États-Unis - Ukraine (28 avril 2001)

 

Championnats du monde 2001, premier tour, groupe C.

Dmitri Khristich, le joueur des Washington Capitals, est finalement venu en renfort de l'équipe d'Ukraine dont il est le seul joueur de NHL. Du côté américain, la nouvelle vient de la titularisation de Robert Esche, le héros de l'incroyable match de l'an dernier contre la Russie, préféré au n°1 de la draft 2000, Rick Di Pietro.

Souvent habitués à mal commencer leurs championnats du monde, les Américains mettent la pression d'entrée, contraignant Karpenko à une sortie après seulement vingt secondes. Au bout de trois minutes, Parrish, bien parti face au but, ne parvient pas à reprendre la passe de Brian Gionta qui avait débordé sur la gauche. L'ouverture du score vient finalement d'un tir de Hedican, qui passe entre les jambières de Karpenko, masqué. Après une autre occasion de Hendrickson, les Ukrainiens sont assommés par deux buts coup sur coup : deux tirs au ras de la glace de Weinrich et Housley, intelligemment déviés dans le but par Knuble et Parrish. C'est seulement à 0-3 que les premiers lancers ukrainiens commencent à parvenir à Esche. L'Ukraine utilisera finalement la même méthode que leurs adversaires pour ouvrir le score, le tir de Klimentiev, du Metallurg Magnitogorsk, étant dévié par Kasyanchuk devant le but. Alors que Gionta est envoyé en prison en fin de tiers, une passe hasardeuse devant le but offre un palet en or à Bobrovnikov, qui est contré par le défenseur américain désireux de se rattraper.

Coup de théâtre en début de deuxième période : le gardien est le premier fusible dès que les choses tournent mal, comme c'est coutumier en Russie et en Ukraine. Le statut d'Igor Karpenko, champion de Russie et double champion d'Europe avec Magnitogorsk, ne lui épargnent pas cet affront, et il cède sa place à Konstantin Simchuk. Le choc psychologique (ou le discours sûrement très musclé tenu dans les vestiaires) fait son effet puisque l'Ukraine joue beaucoup mieux qu'en première période. Ils ne sont malheureusement pas récompensés de leur domination : après un jeu de puissance gâché par un surnombre, les deux équipes se retrouvent à 4 contre 4, et Simchuk, allongé sur le dos, tente de se coucher sur le palet, mais Khristich vient arracher le palet sous les jambières de son gardien pour le dégager, mais cette mésentente profite à David Legwand qui glisse la rondelle au fond des filets. Comme un symbole du manque de réussite ukrainien, le poteau vient repousser une nouvelle tentative de Salnikov. M. Savolainen renforce encore l'infortune ukrainienne en accordant un penalty généreux aux Américains, jugeant que Simchuk a lancé sa crosse devant Tim Connolly. En réalité, lorsque le gardien lâche tardivement et involontairement sa crosse, le jeune attaquant a déjà perdu le palet par la faute d'un contrôle raté. Il ne laisse toutefois pas passer sa deuxième chance sur le tir de pénalité, sa feinte laissant Simtchouk complètement statique.

L'Ukraine ne mérite pas un tel score, et le prouve au retour sur la glace. Igor Chiriaev, le buteur de La Chaux-de-Fonds, s'échappe sur la gauche, et Vadim Slivchenko, l'attaquant de Schwenningen, reprend le rebond au vol, du manche de la crosse, pour réduire le score. Dans la foulée, le tir de l'angle de la zone de Kasyanchuk, parti en contre, retombe dans le coin opposé du but de Robert Esche, rappelant que les jeux ne sont pas faits. Les Américains ont l'occasion d'enfoncer le clou quand Parrish manque la cage ouverte sur un 2 contre 1 avec Legwand. Mais Landon Wilson porte la marque à 6-3 à la conclusion d'un mouvement rapidement exécuté. Ce but, qui n'a été accordé qu'après recours à la vidéo car l'Américain a percuté le gardien, met virtuellement fin au match car les Ukrainiens abandonnent dès lors tout espoir.

Passée à travers du premier quart d'heure, l'Ukraine a manqué de chance dans un deuxième tiers qu'elle a dominé, et s'est épuisée à force de courir après le score. Les Américains ont parfaitement réussi leur entame, prenant leur adversaire à la gorge et s'appuyant sur une très bonne circulation du palet pour dérouter les Ukrainiens. La Suède étant hors de portée, ceux-ci doivent désormais songer au match contre la Lettonie pour éviter la poule de maintien.

Désignés joueurs du match : David Legwand pour les États-Unis et Konstantin Simchuk pour l'Ukraine.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

États-Unis - Ukraine 6-3 (3-1, 2-0, 1-2)

Samedi 28 avril 2001 à 20h00, à la Kölnarena, Cologne. 9037 spectateurs.

Arbitrage de Rami Savolainen (FIN) assisté d'Antti Hämäläinen et Derek Hansen.

Pénalités : États-Unis 8' (2', 4', 2'), Ukraine 4' (2', 2', 0').

Tirs : États-Unis 36 (12, 14, 10), Ukraine 31 (11, 10, 10).

Évolution du score :

1-0 à 08'01" : Hedican assisté de Kraft et Campbell

2-0 à 11'02" : Knuble assisté de Weinrich et Plante

3-0 à 12'08" : Parrish assisté de Legwand et Housley

3-1 à 18'13" : Klimentiev

4-1 à 35'54" : Legwand assisté de Tanabe

5-1 à 38'25" : Connolly (tir de pénalité)

5-2 à 42'00" : Slivchenko

5-3 à 43'56" : Kasyanchuk assisté de Klimentiev

6-3 à 56'13" : Wilson assisté de Tanabe

 

États-Unis

Gardien : Robert Esche.

Défenseurs : Phil Housley - Hal Gill ; Eric Weinrich - Bret Hedican ; Mark Eaton - Deron Quint ; David Tanabe.

Attaquants : Brian Gionta - Darby Hendrickson - Craig Darby ; Mike Knuble - Derek Plante - Landon Wilson ; Jim Campbell - Jeff Halpern - Ryan Kraft ; Tim Connolly - David Legwand - Mark Parrish.

Ukraine

Gardiens : Igor Karpenko puis Konstantin Simchuk à 20'00".

Défenseurs : Aleksandr Savitski - Sergei Klimentiev ; Andreï Sryubko - Valeri Shiriaev ; Artem Ostrushko - Vitali Lyutkevych ; Boris Protsenko.

Attaquants : Vitali Lytvynenko - Vadim Shakhraichuk - Oleksandr Matvitchuk ; Vadim Slivchenko - Dmitri Khristich - Roman Salnikov ; Bogdan Savenko - Vasyl Bobrovnikov - Valentyn Oletsky ; Konstantin Kasyanchuk - Vyacheslav Zavalnuk - Alekseï Lazarenko.

 

Retour aux championnats du monde 2001