NHL 2005/06

 

Présentation de la saison

 

Classements (82 matches)

Conférence Est

                             Pts    V VP VT  DT DP D     BP-BC   Diff
 1 Ottawa Senators        N  113   48  2  2  6  3  21   314-211  +103
 2 Carolina Hurricanes    S  112   40  4  8  2  6  22   294-260  +34
 3 New Jersey Devils      A  101   33  4  9  4  5  27   242-229  +13
 4 Buffalo Sabres         N  110   41  6  5  5  1  24   281-239  +42
 5 Philadelphia Flyers    A  101   34  7  4  6  5  26   267-259  +8
 6 New York Rangers       A  100   33  4  7  4  8  26   257-215  +42
 7 Canadiens de Montréal  N   93   33  7  2  3  6  31   243-247  -4
 8 Tampa Bay Lightning    S   92   31  6  6  4  2  33   252-260  -8
 9 Atlanta Thrashers      S   90   31  5  5  5  3  33   281-275  +6
10 Toronto Maple Leafs    N   90   31  7  3  7  1  33   257-270  -13
11 Florida Panthers       S   85   25  8  4  5  6  34   240-257  -17
12 New York Islanders     A   78   24  9  3  3  3  40   230-278  -48
13 Boston Bruins          N   74   23  4  2  8  8  37   230-266  -36
14 Washington Capitals    S   70   20  2  7  6  6  41   237-306  -69
15 Pittsburgh Penguins    A   58   17  4  1  6  8  46   244-316  -72

(N : division nord-est ; A : division Atlantique ; S : division sud-est)

Conférence Ouest

                             Pts    V VP VT  DT DP D     BP-BC   Diff 
 1 Detroit Red Wings      C  124   51  3  4  3  5  16   305-209  +96 
 2 Dallas Stars           P  112   38  3 12  1  5  23   265-218  +47 
 3 Calgary Flames         N  103   42  2  2  7  4  25   218-200  +18
 4 Nashville Predators    C  106   40  3  6  3  5  25   259-227  +32
 5 San José Sharks        P   99   34  9  1  7  4  27   266-242  +24
 6 Anaheim Mighty Ducks   P   98   37  3  3  7  5  27   254-229  +25
 7 Colorado Avalanche     N   95   37  3  3  6  3  30   283-257  +26
 8 Edmonton Oilers        N   95   28  6  7  9  4  28   256-251  +5
 9 Vancouver Canucks      N   92   34  4  4  4  4  32   256-255  +1
10 Los Angeles Kings      P   89   32  4  6  1  4  35   249-270  -21
11 Minnesota Wild         N   84   27  6  5  3  5  36   231-215  +16
12 Phoenix Coyotes        P   81   28  6  4  3  2  39   246-271  -25
13 Columbus Blue Jackets  C  101   21  6  8  3  1  43   223-279  -56
14 Chicago Blackhawks     C   65   17  7  2  6  7  43   211-285  -74
15 Saint Louis Blues      C   57   14  3  4  8  7  46   197-292  -95

(N : division nord-ouest ; C : division centrale ; P : division Pacifique)

 

Meilleurs marqueurs de la saison régulière

                                    MJ    B   A  Pts  Pén   +/-
 1 Joe Thornton         Boston/SJ   81   29  96  125   61'  +31
 2 Jaromir Jagr         NY Rangers  82   54  69  123   72'  +34
 3 Aleksandr Ovechkin   Washington  81   52  54  106   52'  +2
 4 Dany Heatley         Ottawa      82   50  53  103   86'  +29
 5 Daniel Alfredsson    Ottawa      77   43  60  103   50'  +29
 6 Sidney Crosby        Pittsburgh  81   39  63  102  110'  -1
 7 Eric Staal           Carolina    82   45  55  100   81'  -8
 8 Ilya Kovalchuk       Atlanta     78   52  46   98   68'  -6
 9 Marc Savard          Atlanta     82   28  69   97  100'  +7
10 Jonathan Cheechoo    San José    82   56  37   93   58'  +24
11 Marian Hossa         Atlanta     80   39  53   92   67'  +17
12 Brad Richards        Tampa Bay   82   23  68   91   32'   0
13 Teemu Selänne        Anaheim     80   40  50   90   44'  +28
   Jason Spezza         Ottawa      68   19  71   90   33'  +23
15 Brian Gionta         New Jersey  82   48  41   89   46'  +18
   Olli Jokinen         Florida     82   38  51   89   88'  +14
17 Joe Sakic            Colorado    82   32  55   87   60'  +10
   Pavel Datsyuk        Detroit     75   28  59   87   22'  +26
19 Patrick Marleau      San José    82   34  52   86   26'  -12
20 Henrik Zetterberg    Detroit     77   39  46   85   30'  +29

Meilleurs gardiens

                                   MJ     %
 1 Cristobal Huet      Montréal    36   92,9%
 2 Dominik Hasek       Ottawa      43   92,5%
 3 Miikka Kiprusoff    Calgary     74   92,3%
 4 Henrik Lundqvist    NY Rangers  53   92,2%
 5 Tomas Vokoun        Nashville   61   91,9%
 6 Manny Fernandez     Minnesota   58   91,9%
 7 Tim Thomas          Boston      38   91,7%
 8 Manny Legace        Detroit     51   91,5%
 9 Roberto Luongo      Florida     75   91,4%
10 Ryan Miller         Buffalo     48   91,4%

 

Les trophées

Meilleur joueur (trophée Hart) : Joe Thornton (Boston puis San José le 30 novembre). Nominés : Miikka Kiprusoff (Calgary), Jaromir Jagr (NY Rangers).

Meilleur joueur élu par ses pairs (trophée Lester B. Pearson) : Jaromir Jagr (New York Rangers). Nominés : Aleksandr Ovechkin (Washington), Joe Thornton (San José).

Meilleur gardien (trophée Vezina) : Miikka Kiprusoff (Calgary). Nominés : Martin Brodeur (New Jersey), Henrik Lundqvist (NY Rangers).

Meilleur défenseur (trophée Norris) : Nicklas Lidström (Detroit). Nominés : Scott Niedermayer (Anaheim), Sergei Zubov (Dallas).

Meilleur attaquant défensif (trophée Selke) : Rod Brind'Amour (Carolina). Nominés : Mike Fisher (Ottawa), Jere Lehtinen (Dallas).

Meilleure recrue (trophée Calder) : Aleksandr Ovechkin (Washington). Nominés : Sidney Crosby (Pittsburgh), Dion Phaneuf (Calgary).

Fair-play (trophée Lady Byng) : Pavel Datsyuk (Detroit). Nominés : Patrick Marleau (San José), Brad Richards (Tampa Bay).

Persévérance (trophée Masterton) : Teemu Selänne (Anaheim).

Meilleur entraîneur (trophée Jack Adams) : Lindy Ruff (Buffalo). Nominés : Peter Laviolette (Carolina), Tom Renney (New York Rangers).

Équipe all-star : Miikka Kiprusoff (Calgary) ; Scott Niedermayer (Anaheim) - Nicklas Lidström (Detroit) ; Aleksandr Ovechkin (Washington) - Joe Thornton (Boston / San José) - Jaromir Jagr (NY Rangers).

Deuxième équipe all-star : Martin Brodeur (New Jersey) ; Zdeno Chara (Ottawa) - Sergei Zubov (Dallas) ; Daniel Alfredsson (Ottawa) - Eric Staal (Carolina) - Dany Heatley (Ottawa).

Équipe-type des recrues : Henrik Lundqvist (NY Rangers) ; Andrej Meszaros (Ottawa) - Dion Phaneuf (Calgary) ; Aleksandr Ovechkin (Washington) - Sidney Crosby (Pittsburgh) - Brad Boyes (Boston).

 

Play-offs

Premier tour

21, 23, 25, 27, 29 avril et 1er mai 2006

Ottawa - Tampa Bay 4-1 (0-1,0-0,4-0)
Ottawa - Tampa Bay 3-4 (1-1,1-1,1-2)
Tampa Bay - Ottawa 4-8 (1-3,0-2,3-3)
Tampa Bay - Ottawa 2-5 (2-1,0-3,0-1)
Ottawa - Tampa Bay 3-2 (2-0,1-2,0-0)

Detroit - Edmonton 3-2 a.p. (1-1,0-1,1-0,0-0,1-0)
Detroit - Edmonton 2-4 (1-1,1-2,0-1)
Edmonton - Detroit 4-3 a.p. (2-1,1-0,0-2,0-0,1-0)
Edmonton - Detroit 2-4 (1-2,1-0,0-2)
Detroit - Edmonton 2-3 (0-0,1-3,1-0)
Edmonton - Detroit 4-3 (0-1,0-1,4-1)

Calgary - Anaheim 2-1 a.p. (0-0,1-0,0-1,1-0)
Calgary - Anaheim 3-4 (0-2,2-1,1-1)
Anaheim - Calgary 2-5 (1-1,1-2,0-2)
Anaheim - Calgary 3-2 a.p. (0-0,2-0,0-2,1-0)
Calgary - Anaheim 3-2 (2-0,1-0,0-2)
Anaheim - Calgary 2-1 (0-1,1-0,1-0)
Calgary - Anaheim 0-3 (0-0,0-2,0-1)

Nashville - San José 4-3 (3-1,0-1,1-1)
Nashville - San José 0-3 (0-3,0-0,0-0)
San José - Nashville 4-1 (0-1,2-0,2-0)
San José - Nashville 5-4 (1-1,3-1,1-2)
Nashville - San José 1-2 (0-1,0-1,1-0) [dimanche 30 avril]

22, 24, 26, 28, 30 avril et 2 mai 2006

Carolina - Montréal 1-6 (1-2,0-2,0-2)
Carolina - Montréal 5-6 a.p. (0-3,2-0,3-2,0-1)
Montréal - Carolina 1-2 a.p. (0-0,1-0,0-1,0-1)
Montréal - Carolina 2-3 (0-2,2-0,0-1)
Carolina - Montréal 2-1 (1-0,1-1,0-0)
Montréal - Carolina 1-2 a.p. (1-1,0-0,0-0,0-1)

New Jersey - NY Rangers 6-1 (1-1,2-0,3-0)
New Jersey - NY Rangers 4-1 (2-0,1-0,1-1)
NY Rangers - New Jersey 0-3 (0-2,0-1,0-0)
NY Rangers - New Jersey 2-4 (1-0,0-2,1-2) [samedi 29 avril]

Buffalo - Philadelphie 3-2 a.p. (1-0,1-1,0-1,0-0,1-0)
Buffalo - Philadelphie 8-2 (0-5,1-1,1-2)
Philadelphie - Buffalo 4-2 (1-1,2-0,1-1)
Philadelphie - Buffalo 5-4 (1-2,1-0,3-2)
Buffalo - Philadelphie 3-0 (1-0,1-0,1-0)
Philadelphie - Buffalo 1-7 (0-3,1-3,0-1)

Dallas - Colorado 2-5 (2-1,0-3,0-1)
Dallas - Colorado 4-5 a.p. (0-3,4-0,0-1,0-1)
Colorado - Dallas 4-3 a.p. (2-1,0-2,1-0,1-0)
Colorado - Dallas 1-4 (1-1,0-2,0-1)
Dallas - Colorado 2-3 a.p. (0-0,1-2,1-0,0-1)

À l'est, les favoris sont passés. Ottawa n'a pas connu de souci majeur face au tenant du titre Tampa Bay. La faiblesse dans les cages du Lightning était trop évidente et un Martin Havlat en feu a suffi à faire plier le champion, malgré un Brad Richards toujours aussi solide. Seule l'absence de Wade Redden, victime d'un deuil familial avant le match 2, a vaguement fait trembler les Senators, mais leur qualité de contre-attaque et la profondeur de leur effectif ont fait merveille.

Méthodique, New Jersey s'est également qualifié en se montrant patient et opportuniste. Étrillés en supériorité lors du match 1, les Rangers ont aussi perdu Jaromir Jagr, blessé à l'épaule en tuant une pénalité. Son retour courageux au match 3 n'a motivé l'équipe que 68 secondes, chiffre ironique correspondant au temps qu'il a fallu à Elias pour marquer avant que Brodeur ne ferme encore une fois la porte. Jagr s'est blessé à nouveau au match 4 et l'équipe a coulé avec lui... Kasparaitis, Rucinsky et Lundqvist étant convalescents, c'était bien trop demander aux Rangers.

Carolina a remonté la pente, gagnant trois matches de suite après avoir perdu les deux premiers face à Montréal. La titularisation du gardien rookie Cam Ward à la place de Gerber a stabilisé la défense et l'équipe demeure efficace en supériorité. Montréal n'a cédé que d'un but à chaque fois et critique l'arbitrage, dénonçant pêle-mêle les attaques de Brind'Amour sur Cristobal Huet et les crosses hautes (dont une a sérieusement blessé Koivu à l'il). La foule scandant le nom de Huet a reconnu à sa juste valeur la performance du Français, surpris sur le but de Stillman en prolongation du match 6 avec une déviation involontaire de son coéquipier Craig Rivet. Huet, en fin de contrat, devrait probablement recevoir une offre substantielle du CH, plutôt satisfait de son portier y compris sur ces playoffs.

Les Sabres de Buffalo disposent d'une équipe très jeune mais où tous les joueurs sont interchangeables. Rapides et techniques, ils ont effectué une véritable démonstration chez eux, menant au score lors de chaque match et ne cédant sur le glace des Flyers que sur des coups de génie de Peter Forsberg. La révolte de Philadelphie après la sévère mise en échec de Campbell sur Umberger au match 1 a servi à la maison mais l'effet ne semble pas vraiment durer, avec une défense bien lente et une formation très inconstante, finalement pulvérisée aussi à domicile.

À l'ouest, c'est tout le contraire. Ce sont les quatre moins bien classés qui se sont qualifiés ! Detroit, meilleure équipe de la saison régulière, a explosé face aux Oilers. La jeune équipe d'Edmonton a pratiqué un hockey vif et agressif, gênant une formation de Detroit vieillissante. Pavel Datsyuk, convalescent, a encore eu du mal en playoffs, et seul Henrik Zetterberg a joué à son niveau. Surtout, les Red Wings se sont heurtés à un mur, Dwayne Roloson, avec plus de 200 arrêts en six matches.

Dallas a connu un triste sort identique. Si le classement des Wings paraissait surévalué par la faiblesse de la division centrale, celui des Stars l'était par les victoires aux tirs au but, qui leur avaient apporté douze points. Mais face à Colorado, Dallas a surtout craqué aux moments-clés avec un Marty Turco à nouveau décevant en playoffs. Les Stars ont gaspillé des avantages au score pour perdre trois matches après prolongation. Malgré un José Théodore hésitant (mais décisif au match 5), l'Avalanche s'en sort grâce à ses joueurs clés, Joe Sakic en tête.

La victoire des Sharks contre Nashville ne fait pas vraiment figure de surprise. Les Predators, privés de leur star Tomas Vokoun, ont reçu une performance satisfaisante du remplaçant Chris Mason mais l'équipe a manqué de profondeur offensive après Paul Kariya. San José, qui avait fini la saison en trombe, s'impose ainsi logiquement grâce à son capitaine Patrick Marleau, toujours aussi décisif avec notamment un triplé au match 4.

Enfin, la série la plus disputée et la plus équilibrée oppose Anaheim à Calgary. Les Flames, dernière tête de série en course, s'appuient toujours sur leur gardien Kiprusoff, mais le reste de l'équipe apparaît plutôt manquer de talent offensif. Seul Jarome Iginla s'illustre, et s'il est muselé, aucun autre joueur ne semble capable de prendre le relais. Les Mighty Ducks l'ont bien compris et ont reçu une étonnante contribution du gardien remplaçant Ilya Bryzgalov, titularisé pour les deux dernières manches aux dépens d'un Jean-Sébastien Giguère fébrile.

 

Demi-finales de conférence

5, 7, 9, 11 et 13 mai 2006

Anaheim - Colorado 5-0 (0-0,4-0,1-0)
Anaheim - Colorado 3-0 (1-0,2-0,0-0)
Colorado - Anaheim 3-4 a.p. (1-0,0-1,2-2,0-1)
Colorado - Anaheim 1-4 (1-1,0-1,0-2)

Ottawa - Buffalo 6-7 a.p. (2-2,2-2,2-2,0-1)
Ottawa - Buffalo 1-2 (0-0,1-2,0-0) [lundi 8 mai]
Buffalo - Ottawa 3-2 a.p. (1-0,0-0,1-2,1-0) [mercredi 10 mai]
Buffalo - Ottawa 1-2 (0-1,1-0,0-1)
Ottawa - Buffalo 2-3 a.p. (1-1,1-1,0-0,0-1)

6, 8, 10, 12, 14 et 17 mai 2006

San José - Edmonton 2-1 (1-1,1-0,0-0) [dimanche 7 mai]
San José - Edmonton 2-1 (1-0,1-1,0-0)
Edmonton - San José 3-2 a.p. (1-0,0-2,1-0,0-0,0-0,1-0)
Edmonton - San José 6-3 (1-2,2-1,3-0)
San José - Edmonton 3-6 (0-1,1-1,2-4)
Edmonton - San José 2-0 (1-0,0-0,1-0)

Carolina - New Jersey 6-0 (1-0,3-0,2-0)
Carolina - New Jersey 3-2 a.p. (0-1,1-0,1-1,1-0)
New Jersey - Carolina 2-3 (1-2,1-1,0-0)
New Jersey - Carolina 5-1 (3-0,2-1,0-0) [samedi 13 mai]
Carolina - New Jersey 4-1 (1-1,1-0,2-0)

Les coupeurs de tête ont encore frappé au deuxième tour à l'ouest. Anaheim n'a pas fait de détail face à Colorado. Le Russe Ilya Bryzgalov a poursuivi une série record d'invincibilité, la meilleure depuis les années trente. Finalement battu par Dan Hinote au match 3, il a assisté au festival de son collègue Joffrey Lupul, auteur de quatre buts dont le gagnant en prolongation, servi à chaque fois par l'inattendu rookie Dustin Penner. L'attaque de Colorado, transparente, n'a pas su compenser les erreurs de placement de la défense et les approximations de Théodore dans les buts. Le match 4 fut ainsi une formalité, pour le premier balayage de la franchise de Québec/Colorado... aboutissant à la démission du manager Pierre Lacroix.

Edmonton, n8, fait pour sa part figure d'épouvantail après avoir éliminé San José en six manches. Les Sharks se sont d'abord imposés deux fois au couteau à domicile, portés par Vesa Toskala dans les buts et la ligne Michalek-Marleau-Bernier. Mais Milan Michalek, victime d'une sévère mise en échec de Torres, devait s'absenter deux rencontres. Un véritable tournant. Edmonton, transcendé devant son public sevré de titre depuis quatorze ans, gagnait le match 3 après une performance héroïque, en triple mort subite, pour le meilleur match des playoffs. Ryan Smyth, qui avait perdu trois dents en prenant un palet au visage, restait sur la glace pour servir quelques périodes plus tard Shawn Horcoff et un but décisif, en vrai guerrier. Dominateurs aux mises au jeu, rapides en contre-attaque et se sacrifiant pour bloquer les tirs en infériorité, les Oilers faisaient exploser Toskala lors des deux matches suivants, avec notamment un but coupable encaissé sur une sortie hasardeuse devant Samsonov. Le Finlandais se reprenait bien au décisif match 6 en stoppant échappée après échappée, mais, sur un triste 2/34 en supériorité numérique dans cette série, San José baissait pavillon, avec un effectif sans doute trop jeune face à une équipe de guerriers.

À l'est, les deux équipes d'expérience et puissances "traditionnelles" devaient elles aussi s'incliner devant deux formations plus mobiles. Ottawa, éternel favori et éternel fiasco des playoffs, ne faisait pas mieux cette année face à une équipe de Buffalo sans complexe. Le premier match, exceptionnel, était un premier tournant. Un véritable chassé-croisé au score, aboutissant à un 5-4 à 1'38" de la fin et une égalisation en infériorité, puis un 6-5 des Senators vingt secondes plus tard... Mais le duo Connolly-Roy, inarrétable, exploitait une erreur d'Emery à dix secondes de la fin pour la prolongation. Celle-ci fut courte, Chris Drury trouvant la lucarne après dix-huit secondes suite à une erreur de Volchenkov. Le match 2 voyait les deux équipes se reprendre en défense mais Ottawa, inefficace en supériorité et pris de vitesse en contre, encaissait une échappée de Brière pour Dumont puis un solo de Jochen Hecht. Les Sabres menaient 2-0 avant de rentrer à la maison, pour tuer tout suspense au match 3. Duel intense, efficacité en infériorité, explosivité en contre : privé de Tim Connolly, stoppé net au match 2 sur un contact rude avec Schaefer, les Sabres s'en remettaient à Jean-Pierre Dumont pour une lucarne sur un tir flottant en prolongation. Les Senators obtenaient un sursis en gagnant le match suivant 2-1 grâce à ses défenseurs et à Emery, mais, faute de se montrer réalistes devant Ryan Miller, ils se faisaient à nouveau surprendre en contre lors du match 5. Le rookie Jason Pominville, mis au ballottage en début de saison, partait en infériorité numérique, contournait un Daniel Alfredsson globalement invisible dans cette série et éliminait les Sens, sur ce troisième but en prolongation. Buffalo, fort de 20 joueurs sur 21 avec au moins un point, était plus complet et plus homogène. Ottawa va se poser des questions sur le rôle perturbateur de Hasek, dont le vrai-faux retour a peut-être déstabilisé Emery. Les fins de contrats des défenseurs Redden et Chara pourraient bien faire exploser cette équipe au talent indéniable mais au mental fragile.

Carolina n'a pas utilisé la même dramatique pour éliminer New Jersey. Les Devils restaient sur quinze victoires de rang et avaient balayé les Rangers au premier tour, mais la coupure forcée leur a fait mal. Rouillés, ils assistaient au festival des 'Canes en supériorité au match 1 pour le blanchissage de Cam Ward face à son idole Martin Brodeur, chassé. Le match 2 faisait figure de tournant. Après un départ rapide, les Devils étaient étouffés mais résistaient à 1-1, avant de marquer sur une déviation de Gomez à 21 secondes de la fin. Carolina parvenaient miraculeusement à égaliser à trois secondes de la sirène par Eric Staal, laissé trop seul devant l'enclave. Le défenseur Niclas Wallin, décisif en 2002 avec deux buts en prolongation, se faisait à nouveau le héros du jour pour porter la série à 2-0. Meilleurs aux mises au jeu, les Hurricanes exploitaient leurs supériorités et tuaient les nombreuses pénalités pour gagner à l'extérieur. Les Devils contraient par un sursaut d'orgueil en utilisant ces mêmes armes pour gagner la quatrième manche en chassant Ward après 22 minutes, mais retombaient dans leurs travers au match 5, faute de mobilité et de créativité offensive (4 sur 35 en supériorité). Une série finalement comparable à San José-Edmonton, où la vitesse, le sacrifice en désavantage numérique et l'efficacité aux mises au jeu fit clairement la différence. Les Devils, en transition, peuvent déjà être contents de leur miraculeux titre de division mais affrontent l'incertitude, leur meilleur joueur, Patrik Elias, étant en fin de contrat.

 

Finales de conférence

19, 21, 23, 25 et 27 mai 2006

Anaheim - Edmonton 1-3 (1-1,0-1,0-1)
Anaheim - Edmonton 1-3 (0-1,1-1,0-1)
Edmonton - Anaheim 5-4 (1-0,0-0,4-4)
Edmonton - Anaheim 3-6 (0-3,3-2,0-1)
Anaheim - Edmonton 1-2 (1-0,0-2,0-0)

20, 22, 24, 26, 28 et 30 mai 2006

Carolina - Buffalo 2-3 (1-1,0-1,1-1)
Carolina - Buffalo 4-3 (1-1,2-0,1-2)
Buffalo - Carolina 4-3 (1-1,3-1,0-1)
Buffalo - Carolina 0-4 (0-2,0-1,0-1)
Carolina - Buffalo 4-3 a.p. (1-2,2-1,0-0,1-0)
Buffalo - Carolina 2-1 a.p. (1-0,0-0,0-1,1-0)
Carolina - Buffalo 4-2 (1-0,0-2,3-0)

Edmonton-Carolina, telle sera l'affiche de la coupe Stanley 2006, comme un symbole de la nouvelle NHL. Edmonton s'est qualifié le plus rapidement en expédiant sa finale de conférence en cinq manches face à Anaheim. Les Ducks avaient mal débuté leur série en s'inclinant deux fois à domicile avec le dernier but en cage vide, surpris par un Dwayne Roloson solide dans les buts (et passeur !) et par la rapidité de contre-attaque illustrée par un Mike Peca retrouvé. Après ces performances défensives, les Oilers et leur public titanesque ont assisté à un match 3 complètement fou. Edmonton explose pour un 4-0 en début de 3e période mais les Ducks, combatifs, reviennent sous l'impulsion du rookie Dustin Penner. Le score s'achève finalement à 5-4 sur le fil, mettant les Canadiens sous contrôle. Leur défaite à la maison ne sera qu'un accident de parcours, car leur impressionnante défense relevait la tête pour boucler la série avec une victoire. Edmonton s'est appuyé sur son jeu de puissance efficace et surtout un jeu en désavantage numérique qui a écuré Anaheim. Roloson fit le reste... Les Oilers n'avaient plus joué de finale depuis quinze ans, transportant le fervent public de l'Alberta dans un rêve éveillé, tout le Canada derrière lui.

Carolina pour sa part a souffert mille maux pour se débarrasser d'une tenace équipe de Buffalo. Les Sabres, déjà privés de Connolly puis Kalinin, perdaient ensuite Teppo Numminen, puis Henrik Tallinder (match 2), puis Jay McKee (match 7). Avec quatre défenseurs de moins et leur meilleur centre (Connolly), la mission était délicate. Au match 3, Buffalo réalisait une prestation de rêve, éjectant l'impeccable rookie Cam Ward du but. Martin Gerber assurait un intérim efficace en blanchissant des Sabres anémiques au match suivant, un tournant. Car la série allait atteindre des sommets d'intensité. Les Hurricanes gagnaient sur le fil le match 5, grâce à un but en prolongation de Cory Stillman. Le retour de Ward dans les cages après un mauvais début de partie de Gerber se révélait déterminant. La résistance et l'envie des Sabres venaient à bout des hommes de Laviolette au match 6, dans une partie atteignant des sommets défensifs malgré une cascade d'occasions. Ryan Miller tenait la baraque et Ward s'inclinait finalement en prolongation sur un tir dévié de Daniel Brière. Le match 7, avec une équipe des Sabres décimée, tenait toutes ses promesses. Menés 1-0, les hommes de Ruff surprenaient en marquant deux fois en deuxième période, se plaçant à vingt minutes de l'exploit... mais les vétérans de Carolina se réveillaient pour envoyer leur équipe en finale, avec des buts de Weight et Brind'Amour. Le capitaine est bel et bien le pilier de l'équipe, son efficacité aux mises au jeu portant ses équipiers en avantage numérique (26% de réussite) comme en infériorité.

 

Finale (5, 7, 10, 12, 14, 17 et 19 juin 2006)

Carolina - Edmonton 5-4 (0-1,1-2,4-1)
Carolina - Edmonton 5-0 (1-0,2-0,2-0)
Edmonton - Carolina 2-1 (1-0,0-0,1-1)
Edmonton - Carolina 1-2 (1-1,0-1,0-0)
Carolina - Edmonton 3-4 a.p. (2-3,1-0,0-0,0-1)
Edmonton - Carolina 4-0 (0-0,2-0,2-0)
Carolina - Edmonton 3-1 (1-0,1-0,1-1)

Les Hurricanes de la Caroline soulèvent la Coupe Stanley.

 

Meilleur joueur des play-offs (trophée Conn-Smythe) : Cam Ward (Carolina).

Meilleurs marqueurs des play-offs

                                MJ   B   A Pts  Pén  +/-
 1 Eric Staal        Carolina   25   9  19  28   8'   0
 2 Cory Stillman     Carolina   25   9  17  26  14'  +12
 3 Chris Pronger     Edmonton   24   5  16  21  26'  +10
 4 Daniel Brière     Buffalo    18   8  11  19  12'   0
 5 Shawn Horcoff     Edmonton   24   7  12  19  12'  +4
 6 Fernando Pisani   Edmonton   24  14   4  18  10'  +4
 7 Rod Brind'Amour   Carolina   25  12   6  18  16'  +9
 8 Chris Drury       Buffalo    18   9   9  18  10'  +5
 9 Justin Williams   Carolina   25   7  11  18  34'  +12
10 Matt Cullen       Carolina   25   4  14  18  12'  +2

Bilan de la saison

 

 

La saison précédente (2003/04)

La saison suivante (2006/07)

 

Retour aux archives