Juin 2005

 

07/06 Un syndicat des joueurs en Russie

Le hockey russe vient de se doter d'un syndicat des joueurs, qui aura pour président Anatoli Bardin. Cela pourra surprendre l'occidental, car Bardin a lui-même été en conflit avec des joueurs par le passé (voir l'affaire Svitov/Chistov). Mais celui qui a été le président de l'Avangard Omsk pendant huit ans est un personnage reconnu et apprécié, et il a réussi à attirer dans son syndicat toutes les stars qui ont joué à Omsk cette saison, aussi bien les Sushinsky, Tverdovsky, Prokopiev et Sokolov que les étrangers comme Norm Maracle et même Jaromir Jagr. Avec un tel produit d'appel, Bardin a déjà recueilli l'adhésion d'une centaine de joueurs, dont des vétérans respectés comme Valeri Kamensky. La condition pour s'inscrire est de reverser 1% de son salaire au syndicat (un pourcentage inférieur à ce que pratique la NHLPA).

L'idée de ce syndicat est né en mars, mais son officialisation a eu pour origine la décision de la PHL, la ligue russe, de suspendre pour un an Andreï Nazarov, qui était le "protecteur" attitré de Jagr à Omsk. Il a accumulé les scandales toute la saison, notamment lors d'un match à Yaroslavl où il est sorti du banc pour se joindre à une bagarre devenue alors générale. Mais sa sanction est due à son comportement à l'issue de la troisième manche de la demi-finale de Superliga, perdue 0-1 contre le Dynamo sur un but controversé d'Igor Mirnov. Après le match, il s'est rendu dans le café de la patinoire et il a agressé les arbitres qui s'y trouvaient (uniquement verbalement, selon le joueur). Notons d'ailleurs que Nazarov n'était pas seul et que d'autres joueurs de l'Avangard étaient présents. En apprenant sa suspension, Andreï Nazarov s'est fendu d'une longue interview dans Sport-Express dans laquelle il se lamenter qu'il n'y ait pas de syndicat des joueurs pour défendre ses droits. Dès le lendemain, la création du syndicat était rendue publique...

09/06 Équipe-type de division 1

Hockey Archives a procédé à la première élection d'une équipe-type de la D1, après avoir notamment consulté les entraîneurs des meilleurs clubs de la division. Une sélection qui témoigne de l'intérêt croissant de ce championnat qui mérite aussi d'être plus médiatisé.

Dans les cages, c'est Arnaud Goetz qui a été choisi pour sa régularité, préférentiellement à son principal concurrent Robert Marton qui a beaucoup contribué aux bons résultats de Caen. La défense est constituée des renforts étrangers des deux clubs haut-savoyards, Morgan Hansson et Peter Hrehorcak, mais le Montpelliérain Oliver McGee y aurait sans doute figuré s'il ne s'était pas blessé à mi-saison. L'entraîneur-joueur du champion Mont-Blanc, Stéphane Barin, était indiscutable, le tout était de savoir à quel poste puisqu'il a aussi évolué à l'arrière, mais c'est à l'aile droite qu'il a abordé les échéances les plus importantes. Au centre, c'est le Canadien bien connu de Strasbourg, Éric Medeiros, qui a la faveur des pronostics, même si on a noté la progression de jeunes joueurs comme Damien Raux et la confirmation d'anciens comme Romain Carry. La position d'ailier gauche a été la plus compliquée à déterminer, et aux dépens du jeune Bastien Sangiorgio ou d'anciens comme Fleutot, Garnier et même son coéquipier Flinck, c'est finalement Daniel Sevcik qui décroche la timbale.

L'équipe-type de la division 1 2004/05 : Arnaud Goetz (Mont-Blanc) ; Morgan Hansson (Chamonix) - Peter Hrehorcak (Mont-Blanc) ; Daniel Sevcik (Strasbourg) - Éric Medeiros (Strasbourg) - Stéphane Barin (Mont-Blanc).

12/06 Coupe Continentale

Comme son prédécesseur Amiens, le nouveau champion de France, Mulhouse, organisera un deuxième tour de Coupe Continentale. Cette fois-ci, il n'y aura pas Milan comme favori en face, car les champions d'Italie, qui avec leurs déplacements de supporters donnent toujours un attrait à la compétition, ont décidé de la boycotter pour protester contre sa formule et son mode d'organisation. Le HCM affrontera donc les champions de Grande-Bretagne (Coventry), du Danemark (Herning) et des Pays-Bas (Amsterdam). Le vainqueur sera qualifié pour le troisième tour qui se déroulera à Jesenice en Slovénie, dernière étape avant le tournoi final.

Pour la seconde année consécutive, cette phase finale aura lieu à Székesfehérvár, en Hongrie, et le club organisateur Alba Volán sera qualifié d'office. À nouveau, on connaît déjà trois participants sur quatre, avec les vice-champions de Suisse et de Russie, les ZSC Lions et le Lada Togliatti. Après une année de boycott, les Suisses sont donc revenus dans leur compétition maintenant qu'ils ont retrouvé l'accès à la Coupe des Champions en doublant l'Allemagne au classement IIHF. A contrario, ce sont maintenant les Allemands qui n'enverront aucun représentant dans les compétitions européennes. La Coupe Continentale est donc toujours aussi peu considérée en tant que telle, et la fédération internationale a encore bien des efforts à faire si elle veut lui donner plus de sérieux. Elle a ainsi indiqué sur son communiqué de presse que le participant estonien serait les Dreamland Queens... qui ne sont pas le champion national masculin mais, comme leur nom l'indique, l'unique équipe féminine du pays.

12/06 Independence Day

Dans les quelques jours précédant une date capitale, on ne pouvait s'empêcher de nourrir quelques craintes au sujet d'un éventuel retournement de situation de dernière minute. Les offensives ou contre-offensives du président rouennais Thierry Chaix à destination de la commission de contrôle de gestion et de l'AEHF risquaient-elles de faire voler en éclats le front uni par lequel le hockey souhaitait illustrer sa maturité ? La création d'une "Union pour l'Avenir du Patinage Français" par Didier Gailhaguet risquait-elle d'empêcher le hockey de décider seul de son avenir ?

Rien de tout cela. C'est bien dans la journée de dimanche qu'ont pu s'exprimer, seuls, les représentants du hockey. Ils ont applaudi avec émotion ce moment historique après avoir voté à l'unanimité la motion suivante : "L'Assemblée générale des clubs de hockey sur glace, réunie à Paris le 12 juin 2005, adhère à la décision du Ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative de confier au président Norbert Tourne la mission de séparation du hockey sur glace de la FFSG et la création d'une fédération indépendante de hockey sur glace. L'Assemblée générale des clubs de hockey mandate l'Autorité exécutive du hockey français et son président Luc Tardif pour mener à bien les travaux préparatoires aboutissant à la création de la Fédération française de hockey sur glace pour la fin de saison 2005-2006."

16/06 Faux bonds

Coup dur quasi-simultané pour deux clubs français, qui se retrouvent sans entraîneur au milieu du mois de juin alors qu'ils en avaient engagé un dès le début de l'intersaison. D'une part, Éric Sarliève, qui avait déjà quitté Valence de manière un peu impromptue il y a deux saisons, a appelé le président Georges Obninsky pour lui signifier qu'il ne pourrait finalement pas entraîner Gap la saison prochaine.

Au même moment, Heikki Leime était officiellement présenté comme nouvel entraîneur du Lausanne Hockey Club. Le problème, c'est qu'il s'était contractuellement engagé il y a deux mois pour s'occuper d'un autre LHC, celui de Lyon. Il avait même posé en photo avec le président Gérard Berthet et avait dessiné les grands axes de sa politique de recrutement, fondée sur les espoirs français. Une annonce qui n'est pas restée sans effet, puisque le nombre de visites du site internet du club était passée depuis l'arrivée de Leime de sept mille à douze mille par mois. De jeunes tricolores avaient déjà signé, attirés par le projet mis en place par Leime. Le club se dit quand même prêt à trouver un autre entraîneur d'ici une semaine.

25/06 Résultats présentés par la CNACG

La Commission Nationale d'Aide et de Contrôle de Gestion a étudié les dossiers des clubs de Ligue Magnus, de division 1 et de division 2. Voici l'état d'avancement de ses travaux, présentés à l'AEHF ce matin. C'est la D1 qui s'en sort le mieux. Les clubs ont encore quelque jours pour réagir et compléter leurs dossiers, puisque la CNACG clôturera ses investigations et remettra ses recommandations finales le 1er juillet.

Le plus problématique est la situation des deux finalistes de la dernière Ligue Magnus. Le champion en titre Mulhouse est en effet aux prises depuis plusieurs mois avec un décalage de trésorerie, comme il l'avait déjà expliqué lors des derniers play-offs. Le président alsacien Paul Heyberger se veut aujourd'hui rassurant : "Le problème de trésorerie est en train de se régler et Mulhouse sera bel et bien en Magnus les prochaines saisons. Le problème vient de la progression fulgurante du HCM qui est passé de 50 000 francs à 900 000 euros de budget en seulement neuf ans, en passant de tout en bas à tout en haut. Dans une entreprise connaissant ce type de progression, on fait à un moment x une pause pour asseoir la trésorerie, qui ne peut que très rarement suivre le rythme. Dans le cas du HCM, c'est le même principe, mais j'ai choisi l'option d'un refinancement, qui permet de limiter l'effet 'pause'." Cependant, cette analyse n'est pas partagée par Luc Tardif : "Pour Mulhouse, il y a une petite chance, je dis bien une petite, si le président se rend compte de la situation et arrête sa méthode Coué. Il reste encore quelques jours."

Quant au cas de Tours, il semble bien plus épineux, tant les solutions évoquées (avance de subventions municipales sur quatre ans) paraissent extrêmes. Alors que Bob Millette a déjà entièrement engagé son équipe pour la saison prochaine, il s'avère qu'on lui a cédé pour son recrutement de ces dernières années plus d'argent qu'il n'y en avait. Le trou de plus de deux cent mille euros semble rédhibitoire.

L'état des lieux actuel :

Ligue Magnus

Clubs validés : Caen, Épinal, Mont-Blanc.

Clubs validés avec engagements sur objectifs : Angers, Gap, Villard-de-Lans.

Clubs avec prévisionnel à revoir : Dijon, Morzine-Avoriaz.

Clubs sous recrutement contrôlé (dépassement de masse salariale) : Amiens, Briançon, Grenoble, Rouen.

Clubs non validés sauf présentation de garanties complémentaires : Dunkerque (réponse de la mairie le 27 juin), Anglet.

Clubs non validés et rétrogradés : Mulhouse, Tours.

Division 1

Clubs validés : Annecy, Asnières (repêché à la place de Clermont), Avignon, Chamonix, Courbevoie, Montpellier, Neuilly-sur-Marne, Strasbourg, Valence, Le Vésinet.

Club validé avec engagements sur objectifs : Cergy-Pontoise.

Clubs en attente d'éléments complémentaires : Amnéville, Garges-lès-Gonesse, Limoges, Viry-Chatillon.

Club non validé sauf présentation de garanties complémentaires : Lyon.

Division 2

Clubs validés : ACBB, Amiens II, Français Volants de Paris, La Roche-sur-Yon, Le Havre, Meudon, Nantes, Toulouse.

Club validé avec engagements sur objectifs : Champigny-sur-Marne.

Club avec prévisionnel à revoir : Chambéry.

Clubs en attente d'éléments complémentaires : Bordeaux, Nice.

Clubs non validés sauf présentation de garanties complémentaires : Cholet, Reims.

Club non validé et rétrogradé en division 3 : Toulon.

Le CNACG a également étudié les dossiers des clubs classés de la deuxième à la quatrième place de la division 3, premiers candidats pour pallier une défection. Le dossier de Rennes n'a pas été validé, alors que Belfort et Font-Romeu doivent encore apporter des garanties complémentaires.

25/06 Communiqué de presse de l'AEHF

L'Autorité exécutive du hockey français (AEHF) a entériné ce jour les propositions faites par la CNACG (contrôle de gestion) sur les engagements des clubs de hockey sur glace en championnat de France.

Le fait marquant réside dans la non-validation des dossiers présentés par Mulhouse et Tours, vainqueur et finaliste de la Ligue Magnus cette saison. Cette décision, qui prive le hockey français de deux de ses meilleures équipes, s'appuie sur le fait que les deux clubs n'ont pas respecté les conditions budgétaires liées à leur engagement sur la saison écoulée, mais aussi sur le constat d'une situation financière présentant aujourd'hui un passif supérieur à 250 000 , avec un prévisionnel pour la saison à venir n'offrant pas les garanties nécessaires.

Luc Tardif explique cette décision, difficile à prendre car lourde de conséquences pour les clubs et les joueurs concernés, par la volonté affirmée de l'AEHF d'imposer aux clubs des principes de rigueur et de pérennité qui ont trop souvent fait défaut au hockey français par le passé. Il serait fort préjudiciable pour ce sport en quête d'indépendance, à quelques mois de la création d'une fédération française de hockey sur glace, de voir certains de ses clubs d'élite cesser leur activité en cours de saison, avec des sportifs, internationaux ou non, contraints à l'inactivité.

L'AEHF a demandé à Chamonix et Strasbourg, respectivement troisième et quatrième de D1, de présenter un dossier en vue d'une accession en Ligue Magnus.

En l'état actuel des choses, les championnats 2005-2006 pourraient se composer de : 12 à 14 équipes en Ligue Magnus, 14 à 16 équipes en division 1, 14 à 16 équipes en division 2. Le devenir des clubs qui ne seront pas validés dans leur division sera traité par l'AEHF qui les affectera, dans le respect du règlement sportif, dans la division correspondant à leurs moyens, en fonction des places disponibles. Les clubs en attente de validation connaîtront leur sort le 1er juillet.

28/06 Le HCM s'active pour boucler une solution

Paul Heyberger, président du HC Mulhouse, s'active actuellement à la recherche d'une solution après la non-validation de son dossier d'engagement en Ligue Magnus. "L'heure n'est pas aux règlements de comptes en public, mais à la mise en place de solutions viables permettant l'assainissement des finances du HCM, sans quoi celui-ci n'aurait rien à faire en Magnus. La Mairie, notre banque et moi même, sommes en train de boucler une solution qui est techniquement compliquée, même si le principe en est acquis."

Sur la question subsidiaire de la masse salariale, au sujet de laquelle le club a été montré du doigt tout au long de la saison surtout depuis le recrutement de deux joueurs de NHL, le président mulhousien précise qu'elle "n'a pas été dépassée ; comme pour d'autres clubs 'blancs', les suppléments ont été payés par des partenaires, certains clubs utilisant les contrats de sportifs de haut niveau, ou d'autres artifices..."

Au sujet de l'écart entre le prévisionnel remis l'an dernier et la situation actuelle, Paul Heyberger explique : "Le risque calculé de 50 à 60 k partait d'un prévisionnel établi en catastrophe début juillet 2004 avec des indications qui se sont avérées fausses. Dans les faits, le risque en question n'a pas été dépassé et s'est avéré payant, puisqu'il a conduit au titre. Concernant la CNACG, elle a été mise au courant de la situation dès janvier 2005 et je l'avais prévenue que le prévisionnel ne pourrait pas être tenu et que le prochain bilan serait sans concession. C'est évident que l'annonce de la dure réalité fait mal, mais c'est le mal nécessaire pour l'assainissement de nos comptes et la pérennité du HCM en dépend. En aucun cas, le dépôt de bilan n'est envisagé et le refinancement de la dette est quasi-bouclé (Amiens a utilisé la même méthode, encadrée par un redressement judiciaire). J'espère que nous pourrons jouer en Magnus la saison prochaine, nos fans l'ont bien mérité. L'avenir passe par des bases saines, et quand on les aura, on pourra véritablement construire en suivant l'exemple des grands clubs français ou étrangers."

28/06 Wolfsburg viré de la DEL

Même si les dirigeants de Wolfsburg répétaient ces dernières semaines qu'ils planifiaient une autre saison en DEL et étaient pleinement confiants, tout le monde se doutait que l'assemblée de la ligue leur serait défavorable. Le club avait reçu une dérogation valable une seule saison pour jouer en DEL dans sa vieille patinoire, en attendant d'en bâtir une nouvelle. Un an après sa promotion, la construction n'a toujours pas commencé, même si des bulldozers isolés tentent de faire de la présence sur le site prévu, depuis que la première pelletée de ciment a été symboliquement déposée il y a deux mois dans une cérémonie destinée à marquer le coup vis-à-vis des dirigeants de la ligue.

Mais les effets de manche ne prennent plus. Wolfsburg a trop temporisé avant de commencer enfin les travaux de la patinoire réclamée. Il est donc en porte-à-faux avec les règlements de la ligue, et pour obtenir un vote favorable, il lui aurait fallu des alliés chez ses concurrents. Or, en chassant les internationaux tout en faisant monter les prix sur le marché, le club s'est fait plus d'ennemis que d'amis ces dernières semaines. Kassel, club bien implanté, sympathique mais sportivement relégué après une saison ratée, est donc repêché en DEL et peut enfin souffler... Car cette décision, même si elle était de plus en plus probable, il aura fallu plus de deux mois avant qu'elle soit rendue, et cela n'a pas facilité la planification de la prochaine saison. Maintenant, il reste à savoir ce que deviendra Wolfsburg. Construira-t-il quand même une patinoire malgré cette rebuffade ? Tout dépend de la politique du groupe Volkswagen, car c'est lui qui avait mis les moyens pour faire monter ce club aux structures pas encore vraiment développées. Financera-t-il encore le hockey ?

 

 

Le mois précédent (mai 2005)

Le mois suivant (juillet 2005)