Juin 2020 : anecdotes

 

Un effrayant père spirituel

Pavel Datsyuk était peut-être le joueur russe qui faisait le plus l'unanimité, aussi bien dans son pays qu'en Amérique du nord. La finesse de son jeu n'avait d'égal que son exemplarité. Mais Datsyuk a révélé un autre visage en apportant son soutien à Sergius, son "confesseur" depuis plus de dix ans (il ne s'est pas pour autant enfermé avec lui dans son monastère comme l'a rapporté la presse nord-américaine reprenant un article de RT). Sergius venait d'être privé du droit de prêcher en public par le diocèse d'Ekaterinbourg après un sermon vidéo qui a fait polémique, dans laquelle il s'en prenait à la fermeture des églises à cause de la "pseudo-polémique de coronavirus".

Un extrait de la diatribe de Sergius - ancien diplômé d'une école de police qui a fait 13 ans de prison avant de "découvrir la foi" - donne une idée du ton du "père spirituel" de Datsyuk : "Je suggère que les gens qui souffrent de sénilité, de lèpre spirituelle, qui offrent le confinement à la Russie, oublient Dieu, interdisent d'aller à l'église, soient exilés selon leur choix au Birobidjan ou en Martinique ou sur l'île de Spinalonga. J'ose vous assurer que, dès que cela arrivera, l'épidémie inexistante de coronavirus en Russie finira immédiatement."

Précisons que le Birobidjan est l'oblast autonome juif de Russie, une création conçue comme une alternative au sionisme par laquelle Staline avait tenté d'inciter les Juifs à émigrer dans cette région au fin fond de la Sibérie (les références antisémites pullulent dans les sermons de Sergius). Spinalonga est un îlot rocheux au large de la Crète qui a servi de lieu d'enfermement des lépreux - un des nombreuses transcriptions de l'histoire réelle de notre monde que l'on peut voir dans Game of Thrones. En revanche, je ne vois pas d'explication du choix de la Martinique, si quelqu'un peut me l'expliquer...

La musique en hommage

Le 11 avril décédait Colby Cave à l'âge de 25 ans, des suites d'une hémorragie cérébrale. L'attaquant des Oilers d'Edmonton s'éteignait un an à peine après son mariage. Le traumatisme a frappé ses équipiers des Bakersfield Condors et particulièrement Cooper Marody. La jeune veuve Emily Cave l'a contacté et lui a demandé d'écrire une chanson en mémoire de son mari. Marody, diplômé de l'université du Michigan, y avait déjà gagné une réputation de musicien émérite et de compositeur, avec un premier single, Behind me, paru en juillet 2019. L'attaquant-guitariste n'a pas hésité et a écrit Agape, une chanson rappelant les rituels et souvenirs du jeune couple. Une chanson particulièrement émouvante, mise à disposition des plate-formes musicales et dont les bénéfices reviendront à la fondation Colby-Cave, crée par les Oilers d'Edmonton.

Du rock aux stats

Au rayon musical, le parcours de Brian Weitz est encore plus étonnant. Surnommé "Geologist", il est l'un des quatre membres d'un des groupes de rock indé les plus importants et influents du siècle, Animal Collective. En 2018, il entre en contact avec Charlie O'Connor, journaliste spécialisé des Flyers de Philadelphie et lui propose son aide. Après une mésentente initiale - le journaliste n'avait pas reconnu le nom du fan qui lui avait envoyé un e-mail - les deux hommes correspondent et entament finalement une collaboration pendant la pause liée à la pandémie de Covid-19. Brian Weitz est devenu au fil des mois un spécialiste aguerri des statistiques avancées, et contribue ainsi à plusieurs projets de "tracking", de collecte d'informations statistiques pour son équipe de coeur.

Nouvelle casaque pour un ex-Kazakh

On avait parlé en janvier de la candidature de Brandon Bochenski - hockeyeur américain qui a représenté le Kazakhstan après une carrière en KHL - aux élections municipales de Grand Forks, la ville où il avait passé ses années universitaires et où il a investi dans l'immobilier. Il a réussi à rallier à lui l'électorat républicain avec ses promesses de baisses d'impôts et a remporté les suffrages avec 49,6% des voix contre 31,8% au maire sortant Mike Brown, qui était en poste depuis 20 ans.

 

 

Les photos du mois

Dans une NHL plus que jamais décriée pour la loi du silence qui y règne, la présence remarquée de deux hockeyeurs dans les manifestations de protestation contre les violences policières après la mort de George Floyd : le géant slovaque Zdeno Chara - qu'il n'est pas difficile d'identifier dans la foule - à Boston et l'attaquant canadien aux bras tatoués Tyler Seguin à Dallas, agenouillé dans sa casquette

 

 

Le mois précédent (avril 2020)

 

Retour au sommaire