Janvier 2006

 

01/01 Nouvelles de Benoît Quessandier

Le défenseur rouennais Benoît Quessandier était parti cette saison en BCHL, une ligue junior de Colombie-Britannique qui est classée junior A, juste en dessous du junior majeur, en particulier parce que les joueurs n'y sont pas payés. Mais, voulant jouer les play-offs, il a demandé à être échangé, ce qu'il a fait il y a quinze jours en passant des Williams Lake Timberwolves aux Merrit Centennials, qui évoluent dans la même division. Il a eu le temps de faire un match dans sa nouvelle équipe, récoltant une assistance au passage, avant que la fédération canadienne n'invalide l'échange. Il est alors rentré à Vancouver pour continuer à s'entraîner.

Comme la fédération canadienne essaie de dissuader la présence d'étrangers dans ses ligues juniors, Quessandier s'est alors tourné vers les États-Unis, en l'occurrence vers la NAHL, une des deux principales ligues juniors américaines avec l'USHL. On sait que c'est le hockey universitaire qui prédomine aux États-Unis, mais ces ligues juniors peuvent servir de tremplin entre le lycée et la NCAA. La NAHL a un jeu plus tourné vers l'offensive et un niveau un peu inférieur à la BCHL mais la saison de Quessandier sera bien remplie avec une cinquantaine de matches restant à disputer. Avec quelques jours de retard en raison d'un problème de visa, c'est hier, le soir de la Saint-Sylvestre, que le Français a fait ses débuts pour les Southern Minnesota Express, donnant déjà des aperçus de son talent.

02/01 Nouvelles des autres juniors français expatriés

Antonin Manavian (formé à Courbevoie), onzième Français à évoluer en Junior Majeur, a malheureusement perdu sa place au Titan d'Acadie-Bathurst. L'entraîneur Mario Durocher n'appréciait pas d'avoir dans son effectif un joueur qu'il ne savait pas à quelle position utiliser, après avoir tâtonné avec le Français. Il devait initialement évoluer à l'arrière, mais comme il lui manquait parfois une fraction de seconde dans la prise de décision dans le jeu défensif, il l'a ensuite testé à l'aile de la troisième ou de la quatrième ligne. Mais son rendement restait limité, avec toujours aucun point au compteur en dix-huit parties et une fiche de -3. Manavian quitte donc le Titan où il n'a cependant pas laissé une impression négative. Dans les tribunes, on était plutôt de l'avis que, dans un autre contexte, il aurait pu se tailler une place en LHJMQ.

On sait que les Européens sont limités à deux en junior majeur, où la fédération canadienne pourrait aussi bientôt restreindre la présence des Américains. Cette politique protectionniste se ressent un peu partout, et Quessandier n'a pas été le seul à en faire les frais. Le gardien Henri-Corentin Buysse et l'attaquant Nicolas Primout (formés à Amiens) évoluent avec les Toronto Rattlers, une formation mettant à disposition de bonnes conditions d'entraînement et organisant des rencontres exhibition face aux équipes universitaires afin que ses joueurs se fassent remarquer. Avec de nombreuses nationalités représentées, dont un Serbe, un Sud-Africain et un Mexicain, cette équipe très internationale a récemment été interdite à cette équipe de participer à un "showcase tournament", autre occasion de se montrer, parce qu'il était réservé aux joueurs canadiens. Dommage que cette primauté à la formation locale affecte tout autant sinon plus des "petites nations" du hockey que les pays vraiment concurrents du Canada.

Restent les États-Unis, où les contextes multiculturels sont favorisés parce qu'il y a plus de ligues juniors qui veulent se faire une place que de bons joueurs américains pour les remplir. Mickaël Gasnier (formé à Rouen), très bon avec l'équipe de France des moins de 20 ans au Mondial de Bled, joue ainsi à New Island avec une formation constituée pour moitié d'étrangers, dont un Norvégien, un Autrichien et une demi-douzaine de Japonais. C'est une curiosité qui fait l'attrait de l'AEHL, considérée comme la plus faible ligue junior américaine (elle a récupéré cet été d'anciennes équipes d'IJHL, ligue où avait cartonné Stefan Sarka, renfort viré cette saison par Gap pour rendement insuffisant). Dans cette ligue, Gasnier récolte de très bonnes statistiques à plus de 93% d'arrêts.

En Europe, l'ailier Quentin Pépy (formé à Viry) découvre le haut niveau du Superelit suédois et a inscrit trois points en 20 matches. La bonne nouvelle pour lui est que son équipe, Huddinge, s'est classée quatrième dans la zone sud et qu'elle s'est donc qualifiée pour le "top-8" national pour la deuxième partie de saison. Autant dire que Pépy aura l'occasion de participer à des matches de niveau encore plus relevé.

07/01 Ligue Magnus : Jönsson et Terglav ont encore faim

La trêve de Noël n'a pas rassasié certains attaquants. Repue, la ligne canadienne s'est contentée de deux buts et a laissé les autres se tailler la plus grosse part de la victoire 9-0 au Mont-Blanc. Mais le carton du jour a été réalisé par Grenoble, qui a été mené au score contre Caen mais qui a finalement cartonné 11-4, avec un étonnant quadruplé de Roger Jönsson. Le Suédois a éclipsé ce soir le triplé du Slovène Edo Terglav lors du beau succès de Briançon sur Anglet (6-2).

Plus timides, avec un dernier but en cage vide, mais jamais vraiment mises en doute, les victoires d'Amiens à Gap (3-0) et de Morzine-Avoriaz sur Chamonix (4-1).

Il y avait en fait deux matches serrés au programme de cette journée de reprise. Entre les outsiders Angers et Villard-de-Lans, ce fut un véritable chassé-croisé conclu après six minutes de prolongation par un but de Juho Jokinen (5-4). Entre Épinal et Dijon, après quatre buts en treize minutes, la partie se calma et le but décisif inscrit peu avant la mi-match par Thomas Gueguen fut protégé jusqu'au bout par Hiadlovsky. Les Bourguignons ont donc pris leur revanche (3-2) sur leur défaite de l'aller, qu'ils présentent depuis comme le déclic de leur saison.

07/01 Division 1 : on n'est plus chez soi

Huit victoires à l'extérieur sur huit ! La première journée de la seconde phase de division 1 a livré un très étonnant bilan. Pourtant, tous ces résultats n'étaient pas attendus. C'était peut-être vrai pour Strasbourg et Montpellier qui ont démarré l'année sur les chapeaux de roues, respectivement chez Le Vésinet (10-2) et à Avignon (10-4). Annecy a frappé fort d'entrée sur la petite glace de Neuilly-sur-Marne en résistant pendant quatre infériorités au dernier tiers-temps devant son gardien Cyril Boissier (3-2). Et la principale surprise est sans doute venue de Dunkerque, qui avait dominé Courbevoie deux fois cet automne, mais qui s'est incliné 4-5 cette fois.

La poule de maintien a été encore plus riche en sensations. La victoire de Lyon à Asnières n'étonne pas (7-4), mais ce sont les trois victoires franciliennes en déplacement qui impressionnent. Viry-Châtillon est allé gagner 5-2 chez une équipe d'Amnéville qui apparaissait pourtant comme une des rares assez solides pour ne pas être concernées par le maintien. Encore plus épatant, le réveil de Garges-lès-Gonesse, qui n'avait plus gagné un match depuis son exploit manqué en coupe de France contre Amiens, et qui s'est remis dans le bain en revenant de Valence avec un large succès 8-2. Pendant ce temps, alerte incendie chez les Taureaux de Feu : Limoges a repris le championnat sans son buteur canadien Yannick Riendeau suspendu et surtout sans ses deux premiers gardiens Couffe et Richard, tous deux blessés. C'est le gardien junior première année Ludovic Véron qui a été aligné contre Cergy (2-5).

08/01 Bonnes nouvelles du Québec

Le week-end a été fertile en bonnes nouvelles pour les Français expatriés au Québec. Tout d'abord, Cristobal Huet a obtenu une nouvelle titularisation hier avec les Canadiens de Montréal, face aux Sénateurs d'Ottawa, que Cristo avait déjà battus aux tirs au but lors de la blessure de José Théodore. Mais le Français n'avait ensuite pas confirmé contre des adversaires a priori plus faibles (Atlanta et Washington) et le n1 avait tout naturellement retrouvé sa place. Sauf que Montréal traverse une passe difficile et que Théodore a été de plus en plus chahuté, conspué à sa dernière sortie à domicile. Claude Julien a donc profité du retour d'Ottawa pour faire confiance à Huet qui ne l'a pas déçu : victoire 4-1, gros match, alors qu'en face le second gardien des Sénateurs, Ray Emery, a craqué et a dû rendre sa place à Hasek en cours de jeu.

L'autre bonne nouvelle est venue de la Ligue de Hockey Junior Majeur du Québec. Le jour de la date limite des transferts, Antonin Manavian, qui avait perdu son poste dans l'effectif du Titan d'Acadie-Bathurst, a été échangé aux Olympiques de Gatineau. Il pourra poursuivre son parcours en LHJMQ dans une équipe un peu moins forte et donc peut-être plus ouverte pour y prendre place. Manavian retrouvera à Gatineau son ex-coéquipier Mathieu Curadeau, qui avait quitté Valence au milieu de la première phase de division 1 pour rentrer en junior majeur, et qui avait été échangé entre les mêmes équipes il y a quelques semaines.

Et pendant ce temps-là en Suisse, un long feuilleton connaît son épilogue : après des mois de rumeurs et de démentis, Genève-Servette semble avoir finalement convaincu Philippe Bozon de rechausser ses patins. Un énième retour du Boz' dont l'aura est décidément persistante à 39 ans.

10/01 Zhamnov forfait pour les JO

La sélection de Zhamnov n'avait pas l'air d'enchanter le sélectionneur Krikunov, qui s'était défaussé de ce choix très probablement effectué par le manager Pavel Bure. Qu'il se rassure, le problème s'est réglé de lui-même. Zhamnov s'est fracturé la cheville gauche avec Boston dans un match de NHL contre Tampa Bay, et il sera absent au moins six semaines. Le champion olympique d'Albertville ne participera pas à ses quatrièmes JO. L'effectif russe perd "son" attaquant défensif, un profil précieux.

Au centre, les alternatives ne sont pas nombreuses si l'on tient compte des joueurs en froid avec la sélection. Ce pourrait être la chance idéale pour un représentant de la nouvelle génération du hockey russe, Andreï Taratukhin, révélation du début de l'Euro Hockey Tour, s'il prouve ce mois-ci qu'il a retrouvé son niveau après sa blessure au mauvais moment en novembre/décembre.

14/01 Ligue Magnus : Rouen sans pitié

Même le troisième du classement n'a pas fait le poids à l'île Lacroix. Briançon a été impitoyablement dominé par les Dragons de Rouen (10-2), avec des buts de toute part et des doublés de Ponto, Salminen et Mallette. On plaint d'avance le prochain visiteur des bords de Seine, en l'occurrence Gap. Déjà que les Rapaces ont pris dix buts ce soir à Villard-de-Lans (10-4) face à des Ours démontrant une inédite profondeur offensive avec neuf buteurs différents. C'est contagieux puisque même Amiens, pourtant réputé pour sa tiédeur offensive, a inscrit huit buts à Chamonix (8-3) après avoir été mené 2-0 au premier tiers sur un doublé de Clément Masson. Mais c'est surtout l'entorse du défenseur slovaque Peter Janik qui inquiète les Gothiques. L'attaque de Dijon s'est aussi rodée (6-1 contre le Mont-Blanc dans un match à prisons) avant de se déplacer la semaine prochaine à Briançon avec pour enjeu la troisième place au classement.

Car Grenoble, tout juste entré dans le top-4, en est aussitôt ressorti avec une défaite 3-1 à Morzine-Avoriaz, où Aram Kevorkian affirme de plus en plus son retour au premier plan avec deux buts. Xavier Daramy, qui a lui aussi des choses à prouver après avoir été recalé en équipe de France "bis" en décembre, a signé un hat-trick contre Angers (4-2).

Épinal, abonné à la prolongation à domicile, est allé exporter cette habitude du côté de Caen, en s'imposant en mort subite sur un but du vieux lion Roman Trebaticky (3-2). Ça fait toujours un point très bon à prendre pour les Drakkars, qui en comptent maintenant trois d'avance sur Chamonix et la maudite treizième place.

14/01 Division 1 : domination sudiste

Avant la poule finale, l'entraîneur montpelliérain Pascal Ryser avait fait de Neuilly-sur-Marne son favori et avait pronostiqué que Strasbourg craquerait comme d'habitude. Un pari provocateur qui ne s'est pas vérifié. Car pour l'instant, les hommes de Daniel Bourdages continuent sur le rythme de la première phase. Dans leur joli mais petit "Iceberg", déjà plein (1300 spectateurs), ils ont nettement dominé le vainqueur de la poule nord Dunkerque. Celui-ci compte deux défaites, tout comme son dauphin Neuilly-sur-Marne, battu 5-2 à Montpellier. C'est tout le nord qui fait la grimace, puisque Courbevoie, le seul à avoir gagné lors de la première journée, s'est incliné 2-5 à domicile devant Avignon. Celui qui a le mieux soutenu la comparaison avec le sud, c'est encore Le Vésinet, qui est allé prendre un point à Annecy (4-4).

En poule de maintien, par contre, c'est un club du sud, Valence, qui est seul dernier après sa défaite à Cergy (4-2). Après la blessure de ses portiers, Limoges n'a pas tardé à vouloir utiliser la règle du joker médical, qui ne concerne désormais plus que les gardiens. Le club a été mis en relation avec Tom Charton, le seul des champions de France mulhousiens qui n'avait pas retrouvé d'équipe. En attendant sa qualification, les Taureaux de Feu ont ramené un point d'Asnières (5-5), un point précieux pour les deux adversaires. Amnéville s'est vite rassuré en gagnant 7-4 à Garges avec un quadruplé du très bon Lubomir Baranok.

14/01 Gainey derrière le banc... Huet dessus

Alors que tous les analystes québécois commentaient des rumeurs d'échange, Bob Gainey, le manager des Canadiens de Montréal, a pris tout le monde de cours hier en licenciant son entraîneur Claude Julien, mis à la porte après une série de mauvais résultats qui succédait à un excellent début de saison. Gainey assumera lui-même les fonctions de coach en attendant l'arrivée de Guy Carbonneau, comme lui un des meilleurs attaquants défensifs de l'histoire, pour la saison prochaine.

La première victime collatérale de cette décision a été le gardien français Cristobal Huet. Comme il restait sur deux bons matches (une victoire sur Ottawa et une défaite 2-1 au Colorado après avoir une fois de plus subi quarante tirs), Julien avait annoncé la veille qu'il serait titulaire une troisième fois consécutive. En reprenant les rênes, Gainey a changé les plans et a fait jouer Théodore. Est-ce un signe de pleine confiance envers le n1 ou une volonté de l'exposer pour mieux l'échanger et se débarrasser de son lourd contrat ? En tout cas, les Canadiens ont renoué avec la victoire (6-2 contre San José) grâce surtout à un renouveau offensif et à six buts inscrits lors du deuxième tiers-temps.

15/01 Attribution de la finale de coupe

Le président briançonnais Alain Bayrou a contesté l'attribution de la finale de la Coupe de France à Méribel. Ci-dessous la réponse de l'AEHF :

Cher Président,

Réunie dans les locaux de la FFSG à Paris le 10 décembre, l'AEHF a attribué au club de Val Vanoise l'organisation de la finale de la Coupe de France 2006, la rencontre se déroulant dans la patinoire olympique de Méribel.

Cette décision, prise à l'unanimité, vous conduit à interpeller le président de l'AEHF sur les motifs qui ont conduit à ce choix, sachant que votre club avait lui aussi fait acte de candidature pour cette organisation. Pour étayer votre démarche, vous évoquez trois éléments en particulier. Je vous cite :

- La patinoire de Méribel a accueilli cette épreuve en 2005.

- Malgré leur implication les organisateurs ont marqué dans une certaine mesure leurs limites

- Depuis maintenant deux mois certains de mes amis savoyards m'affirment comme un fait acquis que la finale de la Coupe de France 2005-2006 aura lieu à Méribel

Je vous trouve audacieux quand vous évoquez les limites montrées par le club organisateur en 2005. C'est votre jugement. Permettez-moi, puisque vous évoquez la finale de l'année dernière, de rappeler à votre souvenir les graves incidents qui ont émaillé la fin de la rencontre et la remise des trophées. Votre équipe, joueurs, coach et dirigeants, a eu un comportement inadmissible, allant même jusqu'à briser le trophée remis à votre équipe. Avez-vous déjà vu, dans quelque sport que ce soit, une équipe manquer autant de respect à l'égard d'une compétition, du public, de ses adversaires et de son sport ? Et qui plus est devant les caméras de télévision.

À cette occasion, le club de Briançon n'a pas montré ses limites, il a dépassé les limites de l'acceptable. Ni la déception due à la défaite, ni le sentiment de l'injustice ressentie sur une décision du corps arbitrale décidant du sort de la rencontre ne peuvent expliquer de tels débordements. J'en conviens, votre club est ressorti blanchi par la Commission d'appel de la FFSG. Il n'empêche, les dirigeants de l'AEHF qui ont vécu en direct ce triste spectacle en conservent un souvenir amer.

Vous comprendrez, je l'espère, qu'il eût été difficile à l'AEHF de confier à votre club l'organisation de la finale de la Coupe de France 2006. C'eût été faire injure à l'éthique sportive. Je ne vous cache pas que l'idée d'une exclusion de Briançon pour une, voire deux saisons, de cette compétition a parcouru certains esprits.

Quant à votre dernier argument, il ne repose sur aucun fondement sérieux. Sans remettre en question la sincérité de vos amis savoyards, je peux vous affirmer que ce ne sont là que des ragots de fond de vallée dont je m'étonne que vous puissiez y accorder le moindre crédit.

Pour l'organisation de la finale 2006, tout comme pour le match des étoiles, l'AEHF a procédé à un appel à candidature. Pour cette finale, seuls Briançon et Méribel se sont déclarés candidats. Compte tenu des éléments développés précédemment, le choix qui s'offrait à l'AEHF était réduit à sa plus simple expression, sachant que le dossier présenté réunissait toutes les conditions requises pour que cette finale soit une réussite pour le hockey français.

Enfin, je me permets d'attirer votre attention sur le fait que Briançon s'est vu confier, il y a quelques semaines, l'organisation d'un tournoi de l'IIHF avec notamment la présence de l'équipe de France. Comme quoi, s'il fallait en apporter la preuve, l'AEHF sait reconnaître vos capacités à organiser des compétitions de niveau international.

Voilà les éléments que je voulais apporter en réponse à vos interrogations. Et comme il ne reste à votre équipe qu'un seul match à gagner pour jouer à nouveau la finale, je suis convaincu qu'en cas de succès vous aurez à cur de donner aux spectateurs et téléspectateurs une bien meilleure image du club de Briançon.

Recevez, cher Président, mes salutations sportives.

Jean-David Camus, secrétaire général de l'AEHF

18/01 La CNACG saisit l'AEHF sur les cas d'Anglet et de Rouen

La Commission Nationale d'Aide et Contrôle de Gestion a saisi l'AEHF sur les cas d'Anglet et de Rouen, et l'AEHF a publié en conséquence le communiqué suivant :

1) L'A.E.H.F est saisie du cas de la S.A. Anglet Hormadi Élite. Ce Club a été validé sous conditions pour sa participation au championnat 2005 / 2006.

Après apuration de sa situation de trésorerie en juin 2005 par la remise d'un chèque correspondant, la CNACG a demandé que les engagements pris se traduisent par la fourniture d'un bilan et de pièces diverses de nature à pérenniser cet apport par la normalisation juridique et comptable. L'accord d'engagement, conclu en juillet, stipulait que le Club fournirait les pièces au 2 septembre. Depuis, malgré des relances amiables nombreuses, aucun document n'est parvenu à la CNACG.

En application de l'article 17-8 du Règlement Sportif, la CNACG a envoyé une lettre avec A.R. demandant les documents avec date limite au 20 janvier 2006. À partir de cette date, en application de l'article 17-10 du règlement sportif, l'AEHF, sur proposition de la CNACG, a décidé de sanctionner, d'ores et déjà, la S.A. Anglet Hormadi Élite d'une pénalité financière de 100 par jour de retard.

En cas de non respect de cette échéance, l'AEHF n'exclut pas, dans le cadre de l'article 17-10 de compléter la sanction pour le Club en l'interdisant de participer au-delà de la première phase du championnat de Ligue Magnus et en le rétrogradant pour la saison suivante. Dans le cas où cette décision devrait être prise, les délais d'appel de la décision ne dépasseront pas la date du 5 mars. Le classement sportif ainsi modifié donnera comme barragiste de la Ligue Magnus, le Club classé 14e à l'issue de la première phase.

L'AEHF espère que les dirigeants de la S.A. Anglet Hormadi Élite sauront saisir l'utilité de se conformer aux engagements écrits qu'ils ont eux-mêmes signés.

2) L'A.E.H.F est saisie du cas du Rouen Hockey Élite 76. Ce Club a été validé sans conditions particulières autres que de se conformer à la fourniture des documents, tel que le décrit le Règlement Sportif.

Le R.H.E. 76 n'a toujours pas fourni son bilan arrêté au 30 avril 2005, qu'il aurait dû présenter au plus tard 6 mois après la clôture des écritures. La CNACG a réclamé plusieurs fois le document sans obtenir de réponse.

En application de l'article 17-8 du Règlement Sportif, la CNACG demande à l'AEHF de mettre en demeure le R.H.E. 76 de fournir le document réclamé sous peine d'une sanction financière. L'AEHF enverra dans les jours prochains un courrier, qui, s'il n'est pas suivi d'effet, aura pour conséquence d'établir une pénalité de 100 par jour de retard, 8 jours après l'envoi en recommandé.

19/01 Palffy raccroche

Zigmund Palffy, qui avait déjà annoncé sa retraite internationale à l'issue des derniers championnats du monde, a décidé de raccrocher définitivement les patins à 33 ans. La raison en est son épaule droite, deux fois opérée par le passé, dont il n'avait pas récupéré le plein usage à son goût. "Je pensais que ça irait mieux, mais je ne me sentais pas confortable avec la crosse. Mon mouvement est différent, et je ne pouvais pas faire ce que je voulais avec le palet. Je ne veux pas jouer à 50% ou 60%, ce n'est pas mon genre. Mon épaule était douloureuse, et je veux conserver la santé.", a-t-il expliqué à Pittsburgh Live.

Même s'il n'avait plus trouvé le chemin des filets depuis quatorze matches, Palffy est le deuxième marqueur des Pittsburgh Penguins - derrière la jeune star Sidney Crosby - avec 42 points en autant de parties, dont 11 buts. Sa décision a pris par surprise son équipe de NHL, Pittsburgh, déjà dernière de la Conférence est. Après cette saison, il lui restait encore deux années de contrat pour un montant total de dix millions de dollars.

20/01 Bryan Berard contrôlé positif

Comme on vous l'avait expliqué, les pré-listes olympiques pléthoriques d'octobre dernier, si elles ne donnaient pas d'indications sur les sélections définitives pour les JO (publiées fin décembre), étaient en revanche connues de l'Agence Mondiale Antidopage qui avait une base de potentiels olympiens susceptibles d'être contrôlés suffisamment en amont. C'est ce qui s'est produit avec le défenseur américain Bryan Berard, dont on a appris qu'il avait été positif à la nandrolone lors d'un test pratiqué en novembre dernier par l'USADA, l'agence américaine antidopage.

Berard, qui ne figurait pas dans la sélection finale, a été suspendu pour deux ans de toute compétition internationale. Une sanction qui a peu d'effet en soi puisque, s'il était un cadre régulier de l'équipe des États-Unis à l'époque où il était un grand espoir, il n'a plus porté leur maillot depuis Nagano en 1998. Par contre, il ne sera pas sanctionné par la NHL ! En effet, le nouveau programme antidopage enfin mis en place avec la nouvelle convention collective ne commence qu'au 15 janvier de cette année (dimanche dernier), soit après le contrôle de Berard, et seulement pour les tests diligentés par la NHL elle-même, qui ne suit donc toujours pas les règles de l'AMA.

21/01 Ligue Magnus : Rouen plie mais ne rompt pas

Après le démolissage en règle de Briançon, tout le monde s'est dit que Rouen était sans rival dans cette Ligue Magnus. C'est indéniable à l'île Lacroix, mais moins sûr à l'extérieur où les rencontres sont bien plus serrées. Et les Dragons sont passés très, très près de leur première défaite ce soir en terre angevine. Avec un hat-trick de Guillaume Rodrigue, les Ducs menaient 5-2 à dix minutes de la fin. Et pourtant, cela n'a pas suffi. Le RHE a quand même réussi à renverser la situation pour la retourner à son avantage en prolongation sur un but de Daniel Carlsson. Que faut-il en retenir ? Que Rouen est prenable ? Ou que cette équipe, quand on la pousse dans ses retranchements, est capable de réagir en vraie championne ? Chacun y trouvera des motifs d'espoir, mais il est certain que les deux prochains déplacements normands, au Coliséum chez le grand rival Amiens puis à Anglet pour la revanche de la coupe, prennent encore plus de relief.

Le match de samedi dernier est oublié, même pour le gardien briançonnais Frederik Beaubien qui a toujours su surmonter ses déconvenues à l'extérieur et a enchaîné avec un blanchissage contre Dijon (2-0) dans un match important pour conserver la troisième place, doublement importante parce qu'elle assure à la fois l'accès direct aux quarts de finale et la garantie de ne pas rencontrer Rouen avant la finale. Idem pour la deuxième place, qu'Amiens a conforté dans un match aussi fermé et même plus ennuyeux, un 1-0 contre Villard-de-Lans. Parmi les équipes à considérer dans cette course au podium, il ne faut pas oublier Morzine-Avoriaz, le club en forme avec cinq victoires d'affilée et des leaders qui retrouvent la forme, comme l'indiquent les doublés de Holm et Forsander ce soir à Épinal (5-2).

Grenoble est aussi prétendant, mais les Brûleurs de Loups n'aiment décidément pas Chamonix. Battus à l'aller, ils ont encore longtemps été menés au score au retour, et Laurent Meunier n'a marqué le but vainqueur qu'à trois minutes de la fin (4-3). Que les Grenoblois se rassurent, le risque de rencontrer les Chamoniards en playoffs devient de plus en plus faible. Tout comme Gap, battu 1-5 par Anglet et par un nouveau triplé de Xavier Daramy, Chamonix ne devrait pas échapper au barrage de maintien. La victoire du Mont-Blanc sur Caen grâce à un but en prolongation de Sébastien Subit (3-2) est en effet une bonne affaire pour les deux adversaires, à l'abri. Avec quatre points d'avance sur Chamonix et un avantage dans les confrontations particulières, il ne manque plus grand-chose pour que les Drakkars assurent leur place en Magnus.

21/01 Division 1 : Strasbourg et Montpellier dominent

Strasbourg (4-1 à Courbevoie) et Montpellier (4-2 au Vésinet) sont revenus victorieux de leurs déplacements en région parisienne et se partagent toujours la tête du classement. Duel en perspective ? Attention aux favoris du nord qui reprennent des couleurs et ont obtenu leur première victoire : Dunkerque contre Annecy (8-3 avec un triplé de Benjamin N'Guyen) et Neuilly-sur-Marne face à Avignon (6-3).

En poule de maintien, le joker médical Tom Charton a réussi un excellent début dans la cage de Limoges, avec une victoire 2-1 sur Viry-Châtillon. Cela laisse en queue de classement Asnières et Valence, qui n'ont pu se départager avec un match nul 3-3. Les Lynx marquent leur premier point, et les Castors ont laissé échapper la victoire en ratant un penalty à six secondes de la fin. Ces deux équipes doivent se reprendre pour ne pas se retrouver à jouer le maintien entre elles comme il y a deux ans.

21/01 Division 2 : Tours gagne le sommet

Dès sa première journée, la deuxième phase de division 2 réservait un duel entre les deux premiers de poule, Tours et Nice. Les Aigles se sont bien défendus mais les Diables Noirs étaient un peu au-dessus et se sont logiquement imposés 4-2. Les Tourangeaux se rapproche de son objectif, la montée directe, alors que les Niçois restent candidats à la deuxième place. Belfort se présentait en sérieux outsider pour celle-ci après sa victoire à La Roche-sur-Yon la semaine dernière en match avancé, mais les Franc-Comtois n'ont pas pu confirmer au Havre, battus 5-3. Le quatrième, Bordeaux, a concédé un nul 3-3 contre Reims, alors que le Hogly a gagné un match de la dernière chance contre Chambéry (5-2).

Pendant ce temps, le promu Champigny-sur-Marne se rapproche petit à petit du maintien en D2, en obtenant un match nul chez une équipe de Toulouse toujours décevante. Également sous le menace, Meudon n'a en revanche pas réussi à prendre de point contre Amiens II (3-4).

23/01 Khabibulin et Johnsson forfaits pour les JO

Khabibulin ne rejouera pas pour la Russie aux Jeux Olympiques de Turin, mais cette fois, ce n'est pas parce qu'il boycotte la sélection sous l'influence de son épouse. C'est plus prosaïquement son genou qui a lâché, et cette entorse obtenue dans un match de NHL avec Chicago. C'est le deuxième forfait sur blessure en un mois après Zhamnov, et ça règle la question de la présence de Maksim Sokolov à Turin. Il faut croire que Krikunov est prescient pour avoir prédit que Sokolov finirait bien par être sélectionné et que Taratukhin aurait sa chance (sa nomination n'est cependant pas encore officielle, la Russie préfère attendre jusqu'à la date limite du 30 janvier pour communiquer sa liste corrigée)...

Côté suédois, on vient aussi d'apprendre la défection de Kim Johnsson qui deviendra papa durant la période olympique. Il cède sa place à Nicklas Hävelid, défenseur défensif qui sera un remplaçant très apprécié et rééquilibre les lignes arrières.

Les blessures servant parfois à régler des controverses, il n'y a que la Finlande qui ait vraiment perdu gros dans les forfaits, même si elle a de la réserve. La semaine dernière, Tuomo Ruutu a en effet dû être remplacé par le jeune Jussi Jokinen. Et par la même occasion, le staff a annoncé le nom du celui qui palliera l'absence du gardien Miikka Kiprusoff. Ce sera sans surprise Antero Niitymäki.

23/01 Treille sera opéré

Yorick Treille, qui ne jouait déjà plus depuis de longues semaines après avoir été handicapé par des problèmes de hanche, a finalement résolu de se faire opérer à la hanche droite le mois prochain. Il fait ainsi l'impasse sur cette saison puisqu'il devra passer six mois de convalescence et ne fera son retour au jeu qu'à la rentrée.

23/01 Là où va l'Indien...

C'est une des figures du hockey français des années 70 qui vient de éteindre des suites d'un cancer. Alex Dick était un des personnages les plus charismatiques de ce hockey amateur, festif, encore peu structuré, où l'on jouait pour le plaisir. Dans ce contexte peu professionnel dans tous les sens du terme, avant que le niveau ne monte d'un cran avec l'arrivée de vrais renforts de très haut niveau, notamment de NHL, un Canadien pouvait débarquer en France, s'amuser et briller, qui plus est quand il émanait de lui gentillesse et joie de vivre. "L'Indien" avait ainsi su devenir la coqueluche des foules.

Il était arrivé de Vancouver en 1973, ne parlant pas un mot de français, et s'était pointé à un match de Nationale C entre Dijon et Épinal, répondant à une annonce passée par le club local. Il y disputera cette saison-là huit matches de NC et quatre de Coupe de France pour un total de 40 buts - près d'un tiers de ceux marqués par son équipe - qui en dit long sur le style débridé de l'époque. Avec ses cheveux longs et son hockey flamboyant, il ne passe pas inaperçu et attire l'attention. Il quitte donc la Bourgogne au bout d'un an (remplacé par son frère Keith qui fera monter Dijon en NB) car il est engagé par rien moins que le champion de France sortant, Saint-Gervais, avec qui il remporte immédiatement un autre titre en 1975. Avec Saint-Gervais et Grenoble, il sera un entraîneur-joueur-pote, avant de céder la place à un autre hockey, celui plus exigeant des années 80. Il a vécu le temps d'avant, ces années d'insouciance qui laissent le souvenir magique et éternel de leurs idoles. Ex-fan des seventies, où sont tes années folles...

24/01 Mario Lemieux à la retraite

Ce n'est pas un scoop, simplement une confirmation, mais ça laisse tout de même un vide : Mario Lemieux, qui avait arrêté de jouer depuis son alerte cardiaque de la fin d'automne, a officiellement annoncé sa retraite. Avec le n66, qui avait déjà arrêté le hockey avant un étonnant come-back, c'est un des plus grands joueurs des vingt dernières années qui s'en va, une des dernières stars des années quatre-vingts aussi. Il aura passé l'intégralité de sa carrière professionnelle avec les Pittsburgh Penguins, qu'il incarne presque à lui seul. Après avoir remporté deux Coupes Stanley en 1991 et 1992, c'est à d'autres challenges qu'il s'attaquera maintenant en se consacrant uniquement à sa fonction de propriétaire : la pérennité du club et la construction d'une nouvelle patinoire. Après Palffy, Pittsburgh vient de voir deux joueurs majeurs prendre leur retraite en une semaine. Cette saison est de toute façon fichue, mais avec Crosby, Malkin et le gardien Fleury, l'avenir sportif de la franchise paraît brillant, plus encore que lorsque le choix de Lemieux en n1 de la draft 1984 avait changé le destin des Penguins...

28/01 Ligue Magnus : Chamonix n'abdique pas

La vingt-deuxième journée de Ligue Magnus a été très riche en prolongations, et seuls deux matches ont été déséquilibrés. Grenoble a battu Épinal 6-2 et, comme prévu, le choc des extrêmes Rouen-Gap a donné lieu à un score-fleuve. Il faut dire que les Rapaces n'avaient plus que trois arrières après un quart d'heure en raison de l'exclusion de Jernström pour avoir chargé Malette contre la bande. Peu soucieux en défense en l'absence de Vesa Ponto qui risque une lourde suspension pour avoir bousculé (involontairement ?) un arbitre à Angers, les Dragons se sont fait plaisir pour gagner 14-4 avec... onze buteurs différents ! Presque tout le monde a marqué... sauf le meilleur buteur du championnat Carl Malette ! L'expression "le danger peut venir de partout" n'est pas vaine.

Le seul autre match à s'être terminé dans le temps réglementaire est le derby de Haute-Savoie entre Morzine-Avoriaz et le Mont-Blanc. Les "Suédois" du maître à jouer Johan Forsander, enfin revenu au plus haut niveau, se sont inclinés face aux Finlandais, car deux douvlés de Jani Pollari et Pirkka Lahtinen ont permis de faire passer le score de 3-2 à 3-6 au dernier tiers-temps. Ce n'était pas une mauvaise idée pour l'Avalanche de se mettre à l'abri car les équipes menacées par la relégation se réveillent. Chamonix s'est fait remonter par Villard-de-Lans à cause d'un doublé de Maurice Rozenthal dans les trente dernières secondes mais a quand même gagné en prolongation grâce à Richard Aimonetto (5-4). Les Chamois reviennent ainsi à trois points de Caen, qui a pris un bon point contre Briançon (3-3) avec deux buts du toujours présent Arnaud Hascoët.

Amiens conserve donc ses quatre points d'avance sur Briançon pour la deuxième place (un écart acquis depuis le match en retard de mardi contre Angers) puisque les Gothiques ont eux aussi fait match nul à l'extérieur, lors du déplacement toujours difficile à Anglet (3-3), en ayant été longtemps menés au score. Dijon, qui a vaincu Angers 4-3 sur un but en prolongation de son capitaine Milan Tekel, n'a pas abandonné de son côté la lutte pour le top-4.

28/01 Division 1 : et tombe la neige

Si les chutes de neige sur la France n'ont pas perturbé la Ligue Magnus (sauf pour l'arbitre M. Bocquet qui n'a pu arriver à Anglet), elles ont en revanche sérieusement amputé la journée de division 1. Le bus de Dunkerque a été bloqué à Millau et celui du Vésinet au niveau de Valence. Les matches Montpellier-Dunkerque et Avignon-Vésinet ont donc été reportés, et ils pourraient éventuellement se jouer demain si les équipes peuvent terminer leur déplacement demain. Il n'y a donc eu que deux matches dans la poule finale, la nouvelle victoire de Strasbourg à Annecy (8-4) et le succès important de Neuilly-sur-Marne à Courbevoie pour prendre sa revanche de la première phase.

En poule de maintien, la fermeture de l'A75, qui a rendu impossible le franchissement de l'axe Clermont/Lyon, a entraîné l'annulation du déplacement de Limoges. Les retrouvailles de Lyon avec la patinoire Charlemagne, après quelques semaines d'exil en raison des entraînements du championnat d'Europe de patinage artistique, devront donc attendre. Pour le reste, la D1 a revécu le scénario de la première journée, avec uniquement des victoires à l'extérieur. Celles de Garges et Amnéville leur permettent de se donner de l'air pour le maintien.

28/01 Division 2 : Reims accroche Tours

Depuis sa retombée dans l'anonymat, Reims attendait de créer l'évènement qui pourrait rappeler ses grandes heures et susciter de nouveau l'intérêt. L'exploit attendu a sans doute eu lieu ce soir, car les Champenois ont été la deuxième équipe à accrocher Tours cette saison (après La Roche-sur-Yon en première phase). Un match nul 2-2 qui devra cependant être suivi d'autres bons résultats pour atteindre les demi-finales. Il est en effet très probable qu'on y retrouve Tours et Nice (vainqueur 4-1 du Havre), et maintenant Bordeaux se détache pour la quatrième place après une éclatante victoire 9-3 à Chambéry, dont un triplé de Jill Cauly.

En poule de maintien, Cholet est en forme dans ce début d'année et est en train d'éloigner le danger de la relégation avec une victoire 6-5 à Amiens dans un match rugueux. Meudon a remporté une victoire importante à Champigny-sur-Marne (3-2), ce qui laisse les Français Volants de Paris en bien mauvaise posture à la dernière place.

31/01 Équipe de France : retour de Bonnard et promotion de Ferhi

La composition de l'équipe de France pour la dernière manche de l'Euro Challenge à Tilburg s'inscrit dans la continuité de la sélection de décembre. L'attaque est en effet identique, si ce n'est que l'on retrouve Sébastien Bordeleau à la place de Goncalves. C'est donc la confirmation du jeune Antoine Lussier après des débuts internationaux réussis à Briançon. En revanche, Xavier Daramy n'apparaît toujours que dans la liste des remplaçants.

En défense, l'unique modification est le remplacement de Nicolas Favarin par Jean-François Bonnard. Un choix qui semble mieux correspondre à la comparaison de leurs prestations en club avec Grenoble.

Last but not least, Eddy Ferhi bénéficie d'une promotion parmi les gardiens titulaires et apparaît comme le représentant n1 de la relève à ce poste.

Gardiens : Fabrice Lhenry (Esbjerg, DAN), Eddy Ferhi (Anglet).

Défenseurs : Vincent Bachet (Amiens), Guillaume Karrer (Anglet), Baptiste Amar (Grenoble), Simon Bachelet (Grenoble), Jean-François Bonnard (Grenoble), Nicolas Besch (Rouen), Stéphane Barin (Villard-de-Lans).

Attaquants : Maurice Rozenthal (Villard-de-Lans), François Rozenthal (Amiens), Laurent Meunier (Grenoble), Sébastien Bordeleau (Berne, SUI), Kévin Hecquefeuille (Grenoble), Jonathan Zwikel (Amiens), Julien Desrosiers (Rouen), Pierre-Édouard Bellemare (Rouen), Olivier Coqueux (Rouen), Laurent Gras (Amiens), Antoine Lussier (Sierre, SUI), Luc Tardif jr (Villard-de-Lans), Brice Chauvel (Amiens).

Remplaçants : Cédric Dietrich (G, Grenoble), Arnaud Goetz (G, Mont-Blanc), Nicolas Pousset (D, Amiens), Nicolas Favarin (D, Grenoble), Mathieu Mille (D, Morzine-Avoriaz), Lilian Prunet (D, Mont-Blanc), Alexandre Goncalves (A, Villard-de-Lans), Xavier Daramy (A, Anglet), Cyril Papa (A, Grenoble), Tristan Lemoine (A, Rouen).

31/01 Cette Coupe se déguste

L'édition de cette année de la Coupe de France donne véritablement la meilleure image possible du hockey français. Les surprises des premiers tours et l'exploit angloy contre Rouen n'étaient que des avant-goûts de deux demi-finales au suspense exceptionnel entre quatre prétendants morts de faim qui sont tous en quête de leur premier titre majeur.

Briançon aura droit à sa revanche en finale à Méribel. Il a fallu pour cela venir à bout d'Angers et des deux égalisations de Jonathan Bellemare. Mais à quinze secondes de la fin de la prolongation, c'est le défenseur Gary Levêque - l'homme de l'ombre dont les qualités n'ont été enfin louées qu'après sa blessure à l'automne et qui vient de revenir au jeu - qui a marqué le but décisif dans une ambiance de feu.

Dijon pensait pour sa part tenir tranquillement son match en menant 4-1 contre Anglet grâce à quatre buts inscrits par des joueurs français. Et puis, Xavier Daramy et ses coéquipiers, qui n'en sont plus à un exploit près dans cette coupe, ont de nouveau fait des miracles en marquant trois buts en l'espace d'une minute et douze secondes, malgré un temps mort demandé par Daniel Maric au milieu. Erik Bochna a redonné l'avantage à Dijon, mais Éric Dubois a encore égalisé. Et ce n'est qu'aux tirs au but que la délivrance est venue.

L'avantage de la glace a donc été déterminant, mais uniquement au bout de l'effort. Et c'est le hockey français qui est sorti grand vainqueur de cette soirée.

 

 

Le mois précédent (décembre 2005)

Le mois suivant (février 2006)