Canada - Slovaquie (1er septembre 1996)

 

Match comptant pour le groupe Amérique de la Coupe du monde 1996.

Avec ce troisième match en quatre jours, comme le veut un calendrier dont son entraîneur et manager Glen Sather n'a cessé de dénoncer la stupidité, le Canada arrive enfin au bout de sa peine. Il pense se rassurer et se libérer offensivement, face à l'adversaire présumé faible.

Face à un petit pays qui ne compte que dix joueurs de NHL, les Canadiens ne parviennent pourtant pas à tromper le gardien inconnu Roman Mega au cours d'une première période étonnamment équilibrée. Pire, ils ont la désagréable surprise d'être piégés par une tactique inventée au Canada et encore moins appréciée chez l'adversaire que chez soi, la trappe. Il est vrai qu'ils ont pour eux l'excuse de la fatigue.

Hier soir à Philadelphie, les Canadiens étaient passés le plus vite possible par la douche et les interviews d'après-match, afin d'être au plus tôt à l'aéroport. Malheureusement pour eux, l'avion d'Air Canada (ce qui évitera au moins un incident diplomatique) n'y était pas. Prévu à 23h30, il est arrivé une heure et quart plus tard à cause d'un retard hérité d'un précédent vol après une congestion à l'aéroport de Vancouver. Les joueurs n'ont donc pu se coucher dans leur hôtel d'Ottawa qu'à deux heures et demie du matin. Mais ils ne vont tout de même pas s'en plaindre aux Slovaques, qui ont eux aussi joué hier, et qui ont été baladés sur tout le continent nord-américain depuis les matches de préparation par un planning dément.

Il n'y a donc pas à gamberger, le Canada a une qualification à aller chercher, et Vincent Damphousse ouvre le score au rebond d'un tir de Coffey. Mais cela ne suffit pas à arrêter les Slovaques. En supériorité numérique, Peter Bondra s'infiltre entre Sylvain Coté - son coéquipier aux Washington Capitals - et Scott Niedermayer pour égaliser. Après des occasions ratées par Messier et Lindros en jeu de puissance, puis une transversale de Scott Stevens, la Slovaquie repasse devant grâce à un centre dévié par un patin canadien et repris par Lubomir Kolnik. Mais qui est ce joueur qui est en passe d'éliminer le Canada (si la Russie prend au moins un point demain), se demande le public d'Ottawa à propos de l'attaquant d'Espoo en Finlande.

Les Canadiens sont finalement tirés d'affaire par la ligne Fleury-Sakic-Yzerman. Le petit Theoren Fleury vient prendre son propre rebond pour l'égalisation. Ensuite, c'est Curtis Joseph qui tient la baraque face aux dangereuses occasions slovaques, notamment sur deux tirs consécutifs essentiels de atan et Zednik. Enfin, un énième rebond lâché par Mega, sur un tir du poignet de Sakic, est enfin récupéré par un Canadien, en l'occurrence le n19, plus prompt que le gardien et que Bondra.

Steve Yzerman avait gagné la Coupe Canada en 1984, mais lors des deux éditions suivantes, il avait été un des joueurs écartés lors du camp d'entraînement. Cette fois, la sélection se faisait à l'avance, et il n'aurait manqué cette compétition pour rien au monde. Même pas un genou récalcitrant, et encore moins les critiques de la presse. Al Strachan, le chroniqueur du Toronto Sun, avait osé écrire il y a cinq jours : "Le fait est qu'il ne peut plus jouer à ce niveau. Vous pouvez tromper la plupart des supporters et vous pouvez certainement tromper les médias. Mais vous ne pouvez pas tromper les autres joueurs de haut niveau et ils savent qu'Yzerman n'a plus ce qu'il faut. [...] Il avait atteint le statut de star par sa capacité à éviter les charges adverses par un petit pas. Une opération au genou lui a enlevé cette capacité et maintenant, bien qu'il soit un très bon joueur, il n'a plus sa place dans le Team Canada. Glen Sather a fait de son mieux pour lui permettre de sauver la face avec une charitable porte de sortie, une entorse du ligament collatéral médial." Aujourd'hui, ironie de l'histoire, c'est "Stevie Y" qui sauve la face de l'équipe canadienne, dont il mérite plus que jamais de faire partie.

Étoiles du match : *** Steve Yzerman (CAN), ** Theoren Fleury (CAN), * Roman Mega (SVK).

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match

Glen Sather (entraîneur du Canada) : "Nous aussi, nous pouvons utiliser la trappe. Ce jeu attentiste où l'on attend de récupérer le palet pour partir en contre. Mais j'aime la façon dont nous avons joué ce soir. Pour la première fois, nous avions un bon rythme. C'était un effort constant. [...] J'avais dit à Yzerman que c'était son choix. Je n'allais pas lui dire de ne pas jouer. Je ne voulais pas le voir ruiner sa carrière. Il m'a dit qu'il se fichait de manquer une saison. Ça en dit long sur lui dans mon esprit. Il vivait un camp d'entraînement difficile, et ça en dit long sur sa volonté de jouer. Il faut l'admirer pour cela."

Thoren Fleury (attaquant du Canada) : "Depuis le premier jour, tout le monde nous met en question en se demandant si nous avons la meilleure équipe. Jouer trois matches en quatre jours avec tous ces voyages vous prend beaucoup de forces. Nous étions un peu fatigués dans les deux dernières rencontres, je ne vois pas là une raison de paniquer. Notre meilleur match était contre les Russes où nous étions reposés, et il ne fait aucun doute que c'est cette équipe-là que les gens verront par la suite. Nous verrons si on peut nous battre. Pour l'instant, nous sommes les meilleurs, et jusqu'à preuve du contraire, nous aimons nous considérer comme tels ! Je regarde notre banc et je vous une exceptionnelle brochette de talents. Personne ne doit douter de notre cur. C'est la raison pour laquelle le Canada gagne."

 

Canada - Slovaquie 3-2 (0-0, 1-2, 2-0)

Dimanche 1er septembre 1996 au Corel Centre d'Ottawa (CAN). 18500 spectateurs.

Arbitrage de Mark Faucette (USA) assisté de Kevin Collins (USA) et Scott Driscoll (CAN).

Pénalités : Canada 4' (2', 2', 0'), Slovaquie 8' (4', 2', 2').

Tirs cadrés : Canada 37 (12, 18, 7), Slovaquie 23 (7, 7, 9).

Évolution du score :

1-0 à 25'49" : Damphousse assisté de Coffey

1-1 à 29'12" : Bondra assisté de Svehla (sup. num.)

1-2 à 38'22" : Kolnik assisté de Varholik et Hascak

2-2 à 42'02" : Fleury assisté d'Yzerman et Coffey

3-2 à 56'10" : Yzerman assisté de Sakic

 

Retour à la Coupe du monde