Septembre 2004

 

02/09 Bozon inclus pour de bon dans l'effectif genevois

Le contrat de Philippe Bozon, qui prévoyait initialement qu'il soit entraîneur dans le hockey mineur de Genève-Servette, notamment auprès de ses fils, a été commué en un contrat de joueur. Sa condition physique toujours bonne lors de la phase de préparation a convaincu le staff de lui maintenir sa confiance. À 37 ans, il jouera donc une nouvelle saison en LNA suisse, aux côtés des deux recrues Andreas Johansson (Nashville, NHL) et Michal Grosek (Boston, NHL). Pour la place de quatrième étranger, le club genevois serait sur la piste de deux vétérans de NHL, l'ex-international canadien Travis Green et le meilleur joueur polonais Mariusz Czerkawski.

Quant à Yorick Treille, qui avait effectué une partie de sa préparation à Genève, il a usé de sa clause de sortie pour décliner la proposition d'Augsbourg. Il est vrai qu'on lui aurait imposé une période d'essai pendant la préparation et qu'il aurait été difficile pour lui d'intégrer un effectif de DEL, mais qui ne tente rien n'a rien. Treille a privilégié des options nord-américaines, et il se dit qu'il pourrait intégrer le système des Boston Bruins pour sans doute jouer en AHL à Providence, mais aucune signature n'a été officialisée pour l'instant.

03/09 Bon partenariat pour le championnat du Danemark

Cela fait plusieurs années que la SuperIsLigaen, le championnat danois de hockey sur glace, dispose d'un sponsor général, mais jusqu'ici les partenaires s'étaient limités à des contrats de deux ans. Cette fois, elle vient de signer pour trois ans et approximativement six millions de couronnes (800 000 euros) avec Tipstjenesten, l'équivalent danois de la Française des Jeux. Le nom Oddset Ligaen - d'après un des jeux du nouveau sponsor - sera donc utilisé commercialement pour désigner le championnat, même si sa dénomination officielle reste SuperIsLigaen, comme c'était déjà le cas avec les précédents sponsors.

10/09 Pression du résultat intacte en Russie

Les autres championnats n'ont même pas commencé que, en Russie, le premier entraîneur a déjà été licencié ! Il a suffi de quatre journées - et quatre défaites - pour que le Sibir Novosibirsk se sépare de Vladimir Semenov. Le manager du club, Vladimir Golubovich, prendra la charge de l'équipe pendant deux les deux prochains matches à l'extérieur, et les joueurs découvriront le nouvel entraîneur à leur retour en Sibérie.

Selon les discours officiels, la suppression de la relégation devait pourtant inciter les clubs à travailler à long terme, à intégrer des jeunes, et patati, et patata. En réalité, le premier licenciement d'entraîneur a battu des records de précocité, le favori du championnat (le Dynamo) investit dans le béton, et dès que le lock-out NHL sera déclaré, normalement dans cinq jours, une pléiade de joueurs arrivera, peut-être pour rester seulement quelques mois.

11/09 Ligue Magnus : le champion chute d'entrée

Le choc de la première journée de Ligue Magnus a donné lieu à la surprise presque attendue. Angers a en effet fait tomber d'entrée le champion en titre Amiens, dont la production offensive semble de plus en plus dépendante de François Rozenthal auteur d'un doublé. Il a permis à Amiens de mener au score avant qu'une erreur de Mindjimba sur un tir en angle fermé de Mocquard ne permette l'égalisation des Ducs, qui ont gagné 5-3 avec un doublé de la recrue canadienne Guillaume Rodrigue. La défense du titre sera comme prévu ardue pour les Gothiques, car les favoris Mulhouse et Rouen se sont imposés sans difficulté à Clermont et Épinal.

Quant à l'outsider Tours, il a remporté l'essentiel, les deux points, en battant Villard-de-Lans 4-2 dont un but en cage vide. Il faut dire que les Ours ne sont pas épargnés par les problèmes à l'approche de cette nouvelle saison. Ils ont perdu définitivement une de leurs deux recrues offensives nord-américaines, Gérald Tallaire, qui s'est rompu les ligaments du genou, et son collègue Jarret Reid est également blessé, de même que Franck Billieras et le capitaine Christophe Negro. Et cela ne s'arrange puisque les Villardiens sont revenus d'Indre-et-Loire avec un joueur de plus à l'infirmerie, Jean-Marc Girard.

Dans la bataille pour la relégation, la saison sera longue pour Dunkerque, qui n'a pas fait le poids face à Briançon (0-7). Par contre, Gap a déjà pris un point en bénéficiant des mêmes circonstances favorable que l'an dernier, à savoir affronter à la première journée un club qui n'a pas encore toutes ses licences au point. Cette fois, il ne s'agit plus de Briançon mais d'Anglet, qui a dû jouer sans Garbocz et sans ses quatre arrières étrangers (!). Face à une défense inexpérimentée, Gap a mené 3-0 avant de se faire rejoindre à 4-4 au dernier tiers-temps. Mais il faut surtout souligner que ces trois premiers buts ont été inscrits par Teddy Da Costa pour son tout premier match officiel en seniors ! Mieux que les trois points de Bellemare l'an passé au même âge lors de la première journée (car il avait alors déjà du vécu au plus haut niveau et venait d'être sélectionné en équipe de France), c'est une performance historique de la part de ce joueur de dix-huit ans.

11/09 Division 1 : moteurs suédois pour Chamonix

Le retour de renforts suédois à Chamonix a été encore plus efficace qu'espéré. Face à une équipe de Limoges encore en chantier, Hansson et Larsson ont inscrit trois buts chacun, et les Chamois ont obtenu une victoire écrasante 10-0. Test peut-être plus sérieux la semaine prochaine à Lyon, qui a gagné 5-0 à Valence. Mais le choc de cette journée d'ouverture opposait le Mont-Blanc à Montpellier, et les Vipers ont prouvé qu'ils seraient tout de suite des concurrents dangereux en haut de tableau en ne s'inclinant que 3-2 en Haute-Savoie.

Dans la poule nord, même si Strasbourg n'a guère eu de difficultés pour ramener la victoire de Neuilly-sur-Marne (7-3), les équipes d'Ile-de-France semblent capables de faire mieux que l'an passé où une seule d'entre elles s'était qualifiée en poule finale. Le Vésinet a en effet gagné à Amnéville sur le score impressionnant de 11-4, et Caen, sorti de sa préparation contre des équipes de Ligue Magnus, est tombé de haut à Courbevoie (5-4).

13/09 Coupe d'Allemagne : trois gros poissons dehors

Comme d'habitude, le premier tour de la Coupe d'Allemagne a été marqué par quelques surprises, et trois clubs de DEL sont passés à la trappe. La surprise vient surtout de l'identité des trois éliminés, car il s'agit vraiment de très gros poissons : le champion en titre Francfort, le favori de la nouvelle saison Mannheim et le plus gros budget Hambourg. Rien que ça !

Hambourg a perdu sans discussion (3-0) chez le petit club formateur de Kaufbeuren, où le jeune gardien Jochen Reimer a épaté avec un blanchissage pour son premier match officiel. Francfort s'est incliné sur le même score sans appel à Schwenningen. Ce dernier résultat est assez amusant dans le sens où, un avant d'être sacré champion d'Allemagne, Francfort aurait dû être relégué et n'avait dû son maintien en DEL qu'au retrait de licence de Schwenningen pour raisons financières.

Dans le derby du Bade-Wurtemberg joué à Bietigheim-Bissingen, Mannheim n'a pour sa part été battu qu'à quinze secondes de la fin par un but décisif de Patrick Vozar. Cette élimination clôt une semaine très mouvementée pour les Adler, qui sortaient de trois matches amicaux en Suisse romande. Après une nette défaite 6-2 à Lausanne, ils avaient vu leur deuxième adversaire Fribourg-Gottéron quitter la glace avant la fin après avoir eu deux joueurs blessés par des crosses malintentionnées, et enfin ils avaient perdu 5-0 à Genève en ne faisant jouer ni leurs étrangers ni leurs deux recrues allemandes Aab et Greilinger et en alignant à leur place des juniors et même trois joueurs prêtés par le club partenaire Heilbronn.

Mais le grand feuilleton de l'été à Mannheim, c'est le poste de gardien. Il devait initialement être attribué à Jamie Storr, mais celui-ci a finalement fait faux bond pour un contrat en NHL (une manie chez les recrues de Mannheim). On s'est donc rabattu sur Tyler Moss, mais ce joueur venu d'AHL n'a pas convaincu l'entraîneur Helmut de Raaf - lui-même ancien gardien - pendant la préparation. À deux semaines de l'ouverture du championnat, on a donc invité plusieurs candidats... qui ont connu des sorts variés. Norm Maracle, vice-champion de Russie l'an dernier à Magnitogorsk, a annulé sa venue au dernier moment. Il faut dire que Nuremberg n'aurait pas apprécié puisqu'il avait d'abord signé avec eux avant qu'on le laisse repartir au Canada auprès de sa mère malade il y a un mois. On a donc discrètement fait savoir que le contrat de Maracle était toujours valide et qu'il ne pourrait pas s'engager comme ça ailleurs en Allemagne en se moquant du monde. Le deuxième candidat, Steve Passmore, un autre Canadien, s'est blessé dès son premier match amical avec Mannheim. Avant même que la mise à l'épreuve ne commence, il ne restait donc plus qu'un seul candidat, Karol Krizan, qui reste sur une excellente saison en Extraliga slovaque.

Mais un intrus a coiffé tout le monde au poteau : un certain Cristobal Huet vient de s'engager à Mannheim. Il s'entraîne depuis une semaine à Mannheim même s'il ne peut pas jouer pour l'instant puisqu'il est sous contrat avec les Canadiens de Montréal. Pour qu'il puisse disputer un match, il faut d'abord que le lock-out soit déclaré, ce qui devrait être fait mercredi, deux jours avant le début de la saison de DEL. C'est un clin d'śil amusant que le poste initialement prévu pour Storr soit en fin de compte dévolu à Huet, son ex-concurrent qui l'avait poussé dehors chez les Los Angeles Kings. Mais c'est aussi un pari risqué pour Mannheim, qui devra garder une licence d'étranger en réserve en cas de fin du lock-out et n'aura alors aucune assurance de trouver un remplaçant de sa qualité.

14/09 Comme papa

Bien sûr, il n'a pas l'aura de son père, l'illustre ancien capitaine des Canadiens de Montréal. Mais l'arrivée de Steve Gainey, le fils de Bob Gainey, ne fait pas que raviver une vague de nostalgie à Épinal. L'ailier gauche n'a certes pas de bagues de Coupe Stanley au doigt, mais il a joué sept matches de NHL encore l'an dernier, et il est peut-être la meilleure recrue spinalienne depuis son paternel, éclipsant Daniel Goneau qui a déçu samedi à son premier match. Steve Gainey, qui avait accompagné son père dans les Vosges et avait donc fait une année de son hockey mineur au sein de l'ICE, y est revenu près de quinze ans plus tard en tournée avec le "team Sport Aid", une équipe de joueurs de NHL et d'AHL qui fait des matches de charité en Europe (victoires à Épinal et à Tours, défaite à Langnau, nul à Grenoble). Le président Maurice n'a pas manqué de lui rappeler les souvenirs d'antan, et voici qu'il s'est décidé à franchir le pas pour le transfert le plus inattendu de l'intersaison.

Ce n'est pas la seule recrue de bon calibre qui est recrutée tardivement, puisque Briançon vient d'engager l'international slovène Edo Terglav. Le club avait besoin de renforcer son attaque après avoir appris samedi la suspension pour un an de Dino Grossi (pour son gravissime geste sur Gachet qu'il avait frappé à la nuque avec sa crosse lors de la demi-finale contre Grenoble), dont le contrat a immédiatement été résilié.

15/09 Premier accroc entre AEHF et FFSG

Vendredi dernier, le Conseil Fédéral de la fédération française des sports de glace, à majorité issu du patinage, a élu Jean-Louis Millon comme représentant du hockey sur glace au Bureau Exécutif de la FFSG. Réunie hier soir, l'Autorité Exécutive du Hockey Français a vivement contesté cette nomination, estimant que c'était à elle de choisir son représentant (elle pourrait même en avoir deux compte tenu du nombre de licenciés dont elle est le porte-voix), conformément aux promesses faites par le nouveau président Norbert Tourne en juin dernier. Légitimité à l'unanimité par l'assemblée générale des clubs, l'AEHF n'a pas l'intention de subir le même sort que le Directoire dans les premières semaines de la saison passée, et de laisser la "vieille garde" reprendre le pouvoir. Dans cette même réunion, l'AEHF a voté le refus du budget 2005 si celui-ci n'était pas revu à la hausse et présenté dans une configuration "autonomie". Elle a en outre rappelé au président Tourne son engagement solennel de chasser Bernard Goy de la FFSG.

16/09 Lock-out officiel

La NHL a officiellement déclaré le lock-out hier, ce qui était inévitable puisque les négociations entre joueurs et propriétaires n'ont pas avancé d'un pouce. Les données sont toujours les mêmes : depuis le précédent lock-out en 1994, dont les joueurs sont sortis vainqueurs, leurs salaires ont été augmentés de 252 %, contre 162 % pour les recettes des franchises. Du coup, celles-ci fonctionnent à perte et une demi-douzaine d'entre elles sont menacées de mettre la clé sous la porte si le système continue ainsi, avec une masse salariale des joueurs qui représentent 75 % du budget, soit beaucoup plus que dans les autres sports professionnels nord-américains. Mais la NHLPA, le syndicat des joueurs, refuse catégoriquement la mise en place de toute forme de plafond salarial.

Même s'ils sont conscients que les managers ont une part de responsabilité puisque ce sont eux qui ont accordé des salaires déraisonnables, les amateurs canadiens de hockey ont largement choisi leur camp puisque 80 % d'entre eux sont du côté des propriétaires selon un récent sondage. Il est vrai que les caprices des millionnaires pour quelques (tonnes de) dollars de plus ont de quoi paraître indécents quand on sait que la moitié du personnel administratif de la NHL a reçu une lettre de licenciement, et qu'il en sera bientôt de même pour les "petits employés" des franchises. Curieusement, la rémunération de trois millions de dollars du boss Gary Bettman ne sera, elle, pas remise en question...

L'afflux de joueurs de NHL en Europe devrait encore s'activer dans les jours à venir. À peine la finale de coupe du monde terminée et le lock-out annoncé, Olli Jokinen était ainsi recruté par Kloten, club suisse d'habitude sage mais qui était confronté à la blessure d'un de ses étrangers, Steve Guolla. Les conséquences pour la France seront bien sûr plus limitées, mais Steve Montador, finaliste de la dernière Coupe Stanley avec Calgary, arrivera à Mulhouse samedi matin et sera présenté au public le soir même contre Dunkerque. Il pourrait débuter lors du choc contre Grenoble.

17/09 La Slovaquie déçue

C'est ce soir le grand jour de reprise pour beaucoup de grands championnats européens, de l'Allemagne à la République Tchèque, mais l'euphorie n'est pas la même partout. À la sortie d'une coupe du monde ratée, la Slovaquie, qui aurait pu être le pays qui profiterait le plus du lock-out si ses stars de NHL avaient souhaité revenir dans son Extraliga désargentée, se désole ainsi que nombre d'entre elles lui tournent le dos. Zigmund Pálffy par exemple, qui avait annoncé dans un premier temps qu'il rentrerait dans sa ville natale de Skalica, a finalement décidé de s'engager avec son compère Josef Stümpel au Slavia Prague, dans le championnat tchèque. Comme si les voisins tchèques n'avaient pas assez de leurs propres internationaux, comme Jaromír Jágr qui rentrera dans son club formateur de Kladno.

C'est dommage car ce genre d'arrivée dans un petit club aurait pu rééquilibrer le championnat. Au lieu de cela, les habituels favoris seront encore plus renforcés. Le champion en titre Trencín s'appuiera ainsi que Marián Gáborík, probablement accompagné de Pavol Demitra et Marián Hossa. Avec une ligne pareille, pas grand monde ne pourra l'arrêter. Le Slovan Bratislava, renforcé en défense de Lubomír Višnovsky, tentera d'y parvenir, en faisant actuellement le forcing pour faire revenir Miroslav Šatan, qui y avait déjà joué au début de la saison dernière. Et encore, son leader habituel Zdeno Cíger a décidé de prendre une année sabbatique, disant qu'il a perdu tout goût pour l'Extraliga après avoir été suspendu six matches à la suite de son agression sur un arbitre lors des derniers play-offs.

On retrouvera donc toujours les quatre mêmes : Trencín, le Slovan, Zvolen et Košice. Cette dernière équipe, un peu décrochée l'an dernier, a décidé de revenir en embauchant Dušan Gregor, l'entraîneur champion avec Trencín. Le tenant du titre a répliqué en engageant... l'ex-entraîneur de Košice, Róbert Spisák. Personne ne viendra inquiéter ce quatuor, et surtout pas Poprad, qui attire dans ses montagnes des préretraités en quête de villégiature comme le quarantenaire pragois Richard Zemlicka ou Miroslav Ihnacák, de retour chez lui à 42 ans.

18/09 Ligue Magnus : pas de quartier

Cette deuxième journée de Ligue Magnus comprenait deux des rencontres les plus déséquilibrées de la saison en envoyant chez les deux armadas deux des effectifs les plus tendres du championnat. Le résultat a malheureusement été aussi lourd que l'on pouvait s'y attendre. Mulhouse a écrasé Dunkerque 12-0, et Clermont-Ferrand, qui avait tenu un 0-0 lors de son dernier déplacement sur l'île Lacroix, a cette fois pris onze palets rouennais dans ses filets.

Les Alsaciens et les Normands doivent cependant partager la tête avec un troisième larron, l'outsider Briançon, qui a réussi son second 7-0, cette fois dans le derby contre Gap. Yannick Maillot, qui avait trop peu marqué l'an passé, est reparti sur des bases très prometteuses avec un deuxième doublé. Mais les Briançonnais ont rencontré les deux adversaires les plus faibles, et leur vrai test aura lieu mardi à Grenoble pour un match que le public aurait tort de déserter, et pas seulement parce que les dirigeants isérois donneront priorité à ceux qui viendront à ce match en semaine pour obtenir des billets contre Rouen ou Amiens. Battu 3-2 à Villard-de-Lans sur un but à la dernière minute de Jamie Herrington, Angers n'a par contre pas pu confirmer et se joindre au groupe de tête.

Du fait du report de Morzine-Dijon la semaine dernière (championnats du monde de VTT aux Gets), trois équipes faisaient leur rentrée ces jours-ci. Elle a été réussie pour Dijon, vainqueur d'Épinal 4-1, tout à fait prometteuse pour le promu Morzine (qui a perdu pour de longs mois son meilleur buteur de la saison passée Tomas Lindgren, qui s'est rompu le tendon d'Achille lundi dernier), qui ne s'est incliné que 4-2 à Amiens avec un dernier but en cage vide, et très bonne dès hier pour Grenoble, qui a gagné 5-2 à Anglet en match avancé avec un doublé de Christophe Tartari.

18/09 Division 1 : les trois favoris déjà loin devant

À l'heure où le niveau de Clermont, Dunkerque et Gap fait débat, les trois favoris de la division 1, Chamonix, Mont-Blanc et Strasbourg, rêvent de les remplacer. Ils ont encore prouvé ce week-end qu'ils sont au-dessus du niveau de la D1. Vainqueur 8-1 au Vésinet, Strasbourg n'a pas de rival en poule nord. Caen, qui s'est rassuré en écrasant Garges 7-0 avec un triplé de Tuomo Määttä, sera néanmoins toujours là en outsider, de même que Neuilly-sur-Marne, qui a battu Courbevoie 4-2. Encore battu à Asnières 6-3, Amnéville aura du mal à retourner en poule finale.

Au sud, la surprise est venue de Valence, qui est allé chercher un match nul à Montpellier (2-2) dans un match très rugueux, et qui menait même de deux buts avant le dernier tiers-temps. Les deux équipes de Haute-Savoie ont déjà creusé l'écart au classement, et les autres se battront pour les deux places restantes. Il faudra suivre Avignon, dont la patinoire ne rouvrira que lundi (après une panne de compresseur), mais qui a déjà ramené un point de Limoges (3-3).

23/09 Ligue Magnus : Pas facile de jouer à domicile

Cette troisième journée de Ligue Magnus nous a donné quelques résultats surprenants, tout d'abord Épinal qui l'emporte à Poissompré 4-2 face au champion en titre Amiens, on notera le déblocage des compteurs de son duo canadien Goneau-Gainey. Briancon confirme son bon début de saison en ramenant un nul de Grenoble 3-3, et enfin Gap résiste vaillamment face à Mulhouse 1-2.

Dans les matches joués ce mercredi, Rouen a déroulé à Dunkerque en gagnant 14-2, et Tours est parti gagner 3-2 à Angers sur un doublé d'Éric Perricone. Cette journée n'aura pas été fructueuse pour les équipes qui ont reçu puisque seul Épinal s'est imposé chez lui. Au classement, Rouen prend la tête du championnat en compagnie de Mulhouse avec six points, un de plus que l'outsider de plus en plus affirmé Briançon.

24/09 Hardy Nilsson viré

À l'issue de l'énième catastrophique élimination de l'équipe de Suède à la coupe du monde, la fédération avait dans un premier temps annoncé que l'entraîneur Hardy Nilsson resterait en poste, au grand désarroi de la presse et de l'immense majorité des supporters qui le considèrent comme responsable des multiples échecs de la Tre Kronor dans les compétitions internationales depuis trois ans, surtout depuis la défaite contre le Belarus aux JO de Salt Lake City. L'humiliation en quart de finale contre la République Tchèque (0-5) a été la goutte qui a fait déborder le vase vis-à-vis d'un entraîneur qualifié de "loser" et dont les compositions douteuses de lignes ont été très critiquées tout au long du tournoi.

Hier, finalement, la fédération suédoise a publié un communiqué laconique expliquant que Hardy Nilsson avait perdu sa confiance. Il lui est aussi reproché d'être peu actif dans les relations publiques pour promouvoir la Tre Kronor. À vrai dire, le danger était plus que sportif. Le hockey sur glace risquait en effet de perdre son crédit auprès du public suédois, car les intentions offensives ne pardonnent plus le manque de victoires. Certains supporters en venaient même à regretter l'infâme finale des championnats du monde de Zurich (gagnée 1-0 et 0-0 en deux manches contre la Finlande) comme le "bon vieux temps", même si ce hockey ultra-ennuyeux est un souvenir horrible pour tout non-Suédois. Il n'y avait d'autre choix que de licencier Nilsson, même si cela coûtera cher à la fédération qui devra régler le reste de son contrat qui courait jusqu'en 2006.

C'est sans doute aussi pour cela que son remplaçant ne sera pas connu de suite. Des entraîneurs de clubs d'Elitserien seront appelés au coup par coup par le manager de l'équipe nationale Claes-Göran Wallin dans les tournois de l'Euro Hockey Tour, qui feront peut-être office de tests. Le futur sélectionneur sera seulement nommé avant les prochains championnats du monde en Autriche. Le favori est Conny Evensson : il avait déjà conduit la Suède à deux titres de championne du monde en 1991 et 1992, et il est libre car il a quitté son poste à Västra Frölunda en début d'année à cause de problèmes de dos.

Les Tchèques n'ont plus ce problème. Après la bonne coupe du monde, le contrat de Vladimir Ruzicka a été prolongé jusqu'à la fin de la saison.

25/09 Ligue Magnus : plus de petites équipes ?

La quatrième journée de Ligue Magnus a été rassurante pour deux équipes qui inspiraient les plus vives inquiétudes après une succession de défaites écrasantes depuis le début de saison. Dunkerque, qui avait encaissé onze buts par match en moyenne, a longtemps mené 1-0 à Dijon sur un but de Clément Thomas et a failli créer une immense surprise. La vaillante résistance du gardien Landry Macrez n'a néanmoins pas suffi, et les Ducs se sont imposés 2-1 sur un but en prolongation de Calle Konsti. Malgré la frustration d'être passé près de l'exploit, le HGD repart tout de même avec un point en récompense de ses efforts. Il n'y a plus qu'une seule équipe bredouille après quatre journées, c'est Clermont-Ferrand, mais elle aussi a repris du poil de la bête en ne s'inclinant que 4-2 chez un champion de France amiénois toujours pas convaincant.

Maintenant que Mulhouse a concédé un match nul contre Grenoble (2-2), il n'y a plus que trois équipes qui ont fait carton plein : le leader incontesté Rouen, qui a enfin pu réussir son premier blanchissage (7-0 contre Gap) après avoir surtout impressionné offensivement, le discret Dijon et l'ambitieux Tours, vainqueur 5-2 d'Anglet déjà mal en point au classement.

Tous les points vaudront cher dans l'optique des play-offs, pour lesquels Épinal confirme ses nouvelles ambitions en gagnant 4-1 à Villard-de-Lans. C'est dire que Morzine regrettera peut-être bientôt ses premiers pas en Ligue Magnus. Le promu est comme prévu au niveau mais n'arrive pas à conclure. Menant de trois buts à Angers, il s'est fait remonter pour s'incliner pour la seconde fois consécutive en prolongation, 7-6 à l'issue d'un scénario palpitant.

25/09 Division 1 : Montpellier, Cham'étonne

En poule nord de D1, le leader Strasbourg n'a évidemment pas fait un pli chez la lanterne rouge Amnéville (8-2). Derrière les Alsaciens, Caen (6-2 à Asnières) et Courbevoie (7-2 contre le Vésinet) semblent se détacher pour l'instant. Par contre, la surprenante défaite de Neuilly-sur-Marne à Garges-lès-Gonesse (4-3) prouve que la bataille pour la qualification sera longue et intense.

Dans le sud, Montpellier a prouvé que le nul concédé contre Valence n'était qu'un accroc. Les Vipers ont prouvé leur valeur grâce à un calendrier difficile qui les a envoyés en seulement trois journées chez les deux cadors de Haute-Savoie. Ils étaient revenus frustrés de leur déplacement à Saint-Gervais, ils ont pris leur revanche en allant gagner 3-1 à Chamonix, qui voit son rival Mont-Blanc se détacher après sa victoire 4-0 à Avignon. Bien en place défensivement, les Montpelliérains ont montré qu'ils peuvent être redoutables en contre-attaque, et ils ont bénéficié d'un gros match de Fabrice Agnel qui se relance bien en D1 après une année difficile comme second gardien en Grenoble. L'autre homme de la journée, c'est Jean-Philippe Pacull. L'ex-buteur de D2 tient désormais ce même rôle en D1 pour une équipe de Limoges en pleine reconstruction, et son hat-trick a permis de battre Lyon (4-2). La lutte pour l'accession risque d'être encore plus acharnée dans cette poule où toutes les équipes ont marqué un point, maintenant que Cergy a gagné 4-3 à Valence.

27/09 Russie : Vladimir Vujtek vidé

La Superliga russe est en train de devenir complètement folle. Les évènements se sont précipités en peu de temps. Tout d'abord, Andreï Kovalenko a été envoyé en équipe réserve par Kari Heikkilä. Le nouvel entraîneur finlandais du Lokomotiv Yaroslavl a estimé qu'il a laissé une chance à son joueur à son retour de la coupe du monde, mais que celui-ci n'a pas su la saisir. Comme il ne trouve pas de place pour lui sur les trois premières lignes, et qu'il considère que la quatrième ligne est réservée à des jeunes joueurs, il l'a écarté de l'effectif. Mais la Russie est sous le choc que l'on traite ainsi un ancien champion olympique d'Albertville, et le Finlandais à peine arrivé dans ce pays marche sur des charbons ardents en se permettant cela. À suivre...

Dans le même temps, Aleksandr Khavanov a décidé de quitter brusquement le SKA Saint-Pétersbourg en expliquant qu'il devait faire passer en priorité le bonheur de sa famille. Durant l'été, il avait clamé son envie de revenir jouer à Saint-Pétersbourg, mais en revenant de la coupe du monde, il n'était plus aussi motivé et son entraîneur Boris Mikhaïlov avait dû le pousser pour le convaincre de jouer et d'honorer son contrat. Au bout de seulement trois matches, il est finalement parti pour de bon sans donner de raison claire. Considérant qu'un joueur n'oserait jamais se conduire ainsi vis-à-vis d'une franchise de NHL, certains commencent à se demander si les clubs russes ont bien fait de recruter des joueurs pour la durée du lock-out, sachant qu'ils sont entièrement soumis à la bonne volonté de hockeyeurs qui leur témoignent parfois bien peu de respect.

Enfin, et surtout, Vladimir Vujtek, l'entraîneur deux fois champion de Russie avec le Lokomotiv Yaroslavl, a démissionné de son poste à l'Ak Bars Kazan, dont il s'occupait depuis l'an dernier. La pression, considérable en raison de la célébration des mille ans de la ville de Kazan qui "obligent" à gagner le titre en 2005, était trop forte pour lui. Il a décidé d'arrêter le métier d'entraîneur, trop usant, et souhaite devenir directeur général d'un club tchèque. Il avait pourtant rétabli la situation avec deux beaux succès à domicile, qui faisaient passer le bilan à cinq victoires pour quatre défaites, rien encore de catastrophique, mais les rumeurs de licenciement ne cessaient de courir. Elles lui prévoyaient même déjà un remplaçant, le sélectionneur national Zinetula Bilyaletdinov, qui a l'avantage d'être Tatar. Il sera donc mieux à même de soutenir la pression de tout son peuple pour le titre. Mais que deviendrait alors l'équipe nationale russe ? S'il était vraiment recruté, cela voudrait dire qu'elle deviendrait la dernière roue du carrosse face à des clubs devenus très riches et puissants.

27/09 Mort d'un hockeyeur

Anatoli Ustiugov, l'attaquant du Spartak de Moscou, est mort ce matin suite à une agression. Mardi dernier, revenant d'un match avec l'équipe-réserve, il venait de garer sa voiture près de la station de métro "Sokol" dans le nord de Moscou, et alors qu'il se rendait à son appartement, il a été agressé par une ou plusieurs personnes. Il a été retrouvé sur le trottoir le lendemain matin seulement, dans le coma. Son argent et ses biens de valeur étaient encore sur lui.

Les médecins n'ont pu le ramener à la vie. Anatoli Ustiugov avait 27 ans. Il était originaire de la région d'Irkoutsk, en Sibérie, et avait été formé au Yermak Angarsk. Il avait éclaté au plus haut niveau à l'âge de dix-huit ans, en 1994, au Torpedo Yaroslavl où il est resté jusqu'en 1997. Il a joué ensuite à Nijni-Novgorod une saison avant de retourner en Sibérie, à l'Amur Khabarovsk où il a passé cinq ans. L'an passé, il évoluait au Lada Togliatti avant d'arriver cette saison au Spartak Moscou. Ses coéquipiers jouaient ce soir avec un brassard noir en sa mémoire et ont battu Ak Bars Kazan 3-2.

28/09 Un second joueur de NHL à Mulhouse

C'est le "principe des dominos" selon le président du HCM. Ryan Christie a amené Steve Montador à Mulhouse, et Montador amène à son tour son coéquipier aux Calgary Flames, Steven Reinprecht, un joueur plus expérimenté et au palmarès fourni, puisqu'il a remporté une Coupe Stanley avec Colorado et qu'il a été champion du monde en 2003. Pendant la durée du lock-out, il y aura donc deux joueurs de NHL à Mulhouse, en espérant que cela braque les projecteurs sur ce club et renforce l'attractivité du hockey en Alsace. Reinprecht arrivera le 7 octobre, date à cocher sur le calendrier pour les amateurs de hockey sur glace.

 

 

Le mois précédent (août 2004)

Le mois suivant (octobre 2004)