Bordeaux ou l'allègement forcé

 

Après deux ans éreintés par la pandémie, les Boxers de Bordeaux entrent dans un nouveau projet. Une ère forcément plus austère avec comme objectif une remise à flots des comptes et un plan à long terme fondé sur le développement de certains jeunes à fort potentiel, et sur de la continuité. L’été 2021, après une saison terminée en eau de boudin, a donc vu une partie de l’effectif bordelais s’en aller, laissant place à des éléments moins expérimentés mais correspondant aux profils recherchés.

Remaniement offensif

Depuis deux ans, les stratégies divergent au club. Un effectif homogène avait réussi à accrocher les playoffs en 2020, mais avait été balayé par Angers au premier tour. Certains leaders offensifs ayant failli, il avait été décidé de modifier les plans et d’intégrer deux lignes de joueurs plus talentueux, capables de faire la différence dans les moments cruciaux. Malheureusement, la circulation du virus a empêché l’équipe de se préparer (4 semaines sur 6 avec des joueurs covidés ou sans patinoire), puis d’enchaîner les matchs, et enfin de terminer la saison. Une décevante septième place est venue ponctuer l’exercice, avec l’amer sentiment que l’équipe sur le papier aurait fait bien mieux dans un contexte normal.

Rattrapés par l’obligation d’une gestion sage du budget, encadrée de près par la fédération avec une masse salariale plafonnée à 500 000 euros contre 600 000 l'an passé, les dirigeants bordelais ont donc décidé de réduire la voilure et de construire sur la durée. Exit donc les Olivier Labelle, Andrew Johnston, Johan Skinnars, Gabriel Desjardins partis jouer sous d’autres couleurs, ou Mark Hurtubise et Mathias Arnaud, jeunes retraités. Jules Gallet a également été libéré.

En contrepartie, sont arrivés Louis Vitou et Enzo Carry depuis Anglet, eux qui ont bien connu Olivier Dimet dans le Pays Basque au sein des équipes juniors. Joueur fougueux et doté d'un bon lancer, Maxime Legault a aussi posé ses valises sur les bords de Garonne après quatre ans à Grenoble, en espérant que son physique le laisse évoluer normalement. Le Canadien avait mis 21 buts dans sa meilleure saison, couronnée par un titre de champion de France en 2018/19, mais avait ensuite connu une année presque blanche sur blessure.

Enfin, pour posséder une première ligne avec du talent, les Boxers ont recruté l'ailier droit Alex Wideman, dont le frère aîné Chris joue en NHL et a disputé deux championnats du monde en défense pour les États-Unis. Alex savait que la voie du hockey professionnel ne lui serait pas toute tracée, en pesant à peine 45 kg à 17 ans. Depuis son plus jeune âge, il a appris à affronter des joueurs plus forts que lui et à compenser son manque de gabarit dans les duels (aujourd'hui 171 cm pour 68 kg). Très rapide, le natif de Saint Louis peut déborder sur son aile, créer de beaux mouvements techniques et prendre la défense à revers. Il distribue aussi bien le jeu en avantage numérique. Premier Américain à évoluer au club, il présente un profil plutôt efficace à 29 ans (210 points en 259 matches d'ECHL) et a soif de titres. Il vient de devenir champion du Danemark avec Rungsted au printemps dernier.

L’autre "recrue-phare" est le centre Austin Fyten. Lui aussi issu d'une famille de hockeyeurs (ses trois frères et sa soeur ont manié crosse et palet), ce Canadien a passé sa dernière année junior en convalescence après une déchirure du ligament croisé antérieur du genou en présaison, ce qui a contrarié son début de carrière professionnelle. Fyten a des statistiques légèrement inférieures à Wideman en ECHL (146 points en 192 parties) mais a joué beaucoup plus souvent au niveau supérieur, l'AHL, dans un rôle plus défensif et physique (72 points en 294 matches). Ayant joué centre ou ailier gauche au fil de sa carrière, il compte presque autant de buts que d'assists et n'hésite pas à attaquer la cage avec un jeu direct. Il doit peupler la première ligne offensive girondine et a déjà formé un duo avec Wideman en 2019/20 à Crimmitschau. Ils y étaient les deux meilleurs marqueurs de l'équipe mais celle-ci avait connu une saison noire... notamment à cause d'une chute de performance pendant que Wideman était blessé.

Le reste des noms de l’attaque des Boxers commencent à être connus localement, comme Julien Guillaume, Alexandre Mulle, Loïk Poudrier, les "couteaux suisses" François Paquin (en photo ci-dessus) - qui rempile pour une douzième saison et égale ainsi le manager général Stéphan Tartari - et Aina Rambelo, ou enfin Vince Tartari et Robin Lamboley.

Une préparation inquiétante ?

Dans les buts et en défense, le changement c’est la continuité. Clément Fouquerel (en photo ci-contre) et Gaëtan Richard ont prolongé devant le filet. Le premier est un grand artisan des quelques bons résultats bordelais ces dernières années. Le second souhaitait rester pour enfin avoir un peu du temps de jeu promis l’an passé, qui n'a pas pu être fourni à cause de la saison réduite de moitié (sauf dans les trois dernières rencontres "grâce" à la blessure de Fouquerel).

Simon Bourque, leader de la défense l’année dernière, s’en est certes allé pour évoluer au HC Innsbruck, mais Bordeaux l'a remplacé par Kevin Spinozzi. Ce Franco-Canadien de 25 ans est rompu au niveau ECHL où il a même participé à un All Star Game en 2019. Deuxième meilleur pointeur des défenseurs de son équipe l’an passé, il a un profil polyvalent et semble surtout manieur de palet, notamment dans les relances, ce qui va apporter du contrôle aux sorties et entrées de zones. Il fera la paire avec Louis Bélisle en première ligne défensive, donnant un duo assez explosif. Kevin Spinozzi doit passer deux saisons consécutives en France pour devenir sélectionnable avec les Bleus, car à ce jour il n'a passé qu'une seule saison dans l'hexagone, en 2010/11, l'année où son père Frank Spinozzi - actuel entraîneur de Tours - arrivait en France pour s'occuper de Neuilly-sur-Marne.

Marc-André Levesque, qui a pris le rôle d'assistant-capitaine début janvier, et Maxime Moisand, qui avait perdu le capitanat au même moment au profit de Bourque, continuent également, et vont encadrer Bastien Lemaître et le nouveau venu Jules Boscq dont il est dit le plus grand bien. Révélé sur la deuxième paire défensive d'Anglet, Boscq a reçu le trophée Jean-Pierre Graff et revient dans sa ville natale et son club d'origine. Il remplace Jules Lefebvre, laissé libre, qui a signé à Cergy-Pontoise.

L’effectif est donc formé, et pour Olivier Dimet, "le groupe est sain, vit bien, et montre une forte cohésion". Si les cadres semblent avoir "bien accueilli les nouveaux", cela ne se traduit pas encore sur la glace. Pire encore, si Julien Desrosiers (entraîneur-adjoint) et lui avaient "des idées notamment sur les lignes" qui leur convenaient, la blessure d’Austin Fyten vient tout remettre en en cause. Considéré comme "un centre très important pour l’équilibre de l’équipe, là pour tirer les jeunes vers le haut", son indisponibilité dû à une charge au niveau du genou d'Aurélien Dair lors du tournoi de Vaujany, sans prévision de retour pour le moment, rebat les cartes.

Toutefois, les maux de cette période de préparation sont multiples, tant dans l’incapacité à marquer que dans les trous défensifs, et surtout les "erreurs défensives récurrentes". Alternant des tiers catastrophiques et des périodes plus intéressantes, les Boxers prennent encore trop de buts. 4 puis 7 à Vaujany face à Mulhouse et Grenoble, 4 à domicile contre Angers, 4 à Anglet deux jours plus tard. Le bilan est pour l’instant difficile et ponctué de défaites cinglantes, mais ce n’est que la présaison d’une équipe somme toute bien remaniée.

Si on sait que Bordeaux n’est pas armé pour jouer le titre, ni même les tout premiers rôles, les dirigeants souhaitent voir une équipe au collectif rodé, et dont le projet verrait à terme des jeunes pousses sortir du centre de formation. Cette saison fera office d’année de transition, et de la patience est demandée. C’est d’ailleurs cette patience qui peut être salvatrice, pour un club toujours dans les radars de la fédération pour ses difficultés financières, et donc obligé de composer sagement entre ambition sportive et réalité monétaire. Le retour du public régulier de Mériadeck va déjà donner du baume au cœur à tout le monde, en espérant que la roue tourne dans le bon sens pour les rouge et noir.

Pierre Gouguet (photos Anthony Mangeard)

 

 

Effectif :

Gardiens

N° NOM Prénom            Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2020/21  MJ   Min   Moy.     %
20 FOUQUEREL Clément     04/08/1990  185  82  Cherbourg         Bordeaux     FRA-1   20  1124   2,83   89,9%
38 RICHARD Gaëtan        09/04/1999  182  73  Briançon          Bordeaux     FRA-1    6   260   3,23   89,6%

Défenseurs

N° NOM Prénom            Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2020/21  MJ   B   A Pts   +/-  Pén
 5 LEMAITRE Bastien      24/01/2001  182  69  Bordeaux          Bordeaux     FRA-1    8   0   0   0   -2    0'
                                                                Tours        FRA-2    2   0   0   0   -4    2'
                                                                Poitiers     FRA-3    3   0   0   0         2'
 7 BOSCQ Jules           22/02/2002  183  83  Bordeaux          Anglet       FRA-1   23   2   7   9   -2    6'
44 SPINOZZI Kevin        23/05/1996  188  91    (Fra/Canadien)  Rapid City   ECHL    60   4  21  25   -17  35'
71 BÉLISLE Louis         03/02/1991  175  80        (Canadien)  Bordeaux     FRA-1   23   6  15  21   -4    4'
77 LÉVESQUE Marc-André   14/01/1991  188  91        (Canadien)  Bordeaux     FRA-1   23   1   8   9   -5    4'
90 MOISAND Maxime        11/06/1990  177  78  Grenoble          Bordeaux     FRA-1   23   2   5   7   -7    6'

Attaquants

N° NOM Prénom            Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2020/21  MJ   B   A Pts   +/-  Pén
10 FYTEN Austin          03/05/1991  185  86        (Canadien)  Wheeling     ECHL    49  24  15  39   -4   81'
11 MULLE Alexandre       11/05/1989  181  81  Rouen             Bordeaux     FRA-1   22   7  15  22   +5   10'
13 GUILLAUME Julien      30/04/1996  182  76  Besançon          Bordeaux     FRA-1   22   2   1   3   -8   18'
15 VITOU Louis           21/05/2000  180  69  Nice              Anglet       FRA-1   23   9   8  17   -3   18'
17 WIDEMAN Alex          13/12/1991  171  68       (Américain)  Rungsted     DAN-1   62  14  30  44        32'
21 CARRY Enzo            06/04/2003  186  79  Anglet            Anglet       FRA-1   13   1   2   3   -5    0'
25 RAGOT Esteban         19/07/2003  182  76  Annecy            Mont-Blanc   FRA-2    2   0   0   0    0    0'
                                                                Morzine      FRA-3    3   0   0   0         0'
27 POUDRIER Loïk         07/07/1992  174  75        (Canadien)  Bordeaux     FRA-1   21  11  11  22   +6   10'
29 LAMBOLEY Robin        07/11/1995  186  89  Grenoble          Bordeaux     FRA-1   21   1   3   4   -4    2'
54 LEGAULT Maxime        28/03/1989  188  89        (Canadien)  Grenoble     FRA-1   21   7   8  15   +9   43'
55 PAQUIN François       11/03/1989  179  81        (Canadien)  Bordeaux     FRA-1   23   3   3   6   -5    4'
73 TARTARI Vince         11/03/2001  185  71  Bordeaux          Bordeaux     FRA-1   15   1   0   1   -1   12'
76 RAMBELO Aina          31/01/1991  181  91  Bordeaux          Bordeaux     FRA-1   23   1   3   4   -1   28'

Entraîneur : Olivier Dimet (50 ans), assisté de Julien Desrosiers (FRA/CAN, 40 ans).

Partis : Simon Bourque (D, 4+20, Innsbruck, AUT), Jules Lefebvre (D, 0+4, Cergy-Pontoise), Olivier Labelle (A, 10+10, Mulhouse), Johan Skinnars (A, 7+16, Oswiecim, POL), Andrew Johnston (A, 8+8, Rouen), Mark Hurtubise (A, 3+7, arrêt), Gabriel Desjardins (A, 3+6, Dundee, GBR), Mathias Arnaud (A, 3+5, arrêt), Jules Gallet (A, 0+1, Anglet).

 

Revoir la présentation 2020/21

 

 

Retour à la Ligue Magnus 2020/21