Nice ne veut plus rester à la porte des play-offs

 

Pour leur deuxième saison au plus haut niveau, les Niçois seront passés tout près de se qualifier en play-offs. Dans une dernière journée à suspense, ils avaient fait leur part du chemin en battant Gap, mais dans le même temps, Mulhouse arrachait in extremis la prolongation à 75 secondes de la fin avant de battre Angers. En poule de maintien, Nice, qui n'était pas en danger, s'est laissé devancer sur la fin par Épinal.

C'est tout de même une place de mieux au classement, et donc la première apparition du club parmi les dix premiers du championnat de France. Ce n'est pas si mal, qui plus est trois changements en défense au mois de décembre ! Spelda (sur blessure), Mazanec et Hoehe avaient été remplacés respectivement par Jan Walter, Vojtech Zadrazil - qui s'est ensuite cassé un doigt - et Quentin Mahier. Les Aigles vivent assez souvent des remaniements en cours de saison, et plus encore à l'intersaison avec encore 15 départs. Difficile de bâtir dans la durée ainsi, même si ce n'est pas toujours par choix.

La construction de l'équipe, Stan Sutor l'envisage d'abord en coulisses. À terme, ce n'est pas un secret, il souhaite se retirer du banc pour devenir directeur sportif. Encore faut-il trouver le bon moment et la personne idoine. Il avait songé à transmettre le relais à son adjoint Pascal Margerit, mais celui-ci est employé municipal à côté et ne se voit pas se lancer à plein temps dans une carrière peu sécurisante d'entraîneur. Sutor reste donc coach pour la dixième année consécutive, la sixième avec Margerit comme adjoint. Le duo sera accompagné par l'ancien défenseur Stanislas Aubert - qui a raccroché les patins l'été dernier pour se consacrer à une carrière de coach sportif - en tant que préparateur physique : ce poste était vacant depuis que Martin Siska était retourné en Slovaquie en janvier.

On a pu parfois reprocher à Stan Sutor des décisions précipitées ou des difficultés de communication avec certains joueurs. Il en a donc conclu qu'il devait se dégager des les tâches matérielles ou administratives pour mieux se concentrer sur la gestion sportive. Cela avait commencé avec l'arrivée de Philippe Jot comme directeur général. Cet été, la structuration continue à petits pas avec l'embauche en CDD d'un responsable matériel, Tanguy Alliet (le frère du responsable marketing du NHE Thomas Alliet). Jusqu'ici, si le club disposait de responsables bénévoles du matériel à domicile, cet appui faisait défaut en déplacement. Or, Nice a été la plus mauvaise équipe de Ligue Magnus à l'extérieur si l'on inclut la poule de maintien, avec 4 victoires pour 21 défaites...

Un gardien plus constant

Cette dichotomie entre les bons résultats à domicile et les contre-performances sur la route a aussi été attribuée à des prestations en dents de scie de Sergei Koroshun. Le club avait attiré le vétéran russe au moyen d'un contrat de deux ans. Sa première saison avait été très bonne, la seconde beaucoup moins, à 37 ans, avec un pourcentage d'arrêts tombé à 89%. Koroshun se recasera donc en division 1, où il croisera d'autres anciens gardiens niçois : sa doublure Tom Charton est parti à Marseille et son prédécesseur Sedlacek est toujours à Nantes.

Nice l'a remplacé par le Letton Ervins Mustukovs, âgé de 34 ans. On se souvient de son bon début de saison à Grenoble en 2015/16, mais il s'était blessé au genou pendant l'hiver et le joker médical Lukas Horak s'était alors imposé. Y a-t-il là encore le risque de se fier à un portier déclinant ? A priori non. Pendant ces deux dernières années, Mustukovs a maintenu des performances de haut niveau avec Sheffield en Grande-Bretagne, champion en 2017, puis élu sur la deuxième équipe-étoile de la ligue en 2018.

Le second gardien sera Julian Barrier-Heyligen. Après trois ans comme titulaire en D1, deux à Nantes et un à Cergy, il a jugé le moment opportun pour retenter sa chance au plus haut niveau. Dans une Ligue Magnus, il peut avoir la chance de jouer plus souvent qu'à l'époque avec Dijon. Si l'on se fie au nombre d'apparitions de Charton sur les deux saisons écoulées, cela pourrait être le cas... sauf si Mustukovs se rend un peu trop indispensable.

Un nouveau quatuor défensif intéressant

La défense niçoise avait été marquée l'an passé par le fort impact offensif de Louis Bélisle, deuxième marqueur de l'équipe. Le Canadien a reçu deux propositions successives de revalorisation salariale, mais a mis trop longtemps à réfléchir au goût de Sutor. Début mai, tous les joueurs n'ayant pas accepté de contrat ont été réputés partants... Bélisle attendait une meilleure offre sur le marché européen... et est finalement retourné outre-Atlantique, en ECHL. Par conséquent, ce sont les quatre arrières étrangers qui ont été remplacés au cours de l'été.

"Le successeur de Belisle avec 25 cm de plus" (dixit Sutor dans Nice Matin) sera Marek Drtina. Son style est un peu différent : il se lance un peu moins dans des raids offensifs, mais il amasse des points par ses qualités dans la relance rapide et dans la construction du jeu, ainsi que par son lancer puissant. Champion tchèque 2012 dans son club formateur Pardubice, où il était titulaire en moyenne un match sur deux, Drtina a ensuite obtenu de très bonnes statistiques offensives au niveau inférieur avec Prostejov (meilleur buteur des défenseurs en 2016, meilleur passeur des défenseurs en 2018) mais aussi en Extraliga slovaque. Des références relativement alléchantes. Son collègue Miroslav Macejko a été quant à lui champion de Slovaquie en 2014 et 2015 avec Kosice, est spécialisé dans les tâches plus défensives qu'il mène efficacement. Sutor le juge "plus mobile et physique" que Spelda.

Si cette filière tchéco-slovaque n'a surpris personne, Nice a étonné en se mettant à recruter en Mestis, le deuxième niveau finlandais. C'était une source délaissée ces derniers temps par les clubs de Ligue Magnus. Il est vrai que la Mestis est en baisse de niveau, parente pauvre du hockey finlandais depuis que la Liiga a grossi au-delà du raisonnable pour la taille du pays (15 clubs) tout en se mutant en ligue fermée. Mais en y prenant des joueurs qui y ont été très performants, et en faisant venir un bloc de joueurs pour l'adaptation et le mode de pensée commun sur la glace, le pari mérite d'être tenté. C'est ce qu'a fait Nice cette saison.

Une paire défensive finlandaise se profile donc. Juha Tarkkanen est un ancien attaquant, reconverti à l'arrière en U16 (junior C) pour pallier des blessures. Il est alors naturellement devenu un défenseur offensif, champion de Finlande junior B 2011 avec les Blues. Le bagage technique de Tarkkanen est complet : de bonnes mains, un patinage fluide, une belle lecture du jeu. C'est en fait son développement physique qui a pris plus de temps et a retardé sa progression. Son partenaire Roni Viirlas (photo ci-dessous), c'est le contraire. Son gabarit (aujourd'hui à 191 cm et 102 kg) l'a vite fait sortir du lot, car il restait quand même assez mobile. Il a été élu dans l'équipe-type du championnat junior A en 2013. L'an passé au Jokipojat Joensuu, Viirlas a commencé la saison en duo avec le Français Fabien Bourgeois, et il avait a priori le rôle le plus défensif des deux. Cela ne l'a pas empêché d'inscrire finalement 14 buts (!) car il avait aussi un rôle majeur en jeu de puissance en utilisant son corps imposant pour masquer les gardiens. Un atout que les Aigles comptent bien évidemment utiliser à leur tour.

La troisième paire est constituée de deux Français de 24 ans qui sont constants dans leurs progrès. Doté d'un temps de jeu intéressant, Aurélien Dorey a démontré ses qualités techniques pour marquer 25 points dans la saison, contre 3 l'année précédente à Rouen. L'assistant-capitaine n'a certainement pas à regretter d'avoir quitté son club formateur qui n'aurait pas pu lui accorder une telle place. À ses côtés, Quentin Scolari a moins d'ambitions offensives mais est reconnu pour ses mises en échec et son travail en infériorité numérique.

Plus âgé d'un an que ces deux-là, l'ancien international junior Quentin Mahier (photo ci-dessous) a pour sa part plus de mal à franchir le palier supérieur. Débarquer en plein milieu de saison dans un vestiaire, après huit mois d'arrêt sur blessure, n'était pas chose facile. Il était déjà plus à l'aise en fin de championnat et peut maintenant profiter d'un contexte plus favorable.

La blessure au genou de Macejko ouvre des opportunités aux côtés de Drtina en ce début de saison, aussi bien pour Mahier que pour Yoann Lacheny. Ce centre de formation, passé défenseur mais pouvant jouer ailier, a comme principal atout sa polyvalence. Son retour à la maison à Gap ne s'est pas bien placé : après deux blessures dont une commotion en début de saison, il avait été désigné rapidement comme 13e attaquant un peu bouche-trou par Luciano Basile. Il a logiquement choisi de revenir à Nice où il s'épanouissait finalement mieux.

Une attaque mieux équilibrée

L'attaque a perdu elle aussi la plupart de ses renforts étrangers. Le meilleur atout offensif Jordan Draper a en particulier reçu une meilleure offre de salaire de la part de Mulhouse, le club qui a été - et sera peut-être encore - le principal concurrent direct pour les play-offs. Cela rappelle que le Nice Hockey Élite a toujours un des plus petits budgets de Ligue Magnus. Le plus ancien joueur en place, le jeune papa Vladimir Kubus, souhaitait revenir au rythme moins prenant de la D1. Heureusement que Zbynek Hampl a en revanche rapidement signé son nouveau contrat : l'ailier slovaque, qui doit gérer ses émotions pour limiter les pénalités, est désormais le seul joueur à avoir connu la montée en 2016 (en plus du revenant Lacheny). Que de changements en deux ans...

Les deux seuls autres attaquants "étrangers" qui sont toujours là sont en fait ceux qui étaient encore sous contrat : le centre Roman Vondracek, qui a comme Hampl accepté un rôle plus défensif et moins pointeur la saison dernière, et Peter Hrehorcak junior (photo ci-dessous). Mais ce dernier était si convoité après sa belle saison - surtout qu'il est JFL - qu'il a quand même eu droit à une augmentation de salaire.

Deux ailiers arrivent de Slovaquie. Lors du Mondial junior 2013, Matus Matis a joué sur la première ligne de l'équipe de Slovaquie U20 aux côtés de Marko Dano. Il travaille intensément et est redoutable en un contre un avec son patinage et sa maîtrise technique. Matej Palocko est un jeune joueur prometteur de seulement 22 ans, avec de bonnes qualités de passe et de compréhension du jeu. Il serait intéressant de voir ce type d'espoir faire carrière en France, comme d'autres Slovaques qu avaient marqué notre championnat, mais il n'est pas sûr que Nice ait ce projet à moyen terme. La venue de Palocko s'est en effet réalisée en accord avec Poprad (qui est aussi le club d'origine de Stan Sutor), et la Côte d'Azur est plus une étape de prêt dans le développement du joueur.

En parallèle à ce qui s'est passé en défense, Nice a embauché deux Finlandais arrivant des deux mêmes clubs. L'ailier Tuukka Rajamäki - qui partageait le même appartement à trois que Fabien Bourgeois à Joensuu - est un joueur offensif spectaculaire, dangereux en infériorité numérique par sa vitesse, mais aussi en supériorité numérique où il peut bombarder la cage pendant que Viirlas fait écran. C'est un quatuor suomi qui sera aligné sur le jeu de puissance niçois avec l'arrivée d'un "joker de luxe" fin août, le huitième pointeur de Mestis Juuso Perttilä, un docteur en médecine qui connaît la Côte d'Azur puisque ses parents ont un appartement à Juan-les-Pins. Sa signature signifie que Nice dépasse volontairement le quota d'étrangers et compte faire tourner son effectif pour tenir la durée de la saison. Et Perttilä ne sera pas forcément le surnuméraire, car Sutor utilise ce "gros cerveau" au poste-clé de centre.

Soucieux d'avoir une colonne vertébrale solide, Stan Sutor avait déclaré au printemps vouloir s'appuyer sur quatre centres étrangers. C'était avant qu'une opportunité inespérée se présente : Florian Sabatier, rendu disponible et disposé à recevoir un salaire modéré après avoir vécu la faillite d'Épinal. Appelé-surprise en équipe de France en novembre dernier, Sabatier est devenu peu à peu un joueur-clé en infériorité numérique en compensant son gabarit modeste par une activité très soutenue. Mais il est également doté de qualités techniques, et en commençant la saison entre Palocko et Hrehorcak, son rôle n'est certainement pas que défensif.

Centre travailleur dans les deux sens de la glace, c'est aussi la qualité de Frédéric Bergeron, qui joue avec émotion et engagement physique. Il avait mis fin à son expérience à Strasbourg la saison passée car il n'avait pas aimé l'ambiance collective, plombée par les défaites, mais il n'avait pas caché son envie de retenter sa chance en Ligue Magnus cette saison. Son adaptation sera facilitée à Nice par la présence à ses côtés sur sa ligne du capitaine Valère Vrielynck, avec qui il avait déjà formé un duo efficace à Cholet.

Les deux Amiénois sont toujours présents. Romain Carpentier progresse régulièrement sur le plan statistique, et après avoir totalisé 32 points dont 6 buts, son défi sera d'être encore plus incisif vers la cage. Joueur de pressing qui use l'adversaire, Rémi Thomas a les moyens de se révéler offensivement. Il a été gêné par des douleurs chroniques au genou et s'est soigné cet été. L'effectif sera complété par Louis Peti (20 ans), un international junior qui a complété sa formation en Suède depuis trois ans, et par Alexis Sutor (19 ans), le fils de l'entraîneur, qui a inscrit son premier but en équipe première l'an passé au dernier match de la saison.

Au cours de ses deux premières saisons de Ligue Magnus, les Aigles de Nice ont pâti d'un certain manque d'homogénéité. Il a fallu le temps de corriger les habitudes de la D1, où ils se reposaient sur leurs renforts étrangers et laissaient la plupart des JFL faire tapisserie. La Ligue Magnus nécessite une profondeur de banc supérieure. En défense, les jeunes Français progressent et n'ont plus l'intention de rester à la traîne dans leurs ratios +/-. L'attaque paraît construite de manière plus équilibrée, avec quatre lignes qui ont toutes les moyens d'être dangereuses offensivement. Les adversaires devront ainsi se préparer à plus de diversité, avec la nouvelle colonie finlandaise à surveiller. Ajoutons-y un gardien sûr comme Mustukovs, et l'ambition de connaître enfin les play-offs devient légitime.

Marc Branchu

 

 

Effectif :

Gardiens

N°                      Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Ch 2017/18   MJ   Min   Moy.     %
30 BARRIER Julian       28/01/1993  180  82  Saint-Nazaire     Cergy       FRA-2   28  1559   3,81  90,2%
33 MUSTUKOVS Ervins     07/04/1984  184  88          (Letton)  Sheffield   GBR-1   57  3341   2,42  91,7%

Défenseurs

N°                      Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Ch 2017/18   MJ   B   A Pts   +/-   Pén
 2 VIIRLAS Roni         20/05/1993  191 102      (Finlandais)  Jokipojat   FIN-2   57  14   9  23   +5    92'
11 TARKKANEN Juha       10/07/1993  188  89      (Finlandais)  K-Vantaa    FIN-2   55   7  25  32   +4    32'
12 LACHENY Yoanne       05/06/1992  184  76  FV Paris          Gap         FRA-1   37   0   1   1    0    22'
21 SCOLARI Quentin      05/02/1994  187  90  Grenoble          Nice        FRA-1   48   1   4   5   -15   58'
27 MACEJKO Miroslav     09/04/1992  184  87        (Slovaque)  Detva       SVK-1   62   2   6   8   +3    69'
37 DRTINA Marek         05/06/1989  196  90         (Tchèque)  Prostejov   TCH-2   49   7  27  34   +4    46'
48 DOREY Aurélien       09/08/1994  192  94  Rouen             Nice        FRA-1   50   6  19  25   -13   30'
93 MAHIER Quentin       26/09/1993  185  81  Dijon             Nice        FRA-1   23   0   1   1   -14    2'

Attaquants

N°                      Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Ch 2017/18   MJ   B   A Pts   +/-   Pén
 4 VRIELYNCK Valère     21/12/1987  180  92  Reims             Nice        FRA-1   48   9   7  16   -2    16'
 5 VONDRACEK Roman      26/09/1984  172  82         (Tchèque)  Nice        FRA-1   36   5   8  13   -8    38'
 6 PETIT Louis          06/01/1998  177  73  Dijon             Tingsryd J  SUEjun2 30   7   5  12   +4    12'
14 PERTTILÄ Juuso       18/11/1992  185  85      (Finlandais)  K-Vantaa    FIN-2   55  17  32  49   +18   10'
16 THOMAS Rémi          22/08/1994  186  85  Amiens            Nice        FRA-1   48   7   3  10   -15   16'
20 CARPENTIER Romain    21/01/1994  177  85  Amiens            Nice        FRA-1   50   6  26  32   -9    47'
21 SABATIER Florian     21/03/1990  175  71  Reims             Épinal      FRA-1   47   9  12  21   -10   22'
24 RAJAMÄKI Tuukka      02/08/1991  183  85      (Finlandais)  Jokipojat   FIN-2   59  16  33  49   -3    18'
53 MATIS Matus          12/05/1993  186  88        (Slovaque)  Zvolen      SVK-1   62   9  10  19   +9    24'
71 HREHORCAK Peter      30/05/1994  180  79  Nantes(Slovaque)  Nice        FRA-1   48  13  23  36   -6    59'
86 SUTOR Alexis         18/02/1999  172  70  Nice              Nice        FRA-1   17   1   0   1   -3     0'
                                                               Nice 2      FRA-4   18   7  23  30         10'
88 PALOCKO Matej        26/05/1996  179  80        (Slovaque)  Poprad      SVK-1   47   3  13  16   -2     8'
                                                               Sp. N. V.   SVK-2    5   3   4   7   +3     0'
91 BERGERON Frédéric    17/06/1994  183  89        (Canadien)  Strasbourg  FRA-1   19   5   8  13   -19   14'
                                                               Cholet      FRA-2   17   6  12  18   -1    10'
95 HAMPL Zbynek         22/03/1988  187  86        (Slovaque)  Nice        FRA-1   48  13  19  32   -8    73'

Entraîneur : Stan Sutor (SVK, 47 ans), assisté de Pascal Margerit (47 ans).

Partis : Sergei Khoroshun (46MJ à 89,0%, Cholet, FRA-2), Tom Charton (13MJ à 86,3%, Marseille, FRA-2), Louis Bélisle (D, 9+28, Indy Fuel, ECHL), Emil Bagin (D, 7+16, Zilina, SVK-1), Lukas Spelda (D, 3+9, Montpellier, FRA-2), Jan Walter (D, 0+4, Torun, POL), Vojtech Zadrazil (D, 1+2, Strasbourg), Arthur Montenoise (D, 1+3, Montpellier, FRA-2), Jordan Draper (A, 18+20, Mulhouse), Tomas Andres (A, 11+18, Lyon), Brett Switzer (A, 12+16, Ferencvaros, HON-1), Vladimir Kubus (A, 8+17, Montpellier, FRA-2), Matej Hamrák (A, 8+12, Nantes, FRA-2), Lou Bogdanoff (A, 8+7, Mulhouse), Daniel Babka jr (A, 0+1, Nantes, FRA-2).

 

Revoir la présentation 2017/18

 

 

Retour à la rubrique articles