roy Worters).

Le riche entrepreneur James E. Norris - dont la famille a fait fortune dans l'agro-alimentaire - a racheté les Detroit Falcons et sa première décision est de les renommer en "Red Wings". Il introduit une version rouge du logo en forme de roue ailée utilisé par la MAAA de Montréal dont Norris était membre, logo particulièrement adapté à la ville de Détroit dont la croissance se fonde sur l'industrie automobile.

Division canadienne (48 matches)

                           Pts    V VP  N  DP D     BP-BC   Diff
1 Toronto Maple Leafs       54   23  1  6  0  18   119-111  +8
2 Montreal Maroons          50   19  3  6  1  19   135-119  +16
3 Canadiens de Montréal     41   15  3  5  2  23    92-115  -23
4 New York Americans        41   13  2 11  3  19    91-118  -27
5 Ottawa Senators           32   10  1 10  5  22    88-131  -43

Ottawa fait son retour après une année sabbatique pour raisons financières et finit l'année 1932 avec un bilan équilibré avant de s'écrouler en janvier. Son président Frank Ahearn ordonne au nouvel entraîneur Cy Denneny de mettre à l'amende les joueurs qui lui paraissent trop peu concernés, et il réaffirme haut et fort qu'il ne vendra pas son joueur-vedette Hector Kilrea en refusant les offres d'échange de Toronto (il finira pourtant par céder Kilrea aux Leafs pendant l'intersaison). Les Canadiens de Montréal font le chemin inverse et partent de la dernière place avant de se qualifier : la première grande vedette du club Édouard "Newsy" Lalonde, réembauchée comme coach (il avait été entraîneur joueur onze ans plus tôt), a vite dû imposer son autorité. La suspension interne pour deux rencontres d'Alfred "Pit" Lépine fait office d'électrochoc après un début de saison raté (8 défaites sur les 10 premières parties). Lalonde utilise ensuite ce même Lépine pour remplacer au centre de la première ligne un Howie Morenz moins performant que l'an passé et envoyer ainsi un message à la star de l'équipe.

Division américaine (48 matches)

                           Pts    V VP  N  DP D     BP-BC   Diff
1 Boston Bruins             58   22  3  8  1  14   124-88   +36
2 Detroit Red Wings         58   25  0  8  1  14   111-93   +18
3 New York Rangers          54   22  1  8  0  17   135-107  +28
4 Chicago Black Hawks       44   16  0 12  1  19    88-101  -13

Frederic McLaughlin, le propriétaire des Blackhawks de Chicago, cimente encore sa réputation de dévoreur d'entraîneurs. Il a nommé une personnalité atypique, l'anthropologue Emil Iverson (spécialiste de la nation amérindienne Ojibwa), qui a mis en place des programmes d'entraînement innovants à l'Université du Minnesota... mais il le licencie alors qu'il a récolté 22 points en 21 parties. Tommy Gorman, l'ancien coach et manager d'Ottawa, est recruté à sa place mais ne fait pas mieux. Déjà éliminé des play-offs, Chicago réussit deux innovations lors de ses trois derniers matches. Tout d'abord, la première défaite par forfait de l'histoire de la ligue : Gorman conteste le but en prolongation de Boston (qui ne met pas fin au match car il n'y a pas de mort subite en saison régulière), s'en prend à l'arbitre qui l'expulse et retire son équipe sans qu'elle termine le match. Puis, l'avant-dernier match de la saison Chicago-Detroit est le premier à être joué un dimanche après-midi alors que toutes les rencontres de NHL se jouaient le soir jusqu'ici : l'affluence correcte pour un match sans enjeu (6000 spectateurs) convaincra de rééditer l'expérience. Ce match très rugueux restera comme celui qui aura mis fin à la carrière de hockeyeur professionnel de Billy Burch (trophée Hart 1925), victime d'une fracture multiple dans la jambe gauche en percutant la balustrade.

 

Meilleurs marqueurs de la saison régulière

                                      MJ    B   A  Pts   Pén
 1 Bill Cook            NY Rangers    48   28  22   50   51'
 2 Busher Jackson       Toronto       48   27  17   44   43'
 3 Baldy Northcott      M. Maroons    48   22  21   43   30'
 4 Hooley Smith         M. Maroons    48   20  21   41   66'
 5 Paul Haynes          M. Maroons    48   16  25   41   18'
 6 Aurèle Joliat        C. Montréal   48   18  21   39   53'
 7 Marty Barry          Boston        48   24  13   37   40'
 8 Frederick Cook       NY Rangers    48   22  15   37   35'
 9 Nels Stewart         Boston        47   18  18   36   62'
10 Howie Morenz         C. Montréal   46   14  21   35   32'
11 Johnny Gagnon        C. Montréal   48   12  23   35   64'
12 Eddie Shore          Boston        48    8  27   35  112'
13 Frank Boucher        NY Rangers    46    7  28   35    4'
14 Herbie Lewis         Detroit       48   20  14   34   20'
15 Norman Hines         NY Americans  48    9  25   34   12'

Meilleurs gardiens

                                      MJ   Min.    Moy.
1 "Tiny" Thompson       Boston        48   3000    1,76 (Vézina)
2 John Ross Roach       Detroit       48   2970    1,88
3 Charlie Gardiner      Chicago       48   3010    2,01
4 Andy Aitkenhead       NY Rangers    48   2970    2,16
5 Lorne Chabot          Toronto       48   2946    2,26
6 Dave Kerr             M. Maroons    25   1520    2,29
7 George Hainsworth     Canadiens M.  48   2980    2,32
8 Roy Worters           NY Americans  47   2970    2,34

 

Les trophées

Meilleur joueur (trophée Hart) : Eddie Shore (Boston Bruins).

Meilleure recrue : Carl Voss (Detroit Red Wings).

Fair-play (trophée Lady Byng) : Frank Boucher (New York Rangers).

Meilleur entraîneur : Lester Patrick (New York Rangers).

Première équipe all-star : John Ross Roach (Detroit) ; Ching Johnson (NY Rangers) - Eddie Shore (Boston) ; Baldy Northcott (M. Maroons) - Frank Boucher (NY Rangers) - Bill Cook (NY Rangers).

Deuxième équipe all-star : Charlie Gardiner (Chicago) ; Lionel Conacher (Chicago) - King Clancy (Toronto) ; "Busher" Jackson (Toronto) - Howie Morenz (Canadiens M.) - Charlie Conacher (Toronto).

 

Play-offs

Tour préliminaire (25/26 et 28 mars 1933)

Montreal Maroons - Detroit Red Wings 0-2 (0-1,0-0,0-1)
Detroit Red Wings - Montreal Maroons 3-2 (0-0,1-2,2-0)

New York Rangers - Canadiens de Montréal 5-2 (2-0,1-0,2-2)
Canadiens de Montréal - New York Rangers 3-3 (2-1,1-0,0-2)

Les équipes de la division américaine, clairement plus forte cette année, se qualifient en éliminant les deux formations montréalaises. Cette qualification permet à Jack Adams, l'entraîneur de Détroit que le nouveau propriétaire avait placéfinitivement confirmé à son poste.

 

Demi-finale entre les champions de division (25, 28, 30 mars, 1er et 3 avril 1933)

Boston Bruins - Toronto Maple Leafs 2-1 a.p. (0-1,1-0,0-0,1-0)
Boston Bruins - Toronto Maple Leafs 0-1 a.p. (0-0,0-0,0-0,0-1)
Toronto Maple Leafs - Boston Bruins 1-2 a.p. (0-0,0-1,1-0,0-1)
Toronto Maple Leafs - Boston Bruins 5-3 (2-1,2-2,0-1)
Toronto Maple Leafs - Boston Bruins 1-0 a.p. (0-0,0-0,0-0,0-0,0-0,0-0,0-0,0-0,1-0)

Le vestiaire de Toronto a des allures d'hôpital de campagne. Le rugueux défenseur Red Horner a une main cassée entourée de bandages que cela gêne sa prise de crosse. Ace Bailey manque le premier match à cause d'une épaule luxée qu'il protège ensuite comme il peut. Le premier centre Joe Primeau est à l'hôpital le soir du quatrième match pour se remettre de la sépticémie née d'une blessure à la cheville. Il revient sur le banc au dernier match, mais sans entrer en jeu avant la prolongation, qui devient interminable. Les Maple Leafs finissent par s'imposer au bout du suspense, à la neuvième période. Le gardien local Lorne Chabot garde ses cages inviolées pendant l'intégralité de ce marathon et repousse 93 tirs. Son vis-à-vis Tiny Thompson effectue 112 arrêts avant de s'incliner sur le but vainqueur de Ken Doraty, qui a profité d'une erreur du défenseur Eddie Shore après 164 minutes et 46 secondes de jeu.

 

Demi-finale de repêchage entre les vainqueurs du tour préliminaire (30 mars et 2 avril 1933)

New York Rangers - Detroit Red Wings 2-0 (1-0,1-0,0-0)
Detroit Red Wings - New York Rangers 3-4 (1-2,1-1,1-1)

Après la défaite en finale l'an passé, Lester Patrick, le manager et entraîneur des Rangers, a échangé son gardien John Ross Roach à Detroit. Il a promu à sa place un gardien débutant né en Écosse mais qui a grandi à Saskatoon, Andy Aitkenhead, qu'il avait mis sous contrat en 1931 et fait jouer la saison précédente chez une équipe affiliée (les Bronx Tigers en CAHL). La série contre les Red Wings donne définitivement raison à Lester Patrick pour cette décision osée : Aitkenhead gagne le duel direct avec son prédécesseur avec un blanchissage au premier match et qualifie New York en finale.

 

Finale (4, 8, 11 et 13 avril 1933)

New York Rangers - Toronto Maple Leafs 2-0 (1-0,1-0,0-0)
Toronto Maple Leafs - New York Rangers 1-3 (1-2,0-0,1-1)
Toronto Maple Leafs - New York Rangers 1-4 (0-1,1-0,0-3)
Toronto Maple Leafs - New York Rangers 0-1 a.p. (0-0,0-0,0-0,0-0,1-0)

Les New York Rangers ne peuvent jouer qu'un match à domicile avant de devoir évacuer le Madison Square Garden pour laisser place comme chaque année au cirque. Ce premier match est facilité car les Maple Leafs sont encore épuisés de leur cinquième match interminable en demi-finale. Toronto bénéficie ensuite de trois jours pleins de repos, mais les New-Yorkais confirment en renversant deux fois l'avantage de la glace. Leur capitaine Bill Cook marque le but décisif en infériorité numérique au match 2, puis devient le premier joueur à marquer le but décisif de la Coupe Stanley dans une prolongation, lors d'une supériorité numérique cette fois. Cinq Rangers "historiques", qui ont participé aux débuts de la franchise, soulèvent cette deuxième Coupe Stanley en sept ans d'existence : le défenseur physique Ivan "Ching" Johnson, le diplômé de mathématiques Murray Murdoch et la célèbre première ligne composée de Frank Boucher et des frères Cook. Tout au long de ces séries, c'est pourtant la deuxième ligne Murdoch-Somers-Dillon qui a été la plus efficace. Natif des États-Unis (Toledo, Ohio) mais ayant grandi au Canada dès l'âge de 6 ans, Cecil Dillon établit un record de NHL avec 8 buts en play-offs grâce à son tir redoutable à courte distance.

 

Meilleurs marqueurs des play-offs

                                  MJ   B  A Pts  Pén
1 Cecil Dillon         Rangers     8   8  2  10   6'
2 Murray Murdoch       Rangers     8   3  4   7   2'
3 Ken Doraty           Toronto     9   5  0   5   2'
4 Bill Cook            Rangers     8   3  2   5   4'
5 Art Somers           Rangers     8   1  4   5   8'
6 "Busher" Jackson     Toronto     9   3  1   4   2'
7 Charlie Sands        Toronto     9   2  2   4   2'
  John Sorrell         Detroit     4   2  2   4   4'
  Marty Barry          Rangers     5   2  2   4   6'
  Frank Boucher        Rangers     8   2  2   4   6'

 

 

La saison précédente (1931/32)

La saison suivante (1933/34)

 

Retour aux archives